Maghreb : ce que coûte la désunion

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, le 9 janvier 2013 à Nouakchott. © AFPLe Maghreb est l'une des deux zones économiquement les moins intégrées d'Afrique. Au prix de la croissance et de l'émergence de champions régionaux.

La cinquième Conférence régionale du Maghreb, qui s'est déroulée les 8 et 9 janvier dernier à Nouakchott, aura au moins débouché sur une décision importante. Les gouverneurs des banques centrales des cinq pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA), de hauts cadres des ministères des Finances ou de l'Économie de ces États et des représentants du Fonds monétaire international (FMI) étaient réunis pour débattre de la relance du processus d'intégration économique de la région - au point mort depuis 2008. Ils ont décidé de débloquer le capital (100 millions de dollars, soit 75 millions d'euros) de la Banque maghrébine de l'investissement et du commerce extérieur (BMICE) et de créer un comité de suivi. Tous deux devraient être opérationnels avant la fin du premier trimestre de cette année.

Ces structures ne seront pas de trop, tant l'intégration économique de la zone est faible : le Maghreb, un marché potentiel de 90 millions de personnes, est en effet la région la moins intégrée d'Afrique et l'une des moins intégrées au monde, avec seulement 3 % d'échanges formels intrazone, contre 24 % pour l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est. Pis, les investissements directs étrangers (IDE) intramaghrébins ne représentent que 0,8 % du total des IDE de la région. Conséquence : même si certaines initiatives ont le mérite d'exister - l'Union maghrébine des employeurs, l'Union maghrébine des paysans, ou encore l'Union des banques maghrébines -, la zone dépend énormément de l'Europe. Ainsi, entre 2005 et 2011, 80 % des IDE au Maroc et 60 % de ceux réalisés en Tunisie provenaient du Vieux Continent. « La crise de l'Union européenne, premier investisseur de la zone, impacte l'UMA », a déploré le Tunisien Habib Ben Yahia, secrétaire général de l'Union. Et d'ajouter : « Cela nous oblige à améliorer les conditions d'investissements pour en attirer davantage et favoriser le commerce. La création d'un espace maghrébin uni revêt une importance considérable pour résoudre les problèmes du chômage et de la faiblesse des échanges. » Amor Tahari, consultant international et ancien directeur adjoint au sein du FMI, précise : « D'un point de vue économique, l'intégration est une nécessité pour soutenir la croissance. Pour faire baisser le fort taux de chômage, notamment chez les jeunes diplômés, il faudrait créer plus de 600 000 emplois par an dans la région. Aucun pays ne peut y parvenir seul. »

Cliquez sur l'image.Coût élevé

Le manque d'intégration du Maghreb coûte très cher, selon les économistes. La perte de croissance annuelle de chaque pays est évaluée à 2 points. « Toute la région serait gagnante si elle s'ouvrait davantage à elle-même, en démantelant les obstacles au commerce et en ouvrant largement la porte aux gains réciproques », a déclaré Christine Lagarde, directrice générale du FMI, le 9 janvier dernier. Pour ce faire, le Fonds recommande la mise en place de règles communes, transparentes et incitatives, à travers un code commun de l'investissement. L'amélioration des infrastructures, de l'éducation et de la justice doit aussi être une priorité.

Internationalisation

Ce manque de cohésion économique au sein de l'UMA pèse également sur le secteur privé et bloque à plus d'un titre l'émergence de champions régionaux. Numéro un au Maroc, Attijariwafa Bank a mené sa croissance internationale en Tunisie, en Mauritanie et au sud du Sahara, mais attend depuis plusieurs années une réponse à sa demande d'agrément auprès de la Banque centrale d'Algérie. Pour Hichem Elloumi, président de la commission économique de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (Utica), et PDG de Coficab, « même si le Maghreb est la région du monde qui concentre le plus d'entreprises tunisiennes, il y a trop de freins en matière de financement et d'investissement à l'internationalisation des entreprises locales ». Il espère que « le code de l'investissement [tunisien], en cours d'élaboration, sera plus favorable ».

De son côté, Slim Othmani, président du conseil d'administration du groupe algérien NCA Rouiba et vice-président du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise, souligne : « Les blocages financiers entre nos pays [au sein du Maghreb, NDLR] sont le plus problématiques. Accélérer la mobilité des capitaux et promouvoir les investissements croisés seraient de bonnes choses. »

Les autorités ont beaucoup à faire pour encourager des investissements privés trop souvent inhibés par ceux du public et par des réglementations restrictives. Ainsi, en raison du contrôle des changes imposé par l'administration, les entreprises algériennes ne peuvent pas investir dans des lignes de production à l'étranger. Quant aux sociétés tunisiennes exportatrices, elles sont limitées à 3 millions de dinars par an (1,44 million d'euros), ce qui oblige certaines d'entre elles à contourner la législation en passant par plusieurs filiales. Pour les sociétés non exportatrices, le plafond annuel d'investissements à l'étranger est plus réduit encore, à 0,5 million de dinars.

Cliquez sur l'image.Au Maroc, les difficultés pour s'implanter en Afrique, et donc au Maghreb, sont certes un peu moins grandes, mais elles existent. Les compagnies du royaume peuvent investir dans la zone sans autorisation préalable jusqu'à 100 millions de dirhams par an (8,8 millions d'euros). « La région doit encore supprimer les obstacles qui empêchent toujours le secteur privé de se développer davantage, d'investir beaucoup plus, d'innover et de créer plus d'emplois », insiste Christine Lagarde. Selon le consultant Amor Tahari : « Le secteur privé maghrébin doit jouer un rôle plus important en établissant notamment des projets communs. »

Coopération soutenue

Parmi les pistes envisagées, le développement de partenariats inter­entreprises dans des domaines spécifiques tels que l'environnement. « Nous devons éviter les sujets fâcheux et nous concentrer sur des actions simples, qui font consensus. Une coopération soutenue dans le développement durable pourrait être un véritable catalyseur de l'intégration maghrébine », estime Slim Othmani. Le FMI cite également des synergies possibles dans l'agroalimentaire, secteur dans lequel l'Algérie, la Libye et la Mauritanie présentent des faiblesses par rapport au Maroc et à la Tunisie. Des conglomérats régionaux pourraient jouer le rôle de locomotive pour les autres entreprises maghrébines dans la région et même en Afrique subsaharienne.

Restent les blocages politiques, qui perdurent. Depuis 1994, la frontière entre l'Algérie et le Maroc est fermée. « Entre ces deux pays, les relations commerciales sont insuffisantes, et cela freine la croissance. L'absence de liaisons directes et de plateformes logistiques rend les échanges plus coûteux », avance Hakim Marrakchi, membre du conseil d'administration de la Confédération générale des entreprises du Maroc. La fermeture momentanée de la frontière entre la Libye et la Tunisie a bloqué tous les échanges bilatéraux. Un visa est nécessaire pour circuler entre le Maroc et la Mauritanie... Dans la région, il n'y a guère que les contrebandiers qui passent aisément d'un pays à l'autre.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Justice

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

Le gendarme boursier américain enquête sur des avantages que la banque d'affaires Goldman Sachs aurait offerts à des dignitaires libyens pour s'attirer les faveurs du fonds souverain Libyan Investment Authority...

Lire la suite

Agro-industrie

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Pour attester de ses bonnes pratiques, le forestier français Rougier a entamé une certification de ses sites en Afrique centrale. Un sésame indispensable pour accéder à certains marchés. Mais ce...

Lire la suite

Entreprise

Le pari gabonais du mauricien IBL

Le pari gabonais du mauricien IBL

Après s'être hissé au rang de deuxième holding du pays, le groupe a fait escale chez ses voisins insulaires, puis mis le cap sur le continent. Destination Kampala et Libreville.

Lire la suite

Capital-investissement

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.

Lire la suite

Gouvernance

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à...

Lire la suite

Automobile

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.

Lire la suite

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il conseille grands patrons et hommes...

Lire la suite

Finances

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Le dynamisme de la place boursière et du secteur bancaire structuré et efficace de Port louis, capitale de Maurice, inspirent de plus en plus confiance aux investisseurs.

Lire la suite

Infrastructures

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars),...

Lire la suite

Énergie

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Safi Energy a récolté 2,6 milliards de dollars de financement pour construire une centrale électrique au charbon de 1 386 mégawatts dans le sud-ouest du Maroc. Les banques marocaines ont...

Lire la suite

TV

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Port d'Abidjan, poivre du Penja au Cameroun, Sole Rebels en Ethiopie... La nouvelle édition de Réussite, le magazine de "l'Afrique qui gagne", sera diffusée ce vendredi 19 septembre au soir...

Lire la suite

Télécoms

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Trois ans après le départ de Ben Ali, Orange Tunisie est toujours pertubé dans son développement par le contentieux entre l'État tunisien et Marwane Mabrouk, le gendre de l'ex-président et...

Lire la suite

Tunisie

Hakim Ben Hammouda : "Le grand défi reste la relance de l'investissement"

Hakim Ben Hammouda :

Pour le ministre de l'Économie et des Finances tunisien Hakim Ben Hammouda, les prochaines échéances électorales ne doivent pas faire perdre de vue l'objectif de la relance de l'économie par...

Lire la suite

Cameroun

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Douala International Terminal (DIT), le gestionnaire du terminal à conteneurs, vient de mettre ces engins en service au port de Douala pour améliorer les livraisons. En trois mois, la filiale...

Lire la suite

Analyse

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Début septembre bailleurs et investisseurs se sont réunis à Tunis pour tracer les perspectives d'avenir du pays. Son présent, las, n'est guère brillant. Presque tous les indicateurs sont au rouge. La...

Lire la suite

Santé

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Ebola : la Banque mondiale craint

Pour la Banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie d'Ebola (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "réaction de...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Oryx Gaz Côte d’Ivoire a inauguré le 16 septembre un terminal de stockage de gaz d’une capacité de 4 000 mètres cubes à Abidjan. Cette infrastructure, qui a permis de...

Lire la suite

Transport

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

La compagnie de transport luxembourgeoise Cargolux a annoncé une augmentation du tarif appliqué aux livraisons vers et depuis l'Afrique. En cause : l'épidémie d'Ebola, qui imposerait à l'entreprise de déployer...

Lire la suite

Coopération

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La Banque africaine de développement et le Japon ont conclu un prêt concessionnel de 300 millions de dollars pour soutenir le secteur privé africain.

Lire la suite

Finance

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Dans le cadre de ce partenariat entre Orange et Bank of Africa, les clients d'Orange Money et du groupe bancaire panafricain pourront réaliser des mouvements de fonds de leur compte...

Lire la suite

Finance

Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

 Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

Huit ans après son entrée à la Bourse de Casablanca, le fournisseur de services de manutention Mediaco Maroc a déposé une Offre publique de retrait. Une décision qui intervient après...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags