Préférence nationale : au tour des Africains !

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

local-content-ghana Alamy-Photo112Employés, actionnaires, sous-traitants... Les multinationales doivent davantage recourir aux ressources locales. Les États du continent ont tout à y gagner. Et commencent à le comprendre.

 

Début 2010, le quotidien Cameroon Tribune publiait un article assassin dans lequel il s’inquiétait de voir les fleurons industriels du pays dirigés par des étrangers. Qu’en est-il aujourd’hui ? Selon le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), des avancées notables ont été réalisées ces dernières années pour promouvoir et protéger l’emploi local à tous les échelons, même les plus élevés (lire interview). Africaniser l’économie : ce débat n’est pas spécifique au Cameroun, il traverse actuellement l’ensemble du continent.

Ainsi, le Ghana devrait bientôt adopter une loi obligeant les investisseurs étrangers à ouvrir 30 % de leur capital à des entreprises du pays. La Côte d’Ivoire réfléchit à l’instauration de quotas réservés à la sous-traitance locale sur ses grands projets d’investissements. Le Mozambique, lui, a déjà introduit une contrainte similaire auprès des groupes miniers. Et la Guinée, enfin, tente de faire de même avec Rio Tinto sur le gisement de fer de Simandou.

Lire aussi :

Carlos Lopes : "Il faut utiliser les matières premières pour industrialiser l'Afrique"
Un gouverneur hausse le ton contre les Chinois
Black Diamonds, le luxe après les privations
Simon Alexandre : "Nous voulons favoriser le transfert d'expertises vers le Sud"

La préférence nationale ou contenu local – local content, en anglais – est à l’ordre du jour en Afrique. « Le continent semble enfin en avoir saisi toute l’importance », constate Stéphane Brabant, avocat associé chez Herbert Smith Freehills. Défini depuis près de vingt ans par les institutions financières internationales, ce concept vise à « assurer un rééquilibrage des richesses en invitant les États à capitaliser sur leurs ressources naturelles », explique Paul Mercier, directeur Afrique du cabinet de recrutement Michael Page. Pour cela, les pouvoirs publics disposent de plusieurs outils : imposer le recours à l’emploi local ; obliger les entreprises étrangères à ouvrir leur actionnariat aux acteurs nationaux ; exiger d’elles qu’elles se fournissent localement en biens et services, afin de densifier le tissu de PMI-PME…

Avec le Black Economic Empowerment, l'Afrique du Sud a été pionnière.

Saupoudrage

L’Afrique ne fait aujourd’hui qu’emboîter le pas aux économies sud-américaines ou asiatiques. Le Brésil, le Chili ou la Malaisie ont par exemple multiplié les expériences de local content ces cinq dernières années. Bien décidé à rattraper son retard, le continent vise d’abord les entreprises étrangères présentes dans les hydrocarbures et les mines. Le secteur extractif est en effet le premier concerné par la préférence nationale, « dans la foulée des objectifs de transformation et de valorisation des matières premières affichés par certains pays », précise Jan Rieländer, économiste à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

En dehors de l’Afrique du Sud, pionnière en 2007 avec son Black Economic Empowerment (BEE, appliqué à tous les secteurs d’activité), les premiers à saupoudrer leurs cadres juridiques d’un peu de contenu local ont ainsi été les producteurs d’hydrocarbures comme l’Algérie en 2009, le Nigeria en 2010 (lire encadré) et l’Angola plus récemment. Le Gabon a lui aussi tenté l’expérience, mais uniquement sur sa filière bois et sans grand succès, faute de compétitivité face à des concurrents régionaux qui ont pour l’instant préféré s’abstenir.

« Les activités extractives ont rapidement été ciblées, car elles demandent des investissements lourds – comme dans le cas de gisement offshore – qu’il était nécessaire d’inclure dans le reste de l’économie », explique Henri-Bernard Solignac Lecomte, directeur Afrique à l’OCDE. D’autant que, crise financière aidant, le pouvoir de négociation des États détenteurs de licences d’exploration semble s’être renforcé face à des opérateurs étrangers soucieux de mettre la main sur de nouvelles capacités de production, quitte à abandonner le contrôle capitalistique d’un projet – notamment sous la pression de la société civile.

local-content infoCascade

Derrière le local content, des enjeux majeurs : la création d’emplois et le transfert de compétences. En astreignant les grandes majors situées en haut de la pyramide à s’approvisionner localement, les gouvernements espèrent bénéficier en retour – et « en toute légitimité », selon les experts – d’effets en cascade. « Le local content est une opportunité formidable pour créer des capacités », confirme-t‑on du côté de l’OCDE. Avec, à la clé, l’émergence d’une main-d’œuvre qualifiée et la constitution d’une sous-traitance industrielle digne de ce nom. La politique de contenu local a également un rôle essentiel à jouer « en formalisant l’informel », selon Stéphane Brabant. En ayant recours à des entreprises locales, les multinationales les aideront à se structurer et à adopter de bonnes pratiques managériales. En d’autres termes, à sortir de l’économie grise.

Le Nigeria montre l'exemple

De l'avis de nombreux observateurs, le Nigeria est l'un des pays subsahariens qui ont poussé le plus loin le concept de préférence nationale. Bien décidé à maximiser les retombées de sa filière extractive, le pays s'est inspiré des exemples norvégien et brésilien pour promulguer en avril 2010 le Nigerian Content Act, première loi du genre sur le continent. « L'objectif est que, à terme, la part nationale représente 70 % des 18 milliards de dollars [14 milliards d'euros] investis chaque année dans le pétrole et le gaz nigérians », explique Jean Balouga, spécialiste de la filière à l'université de Lagos. Même si la loi n'impose pas de quotas, elle n'oublie aucun aspect et encadre au plus près l'emploi, la sous-traitance, la fiscalité et l'actionnariat. « Elle demande même depuis 2011 aux principaux opérateurs d'assurer la formation de leur personnel », ajoute Alexandre Fabre, directeur associé du cabinet de recrutement Adexen.

Les résultats n'ont pas tardé à se faire sentir : en trois ans, le nombre d'entreprises nigérianes présentes dans le secteur a doublé. « En plus des petits opérateurs locaux, la loi a permis le développement d'une industrie au service de l'aval pétrolier, dans la construction, l'informatique ou la logistique », indique Jan Rieländer, économiste à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Selon le gouvernement fédéral, la loi aurait déjà assuré la création de 300 000 emplois « tout en diffusant une culture entrepreneuriale dans le pays », reprend-il. Les banques profitent également de cette « nationalisation » des secteurs pétrolier et gazier en multipliant les montants investis, tandis que l'émergence d'une industrie locale « a renforcé la position du naira face au dollar », affirme la Banque centrale du Nigeria. O.C.

Seule ombre au tableau, la question de la mise en œuvre. « Aujourd’hui, tout le monde s’accorde sur la nécessité d’introduire du local content dans les contrats de concession, mais cela reste très délicat à mettre en place », souligne Paul Mercier. Pour que la recette fonctionne, les entreprises étrangères doivent pouvoir trouver sur place des compétences adaptées à des métiers à forte technicité. Une mission parfois impossible, ce qui explique le succès des hommes et des femmes de la diaspora, qui sont aujourd’hui les principaux bénéficiaires du contenu local. Les multinationales doivent enfin pouvoir s’appuyer sur des sous-traitants compétitifs dans un contexte de marché mondialisé.

« Les États doivent avoir les moyens de ce qu’ils veulent imposer aux entreprises », avance Alexandre Fabre, directeur associé d’Adexen, un cabinet de recrutement spécialisé dans les pays pétroliers. D’où la nécessité, plaide Carlos Lopes, secrétaire général de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, de donner du temps au temps : « On peut imposer à un groupe d’avoir, au bout d’une période donnée, un certain nombre d’ingénieurs locaux. Cela obligera l’entreprise à les former, alors qu’aujourd’hui les États se sentent obligés de prendre en charge les formations qui permettront aux firmes d’embaucher des nationaux. Il faut que cela devienne le problème de l’entreprise, et vous verrez qu’elle trouvera rapidement des solutions », expliquait-il il y a quelques mois à Jeune Afrique.

Défi

Prochaine étape pour assurer du travail au plus grand nombre : les gouvernements pourraient étendre la notion de préférence nationale à d’autres secteurs moins techniques que celui des hydrocarbures, à commencer par celui de l’agro-industrie, une activité fortement consommatrice de main-d’œuvre. « Sous la pression démographique, l’Afrique se trouve face au défi d’insérer dans le marché du travail près de 200 millions de jeunes dans les dix ans », rappelle Thierry Téné, directeur de l’Institut Afrique RSE, un cabinet d’expertise spécialisé dans la responsabilité sociétale des entreprises. Par sa capacité (ou non) à faire croître le taux d’emploi, la politique de contenu local justifiera (ou pas) son statut d’instrument indispensable à la croissance inclusive, si chère aux institutions financières internationales.

3 questions à André Fotso, président du Gicam : « Parmi les avantages, le transfert de technologie »andre-fotso gicam

Le Cameroun vient d'adopter un nouveau cadre légal pour mettre en oeuvre la préférence nationale. Explications du patron des patrons.

Jeune Afrique : Quelles sont les principales dispositions de la loi promulguée le 18 avril pour encadrer le local content au Cameroun ?

André Fotso : Elle prend en compte, de manière explicite ou sous-jacente, l’ensemble des aspects du local content : l’emploi, la fiscalité et l’actionnariat des entreprises. Cette loi vient en complément des dispositions déjà prises pour favoriser l’utilisation et la formation de la main-d’œuvre camerounaise ainsi que la promotion de la sous-traitance locale. Depuis 1993, les emplois d’ouvriers, d’employés et d’agents de maîtrise ne peuvent être confiés à des étrangers que sur présentation d’une attestation certifiant le manque de travailleurs camerounais dans la spécialité concernée. Une circulaire précise même depuis 2012 que 50 % des emplois d’encadrement doivent être réservés à des nationaux, 60 % pour les emplois de maîtrise et 85 % pour les emplois d’exécution.

Existe-t-il un quota réservé à la sous-traitance locale dans les grands appels d’offres actuellement lancés ?

Une circulaire de 2012 relative à la promotion de la sous-traitance locale réserve 30 % des grands projets d’investissements en cours aux entreprises du pays. Nous avons travaillé avec le gouvernement pour obtenir cette disposition et nous entendons poursuivre notre partenariat avec l’Agence de régulation des marchés publics pour que la sous-traitance camerounaise soit davantage prise en compte dans le nouveau code des marchés en préparation.

Quels sont les avantages du local content pour les pays africains ?

Ils sont nombreux, mais je citerai principalement la création d’emplois et le transfert de technologie. Bien que les pays africains connaissent ces dernières années une forte croissance, celle-ci tarde à générer des emplois décents. L’application du local content donne la possibilité d’en créer des millions et de réduire de manière substantielle la pauvreté tout en maintenant les pays sur le chemin d’une croissance durable et inclusive.

Propos recueillis par Olivier Caslin

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Environnement

Afrique centrale : création d'un fonds pour une économie verte

Afrique centrale : création d'un fonds pour une économie verte

Les ministres de l'Environnement et des Finances d'Afrique centrale ont adopté un texte portant sur la création du Fonds régional pour l'économie verte. Il est axé principalement sur le secteur...

Lire la suite

Grandes Écoles

Madiba University : à Dakar, l'union fait la force

Madiba University : à Dakar, l'union fait la force

L'Institut africain de management (IAM) et l'Institut supérieur de management (ISM) ont décidé de créer une nouvelle entité : Madiba University à Dakar. Une première en Afrique francophone.

Lire la suite

Décideurs

Elyès Jouini : Dauphine-Tunis, c'est lui

Elyès Jouini : Dauphine-Tunis, c'est lui

Elyès Jouini compte parmi les figures incontournables de l'enseignement supérieur français. Ce Franco-Tunisien, spécialiste de l'économie financière, est devenu, en 2004, vice-président de l'université Paris-Dauphine chargé de la recherche. Portrait.

Lire la suite

Brasseries

Heineken va fusionner ses deux filiales au Nigeria

Heineken va fusionner ses deux filiales au Nigeria

Heineken va fusionner ses deux filiales Nigerian Breweries et Consolidated Breweries au Nigeria. La nouvelle entité, qui conservera le nom Nigeria Breweries, détiendra à elle seule 70 % du marché...

Lire la suite

Notation

Burkina Faso : Wara met sous surveillance les notes de Coris Bank et Onatel

Burkina Faso : Wara met sous surveillance les notes de Coris Bank et Onatel

Suite aux événements ayant mené à la dissolution du gouvernement burkinabè le 30 octobre, l'agence de notation WARA a mis sous surveillance négative l'opérateur télécoms Onatel et Coris Bank International....

Lire la suite

Conseil juridique

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Dans une déclaration écrite, le bâtonnier du barreau de Côte d'Ivoire critique le recours par Orrick au statut de conseiller juridique. Le secrétaire de l'Ordre des avocats demande au cabinet...

Lire la suite

Conjoncture

Zone Cemac : la Banque centrale abaisse ses prévisions de croissance

Zone Cemac : la Banque centrale abaisse ses prévisions de croissance

La Banque des États de l'Afrique centrale a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la région Cemac de 6,1 % à 5,7 % en 2014. Une décision...

Lire la suite

Télécoms

Quel partenaire pour Camtel ?

Quel partenaire pour Camtel ?

Avec l'obtention surprise d'une licence globale, l'opérateur public camerounais fait son retour dans la téléphonie mobile. Mais sans alliance stratégique, il aura bien du mal à percer.

Lire la suite

Portrait

Léonard Wantchékon, du cachot à l'Académie

Léonard Wantchékon, du cachot à l'Académie

Léonard Wantchékon a été élu à l'Académie américaine des arts et des sciences en 2013. Découvrez le surprenant parcours de cet universitaire béninois de 58 ans.

Lire la suite

Téléphonie

Maroc Telecom renoue avec la croissance dans le royaume chérifien

Maroc Telecom renoue avec la croissance dans le royaume chérifien

Au troisième semestre 2014, l'opérateur Maroc Télécoms a engrangé un chiffre d'affaires de 7,3 milliards de dirhams (+ 4,3 % par rapport à la même période en 2013). Une performance...

Lire la suite

Finance

Bourse : Casablanca et Londres renforcent leur partenariat

Bourse : Casablanca et Londres renforcent leur partenariat

Après avoir conclu un partenariat avec la Bourse de Casablanca, le London Stock Exchange vient de signer un accord avec la société Maroclear, visant à l'attribution d'un identifiant unique aux...

Lire la suite

Conseil juridique

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à Johannesburg. Un pari assumé.

Lire la suite

Innovation

Millicom lance sa fondation pour les innovateurs africains

Millicom lance sa fondation pour les innovateurs africains

Millicom-Tigo a lancé officiellement au cours d'une session sur internet sa fondation pour les entrepreneurs sociaux innovants, dotée d'un budget annuel de 10 millions de dollars. Le Tchad, la RD...

Lire la suite

Éducation

À Tlemcen, un institut dédié aux sciences de l’eau et de l'énergie ouvre ses portes

À Tlemcen, un institut dédié aux sciences de l’eau et de l'énergie ouvre ses portes

Après le Kenya, le Nigéria, le Cameroun et Maurice, c'est au tour de l'Algérie d'accueillir un des instituts de l'université panafricaine

Lire la suite

Hydrocarbures

L'Algérie signe ses premiers contrats pétroliers depuis l'attaque d'In Amenas

L'Algérie signe ses premiers contrats pétroliers depuis l'attaque d'In Amenas

Les compagnies pétrolières Statoil, Shell, Repsol, Enel et Dragon ont signé ce mercredi cinq contrats d'exploitation pétrolière en Algérie, les premiers depuis l'attaque du champ d'In Amenas en 2013.

Lire la suite

Reportage TV

Gabon : à Angondjé, un nouveau quartier sort de terre

Gabon : à Angondjé, un nouveau quartier sort de terre

Au nord de Libreville, à proximité immédiate du stade de l'Amitié, la ville nouvelle d'Angondjé sort de terre. 1 800 logements censés favoriser la mixité sociale sont sur le point...

Lire la suite

Télécoms

Viettel va investir un milliard de dollars en Tanzanie

Viettel va investir un milliard de dollars en Tanzanie

Après avoir obtenu sa licence, mi-octobre, Viettel a annoncé vouloir investir un milliard de dollars en Tanzanie. L'opérateur télécoms espère pouvoir lancer ses opérations en juillet 2015, sur un marché déjà...

Lire la suite

Rapport

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

Selon le rapport Doing Business 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui...

Lire la suite

Automobile

Johan Van Zyl : "Pour rester leader en Afrique, Toyota doit être présent sur toute la gamme"

Johan Van Zyl :

Vendre des citadines en plus des 4×4 ? Afin que Toyota reste la plus vendue du continent, son patron sud-africain sait qu'il doit s'adapter aux nouveaux modes de consommation.

Lire la suite

Agroalimentaire

NCA-Rouiba débarque au Bénin

NCA-Rouiba débarque au Bénin

Le n°1 algérien de la production de boissons à base de fruits va signer un protocole d'accord avec les autorités béninoises en vue d'exploiter des usines dans la région de...

Lire la suite

Cameroun

Notation : la situation financière de Camtel stable à court terme

Notation : la situation financière de Camtel stable à court terme

Bloomfield attribue pour la première fois la note "BBB" avec une perspective positive à long terme et "A3" sur le court terme à Camtel. Si l'agence de notation reconnaît une...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags