Maghreb : ce que coûte la désunion

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, le 9 janvier 2013 à Nouakchott. © AFPLe Maghreb est l'une des deux zones économiquement les moins intégrées d'Afrique. Au prix de la croissance et de l'émergence de champions régionaux.

La cinquième Conférence régionale du Maghreb, qui s'est déroulée les 8 et 9 janvier dernier à Nouakchott, aura au moins débouché sur une décision importante. Les gouverneurs des banques centrales des cinq pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA), de hauts cadres des ministères des Finances ou de l'Économie de ces États et des représentants du Fonds monétaire international (FMI) étaient réunis pour débattre de la relance du processus d'intégration économique de la région - au point mort depuis 2008. Ils ont décidé de débloquer le capital (100 millions de dollars, soit 75 millions d'euros) de la Banque maghrébine de l'investissement et du commerce extérieur (BMICE) et de créer un comité de suivi. Tous deux devraient être opérationnels avant la fin du premier trimestre de cette année.

Ces structures ne seront pas de trop, tant l'intégration économique de la zone est faible : le Maghreb, un marché potentiel de 90 millions de personnes, est en effet la région la moins intégrée d'Afrique et l'une des moins intégrées au monde, avec seulement 3 % d'échanges formels intrazone, contre 24 % pour l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est. Pis, les investissements directs étrangers (IDE) intramaghrébins ne représentent que 0,8 % du total des IDE de la région. Conséquence : même si certaines initiatives ont le mérite d'exister - l'Union maghrébine des employeurs, l'Union maghrébine des paysans, ou encore l'Union des banques maghrébines -, la zone dépend énormément de l'Europe. Ainsi, entre 2005 et 2011, 80 % des IDE au Maroc et 60 % de ceux réalisés en Tunisie provenaient du Vieux Continent. « La crise de l'Union européenne, premier investisseur de la zone, impacte l'UMA », a déploré le Tunisien Habib Ben Yahia, secrétaire général de l'Union. Et d'ajouter : « Cela nous oblige à améliorer les conditions d'investissements pour en attirer davantage et favoriser le commerce. La création d'un espace maghrébin uni revêt une importance considérable pour résoudre les problèmes du chômage et de la faiblesse des échanges. » Amor Tahari, consultant international et ancien directeur adjoint au sein du FMI, précise : « D'un point de vue économique, l'intégration est une nécessité pour soutenir la croissance. Pour faire baisser le fort taux de chômage, notamment chez les jeunes diplômés, il faudrait créer plus de 600 000 emplois par an dans la région. Aucun pays ne peut y parvenir seul. »

Cliquez sur l'image.Coût élevé

Le manque d'intégration du Maghreb coûte très cher, selon les économistes. La perte de croissance annuelle de chaque pays est évaluée à 2 points. « Toute la région serait gagnante si elle s'ouvrait davantage à elle-même, en démantelant les obstacles au commerce et en ouvrant largement la porte aux gains réciproques », a déclaré Christine Lagarde, directrice générale du FMI, le 9 janvier dernier. Pour ce faire, le Fonds recommande la mise en place de règles communes, transparentes et incitatives, à travers un code commun de l'investissement. L'amélioration des infrastructures, de l'éducation et de la justice doit aussi être une priorité.

Internationalisation

Ce manque de cohésion économique au sein de l'UMA pèse également sur le secteur privé et bloque à plus d'un titre l'émergence de champions régionaux. Numéro un au Maroc, Attijariwafa Bank a mené sa croissance internationale en Tunisie, en Mauritanie et au sud du Sahara, mais attend depuis plusieurs années une réponse à sa demande d'agrément auprès de la Banque centrale d'Algérie. Pour Hichem Elloumi, président de la commission économique de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (Utica), et PDG de Coficab, « même si le Maghreb est la région du monde qui concentre le plus d'entreprises tunisiennes, il y a trop de freins en matière de financement et d'investissement à l'internationalisation des entreprises locales ». Il espère que « le code de l'investissement [tunisien], en cours d'élaboration, sera plus favorable ».

De son côté, Slim Othmani, président du conseil d'administration du groupe algérien NCA Rouiba et vice-président du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise, souligne : « Les blocages financiers entre nos pays [au sein du Maghreb, NDLR] sont le plus problématiques. Accélérer la mobilité des capitaux et promouvoir les investissements croisés seraient de bonnes choses. »

Les autorités ont beaucoup à faire pour encourager des investissements privés trop souvent inhibés par ceux du public et par des réglementations restrictives. Ainsi, en raison du contrôle des changes imposé par l'administration, les entreprises algériennes ne peuvent pas investir dans des lignes de production à l'étranger. Quant aux sociétés tunisiennes exportatrices, elles sont limitées à 3 millions de dinars par an (1,44 million d'euros), ce qui oblige certaines d'entre elles à contourner la législation en passant par plusieurs filiales. Pour les sociétés non exportatrices, le plafond annuel d'investissements à l'étranger est plus réduit encore, à 0,5 million de dinars.

Cliquez sur l'image.Au Maroc, les difficultés pour s'implanter en Afrique, et donc au Maghreb, sont certes un peu moins grandes, mais elles existent. Les compagnies du royaume peuvent investir dans la zone sans autorisation préalable jusqu'à 100 millions de dirhams par an (8,8 millions d'euros). « La région doit encore supprimer les obstacles qui empêchent toujours le secteur privé de se développer davantage, d'investir beaucoup plus, d'innover et de créer plus d'emplois », insiste Christine Lagarde. Selon le consultant Amor Tahari : « Le secteur privé maghrébin doit jouer un rôle plus important en établissant notamment des projets communs. »

Coopération soutenue

Parmi les pistes envisagées, le développement de partenariats inter­entreprises dans des domaines spécifiques tels que l'environnement. « Nous devons éviter les sujets fâcheux et nous concentrer sur des actions simples, qui font consensus. Une coopération soutenue dans le développement durable pourrait être un véritable catalyseur de l'intégration maghrébine », estime Slim Othmani. Le FMI cite également des synergies possibles dans l'agroalimentaire, secteur dans lequel l'Algérie, la Libye et la Mauritanie présentent des faiblesses par rapport au Maroc et à la Tunisie. Des conglomérats régionaux pourraient jouer le rôle de locomotive pour les autres entreprises maghrébines dans la région et même en Afrique subsaharienne.

Restent les blocages politiques, qui perdurent. Depuis 1994, la frontière entre l'Algérie et le Maroc est fermée. « Entre ces deux pays, les relations commerciales sont insuffisantes, et cela freine la croissance. L'absence de liaisons directes et de plateformes logistiques rend les échanges plus coûteux », avance Hakim Marrakchi, membre du conseil d'administration de la Confédération générale des entreprises du Maroc. La fermeture momentanée de la frontière entre la Libye et la Tunisie a bloqué tous les échanges bilatéraux. Un visa est nécessaire pour circuler entre le Maroc et la Mauritanie... Dans la région, il n'y a guère que les contrebandiers qui passent aisément d'un pays à l'autre.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Mines

BHP Billiton continue à se détacher de l'Afrique

BHP Billiton continue à se détacher de l'Afrique

BHP Billiton va se séparer d'un tiers de ses actifs pour une valeur totale de 16 milliards de dollars. Une dernière manifestation du retrait du groupe anglo-australien du continent africain,...

Lire la suite

Innovation

Fastjet suscite des vocations dans le low-cost

Fastjet suscite des vocations dans le low-cost

Fastjet a débuté ses vols fin 2012 à partir de Dar es-Salaam, avec des prix de 25 % à 50 % moins élevés que la concurrence classique. Deux ans après sa création,...

Lire la suite

Coopération

La Banque mondiale débloque 55 millions d'euros pour la Tunisie

La Banque mondiale débloque 55 millions d'euros pour la Tunisie

Deux accords de prêt d'une valeur totale de 55 millions d'euros ont été signés entre la Tunisie et la Banque mondiale le 19 août. L'enveloppe de l'institution internationale vise notamment...

Lire la suite

Institutions

Un programme chargé pour le retour de la BAD à Abidjan

Un programme chargé pour le retour de la BAD à Abidjan

À peine réinstallée à Abidjan, la Banque africaine de développement se met en ordre de marche. Et pour cause : l'institution panafricaine accueille début novembre la 9e Conférence économique africaine...

Lire la suite

Interview

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé :

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du succès de l'eurobond de...

Lire la suite

Investissement

Sonel : Actis compte investir 260 millions d'euros en cinq ans

Sonel : Actis compte investir 260 millions d'euros en cinq ans

Le fonds britannique Actis, devenu actionnaire majoritaire du camerounais Sonel, a annoncé un programme d'investissements de 170 milliards de F CFA (260 millions d'euros) pour les cinq ans à venir.

Lire la suite

Recherche et développement

Congo Brazzaville : high-tech version bantoue

Congo Brazzaville : high-tech version bantoue

Les labos universitaires et les PME fourmillent de projets innovants, en République du Congo. Avec une meilleure organisation et un peu plus de reconnaissance, ils pourraient donner un sérieux coup...

Lire la suite

Innovation

BantuHub et l'avant-garde du numérique à Brazzaville

BantuHub et l'avant-garde du numérique à Brazzaville

Vérone Mankou, patron de VMK, est aussi, depuis sa création en 2010, l'un des soutiens et des formateurs du BantuHub, une plateforme destinée à donner aux développeurs, webmasters et infographistes...

Lire la suite

Innovation

Paiement électronique : Ingenico s'associe à l'algérien HB Technologies

Paiement électronique : Ingenico s'associe à l'algérien HB Technologies

Un accord de partenariat et de distribution a été conclu le 20 août entre le français Ingenico Group, développeur de solutions de paiement, et l'algérien HB Technologies, qui produit des...

Lire la suite

Entreprises

Innovation : SAP va investir 500 millions de dollars en Afrique d'ici à 2020

Innovation : SAP va investir 500 millions de dollars en Afrique d'ici à 2020

SAP, la société allemande de production de logiciels de gestion d'entreprises, a annoncé un plan de développement en Afrique qui prévoit 500 millions de dollars d'investissements d'ici à 2020. Le...

Lire la suite

Décideurs

Frank Timis sur la sellette chez African Minerals

Frank Timis sur la sellette chez African Minerals

Rien ne va plus pour l'homme d'affaires australo-roumain Frank Timis. Son mandat de président d'African Minerals, l'un des trois groupes extractifs présents en Afrique dont il est le fondateur, est menacé...

Lire la suite

Technologie

Surfline lance la 4G au Ghana

Surfline lance la 4G au Ghana

Associé à l'équipementier télécoms Alcatel-Lucent, le ghanéen Surfline a annoncé le lancement de son réseau 4G, le premier du pays.

Lire la suite

Finance

Moody's baisse d'un cran les notes des quatre principales banques sud-africaines

Moody's baisse d'un cran les notes des quatre principales banques sud-africaines

Moody’s a baissé d’un cran les notes des quatre principales banques sud-africaines : Standard Bank, Absa (filiale de Barclays), FirstRand Bank Ltd (First National Bank) et Nedbank. Cette décision, qui...

Lire la suite

Investissement

Congo Brazzaville : quand les patrons passent à l'action

Congo Brazzaville : quand les patrons passent à l'action

Afin de dynamiser le secteur privé, la République du Congo a créé une agence pour aider les futurs entrepreneurs et attirer les fonds étrangers. Reste à changer les mentalités.

Lire la suite

Notation

Standard & Poor's maintient la note de l'Angola

Standard & Poor's maintient la note de l'Angola

Standard & Poor's maintient les notes attribuées à l'Angola à BB-/B pour les émissions de long et de court terme, en devises étrangères et en monnaie locale, avec des perspectives...

Lire la suite

Innovation

Liquid Telecom relie le continent à la vitesse de la lumière

Liquid Telecom relie le continent à la vitesse de la lumière

Avec son réseau de fibre optique de 17 000 kilomètres, unique au sud du Sahara, Liquid Telecom, la filiale du zimbabwéen Econet Wireless, relie une dizaine de pays, de l'Afrique du...

Lire la suite

Banque

Bénéfices en légère hausse pour Ecobank au premier semestre

Bénéfices en légère hausse pour Ecobank au premier semestre

Ecobank a enregistré au cours du premier semestre un produit net bancaire de 1,073 milliard de dollars en hausse de 14 % par rapport à juin 2013, pour un résultat...

Lire la suite

Analyse

Exportations : forte poussée du secteur automobile marocain au premier semestre

Exportations : forte poussée du secteur automobile marocain au premier semestre

Entre janvier et juillet 2014, les exportations issues de la construction automobile marocaine ont atteint 11,76 milliards de dirhams (1,05 milliard d'euros) contre 6,1 milliards de dirhams (546 millions d'euros) sur...

Lire la suite

Stratégie

Maroc : la CGI se bâtit un avenir hors du luxe et au sud du Sahara

Maroc : la CGI se bâtit un avenir hors du luxe et au sud du Sahara

Pour booster sa croissance, la CGI veut se renforcer dans le logement social et s'implanter au sud du Sahara. Un pari à 1,2 milliard d'euros.

Lire la suite

Infrastructures

Égypte : le financement du nouveau canal de Suez se précise

Égypte : le financement du nouveau canal de Suez se précise

Les banques égyptiennes vont émettre des certificats de placement afin de lever les fonds nécessaires à la construction d'un deuxième canal parallèle à l'actuel canal de Suez. Ces nouvelles infrastructures...

Lire la suite

Innovation

Énergie : l'Afrique à l'heure des centrales... décentralisées

Énergie : l'Afrique à l'heure des centrales... décentralisées

Pour fournir de l'énergie aux zones rurales, les industriels misent de plus en plus sur des unités de production autonomes. EDF, Schneider, Bolloré font figure de pionniers dans ce domaine.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags