La fin de l'argent bon marché inquiète les pays africains

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Rand Siphiwe-Sibeko-ReutersLe possible changement de politique de la Réserve fédérale américaine qui, depuis la crise de 2008, achète massivement des actifs pour injecter des liquidités dans l'économie américaine, inquiète les pays africains. Ces dernier voient déjà les capitaux internationaux se retirer.

Depuis la crise de 2008, la politique monétaire accommodante des États-Unis, dite quantitative easing, a largement profité aux économies émergentes. Bien sûr, leur but n'était pas d'inciter les investisseurs à découvrir le potentiel de l'Afrique. C'est pour soutenir son économie et éviter une crise de la dette que la Réserve fédérale américaine (FED) a fait tourner la planche à billets dans des proportions inédites, maintenant les taux d'intérêt à un niveau extrêmement bas et rachetant à tour de bras des actifs pour quelque 85 milliards de dollars (63,6 milliards d'euros) chaque mois.

Mais cette politique a eu des effets collatéraux inespérés pour les pays africains. Premier avantage, leurs monnaies ont gagné de la valeur par rapport au billet vert, diminuant d'autant le coût des importations - un coup de pouce précieux pour nombre de pays à la balance commerciale déficitaire. Surtout, d'énormes liquidités se sont trouvées disponibles, alors même que les rendements dans les pays développés étaient au plus bas. Ces capitaux se sont donc naturellement dirigés vers les économies émergentes, plus rémunératrices. Nombre de pays africains ont ainsi pu se financer à moindre coût, et l'on a vu les émissions obligataires fleurir au sud du Sahara. Depuis 2007, près de 8 milliards de dollars ont été levés dans cette zone, hors Afrique du Sud. Rien qu'en 2013, le Nigeria a emprunté 1 milliard de dollars, le Ghana 750 millions, la Tanzanie 600 millions et le Rwanda 400 millions.

Lire aussi : 

Les marchés émergents dans la tourmente
Le Kenya s'apprête à émettre un eurobond de 1,5 milliard de dollars
Pourquoi la dette africaine attire les investisseurs
Rwanda : l'emprunt obligataire largement sursouscrit

Robinet

Las, les meilleures choses ont une fin, et le changement annoncé de politique monétaire aux États-Unis pourrait bien sonner la fin de cette période bénie d'argent facile et bon marché. En mai, la FED a une première fois indiqué qu'elle pourrait mettre fin aux injections massives de liquidités destinées à soutenir la croissance américaine. Depuis, les investisseurs scrutent le moindre signe annonciateur d'une reprise qui signerait le début de la fin de "l'assouplissement quantitatif".

Jusqu'ici, ni date ni calendrier n'ont été fermement avancés, et la fermeture du robinet de liquidités ne se fera pas immédiatement ni de manière brutale. Mais les investisseurs ont compris que la fête serait bientôt finie et commencé à rapatrier leurs capitaux vers les États-Unis, où le dollar s'est déjà considérablement renforcé. Pour les pays africains, cela pourrait entraîner la mise en place d'un cercle vicieux de renchérissement de la dette et des importations (notamment énergétiques), de dépréciation de la monnaie, de tarissement du crédit et de poussées inflationnistes. Un potentiel cauchemar.

Pour Angus Downie, le directeur de la recherche économique d'Ecobank, deux mouvements opposés sont actuellement à l'oeuvre. "Les rendements de certains titres souverains africains ont déjà subi une poussée à la hausse, ce qui renforce les monnaies de ces pays. Cependant, la hausse des rendements américains conduit à la fuite des capitaux d'Afrique et, par conséquent, affaiblit les monnaies."

Au rang des pays dont les devises flanchent, on trouve notamment l'Afrique du Sud, dont la monnaie a perdu près d'un cinquième de sa valeur par rapport au dollar depuis janvier. Le 28 août, le taux de change était de 10,4 rands pour 1 dollar, le plus bas niveau depuis quatre ans. Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, s'était d'ailleurs fendu d'une déclaration acerbe en juin à destination des États-Unis : "Gérez vos affaires intérieures et les affaires internationales de manière responsable, afin que les effets négatifs sur nos économies ne soient pas aussi graves."

taux-de-change-shilling-naira-dollar infoOutre l'Afrique du Sud, les craintes de dépréciation sont réelles pour d'autres grandes économies du continent, notamment le Kenya et le Nigeria, même si pour l'instant la stabilité prévaut. Une stabilité coûteuse : la Banque centrale du Nigeria a dépensé des milliards de dollars de réserve de change ces deux derniers mois pour maintenir le naira dans sa zone de fluctuation (- 3 % autour de la barre des 155 nairas pour 1 dollar).

Réfléchir

Du côté des dettes souveraines, les premiers nuages sont également apparus dans le ciel africain. Le Ghana, qui a réussi la deuxième émission obligataire de son histoire en juillet, empruntant 750 millions de dollars sur dix ans, a dû accepter un taux de 8 %, alors que les obligations mises en vente lors de la précédente opération, qui arrivent à échéance en 2017, s'échangeaient en avril à 4,24 % et encore autour de 6 % au moment même de la deuxième émission. Même tendance au Nigeria, où les taux consentis lors de la récente émission obligataire de 1 milliard de dollars (autour de 7 %) sont bien supérieurs à ce qu'ils auraient pu être il y a encore quelques mois. Le Sénégal, qui avait prévu d'émettre un nouvel emprunt international en octobre pour 500 millions de dollars, va peut-être devoir y réfléchir à deux fois.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Télévision

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Le groupe audiovisuel français Canal Plus lance A+, une chaîne consacrée aux contenus africains. Elle ambitionne de devenir "la grande chaîne africaine". 

Lire la suite

Foncier

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Les riverains des plantations d'huile de palme et d'hévéa de Socfin, dont Bolloré est l'actionnaire principal, devront attendre. Leurs représentants ont décliné ce 24 octobre au groupe français leurs revendications...

Lire la suite

Décideurs

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la présidence de la Banque africaine de développement,...

Lire la suite

Maroc

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'est officiellement implanté à Casablanca Finance City (CFC), d'où le groupe américain compte poursuivre l'expansion de ses activités au Maghreb, ainsi qu'en Afrique occidentale et centrale.

Lire la suite

Mines

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

La RD Congo pourrait produire 18 tonnes d'or cette année, selon Martin Kabwelulu, le ministre des Mines du pays d'Afrique centrale. C'est trois fois le volume extrait l'an dernier.

Lire la suite

Décideurs

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé jusqu'à la prochaine...

Lire la suite

Consommation

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

La première entreprise cotée à la bourse de Douala enregistre un bénéfice de plus de 36 millions de F CFA au premier semestre de 2014. Une bonne nouvelle pour la...

Lire la suite

Distribution

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk et ses associés ont lancé une plateforme commune afin d'ouvrir plus d'une dizaine de supermarchés au Ghana.

Lire la suite

Finance

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

Bank of Africa Sénégal a ouvert la souscription à l'offre publique de vente (OPV) de 200 000 actions nouvelles. L'opération, qui s'achève le 21 novembre, sera suivie de l'introduction à...

Lire la suite

Agriculture

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la Banque africaine de développement, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise l'adoption par les pays africains des "innovations agricoles...

Lire la suite

Agr

Edouard Messou, PwC : "En Côte d'Ivoire, c'est la peur de manquer de cacao qui a fait grimper les prix"

Edouard Messou, PwC :

Edouard Messou, président Afrique subsaharienne francophone du cabinet de conseil PwC, est revenu pour "Jeune Afrique" sur la hausse spectaculaire des prix du cacao constatée cette année en Côte d'Ivoire. Pour le...

Lire la suite

Energie

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya a inauguré Olkaria IV, la quatrième station géothermique d'un programme électrique développé depuis les années 1980. D'une capacité de 140 mégawatts, c'est la centrale la plus puissante de...

Lire la suite

Saga

Sifca, une aventure ivoirienne

Sifca, une aventure ivoirienne

En ce mois d'octobre 2014, Sifca, le premier groupe privé de Côte d'Ivoire, fête ses 50 ans. Un demi-siècle de vie tumultueuse pour l’ancien leader du cacao, devenu le numéro...

Lire la suite

Éducation

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Le directeur de la business school sénégalaise est en quête de partenariats en France afin d'ouvrir dans son établissement un master similaire à celui d'une grande école hexagonale en octobre...

Lire la suite

Focus

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Utiliser la rente pétrolière pour encourager les chômeurs à créer leur micro-entreprise. Telle est la stratégie des autorités algériennes, qui subventionnent les porteurs de projets.

Lire la suite

Événement

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Réunis à Djibouti les 21 et 22 octobre, les ministres des Transports et des Infrastructures du Marché commun de l'Afrique australe et orientale (Comesa) ont entériné des avancées majeures dans...

Lire la suite

Intégration régionale

Ilyas Moussa Dawaleh : "L'axe Djibouti-Addis est un modèle unique en Afrique"

Ilyas Moussa Dawaleh :

Ancien directeur des opérations du Port de Djibouti, Ilyas Moussa Dawaleh est depuis 2011 le ministre de l'Économie et des Finances du pays d'Afrique de l'Est. Dans cette interview accordée à...

Lire la suite

Interview

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Marc Rennard, Orange :

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence accrue, il mise sur l'explosion des...

Lire la suite

Maroc

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

Après avoir été suspendu pendant une semaine, les titres du promoteur immobilier marocain CGI vont être radiés de la cote à la Bourse de Casablanca. C'est la décision prise par...

Lire la suite

Finances publiques

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Bloomfield Investment a maintenu la note "BBB+" attribuée à la commune de Dakar. L'agence de notation financière a toutefois abaissé ses perspectives de "positives" à "stables". En cause : l'incertitude...

Lire la suite

Décideurs

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Thierry Desmarest et Patrick Pouyanné ont été nommés à la tête du groupe pétrolier français à la suite du décès de Christophe de Margerie dans un accident d’avion

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags