Les zones économiques spéciales peuvent-elles transformer l'Afrique ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le chinois Huajian Group s’est déjà installé dans la zone industrielle de Dukem, en cours d’aménagement en Éthiopie. © Jenny Vaughan/AFPÀ l'instar des dragons asiatiques, les pays africains multiplient les créations de zones économiques spéciales pour développer leur industrie. Une stratégie qui a déjà été expérimentée sur le continent... avec un succès mitigé.

« La clé de notre industrialisation ! » C'est ainsi que Mekonnen Manyazewal, le ministre éthiopien de l'Industrie, a qualifié en mars la première zone économique spéciale (ZES) que le pays s'apprête à inaugurer vers la fin juillet. Bole Lemi Industrial Zone est aménagée près d'Addis-Abeba, sur 156 ha, pour un coût de 49 millions de dollars (38 millions d'euros). Son objectif est hautement stratégique : d'une part, attirer, grâce à des avantages fiscaux, des manufacturiers des secteurs agricole, pharmaceutique et textile dont les produits à valeur ajoutée seront destinés à l'exportation ; et d'autre part, créer des emplois. D'après le ministre, des sociétés sud-coréennes et chinoises ont pris contact avec le gouvernement. Le fabricant chinois de chaussures Huajian Group s'est quant à lui déjà installé dans la zone industrielle de Dukem, un autre parc détaxé en construction près d'Addis-Abeba. Il entend y investir jusqu'à 2 milliards de dollars dans de nouvelles usines dans les prochaines années.

En 2011, l'enthousiasme était le même lors de l'inauguration, en grande pompe, de la ZES de Nkok, près de Libreville, au Gabon. Et là aussi, les attentes sont grandes : « Pour la première phase, qui couvre 1 126 ha répartis entre zones industrielle, commerciale et résidentielle, 62 clients ont à ce jour confirmé leur présence. Mis bout à bout, leurs projets représentent 1,7 milliard de dollars d'investissements directs étrangers [IDE] », affirme Gagan Gupta, son directeur général. À la clé, la création de 9 000 emplois directs.

Lire aussi :

Les défis de l'industrialisation
La croissance c'est bien... l'emploi c'est mieux
Où sont les économistes africains ?

Délocalisation

Institutions internationales et analystes sont de plus en plus nombreux à estimer que le développement de cadres favorables au secteur manufacturier léger (intensif en travail), en favorisant une délocalisation de certaines activités de l'Asie vers l'Afrique, est une piste très prometteuse pour l'industrialisation du continent. Les dragons asiatiques (la Chine, la Corée du Sud ou encore Singapour), qui proposent aujourd'hui leurs expertises aux pays africains, se sont eux-mêmes industrialisés en attirant les firmes occidentales dans des ZES installées sur leurs territoires. L'Éthiopie et le Gabon ne sont pas les seuls à se lancer dans cette politique. Le Congo, Djibouti, la RD Congo, la Tanzanie, le Nigeria, le Sénégal et bien d'autres travaillent sur des projets similaires. Reste que ces zones ne sont en réalité pas une nouveauté en Afrique.

Dans les années 1980, lorsque le modèle économique de ces pays, basé sur l'exportation des matières premières, a montré ses limites avec l'effondrement des cours, les États africains ont été nombreux à créer ce type de zones franches, avec pour objectif de diversifier leurs économies. En 2009, on en dénombrait ainsi une centaine sur l'ensemble du continent, selon le secrétariat du Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest (CSAO).

Isabelle Ramdoo : "La perte de compétitivité est la rançon du succès"

Quelles sont les raisons de la réussite de la zone franche de Maurice ? Et pourquoi s'essouffle-t-elle aujourd'hui ?

Chargée de mission à l'European Centre for Development Policy Management (ECDPM), à Maastricht (Pays-Bas), Isabelle Ramdoo a été économiste au ministère mauricien du Développement économique de 2000 à 2006.

Jeune Afrique : Comment expliquez-vous le succès de la zone franche mauricienne ?

Isabelle Ramdoo :
 Il y a eu un ensemble de facteurs. D'abord l'arrivée, dans les années 1980, d'un gouvernement qui a une vision et une vraie politique industrielle. Ensuite, nous avons saisi l'aubaine qu'offrait l'adoption à cette même époque de l'accord multifibre mettant en place des quotas pour les gros pays exportateurs de textile comme Hong Kong, Taïwan et la Chine, qui, pour contourner ce dispositif, sont allés s'installer dans des zones franches à l'étranger.

Lire la suite de l'interview

Pour quel bilan ? Plutôt décevant. L'île Maurice (lire interview ci-contre) et le Maroc, avec sa zone franche de Tanger, font figure d'exceptions. Après une tentative sans succès dans les années 1970, Tanger Free Zone a en effet réussi à s'imposer comme l'un des plus importants pôles d'activités du Maghreb à partir de 1993. Plus de 500 entreprises y sont actuellement implantées et y emploient plus de 50 000 personnes. Le pays vient même de lancer une nouvelle zone franche, Tanger Automotive City, spécialisée dans l'industrie automobile, près de l'usine Renault inaugurée début 2012. Son objectif : attirer les fournisseurs étrangers du constructeur français.

Échecs

Mais en dehors de ces deux pays, les autres économies qui ont opté pour ce modèle se sont très peu diversifiées et leur tissu industriel est toujours quasi inexistant. En Afrique de l'Ouest, le cas du Sénégal est le plus patent. « À 15 km de Dakar, la zone franche de Mbao, la plus ancienne au sud du Sahara, apparaît même comme l'archétype de l'échec en la matière », écrit le CSAO dans une récente étude réalisée en partenariat avec l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). D'après l'organisme, les activités menées dans cette zone ne présentent qu'une très faible valeur ajoutée. Résultat : une quinzaine d'entreprises seulement s'y sont installées et à peine un millier d'emplois ont été créés. En 2007, le pays a tenté de rectifier le tir en mettant en place, avec l'appui de la Jebel Ali Free Zone Authority de Dubaï, un nouveau projet de ZES près du nouvel aéroport Blaise-Diagne. Montant de l'investissement : 800 millions de dollars, avec pour objectif la création de 40 000 emplois après cinq ans d'activité (et 100 000 emplois indirects). Mais depuis, le projet peine à avancer. Au Togo, si la zone franche, créée en 1990, représente aujourd'hui la moitié des emplois du secteur secondaire, avec une dizaine de milliers de salariés, ce chiffre reste encore loin des 100 000 emplois visés à terme.

Principale raison de l'échec de la première génération de ZES, leur modèle basé sur la substitution des importations. « L'objectif d'une zone franche est avant tout d'augmenter les exportations pour créer plus de richesses et compenser le manque à gagner créé par les avantages fiscaux accordés aux entreprises. Ce qui est bien évidemment difficile lorsqu'on cible notamment les marchés nationaux, qui sont en général restreints », explique l'économiste mauricienne Isabelle Ramdoo, qui souligne aussi le manque de spécialisation sectorielle de la plupart des zones franches africaines. Pourtant, soutient Gregor Binkert, vice-président Afrique de la Banque mondiale, « regrouper les entreprises d'un même secteur dans un même endroit, à l'instar de la Silicon Valley aux États-Unis, permet d'être beaucoup plus compétitif, de favoriser l'innovation et de faciliter la diffusion de l'information ».

zones-franches carto

Tigre

Gregor Binkert assure qu'« il ne s'agit pas aujourd'hui de reprendre les expériences des années 1970 ou du début des années 1980, qui ont notamment été confrontées à un manque de productivité. Cette nouvelle génération de zones de production [en Afrique subsaharienne] sera différente, avec notamment une ouverture sur le marché des exportations ». Ainsi, au Gabon, où la zone de Nkok est notamment spécialisée dans la transformation du bois et du manganèse (elle accueille aussi l'industrie pétrolière), Gagan Gupta indique que, « selon les produits, le marché sera local, régional ou international ».

Outre la spécialisation et les marchés d'exportation se posent aussi les questions des infrastructures et de l'environnement des affaires. Dans ces derniers domaines, Gregor Binkert se dit optimiste : « À Nkok, une centrale à gaz a été construite et est presque entièrement dévolue à la zone. Des installations ont été mises en place pour le traitement des eaux usées. Enfin, une route, un chemin de fer et une voie fluviale permettent de relier directement la ZES au port d'Owendo. Ce sont là des facteurs clés pour convaincre les investisseurs. » Quand à l'Éthiopie, classée 127e sur 185 pays par le rapport « Doing Business » de la Banque mondiale, elle a bénéficié d'un appui financier de 10 millions de dollars de la Société financière international (SFI) pour améliorer son climat des affaires. Un élément important pour ce pays qui se rêve en « tigre africain ».

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Transport aérien

Le ciel s'assombrit encore pour Tunisair

Le ciel s'assombrit encore pour Tunisair

Baisse du transport passager et du fret, des parts de marché et de la rentabilité : au premier trimestre de l'année, les indicateurs de Tunisair ont continué à se dégrader.

Lire la suite

Médias

Sahar Baghery : « En Afrique, la production TV met l'accent sur les aspects positifs »

Sahar Baghery : « En Afrique, la production TV met l'accent sur les aspects positifs »

Multiplication des chaînes, investissement dans le contenu africain, passage au numérique... Alors que la société de mesure d'audience TV Médiamétrie pousse ses pions en Afrique, Sahar Baghery, l'une de ses directrices, décrypte...

Lire la suite

Reportage TV

Burkina Faso : 2IE, l'école polytechnique panafricaine

Burkina Faso : 2IE, l'école polytechnique panafricaine

A Ouagadougou, au Burkina, l'institut international d'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2IE) forme des étudiants venus de toute la sous-région. Découvrez en images cette école qui a développé des...

Lire la suite

Loisirs

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Le groupe espagnol Pefaco s'apprête à racheter au groupe sénégalais Anfa ses deux casinos à Dakar, a appris "Jeune Afrique".

Lire la suite

Portrait

Moussa Diao : à Genève, ce Sénégalais jongle avec les barils

Moussa Diao : à Genève, ce Sénégalais jongle avec les barils

Eminence africaine du milieu du trading sur les bords du lac Léman, Moussa Diao supervise un portefeuille de plus de 2 millions de tonnes de produits pétroliers chaque année.

Lire la suite

Dette

Le 28 avril, le Tchad atteindra le point d'achèvement PPTE

Le 28 avril, le Tchad atteindra le point d'achèvement PPTE

FMI et Banque mondiale devraient annoncer la semaine prochaine l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE, a appris "Jeune Afrique". Une bouffée d'air pour l'économie et le budget du Tchad,...

Lire la suite

Emploi

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par Africa Internet Group...

Lire la suite

Développement

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams (550 millions d'euros) pour...

Lire la suite

Finance

La Côte d'Ivoire veut lever 300 milliards de F CFA en obligations islamiques

La Côte d'Ivoire veut lever 300 milliards de F CFA en obligations islamiques

La Côte d'Ivoire s'allie à la Société islamique pour le développement du secteur privé pour l'émission d'obligations islamiques (sukuk). Le programme, d'un montant de 300 milliards de F CFA (455...

Lire la suite

Finance

La BERD va ouvrir son premier bureau marocain

La BERD va ouvrir son premier bureau marocain

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) va ouvrir le 28 avril son premier bureau au Maroc. Cette nouvelle implantation permettra à l'institution de mener à bien...

Lire la suite

Grande distribution

Le tunisien Monoprix revoit sa stratégie à l'international

Le tunisien Monoprix revoit sa stratégie à l'international

À l'occasion de la présentation de ses résultats annuels, SNMVT-Monoprix a insisté sur sa volonté de se concentrer sur un marché tunisien plus concurrentiel. Les plans de développement en Libye...

Lire la suite

Consommation

Heineken et CFAO vont investir 100 milliards de F CFA dans leur brasserie d'Abidjan

Heineken et CFAO vont investir 100 milliards de F CFA dans leur brasserie d'Abidjan

Le géant néerlandais des boissons et le groupe de distribution panafricain CFAO vont investir 100 milliards de francs CFA (152 millions d'euros) pour construire une brasserie à Abidjan, la capitale...

Lire la suite

Finance

Hôtellerie : Teyliom cherche à lever 50 millions de dollars

Hôtellerie : Teyliom cherche à lever 50 millions de dollars

Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", le holding Teyliom cherche à lever une cinquantaine de millions de dollars sous forme de fonds propres. Yigo Thiam, son directeur général, a...

Lire la suite

Private equity

Afrique du Nord : les fonds levés par les capital-investisseurs en chute de 65 %

Afrique du Nord : les fonds levés par les capital-investisseurs en chute de 65 %

Selon des statistiques de l'association Empea, les fonds levés par les professionnels du "private equity" pour investir en Afrique du Nord sont tombés à 83 millions de dollars en 2014....

Lire la suite

Burundi

Développement durable : Tanganyika & dolce vita

Développement durable : Tanganyika & dolce vita

Au coeur de la vallée du rift, le grand lac alimente les pays limitrophes en eau potable. Mais la pollution, la surpêche et l'érosion des côtes menacent ce coin de...

Lire la suite

Climat

Niger : 2,5 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire

Niger : 2,5 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire

Plus de 2,5 millions de personnes se trouvent en insécurité alimentaire au Niger, a déclaré le ministre nigérien de l'Agriculture, Maïdagi Allambeye. Une situation qu'il explique par des conditions climatiques...

Lire la suite

Transports aériens

Lourdement endetté, Kenya Airways va réduire sa flotte

Lourdement endetté, Kenya Airways va réduire sa flotte

Endettée à hauteur de 830 millions de dollars, la compagnie aérienne Kenya Airways s'apprête à céder ses appareils les plus anciens et plusieurs actifs fonciers.

Lire la suite

Sierra Leone

Shandong Iron & Steel arrache la mine de Tonkolili à African Minerals

Shandong Iron & Steel arrache la mine de Tonkolili à African Minerals

Le chinois Shandong Iron and Steel a racheté à African Minerals 75 % des participations restantes dans la mine de fer de Tonkolili, en Sierra-Leone. Placée sous administration judiciaire fin...

Lire la suite

Agriculture

Burundi : la filière café à la peine

Burundi : la filière café à la peine

Vieillissement du verger, aléas climatiques, libéralisation mal ficelée, manque d'investisseurs étrangers... Rien ne va plus pour la filière café, qui peine à franchir le cap de l'industrialisation.

Lire la suite

Finance

La BOAD veut lever 70 milliards de F CFA

La BOAD veut lever 70 milliards de F CFA

La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a lancé un emprunt obligataire de 70 milliards de F CFA (107 millions d'euros). Les souscriptions aux obligations sont ouvertes jusqu'au 30 Avril 2015.

Lire la suite

Hydroélectricité

Lom Pangar : à la découverte du plus grand ouvrage jamais réalisé au Cameroun

Lom Pangar : à la découverte du plus grand ouvrage jamais réalisé au Cameroun

Au Cameroun, le barrage de Lom Pangar va résorber le déficit de production d'électricité du pays. Le magazine Réussite vous emmène sur le site de construction, où l'ambiance entre le...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags