Selon Donald Kaberuka, la BAD a investi 14 000 milliards de F CFA dans les infrastructures économiques en 8 ans.
La Banque mondiale mobilise 248 millions de dollars en appui à 2 millions de pasteurs du Sahel.
Brazzaville organise le Forum ICB 2015 – Investir au Congo Brazzaville - du 19 au 21 novembre prochain.

Les patrons au pouvoir

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Amadou Kane, Jean-Louis Billon et Alamine Ousmane Mey, trois patrons devenus ministres. © Jeune AfriqueC'est une tendance qui se répand en Afrique : de plus en plus de ministres sont issus du milieu des affaires. Pourtant, du risque de conflit d'intérêts à la pression médiatique, les pièges ne manquent pas.

En Tunisie, sous l'ère Ben Ali, les patrons étaient écartés du pouvoir et ne devaient leur salut - et bien souvent leur fortune - qu'à leur neutralité ou, mieux encore, à leur soutien sans faille au régime en place. Signe que les temps changent, au lendemain de la révolution de 2011, c'est à un banquier, Jalloul Ayed, qu'a échu le ministère des Finances. Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, à Tunis, le dit lui-même : « La gestion d'un État ne peut plus être accaparée par un petit nombre de personnes. Il faut s'ouvrir, aux dirigeants d'entreprises comme à la société civile. L'important, c'est de trouver les meilleurs, tout simplement. »

Amadou Kane gère le Sénégal comme une entreprise

Son parcours professionnel est sans faute. Né à Thiès en 1954, Amadou Kane, banquier émérite, est devenu ministre de l'Économie et des Finances à la suite de l'élection de Macky Sall, en mars 2012. Pourquoi s'être risqué en politique ? « On ne peut pas se contenter de rester au bord de la route et de critiquer. Et puis être ministre est aussi un moyen d'ajouter une nouvelle corde à mon arc », répond-il, comme si son curriculum vitæ n'était pas encore assez garni.
Lire la suite du portrait ici.

Et la tendance lui donne raison : depuis quelques années, les ministères africains se garnissent de personnalités issues de la sphère économique, grands patrons aux carrières remarquables, businessmans dont la réussite - notamment financière - est un exemple pour nombre d'Africains... Un changement d'époque et de mentalités qui répond d'abord à une attente de la base : les citoyens deviennent davantage sensibles à la culture du résultat. Déçus par les promesses sans lendemain, échaudés, aussi, par les affaires et l'avidité des hommes politiques au détriment de l'intérêt général, ils ne croient plus aux grands discours. En d'autres termes : ils tournent le dos à la politique politicienne.

Abdoul Mbaye, Premier ministre du Sénégal, homme d'affaires et ancien directeur de CBAO (filiale locale du marocain Attijariwafa Bank), ne s'y est pas trompé en choisissant un autre banquier, Amadou Kane, pour diriger le ministère de l'Économie et des Finances, et un patron de presse, Youssou N'Dour, pour le ministère du Tourisme et des Loisirs - même s'il est plus connu pour être le roi du mbalax.

En Côte d'Ivoire, le patron du groupe Sifca (huile de palme), Jean-Louis Billon, s'est vu confier les rênes du ministère du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME. Raymond Ndong Sima, Premier ministre gabonais, fut PDG de la Compagnie forestière du Gabon et directeur général de Hévégab. Enfin, l'ancien directeur général d'Afriland First Bank, Alamine Ousmane Mey, est aujourd'hui ministre des Finances du Cameroun...

Tourbillon

À l'aise financièrement - pour ne pas dire très riches - après avoir mené des carrières aux plus hautes responsabilités, ces patrons devenus ministres seraient moins attachés à remplir leur compte en banque qu'à mener leur pays sur la voie de la réussite. De plus, pour le politologue sénégalais Abdou Lô, « ce sont des profils habitués à trouver des solutions concrètes à des problèmes aigus et, n'étant pas des hommes politiques, ils ne rentrent pas dans les batailles de succession, ne sont pas intéressés par l'appareil ».

Se jeter dans l'arène politique comporte néanmoins des risques. Récemment, Abdoul Mbaye a été pris dans le tourbillon de l'affaire Hissène Habré. Accusé d'avoir blanchi l'argent de l'ancien dictateur tchadien lorsqu'il était patron de CBAO, malmené, aussi, par des adversaires politiques, de l'opposition ou de son propre camp, il lui aura fallu du temps pour sortir de son mutisme, exacerbant d'autant plus les suspicions de la presse et de la société civile. « Dans le privé, on communique quand on a des résultats, relève Jean-Louis Billon. En politique, on doit répondre chaque fois qu'on est interpellé. »

"Le Maroc fonctionne beaucoup sur la cooptation"

Tarik Hari, chercheur au Centre marocain des sciences sociales, décrypte les passages du monde économique à la sphère politique dans le royaume chérifien. Lire l'interview ici

Autre sujet sensible : les conflits d'intérêts qui pourraient naître. Au Cameroun, les ministres sont contraints par la loi de ne pas avoir d'intérêts dans le privé, mais tel n'est pas le cas partout. N'est-il pas tentant, pour l'actionnaire principal de Sifca, de favoriser, grâce à ses relations, les filiales de son groupe lors d'un appel d'offres ? La présence de Movis, entreprise détenue notamment par la famille Billon, parmi les groupements sélectionnés pour la concession du second terminal à conteneurs du port d'Abidjan, peut légitimement susciter des interrogations... « Je ne suis pas aux commandes, et le processus avait été lancé avant ma nomination », se défend Jean-Louis Billon.

Jean-Louis Billon : « La culture du résultat n'est pas la même »

L'ancien patron de Sifca Jean-Louis Billon, récemment nommé ministre ivoirien du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME, répond aux questions de "Jeune Afrique". Lire l'interview ici.

De même, l'actionnaire majoritaire du groupe de presse Futurs Médias, au Sénégal, n'est-il pas tenté d'orienter la plume de ses journalistes en faveur du gouvernement ? « Youssou N'Dour a laissé la gestion de son groupe à son directeur général, Mamadou Ibra Kane, et à son directeur général adjoint, son fils aîné Birane N'Dour, avant même d'entrer en politique », assure Mame Sira Konaté, ancienne journaliste de Futurs Médias et aujourd'hui chargée de communication du ministre. « Je ne l'ai jamais vu, même lorsqu'il était encore en poste, intervenir sur la ligne éditoriale, poursuit-elle. Le propre de Futurs Médias est de laisser les journalistes exercer leur métier en toute liberté. »

Challenge

Facilement jetés en pâture, soumis aux décisions d'un patron - le chef de l'État -, harcelés jour et nuit pour régler les urgences, nettement moins payés... Pourquoi, au final, ces businessmans acceptent-ils un tel poste ? « Le challenge de changer réellement les choses et de montrer ce qu'on est capable de faire, plutôt que de critiquer sans agir, estime Abdou Lô. Et puis, l'appel du pouvoir est enivrant, ne l'oublions pas. »

En outre, le risque de briser sa carrière est assez faible, tous se recaseront facilement. « Je pourrai faire autre chose après sans problème », assure Amadou Kane. En Tunisie, Jalloul Ayed, qui a quitté le gouvernement fin 2011, a depuis été nommé au conseil consultatif de la société Sky Petroleum et a mis sur pied un fonds d'investissement ciblant des projets à haute valeur technologique. Ministre un jour, patron toujours.

De Washington à Paris, un phénomène mondial

Coopter des patrons à des postes stratégiques au sein des gouvernements : la pratique existe depuis plusieurs années en Europe. Le cas du Suisse Johann Schneider-Ammann, chef du département fédéral de l'Économie, en est un illustre exemple. Avant d'entrer en politique en 2010, l'homme était un capitaine d'industrie possédant des intérêts dans près de 23 entreprises, du groupe familial Ammann à l'horloger Swatch.
Aux États-Unis, en 2006, George Bush avait choisi Henry Paulson, figure historique de la banque d'affaires Goldman Sachs, comme secrétaire du Trésor. En France, Christine Lagarde était quant à elle à la tête du cabinet d'avocats Baker & McKenzie avant d'intégrer le gouvernement de Dominique de Villepin, en 2005.

Des postes à haut risque en raison de possibles conflits d'intérêts. Ainsi, on reproche à Henry Paulson d'avoir laissé Lehman Brothers, principal rival de Goldman Sachs, faire faillite en septembre 2008. De son côté, Christine Lagarde a été contestée, en 2011, lorsque la banque publique Oséo, dépendant de son ministère, a investi dans une PME dont elle-même était actionnaire.
Avant elle, Francis Mer avait été le premier grand patron du privé à diriger le ministère français de l'Économie et des Finances, de 2002 à 2004. L'artisan de la création d'Arcelor (numéro un mondial de l'acier, devenu Arcelor Mittal) a été salué pour avoir su réformer l'administration de Bercy, mais son style abrupt, ses méthodes de cost-killer et son franc-parler en ont choqué plus d'un.
Toutefois, ces cas restent des exceptions. En Europe, « le phénomène inverse est plus courant », explique Éric Vernier, chercheur spécialiste des conflits d'intérêts à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), à Paris. « C'est-à-dire qu'on voit plus souvent des hauts cadres de la fonction publique aller diriger, après leur mandat, des entreprises privées. » En France, il y a même un nom pour ça : le « pantouflage ».Stéphane Ballong et Frédéric Maury

 

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Agroalimentaire

Produits laitiers : le groupe Bel rachète le marocain Safilait

Produits laitiers : le groupe Bel rachète le marocain Safilait

Le français Bel, déjà présent au Maroc, acquiert 70% du capital de Safilait, spécialiste marocain du lait et des produits frais. 

Lire la suite

Développement

Afrique subsaharienne : hausse des financements de Proparco en 2014

Afrique subsaharienne : hausse des financements de Proparco en 2014

En 2014, les financements du groupe Proparco ont atteint 546 millions d’euros pour l’Afrique subsaharienne, soit 50% de l’ensemble des engagements réalisés par le groupe.

Lire la suite

Infrastructures

Le chinois Citic Construction et la SFI lancent une plateforme d’investissement dédiée au logement

Le chinois Citic Construction et la SFI lancent une plateforme d’investissement dédiée au logement

Cette nouvelle structure, créée par Citic Construction et la SFI, sera créditée de 300 millions de dollars et destinée à “développer des logements abordables et de bonne qualité” en Afrique...

Lire la suite

Ethiopie

La Bourse d'Addis-Abeba en pleine mutation

La Bourse d'Addis-Abeba en pleine mutation

Maïs, blé, café... L'Ethiopia Commodity Exchange régule les prix des produits nationaux. Avec des résultats en constants progrès, et pour le plus grand bénéfice des petits producteurs.

Lire la suite

Interview

Runa Alam : "Nous sommes encore loin d'être inondés de capitaux"

Runa Alam :

Le capital-investisseur DPI a levé 725 millions de dollars pour son deuxième fonds panafricain, soit largement plus que la somme initialement visée. Et ce n'est que le début, estime sa patronne.  

Lire la suite

Côte d'Ivoire

Comment Versus Bank a retourné la situation

Comment Versus Bank a retourné la situation

Condamnée à une mort certaine il y a cinq ans, la banque publique a réussi à se redresser. Mais pas question de baisser la garde.

Lire la suite

Prévisions

Pour Standard & Poor's, l'Afrique va souffrir du ralentissement de la croissance chinoise

Pour Standard & Poor's, l'Afrique va souffrir du ralentissement de la croissance chinoise

Le ralentissement de l'économie chinoise est un risque pour l'Afrique, souligne l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) dans une étude publiée le 21 mai. Une conséquence de la dépendance accrue...

Lire la suite

COP 21

L’Afrique en marche vers la COP21

L’Afrique en marche vers la COP21

Alors que se profile la 21ème conférence des parties (COP21) qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 15 décembre, l’Afrique se mobilise et fourbit ses armes pour préparer...

Lire la suite

Banque

Société générale : la filiale sénégalaise en perte en 2014

Société générale : la filiale sénégalaise en perte en 2014

En raisons de provisions très importantes, la Société générale de banques au Sénégal (Sgbs) a enregistré en 2014 des pertes de 36,434 milliards de F CFA. La banque espère relever...

Lire la suite

Sénégal

Macky Sall peut-il tenir ses promesses ?

Macky Sall peut-il tenir ses promesses ?

C'est le grand défi du président sénégalais. Lancé en 2014, le Plan Sénégal émergent doit donner un grand coup d'accélérateur à la croissance et au développement global du pays. Un...

Lire la suite

Institutions

Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

Les 80 gouverneurs de la Banque africaine de développement, réunis ce jeudi 28 mai à Abidjan, ont choisi Akinwumi Adesina pour succéder au Rwandais Donald Kaberuka à la présidence de l'institution...

Lire la suite

Interview

François Colin Nkoa : "La confiance mutuelle entre les différentes administrations sera nécessaire"

François Colin Nkoa :

Les chefs de l'Etat de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Tchad et RCA) ont décidé, le 06 mai 2015, à Libreville, de...

Lire la suite

Aérien

Le gouvernement kényan accorde un prêt de 43 millions de dollars à Kenya Airways

Le gouvernement kényan accorde un prêt de 43 millions de dollars à Kenya Airways

La compagnie aérienne Kenya Airways, en difficultés en raison notamment d'une baisse du tourisme liée à Ebola, va bénéficier d’un prêt de 4,2 milliards de shillings kényans (43 millions de...

Lire la suite

Marchés

Au Maroc et en Tunisie, les introductions en Bourse font pschitt

Au Maroc et en Tunisie, les introductions en Bourse font pschitt

À Casablanca comme à Tunis, les titres récemment cotés ne tiennent pas leurs promesses, connaissant presque tous des chutes vertigineuses. À qui la faute ?

Lire la suite

Maroc

Les banques marocaines à la fête

Les banques marocaines à la fête

Dix ans après leurs premières opérations d'expansion au sud du Sahara, les grands établissements chérifiens commencent à tirer les pleins bénéfices de leurs investissements. Le point.

Lire la suite

Développement

La Banque mondiale débloque 248 millions de dollars pour soutenir le pastoralisme au Sahel

La Banque mondiale débloque 248 millions de dollars pour soutenir le pastoralisme au Sahel

L'IDA, fonds du groupe Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, a débloqué une enveloppe de 248 millions de dollars pour favoriser le développement du Sahel et renforcer les...

Lire la suite

Automobile

Renault, symbole de la voiture algérienne

Renault, symbole de la voiture algérienne

Depuis novembre 2014, l'usine de Oued Tlelat, près d'Oran, fabrique les premières voitures made in Algeria. Une expérience industrielle devenue un modèle dans le contexte actuel de crise pétrolière.

Lire la suite

Energie

Kenya : énergie en sous-sol

Kenya : énergie en sous-sol

Dans les profondeurs de la faille du Rift, les Kényans disposent d'une source d'énergie considérable. Et ils se donnent les moyens de l'exploiter de plus en plus efficacement. 40 %...

Lire la suite

Finance

Ecobank face à son avenir

Ecobank face à son avenir

Un peu plus d'un an après la crise qui l'a ébranlé, le groupe panafricain renoue avec les performances. Mais il doit encore régler plusieurs problèmes pour se développer sereinement, notamment...

Lire la suite

Conjoncture

Pourquoi les banques nigérianes peuvent surmonter la baisse du pétrole

Pourquoi les banques nigérianes peuvent surmonter la baisse du pétrole

La part de l'industrie des hydrocarbures dans l'ensemble des prêts des plus grands établissements a doublé depuis la chute des cours du baril de 2008. Mais le secteur est mieux...

Lire la suite

Agriculture

Côte d'Ivoire : la production de coton atteint 450 000 tonnes

Côte d'Ivoire : la production de coton atteint 450 000 tonnes

La Côte d'Ivoire a enregistré une production de coton record : 450 000 tonnes, au terme de la saison 2014/2015. Une hausse de 11 % par rapport à la saison...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags