Le Sénégal prépare une nouvelle loi sur la pêche maritime.
L'Algérie va réviser son budget 2015 pour limiter l'impact de la chute du cours du pétrole sur son commerce extérieur.

Les patrons au pouvoir

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Amadou Kane, Jean-Louis Billon et Alamine Ousmane Mey, trois patrons devenus ministres. © Jeune AfriqueC'est une tendance qui se répand en Afrique : de plus en plus de ministres sont issus du milieu des affaires. Pourtant, du risque de conflit d'intérêts à la pression médiatique, les pièges ne manquent pas.

En Tunisie, sous l'ère Ben Ali, les patrons étaient écartés du pouvoir et ne devaient leur salut - et bien souvent leur fortune - qu'à leur neutralité ou, mieux encore, à leur soutien sans faille au régime en place. Signe que les temps changent, au lendemain de la révolution de 2011, c'est à un banquier, Jalloul Ayed, qu'a échu le ministère des Finances. Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, à Tunis, le dit lui-même : « La gestion d'un État ne peut plus être accaparée par un petit nombre de personnes. Il faut s'ouvrir, aux dirigeants d'entreprises comme à la société civile. L'important, c'est de trouver les meilleurs, tout simplement. »

Amadou Kane gère le Sénégal comme une entreprise

Son parcours professionnel est sans faute. Né à Thiès en 1954, Amadou Kane, banquier émérite, est devenu ministre de l'Économie et des Finances à la suite de l'élection de Macky Sall, en mars 2012. Pourquoi s'être risqué en politique ? « On ne peut pas se contenter de rester au bord de la route et de critiquer. Et puis être ministre est aussi un moyen d'ajouter une nouvelle corde à mon arc », répond-il, comme si son curriculum vitæ n'était pas encore assez garni.
Lire la suite du portrait ici.

Et la tendance lui donne raison : depuis quelques années, les ministères africains se garnissent de personnalités issues de la sphère économique, grands patrons aux carrières remarquables, businessmans dont la réussite - notamment financière - est un exemple pour nombre d'Africains... Un changement d'époque et de mentalités qui répond d'abord à une attente de la base : les citoyens deviennent davantage sensibles à la culture du résultat. Déçus par les promesses sans lendemain, échaudés, aussi, par les affaires et l'avidité des hommes politiques au détriment de l'intérêt général, ils ne croient plus aux grands discours. En d'autres termes : ils tournent le dos à la politique politicienne.

Abdoul Mbaye, Premier ministre du Sénégal, homme d'affaires et ancien directeur de CBAO (filiale locale du marocain Attijariwafa Bank), ne s'y est pas trompé en choisissant un autre banquier, Amadou Kane, pour diriger le ministère de l'Économie et des Finances, et un patron de presse, Youssou N'Dour, pour le ministère du Tourisme et des Loisirs - même s'il est plus connu pour être le roi du mbalax.

En Côte d'Ivoire, le patron du groupe Sifca (huile de palme), Jean-Louis Billon, s'est vu confier les rênes du ministère du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME. Raymond Ndong Sima, Premier ministre gabonais, fut PDG de la Compagnie forestière du Gabon et directeur général de Hévégab. Enfin, l'ancien directeur général d'Afriland First Bank, Alamine Ousmane Mey, est aujourd'hui ministre des Finances du Cameroun...

Tourbillon

À l'aise financièrement - pour ne pas dire très riches - après avoir mené des carrières aux plus hautes responsabilités, ces patrons devenus ministres seraient moins attachés à remplir leur compte en banque qu'à mener leur pays sur la voie de la réussite. De plus, pour le politologue sénégalais Abdou Lô, « ce sont des profils habitués à trouver des solutions concrètes à des problèmes aigus et, n'étant pas des hommes politiques, ils ne rentrent pas dans les batailles de succession, ne sont pas intéressés par l'appareil ».

Se jeter dans l'arène politique comporte néanmoins des risques. Récemment, Abdoul Mbaye a été pris dans le tourbillon de l'affaire Hissène Habré. Accusé d'avoir blanchi l'argent de l'ancien dictateur tchadien lorsqu'il était patron de CBAO, malmené, aussi, par des adversaires politiques, de l'opposition ou de son propre camp, il lui aura fallu du temps pour sortir de son mutisme, exacerbant d'autant plus les suspicions de la presse et de la société civile. « Dans le privé, on communique quand on a des résultats, relève Jean-Louis Billon. En politique, on doit répondre chaque fois qu'on est interpellé. »

"Le Maroc fonctionne beaucoup sur la cooptation"

Tarik Hari, chercheur au Centre marocain des sciences sociales, décrypte les passages du monde économique à la sphère politique dans le royaume chérifien. Lire l'interview ici

Autre sujet sensible : les conflits d'intérêts qui pourraient naître. Au Cameroun, les ministres sont contraints par la loi de ne pas avoir d'intérêts dans le privé, mais tel n'est pas le cas partout. N'est-il pas tentant, pour l'actionnaire principal de Sifca, de favoriser, grâce à ses relations, les filiales de son groupe lors d'un appel d'offres ? La présence de Movis, entreprise détenue notamment par la famille Billon, parmi les groupements sélectionnés pour la concession du second terminal à conteneurs du port d'Abidjan, peut légitimement susciter des interrogations... « Je ne suis pas aux commandes, et le processus avait été lancé avant ma nomination », se défend Jean-Louis Billon.

Jean-Louis Billon : « La culture du résultat n'est pas la même »

L'ancien patron de Sifca Jean-Louis Billon, récemment nommé ministre ivoirien du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME, répond aux questions de "Jeune Afrique". Lire l'interview ici.

De même, l'actionnaire majoritaire du groupe de presse Futurs Médias, au Sénégal, n'est-il pas tenté d'orienter la plume de ses journalistes en faveur du gouvernement ? « Youssou N'Dour a laissé la gestion de son groupe à son directeur général, Mamadou Ibra Kane, et à son directeur général adjoint, son fils aîné Birane N'Dour, avant même d'entrer en politique », assure Mame Sira Konaté, ancienne journaliste de Futurs Médias et aujourd'hui chargée de communication du ministre. « Je ne l'ai jamais vu, même lorsqu'il était encore en poste, intervenir sur la ligne éditoriale, poursuit-elle. Le propre de Futurs Médias est de laisser les journalistes exercer leur métier en toute liberté. »

Challenge

Facilement jetés en pâture, soumis aux décisions d'un patron - le chef de l'État -, harcelés jour et nuit pour régler les urgences, nettement moins payés... Pourquoi, au final, ces businessmans acceptent-ils un tel poste ? « Le challenge de changer réellement les choses et de montrer ce qu'on est capable de faire, plutôt que de critiquer sans agir, estime Abdou Lô. Et puis, l'appel du pouvoir est enivrant, ne l'oublions pas. »

En outre, le risque de briser sa carrière est assez faible, tous se recaseront facilement. « Je pourrai faire autre chose après sans problème », assure Amadou Kane. En Tunisie, Jalloul Ayed, qui a quitté le gouvernement fin 2011, a depuis été nommé au conseil consultatif de la société Sky Petroleum et a mis sur pied un fonds d'investissement ciblant des projets à haute valeur technologique. Ministre un jour, patron toujours.

De Washington à Paris, un phénomène mondial

Coopter des patrons à des postes stratégiques au sein des gouvernements : la pratique existe depuis plusieurs années en Europe. Le cas du Suisse Johann Schneider-Ammann, chef du département fédéral de l'Économie, en est un illustre exemple. Avant d'entrer en politique en 2010, l'homme était un capitaine d'industrie possédant des intérêts dans près de 23 entreprises, du groupe familial Ammann à l'horloger Swatch.
Aux États-Unis, en 2006, George Bush avait choisi Henry Paulson, figure historique de la banque d'affaires Goldman Sachs, comme secrétaire du Trésor. En France, Christine Lagarde était quant à elle à la tête du cabinet d'avocats Baker & McKenzie avant d'intégrer le gouvernement de Dominique de Villepin, en 2005.

Des postes à haut risque en raison de possibles conflits d'intérêts. Ainsi, on reproche à Henry Paulson d'avoir laissé Lehman Brothers, principal rival de Goldman Sachs, faire faillite en septembre 2008. De son côté, Christine Lagarde a été contestée, en 2011, lorsque la banque publique Oséo, dépendant de son ministère, a investi dans une PME dont elle-même était actionnaire.
Avant elle, Francis Mer avait été le premier grand patron du privé à diriger le ministère français de l'Économie et des Finances, de 2002 à 2004. L'artisan de la création d'Arcelor (numéro un mondial de l'acier, devenu Arcelor Mittal) a été salué pour avoir su réformer l'administration de Bercy, mais son style abrupt, ses méthodes de cost-killer et son franc-parler en ont choqué plus d'un.
Toutefois, ces cas restent des exceptions. En Europe, « le phénomène inverse est plus courant », explique Éric Vernier, chercheur spécialiste des conflits d'intérêts à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), à Paris. « C'est-à-dire qu'on voit plus souvent des hauts cadres de la fonction publique aller diriger, après leur mandat, des entreprises privées. » En France, il y a même un nom pour ça : le « pantouflage ».Stéphane Ballong et Frédéric Maury

 

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Rapport

Le groupe "The Economist" sonde "l'horizon africain" des multinationales

Le groupe

Le service de conseil du groupe de médias britannique "The Economist" vient de publier "Africa is the horizon". Cette enquête menée auprès de centaines de dirigeants d'entreprises opérant en Afrique...

Lire la suite

Private equity

DPI lève 725 millions de dollars pour son deuxième fonds

DPI lève 725 millions de dollars pour son deuxième fonds

Le capital-investisseur Development Partners International, spécialisé sur l'Afrique, annonce avoir levé 725 millions de dollars pour son deuxième fonds, nettement plus que les 500 millions initialement attendus.

Lire la suite

Transport aérien

Quand RwandAir achète européen

Quand RwandAir achète européen

La commande par la compagnie aérienne RwandAir de deux Airbus A330 est-il le signe d'un réchauffement des relations entre Kigali et l'Hexagone, qui héberge le siège du constructeur ? Pas...

Lire la suite

Infrastructures

Bénin : le projet d'aménagement de la "Route des pêches" en pleine controverse

Bénin : le projet d'aménagement de la

Longeant l'océan de Ouidah à Cotonou, la Route des pêches est au coeur d'un énorme projet touristique. Au grand dam des riverains et des historiens.

Lire la suite

Consommation

Eaux minérales : objectif qualité pour les Brasseries du Maroc

Eaux minérales : objectif qualité pour les Brasseries du Maroc

Exploitée dans un cadre préservé, l'eau minérale Aïn Ifrane mise sur ses propriétés thérapeutiques pour s'imposer sur le marché national.

Lire la suite

Exclusif

Hôtellerie : Cesse Kome signe avec Sheraton au Mali

Hôtellerie : Cesse Kome signe avec Sheraton au Mali

L'homme d'affaires ivoiro-malien Cesse Kome va signer un accord avec Sheraton, marque de l'américain Starwood Hotels & Resorts, pour la construction d'un hôtel à Bamako, a appris "Jeune Afrique".

Lire la suite

Hydrocarbures

Total a cédé environ un milliard de dollars d'actifs au Nigeria

Total a cédé environ un milliard de dollars d'actifs au Nigeria

Avec la cession de sa participation dans le bloc OML 29, situé dans le Delta du Niger, Total a porté à un milliard de dollars les revenus tirés de la...

Lire la suite

Finances publiques

L'Algérie va réviser son budget 2015

L'Algérie va réviser son budget 2015

L'Algérie prépare la révision de son budget pour l'année en cours afin de limiter l'impact de la chute des prix du pétrole, notamment sur sa balance commerciale.

Lire la suite

Agro-industrie

La Côte d'Ivoire veut sa part du marché du chocolat

La Côte d'Ivoire veut sa part du marché du chocolat

Si l'exportation de fèves de cacao a rapporté plus de 2 milliards d'euros aux producteurs ivoiriens l'an dernier, ces profits pèsent peu par rapport aux revenus de la fabrication de...

Lire la suite

Finance

Immobilier : le fonds Kaydan enfin opérationnel

Immobilier : le fonds Kaydan enfin opérationnel

Le fonds Kaydan, un véhicule financier consacré à l'immobilier en Afrique de l'Ouest, a été lancé. Créé par l'homme d'affaires ivoirien Alain Kouadio, ce fonds est immatriculé à Maurice.

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans "Jeune Afrique"

Cette semaine dans

Dans son édition de cette semaine, "Jeune Afrique" brosse le portrait des grands entrepreneurs sud-africains qui ont choisi de miser sur l'Afrique subsaharienne. Malgré des débuts difficiles, ces patrons ont...

Lire la suite

Reportage TV

Réussite : Promosol, un four solaire "made in" Tchad

Réussite : Promosol, un four solaire

Le four Promosol permet de cuire les aliments du quotidien grâce à l'énergie solaire. Le magazine "Réussite" vous amène au Tchad à la rencontre des utilisateurs, des fabriquants et des...

Lire la suite

Ciment

Burkina Faso : CimFaso lance une usine de broyage d'un million de tonnes

Burkina Faso : CimFaso lance une usine de broyage d'un million de tonnes

CimFaso a inauguré sa première usine de broyage de clinker (un constituant du ciment) au Burkina Faso. D'une capacité annuelle de 1 million de tonnes, le complexe industriel de la...

Lire la suite

Finance

Cru 2014 correct pour la banque UBA

Cru 2014 correct pour la banque UBA

Le groupe bancaire nigérian United Bank for Africa a annoncé des revenus et des profits 2014 en hausse de 8,6% et 3% respectivement. Les activités en Afrique hors Nigeria représentent...

Lire la suite

Consommation

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.

Lire la suite

Afrique du Sud

Ciment : PPC et AfriSam renoncent à fusionner

Ciment : PPC et AfriSam renoncent à fusionner

Les deux géants sud-africains du ciment, PPC et AfriSam, viennent d’annoncer qu’ils mettent un terme aux discussions devant conduire à leur fusion. L’opération devait pourtant accélérer leur expansion panafricaine.

Lire la suite

Ebola

Ebola : le FMI allège la dette des pays touchés de 100 millions de dollars

Ebola : le FMI allège la dette des pays touchés de 100 millions de dollars

Le FMI a annoncé jeudi avoir achevé son plan d’allègement de dette d’environ 100 millions de dollars en faveur des trois pays africains frappés par l’épidémie d’Ebola : le Liberia,...

Lire la suite

Conjoncture

La balance commerciale de l’Algérie passe dans le rouge

La balance commerciale de l’Algérie passe dans le rouge

Les conséquences de la chute des prix du baril de pétrole se font sentir en Algérie : le pays a enregistré un déficit de 341 millions de dollars de sa balance...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Shell récupère 1,7 milliard de dollars supplémentaires

Nigeria : Shell récupère 1,7 milliard de dollars supplémentaires

Royal Dutch Shell a annoncé avoir cédé ses intérêts dans le bloc pétrolier OML 29 ainsi que dans l'oléoduc NCTL, situés au Nigeria, à Aiteo, un groupe fondé et dirigé...

Lire la suite

Afrique centrale

Cemac : le déficit extérieur plonge

Cemac : le déficit extérieur plonge

La croissance devrait s'établir à 4,2% en 2015, contre 4,4% l’année écoulée, estime la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac). Mais les déficits jumeaux s'accroissent fortement.

Lire la suite

Agriculture

Bénin : un joli coup de pousse

Bénin : un joli coup de pousse

Productions relancées, mécanisation des activités, industrialisation de l'élevage... Le gouvernement passe à l'action. Objectif : renforcer la sécurité alimentaire. Et la croissance.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags