Le Sénégal prépare une nouvelle loi sur la pêche maritime.
L'Algérie va réviser son budget 2015 pour limiter l'impact de la chute du cours du pétrole sur son commerce extérieur.

Maroc : ces paradis artificiels qui cachent la forêt

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

La très chic cité balnéaire de Bouznika, entre Rabat et Casablanca. © Alexandre Dupeyron/JALes programmes résidentiels ont éclos un peu partout ces dernières années. Malgré le retard et, parfois, l'absence d'acquéreurs, l'état des lieux n'est pas si sinistre qu'on le croit.

Bouznika, petite cité balnéaire à mi-chemin entre Rabat et Casablanca. C'est ici que nombre de nantis marocains prennent leurs quartiers pendant la saison estivale. Les maisons en front de mer, denrée rare, ont trouvé acquéreurs depuis parfois plusieurs décennies. Mais, il y a quelques années, boom immobilier aidant, de nouveaux promoteurs ont voulu investir le filon. C'est ainsi qu'est né le projet Eden Island : 22 hectares de résidences haut de gamme, d'installations sportives et de loisirs aquatiques au milieu d'un lac artificiel, le tout avec vue imprenable sur l'Atlantique. Eden Island porte décidément bien son nom ; un petit coin de paradis en plein coeur du Maroc qui bouge, sur l'axe Rabat-Casa. Pourtant, les allées de cet éden semblent bien peu peuplées. À l'heure où le soleil plonge dans l'océan, rares sont les maisons et les appartements qui s'illuminent, et si les rues proprettes s'éclairent à la tombée de la nuit, c'est parce que le personnel, nombreux, veille sur des habitants encore trop rares.

Retour sur terre

Le marché n'est pas en crise. Il revient à une normalité bien plus saine économiquement.

Ici, loin de l'euphorie des années 2000, on est redescendu sur terre. Les appartements de grand standing qui, hier, étaient mis en vente à 5 millions de dirhams (DH, 450 000 euros) sont aujourd'hui proposés à moitié moins, avant négociation. Bienvenue dans le marché réel.

Youssef fait les frais de cette bulle en train de retomber. Locataire d'un petit appartement à Casablanca, le jeune patron d'entreprise a acheté une villa à Dar Bouazza (dans la banlieue sud de la capitale économique), qu'il comptait mettre en location. « Je voulais devenir propriétaire tout en ayant des rentrées d'argent supplémentaires, mais je dois complètement revoir mes plans. Cela fait presque six mois que je cherche un locataire et je n'en trouve pas, même pour les 16 000 DH [1 435 euros, NDLR] que j'en demande maintenant, soit à peine plus cher que le loyer de mon appartement de quatre pièces en plein centre de Casablanca. »

Comme l'explique Mehdi Jennane, directeur de projet à Carré Éden, un projet urbain intégré de haut standing à Marrakech, « c'est en effet le secteur du résidentiel secondaire, à la périphérie des grandes villes ou en province, qui subit le plus les effets de la crise due à une surabondance de l'offre, qui plus est quand la qualité ou la pertinence des concepts ne sont pas au rendez-vous ». À Marrakech par exemple, on ne compte plus les grands projets sinistrés, les resorts à l'arrêt et les chantiers fantômes.

À Casablanca et à Rabat, toujours dans le logement haut de gamme, la situation est à peine meilleure. La plupart des observateurs notent un tassement des transactions. « Il y a encore quelques mois, la plupart de mes confrères passaient une grande partie de leur temps à gérer les questions de recouvrement ; aujourd'hui, c'est le niveau des commandes qui diminue dangereusement », confie l'un des principaux promoteurs immobiliers de la capitale économique.

immobilier-maroc infoClasse éco

Dans les environs immédiats de Casablanca, ce sont les ambitieux projets en construction à Bouskoura qui suscitent le plus d'interrogations. Lancés par les leaders du secteur (Addoha, CGI, Palmeraie Développement, etc.), ils accusent pour la plupart un lourd retard de livraison. À tel point que les futurs heureux propriétaires de ces complexes résidentiels à la Desperate Housewives - qui ont tous acheté sur plan dans l'euphorie du boom immobilier, souvent par crainte d'une hypothétique hausse des prix -, ne sont plus tout à fait rassurés. Organisés en associations, ils entendent faire pression sur les promoteurs pour que ceux-ci tiennent les engagements (non écrits) qu'ils ont pris.

« Le trop-plein de l'offre immobilière dans le haut standing commence déjà à se résorber et l'on constate que les projets de qualité trouvent toujours preneurs, même si les rythmes de vente ont nettement ralenti », rassure cependant Mehdi Jennane. Deux raisons principales motivent cet optimisme : Marrakech reste une destination privilégiée de vacances pour les Marocains. Par ailleurs, selon Mehdi Jennane, la demande européenne, notamment française, ne faiblit pas - « beaucoup de nos clients sont de jeunes séniors français qui cherchent à investir à Marrakech pour y établir leur résidence semi-principale, voire principale ».

À Casablanca, Amine Guennoun, directeur général des Espaces Saada, spécialiste du logement social, est lui aussi plutôt optimiste. « La crise immobilière dont parlent certains est celle des projets lancés dans l'euphorie il y a quelques années et qui, à l'époque, trouvaient preneurs. Aujourd'hui, on ne peut plus se permettre de lancer des projets immobiliers sans les avoir structurés rationnellement, explique le promoteur. Ce qui conduit à une professionnalisation du secteur. »

Y aura-t-il trop de bureaux à Casa ?

Une étude réalisée par le leader national, Lazrak Immobilier, souligne qu'entre 2013 et 2016 le parc de bureaux à Casablanca - qui, avec Rabat, fournit 80 % de l'offre nationale - devrait augmenter de 60 %. Or « l'industrie des immeubles de bureaux est un miroir de l'activité économique », rappellent les auteurs de l'étude : « Les entreprises qui prospèrent recrutent davantage et cherchent des espaces en adéquation avec leur développement. A contrario, [celles] en difficulté se tournent naturellement vers la réduction de coûts, à commencer par ceux immobiliers. » Pourtant, 650 000 m2 de bureaux seront commercialisés d'ici à 2016 à Casa Finance City, 120 000 m2 à Casa Marina, 60 000 à Casanearshore. À ce rythme, la capitale économique a toutes les chances de produire plus du double de la demande actuelle en bureaux. Ce qui, dans quatre ans, pourrait porter l'offre excédentaire à 500 000 m2, soit le quart du parc prévu. Un peu de prudence serait donc de mise.

Sur le terrain, le ralentissement de l'activité, visible en ce qui concerne le haut standing, n'est pas perceptible de la même manière pour le milieu de gamme et le logement social. Les principaux acteurs de ces marchés, tels qu'Addoha, CGI ou les Espaces Saada, continuent de bien travailler, tout autant, avec des marges qui se sont néanmoins contractées en raison de l'augmentation des coûts de revient. L'autre petit bémol à apporter à cette bonne santé affichée du marché de l'immobilier économique est que, si le secteur connaît encore peu de méventes, c'est également au prix d'un soutien massif de l'État, qui en a fait une priorité nationale.

Normalité

Mais n'oublions pas que, comme souvent au Maroc, la météo a aussi son mot à dire. « Les récentes précipitations ne manqueront pas d'avoir un impact sur l'activité du secteur immobilier, veut croire un promoteur casablancais. Quand il pleut, les ruraux sont plus optimistes, consomment plus, investissent plus, et cela se répercute en particulier sur le logement social », argumente-t-il. « Au Maroc, gouverner, c'est pleuvoir », disait déjà Lyautey...

Selon les professionnels, les perspectives pour l'immobilier résidentiel en général, et sur le segment économique en particulier, ne semblent donc pas aussi mauvaises qu'ils pouvaient le craindre. Même si certains doutes planent encore sur l'immobilier professionnel (lire encadré), le marché marocain n'est donc pas à proprement parler en crise. Tout du moins pas encore. Les nuages sont certes nombreux, mais la plupart des acteurs veulent encore croire aux lendemains qui chantent puisque, après la folle envolée des prix des années 2000, le marché semble enfin revenir à une normalité bien plus saine économiquement.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Private equity

DPI lève 725 millions de dollars pour son deuxième fonds

DPI lève 725 millions de dollars pour son deuxième fonds

Le capital-investisseur Development Partners International, spécialisé sur l'Afrique, annonce avoir levé 725 millions de dollars pour son deuxième fonds, nettement plus que les 500 millions initialement attendus.

Lire la suite

Transport aérien

Quand RwandAir achète européen

Quand RwandAir achète européen

La commande par la compagnie aérienne RwandAir de deux Airbus A330 est-il le signe d'un réchauffement des relations entre Kigali et l'Hexagone, qui héberge le siège du constructeur ? Pas...

Lire la suite

Infrastructures

Bénin : le projet d'aménagement de la "Route des pêches" en pleine controverse

Bénin : le projet d'aménagement de la

Longeant l'océan de Ouidah à Cotonou, la Route des pêches est au coeur d'un énorme projet touristique. Au grand dam des riverains et des historiens.

Lire la suite

Consommation

Eaux minérales : objectif qualité pour les Brasseries du Maroc

Eaux minérales : objectif qualité pour les Brasseries du Maroc

Exploitée dans un cadre préservé, l'eau minérale Aïn Ifrane mise sur ses propriétés thérapeutiques pour s'imposer sur le marché national.

Lire la suite

Exclusif

Hôtellerie : Cesse Kome signe avec Sheraton au Mali

Hôtellerie : Cesse Kome signe avec Sheraton au Mali

L'homme d'affaires ivoiro-malien Cesse Kome va signer un accord avec Sheraton, marque de l'américain Starwood Hotels & Resorts, pour la construction d'un hôtel à Bamako, a appris "Jeune Afrique".

Lire la suite

Hydrocarbures

Total a cédé environ un milliard de dollars d'actifs au Nigeria

Total a cédé environ un milliard de dollars d'actifs au Nigeria

Avec la cession de sa participation dans le bloc OML 29, situé dans le Delta du Niger, Total a porté à un milliard de dollars les revenus tirés de la...

Lire la suite

Finances publiques

L'Algérie va réviser son budget 2015

L'Algérie va réviser son budget 2015

L'Algérie prépare la révision de son budget pour l'année en cours afin de limiter l'impact de la chute des prix du pétrole, notamment sur sa balance commerciale.

Lire la suite

Agro-industrie

La Côte d'Ivoire veut sa part du marché du chocolat

La Côte d'Ivoire veut sa part du marché du chocolat

Si l'exportation de fèves de cacao a rapporté plus de 2 milliards d'euros aux producteurs ivoiriens l'an dernier, ces profits pèsent peu par rapport aux revenus de la fabrication de...

Lire la suite

Finance

Immobilier : le fonds Kaydan enfin opérationnel

Immobilier : le fonds Kaydan enfin opérationnel

Le fonds Kaydan, un véhicule financier consacré à l'immobilier en Afrique de l'Ouest, a été lancé. Créé par l'homme d'affaires ivoirien Alain Kouadio, ce fonds est immatriculé à Maurice.

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans "Jeune Afrique"

Cette semaine dans

Dans son édition de cette semaine, "Jeune Afrique" brosse le portrait des grands entrepreneurs sud-africains qui ont choisi de miser sur l'Afrique subsaharienne. Malgré des débuts difficiles, ces patrons ont...

Lire la suite

Reportage TV

Réussite : Promosol, un four solaire "made in" Tchad

Réussite : Promosol, un four solaire

Le four Promosol permet de cuire les aliments du quotidien grâce à l'énergie solaire. Le magazine "Réussite" vous amène au Tchad à la rencontre des utilisateurs, des fabriquants et des...

Lire la suite

Ciment

Burkina Faso : CimFaso lance une usine de broyage d'un million de tonnes

Burkina Faso : CimFaso lance une usine de broyage d'un million de tonnes

CimFaso a inauguré sa première usine de broyage de clinker (un constituant du ciment) au Burkina Faso. D'une capacité annuelle de 1 million de tonnes, le complexe industriel de la...

Lire la suite

Finance

Cru 2014 correct pour la banque UBA

Cru 2014 correct pour la banque UBA

Le groupe bancaire nigérian United Bank for Africa a annoncé des revenus et des profits 2014 en hausse de 8,6% et 3% respectivement. Les activités en Afrique hors Nigeria représentent...

Lire la suite

Consommation

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.

Lire la suite

Afrique du Sud

Ciment : PPC et AfriSam renoncent à fusionner

Ciment : PPC et AfriSam renoncent à fusionner

Les deux géants sud-africains du ciment, PPC et AfriSam, viennent d’annoncer qu’ils mettent un terme aux discussions devant conduire à leur fusion. L’opération devait pourtant accélérer leur expansion panafricaine.

Lire la suite

Ebola

Ebola : le FMI allège la dette des pays touchés de 100 millions de dollars

Ebola : le FMI allège la dette des pays touchés de 100 millions de dollars

Le FMI a annoncé jeudi avoir achevé son plan d’allègement de dette d’environ 100 millions de dollars en faveur des trois pays africains frappés par l’épidémie d’Ebola : le Liberia,...

Lire la suite

Conjoncture

La balance commerciale de l’Algérie passe dans le rouge

La balance commerciale de l’Algérie passe dans le rouge

Les conséquences de la chute des prix du baril de pétrole se font sentir en Algérie : le pays a enregistré un déficit de 341 millions de dollars de sa balance...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Shell récupère 1,7 milliard de dollars supplémentaires

Nigeria : Shell récupère 1,7 milliard de dollars supplémentaires

Royal Dutch Shell a annoncé avoir cédé ses intérêts dans le bloc pétrolier OML 29 ainsi que dans l'oléoduc NCTL, situés au Nigeria, à Aiteo, un groupe fondé et dirigé...

Lire la suite

Afrique centrale

Cemac : le déficit extérieur plonge

Cemac : le déficit extérieur plonge

La croissance devrait s'établir à 4,2% en 2015, contre 4,4% l’année écoulée, estime la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac). Mais les déficits jumeaux s'accroissent fortement.

Lire la suite

Agriculture

Bénin : un joli coup de pousse

Bénin : un joli coup de pousse

Productions relancées, mécanisation des activités, industrialisation de l'élevage... Le gouvernement passe à l'action. Objectif : renforcer la sécurité alimentaire. Et la croissance.

Lire la suite

Reportage

Tony Elumelu : rencontre avec l'homme qui mise 100 millions dans les startups africaines

Tony Elumelu : rencontre avec l'homme qui mise 100 millions dans les startups africaines

Les équipes du magazine TV Réussite sont parties à Lagos rencontrer Tony Elumelu, milliardaire nigérian à la tête du conglomérat Heirs Holdings. Un homme qui croit à l'urgente nécessite de...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags