Maghreb : ce que coûte la désunion

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, le 9 janvier 2013 à Nouakchott. © AFPLe Maghreb est l'une des deux zones économiquement les moins intégrées d'Afrique. Au prix de la croissance et de l'émergence de champions régionaux.

La cinquième Conférence régionale du Maghreb, qui s'est déroulée les 8 et 9 janvier dernier à Nouakchott, aura au moins débouché sur une décision importante. Les gouverneurs des banques centrales des cinq pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA), de hauts cadres des ministères des Finances ou de l'Économie de ces États et des représentants du Fonds monétaire international (FMI) étaient réunis pour débattre de la relance du processus d'intégration économique de la région - au point mort depuis 2008. Ils ont décidé de débloquer le capital (100 millions de dollars, soit 75 millions d'euros) de la Banque maghrébine de l'investissement et du commerce extérieur (BMICE) et de créer un comité de suivi. Tous deux devraient être opérationnels avant la fin du premier trimestre de cette année.

Ces structures ne seront pas de trop, tant l'intégration économique de la zone est faible : le Maghreb, un marché potentiel de 90 millions de personnes, est en effet la région la moins intégrée d'Afrique et l'une des moins intégrées au monde, avec seulement 3 % d'échanges formels intrazone, contre 24 % pour l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est. Pis, les investissements directs étrangers (IDE) intramaghrébins ne représentent que 0,8 % du total des IDE de la région. Conséquence : même si certaines initiatives ont le mérite d'exister - l'Union maghrébine des employeurs, l'Union maghrébine des paysans, ou encore l'Union des banques maghrébines -, la zone dépend énormément de l'Europe. Ainsi, entre 2005 et 2011, 80 % des IDE au Maroc et 60 % de ceux réalisés en Tunisie provenaient du Vieux Continent. « La crise de l'Union européenne, premier investisseur de la zone, impacte l'UMA », a déploré le Tunisien Habib Ben Yahia, secrétaire général de l'Union. Et d'ajouter : « Cela nous oblige à améliorer les conditions d'investissements pour en attirer davantage et favoriser le commerce. La création d'un espace maghrébin uni revêt une importance considérable pour résoudre les problèmes du chômage et de la faiblesse des échanges. » Amor Tahari, consultant international et ancien directeur adjoint au sein du FMI, précise : « D'un point de vue économique, l'intégration est une nécessité pour soutenir la croissance. Pour faire baisser le fort taux de chômage, notamment chez les jeunes diplômés, il faudrait créer plus de 600 000 emplois par an dans la région. Aucun pays ne peut y parvenir seul. »

Cliquez sur l'image.Coût élevé

Le manque d'intégration du Maghreb coûte très cher, selon les économistes. La perte de croissance annuelle de chaque pays est évaluée à 2 points. « Toute la région serait gagnante si elle s'ouvrait davantage à elle-même, en démantelant les obstacles au commerce et en ouvrant largement la porte aux gains réciproques », a déclaré Christine Lagarde, directrice générale du FMI, le 9 janvier dernier. Pour ce faire, le Fonds recommande la mise en place de règles communes, transparentes et incitatives, à travers un code commun de l'investissement. L'amélioration des infrastructures, de l'éducation et de la justice doit aussi être une priorité.

Internationalisation

Ce manque de cohésion économique au sein de l'UMA pèse également sur le secteur privé et bloque à plus d'un titre l'émergence de champions régionaux. Numéro un au Maroc, Attijariwafa Bank a mené sa croissance internationale en Tunisie, en Mauritanie et au sud du Sahara, mais attend depuis plusieurs années une réponse à sa demande d'agrément auprès de la Banque centrale d'Algérie. Pour Hichem Elloumi, président de la commission économique de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (Utica), et PDG de Coficab, « même si le Maghreb est la région du monde qui concentre le plus d'entreprises tunisiennes, il y a trop de freins en matière de financement et d'investissement à l'internationalisation des entreprises locales ». Il espère que « le code de l'investissement [tunisien], en cours d'élaboration, sera plus favorable ».

De son côté, Slim Othmani, président du conseil d'administration du groupe algérien NCA Rouiba et vice-président du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise, souligne : « Les blocages financiers entre nos pays [au sein du Maghreb, NDLR] sont le plus problématiques. Accélérer la mobilité des capitaux et promouvoir les investissements croisés seraient de bonnes choses. »

Les autorités ont beaucoup à faire pour encourager des investissements privés trop souvent inhibés par ceux du public et par des réglementations restrictives. Ainsi, en raison du contrôle des changes imposé par l'administration, les entreprises algériennes ne peuvent pas investir dans des lignes de production à l'étranger. Quant aux sociétés tunisiennes exportatrices, elles sont limitées à 3 millions de dinars par an (1,44 million d'euros), ce qui oblige certaines d'entre elles à contourner la législation en passant par plusieurs filiales. Pour les sociétés non exportatrices, le plafond annuel d'investissements à l'étranger est plus réduit encore, à 0,5 million de dinars.

Cliquez sur l'image.Au Maroc, les difficultés pour s'implanter en Afrique, et donc au Maghreb, sont certes un peu moins grandes, mais elles existent. Les compagnies du royaume peuvent investir dans la zone sans autorisation préalable jusqu'à 100 millions de dirhams par an (8,8 millions d'euros). « La région doit encore supprimer les obstacles qui empêchent toujours le secteur privé de se développer davantage, d'investir beaucoup plus, d'innover et de créer plus d'emplois », insiste Christine Lagarde. Selon le consultant Amor Tahari : « Le secteur privé maghrébin doit jouer un rôle plus important en établissant notamment des projets communs. »

Coopération soutenue

Parmi les pistes envisagées, le développement de partenariats inter­entreprises dans des domaines spécifiques tels que l'environnement. « Nous devons éviter les sujets fâcheux et nous concentrer sur des actions simples, qui font consensus. Une coopération soutenue dans le développement durable pourrait être un véritable catalyseur de l'intégration maghrébine », estime Slim Othmani. Le FMI cite également des synergies possibles dans l'agroalimentaire, secteur dans lequel l'Algérie, la Libye et la Mauritanie présentent des faiblesses par rapport au Maroc et à la Tunisie. Des conglomérats régionaux pourraient jouer le rôle de locomotive pour les autres entreprises maghrébines dans la région et même en Afrique subsaharienne.

Restent les blocages politiques, qui perdurent. Depuis 1994, la frontière entre l'Algérie et le Maroc est fermée. « Entre ces deux pays, les relations commerciales sont insuffisantes, et cela freine la croissance. L'absence de liaisons directes et de plateformes logistiques rend les échanges plus coûteux », avance Hakim Marrakchi, membre du conseil d'administration de la Confédération générale des entreprises du Maroc. La fermeture momentanée de la frontière entre la Libye et la Tunisie a bloqué tous les échanges bilatéraux. Un visa est nécessaire pour circuler entre le Maroc et la Mauritanie... Dans la région, il n'y a guère que les contrebandiers qui passent aisément d'un pays à l'autre.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Télécoms

Africa Telecom People, pleins feux sur les réseaux fixes

Africa Telecom People, pleins feux sur les réseaux fixes

À l'occasion de sa dixième édition, le salon organisé à Abidjan les 18 et 19 décembre a choisi de consacrer son thème principal à l'importance des réseaux fixes dans les...

Lire la suite

Industrie

Côte d'Ivoire : le français GBH rachète le distributeur automobile Socida

Côte d'Ivoire : le français GBH rachète le distributeur automobile Socida

Le groupe Fadoul a cédé au français GBH sa filiale Socida, distributeur des marques automobiles Renault et Suzuki en Côte d'Ivoire. L'opération, dont le montant n'a pas été dévoilé, constitue...

Lire la suite

Commerce international

L'OMC accepte l'adhésion des Seychelles

L'OMC accepte l'adhésion des Seychelles

Le Conseil général de l'Organisation mondiale du Commerce a approuvé la demande d'adhésion des Seychelles. Sous réserve de ratification par l'Assemblée nationale seychelloise, le petit archipel de l'océan indien devrait...

Lire la suite

Finance

Coface décroche l'agrément d'assurance-crédit au Maroc

Coface décroche l'agrément d'assurance-crédit au Maroc

Le groupe Coface, installé au Maroc depuis 2007, a obtenu l'agrément d'assurance et de réassurance qui lui permet de proposer directement ses solutions aux entreprises marocaines.

Lire la suite

Tourisme

Hôtellerie : Kinshasa retrouve (enfin) son cinq-étoiles

Hôtellerie : Kinshasa retrouve (enfin) son cinq-étoiles

Avec ses 190 chambres, dont 24 suites, et sa table gastronomique, le Grand Hôtel, mythique établissement kinois, retrouve son lustre d'antan... Design et high-tech en plus.

Lire la suite

Finances publiques

Le Nigeria revoit à la baisse ses prévisions de croissance en 2015

Le Nigeria revoit à la baisse ses prévisions de croissance en 2015

Le gouvernement nigerian a réduit ses prévisions de croissance pour l'année 2015 de près d'un point à 5,5 %. Le pays d'Afrique occidentale, qui organise une élection présidentielle en février...

Lire la suite

Énergie

Le Maroc va investir 4,6 milliards de dollars dans son développement gazier

Le Maroc va investir 4,6 milliards de dollars dans son développement gazier

Le Maroc va lancer un projet de développement du gaz naturel liquéfié (GNL) d'un montant de plusieurs milliards de dollars, afin de renforcer son mix énergétique, au côté des énergies...

Lire la suite

Finances publiques

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d'un prix durablement bas ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d'Ivoire : Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement "Gazelle"

Côte d'Ivoire : Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement

La compagnie pétrolière Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement offshore ivoirien "Gazelle", situé sur le bloc CI-202.

Lire la suite

Conso & Distribution

Moulin d'Or renonce à intégrer la Bourse de Tunis

Moulin d'Or renonce à intégrer la Bourse de Tunis

Le groupe agroalimentaire Gepaco, qui distribue la marque Moulin d'Or, ne rejoindra pas la Bourse de Tunis. L'opération a été abandonnée au profit d'une cession de 42% de son capital...

Lire la suite

Finance

Maroc : la Banque centrale abaisse son taux directeur pour la deuxième fois en trois mois

Maroc : la Banque centrale abaisse son taux directeur pour la deuxième fois en trois mois

La Banque centrale marocaine a annoncé le 16 décembre avoir abaissé son taux directeur de 2,75 % à 2,5 %, trois mois à peine après une première réduction de 25...

Lire la suite

Communication extérieure

JCDecaux fait un grand bond en Afrique

JCDecaux fait un grand bond en Afrique

Le groupe français JCDecaux, leader mondial de la communication extérieure, va acquérir Continental Outdoor Media, présent dans 14 pays du continent, en Afrique de l'Est et australe.

Lire la suite

Financement

Marchés agricoles : la Banque mondiale prête 100 millions de dollars au Cameroun

Marchés agricoles : la Banque mondiale prête 100 millions de dollars au Cameroun

L'accord de financement contribuera au soutien des filières maïs, manioc et sorgho durant les cinq prochaines années. Et, surtout, permettra à 120 000 petits producteurs camerounais d'approvisionner des groupes agro-industriels...

Lire la suite

Finance

Moody's et Fitch divergent sur les perspectives du Gabon

Moody's et Fitch divergent sur les perspectives du Gabon

L'agence de notation Moody's vient d'attribuer une première note de crédit aux émissions souveraines du Gabon : "Ba3" à long terme, avec des perspectives "stables". Un diagnostic plus optimiste que...

Lire la suite

Agro-industrie

En Afrique, les géants du sucre font parler la poudre

En Afrique, les géants du sucre font parler la poudre

Alors que la consommation augmente, portée par la croissance démographique, les producteurs africains doivent s'armer afin de répondre à la demande locale et résister à la concurrence brésilienne et asiatique.

Lire la suite

Corruption

Algérie : une autoroute nommée scandale

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus grosses affaires de corruption des quinze...

Lire la suite

TV

Au sommaire de Réussite le 19 décembre

Au sommaire de Réussite le 19 décembre

Les caméras de Réussite vous emmènent à la rencontre de Mohammed Dewji, entrepreneur tanzanien qui a transformé l'héritage familial en un groupe diversifié, et de Erick Rajaonary, producteur d'engrais bio...

Lire la suite

Ciment

RD Congo : Financement bouclé pour la cimenterie de Lucky Cement et de Rawji

RD Congo : Financement bouclé pour la cimenterie de Lucky Cement et de Rawji

Un groupe de bailleurs, dont la Banque africaine de développement et la Société financière internationale, prête 135 millions de dollars pour la construction d'une cimenterie de 1,2 million de tonnes...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d'Ivoire : ExxonMobil prévoit d'investir 400 millions de dollars dans deux blocs pétroliers

Côte d'Ivoire : ExxonMobil prévoit d'investir 400 millions de dollars dans deux blocs pétroliers

Le groupe américain ExxonMobil a signé deux contrats de partage de production avec la Côte d'Ivoire, pour l'exploration et l'exploitation de deux blocs pétroliers dans l'offshore profond. Environ 400 millions...

Lire la suite

Reportage TV

Au Sénégal, Simpa parie sur le plastique

Au Sénégal, Simpa parie sur le plastique

Les caméras de Réussite vous font découvrir l'usine de la Société industrielle moderne des plastiques africains (Simpa), dans la banlieue de Dakar. L'obsession de son patron, Ibrahim Hawili ? La production...

Lire la suite

Finance

Banque nationale du Canada entre au capital du mauricien AfrAsia Bank

Banque nationale du Canada entre au capital du mauricien AfrAsia Bank

Banque nationale du Canada a pris une participation de 9,5% dans le capital de la banque d'affaires mauricienne AfrAsia Bank. Une opération estimée à 16 millions de dollars canadiens (11...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags