Télécoms : l'État algérien acquiert 51% de Djezzy pour 2,64 milliards de dollars.
Turkish Airlines va desservir trois nouvelles destinations africaines : Bamako, Cotonou et Conakry

Private equity africain : mais qu'attendent les Français ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

En octobre 2012, la maison Wendel a investi 97 millions d'euros dans l'opérateur d'antennes relais IHS. DRMalgré des rentabilités parmi les plus élevées au monde, l'Afrique n'attire que peu de capital-investisseurs hexagonaux. Une réalité qui pourrait peu à peu changer.

Comparée à 2011, l'année 2012 aura été plutôt riche en actualités pour le capital-investissement franco-africain. En octobre, la maison Wendel a créé la surprise en annonçant un investissement de 97 millions d'euros dans IHS, un opérateur d'antennes relais panafricain. En décembre, Investisseurs & Partenaires (I&P), la plus ancienne société de gestion française active en Afrique - elle a été créée en 2002 -, a bouclé une levée de fonds de 51,5 millions d'euros. Enfin, le même mois, Amethis Finance, une société portée par la Compagnie Benjamin de Rothschild et par Luc Rigouzzo, un ancien de l'Agence française de développement (AFD), a annoncé avoir réuni 300 millions d'euros à investir sur le continent.

Lire aussi :

Capital-investissement : le best-of 2012
Wendel fait ses premiers pas en Afrique
I&P : 51,5 millions d'euros pour 50 PME
Bailleurs de fonds et capital-investisseurs : une alliance contre-nature ?

Mais la liste s'arrête là. Alors qu'à Londres on répertorie une quinzaine de sociétés de gestion directement actives en Afrique, les françaises se comptent sur les doigts d'une main et le premier investisseur en capital de l'Hexagone sur le continent reste Proparco, filiale de l'AFD dévolue au secteur privé. Aucun des grands noms du capital-investissement français (AXA Private Equity, Eurazeo, Butler Capital Partners, LBO France) n'a mis sur pied de véhicule destiné à l'Afrique. L'un des rares à avoir tenté l'aventure, Société générale, a depuis cédé son fonds consacré aux entreprises d'Afrique du Nord, Al Kantara Fund, à l'émirati Abraaj Capital... « Les milieux économiques français se sont montrés beaucoup plus réticents par rapport aux marchés émergents et à l'Afrique en particulier », résume Jean-Michel Severino, gérant de I&P.

Écosystème

De fait, c'est tout un écosystème qui reste à construire pour permettre aux flux financiers de se développer entre la France et les entreprises africaines. Comme l'explique Lionel Zinsou, président de PAI Partners, « les marchés anglophones en Afrique sont mieux équipés pour accueillir des fonds : leur base naturelle est à Londres, ils parlent le même langage juridique et partagent les mêmes moeurs d'affaires, ils offrent une porte de sortie pour les fonds, et leurs banques, plus développées, sont prêtes à soutenir ceux-ci dans leurs investissements ». « Les sociétés de gestion sont aussi localisées à Londres parce que la City demeure la première place financière d'Europe et que la notion de risque y est mieux appréhendée », souligne Boris Martor, avocat associé au cabinet Eversheds. Pour Christophe Eck, associé du cabinet Gide Loyrette Nouel, la fiscalité française, comparée à celle d'autres pays européens, n'est pas favorable à l'industrie des fonds et freine leur développement.

Les entreprises montrent l'exemple

Si les pros du capital-investissement français restent timides en Afrique, plusieurs entreprises de l'Hexagone les ont devancés. En 2008, le fonds Danone Communities, fruit d'une coentreprise entre Danone, le géant du lait, et Grameen Bank, la célèbre banque de microcrédit fondée par Muhammad Yunus, a ainsi concrétisé son premier investissement en Afrique en prenant 25 % du capital de la Laiterie du Berger, au Sénégal. Un autre acteur financier de ce type, Grameen Crédit agricole, a également investi dans cette entreprise. Le géant énergétique Schneider Electric a lui aussi mis sur pied son propre fonds. Doté de 10 millions d'euros, ce véhicule solidaire, baptisé Schneider Electric Energy Access, a investi en Afrique subsaharienne dans des entreprises de microréseaux électriques, dont le sénégalais Kayer. Enfin, GDF Suez a tout récemment mis en place GDF Suez Rassembleurs d'énergies, un fonds qui vient de réaliser un investissement de 250 000 euros en Tanzanie. N.T.

Un autre problème refroidirait l'ardeur africaine des grandes maisons françaises. Selon Hakim El Karoui, ancien banquier d'affaires chez Rothschild devenu associé de Roland Berger, ces dernières sont limitées par des « thèses d'investissement » (les règles négociées avec ceux qui ont alimenté les fonds qu'elles gèrent) très strictes, notamment sur le plan géographique. La plupart des fonds existants ont été levés en 2006-2007, une époque à laquelle rares étaient ceux qui avaient compris le potentiel de l'Afrique. En tant que holding investissant ses propres fonds, Wendel n'est par exemple pas soumis à cet impératif, et c'est l'une des raisons qui expliquent ses premiers pas en Afrique.

Hors radar

Malgré tout, le renouveau de l'investissement financier français en Afrique ne serait pas si loin. « Nous constatons, parmi nos clients, un regain d'intérêt pour l'Afrique, explique Rémy Fekete, associé de Gide, chargé de l'Afrique. C'est le cas des grands groupes industriels, mais aussi de nombreux investisseurs de taille moyenne. Il est vrai que, du fait de leurs montants, leurs investissements sont souvent hors radar. Un certain nombre de family offices [des sociétés qui gèrent le patrimoine de familles (très) fortunées, NDLR] nous sollicitent pour des opérations de quelques dizaines de millions d'euros et ne recherchent pas la publicité. » Selon plusieurs professionnels du secteur, Tiaré Groupe, qui rassemble certaines grandes fortunes hexagonales, et Groupe Arnault, du nom de son principal actionnaire Bernard Arnault (première fortune de France), auraient ainsi développé une stratégie africaine. Contactés à ce propos, ils n'ont pas souhaité faire de commentaire.

Du côté des gestionnaires professionnels, les choses pourraient également commencer à bouger. Lionel Zinsou, le Franco-Béninois à la tête de PAI Partners, la plus importante société de capital-investissement en Europe continentale, nous a ainsi confirmé la levée d'un fonds destiné au continent en 2014 ou 2015. Et la proximité culturelle et géographique de la France avec l'Afrique pourrait finir par prendre le dessus. « La pente naturelle des gros fonds français sera d'investir en Afrique », prédit Yannick Itoua, de la banque d'affaires Bryan, Garnier & Co.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Transparence

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, il est désormais possible d'apporter des réponses. Jeune Afrique s'y attèle...

Lire la suite

Finance

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Le Fonds Gari, structure de garantie des crédits, doit faire face au départ de ses actionnaires historiques, qui cèdent 80,56 % du capital. Avis aux repreneurs potentiels : les amateurs sont...

Lire la suite

Agriculture

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Ils produisent de l'arachide, des olives ou du coton. Ils viennent du Sénégal, de la Tunisie et du Burkina Faso. Leur point commun : ils promeuvent les savoir-faire locaux. Et...

Lire la suite

Télécoms

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

Après des années de bataille juridique, VimpelCom annonce la cession de 51% du capital de Djezzy au Fonds national d'investissement pour 2,643 milliards de dollars. L'actionnaire russe conserve toutefois le...

Lire la suite

Banque

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Un accord de cession des parts de l'État marocain dans le capital de BCP a été conclu avec le groupe bancaire. L'État, qui détenait près de 6% des parts, les...

Lire la suite

Finance

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Le géant marocain des phosphates OCP a levé 1,55 milliard de dollars pour sa première émission obligataire sur les marchés internationaux. L'entreprise publique cherche à financer un plan d'investissement de...

Lire la suite

Interview

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Moulay Hafid Elalamy :

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée et l'export. "Jeune...

Lire la suite

Engrais

Agriculture africaine : place aux intrants !

Agriculture africaine : place aux intrants !

Trop cher, mal distribué, l'engrais n'est pas entré dans les habitudes des cultivateurs du continent. Mais les industriels du monde entier, en quête de débouchés, comptent bien y remédier.

Lire la suite

Télécoms

Orange Horizons va tester de nouveaux "concept stores" en Afrique

Orange Horizons va tester de nouveaux

Orange poursuit le développement de la marque Horizons à travers le continent. La multinationale teste des concepts stores dans plusieurs villes africaines, l'objectif étant d'y ouvrir des franchises fin 2014. 

Lire la suite

Agro-industrie

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Utilisation de nouvelles semences, formation des cultivateurs, réorganisation des coopératives : la filière coton en Côte d'Ivoire tente de sortir du marasme. Avec un certain succès.

Lire la suite

Maroc

Kool Food finance sa croissance

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolat fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.

Lire la suite

Télécoms

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money a passé le cap des 10 millions d'utilisateurs dans les 13 pays de la zone Afrique-Moyen-Orient où ce service est disponible. En 2013, 2,2 milliards d'euros de transactions...

Lire la suite

Énergie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Les travaux de la première ferme éolienne de Tanzanie vont être lancés au second semestre 2014 à Singida (Ouest du pays). Le projet - d'un coût total de 285 millions...

Lire la suite

Bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Miriem Bensalah, la patronne des patrons marocains, et Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l'Industrie et du Commerce, sont en froid. Selon les analystes du marché casablancais, c'est là qu'il...

Lire la suite

Transfert d'argent

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

Aïda Diarra,

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du continent.

Lire la suite

Sénégal

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Mangalis lance Yaas, son enseigne économique, à Dakar. Le premier établissement de la filiale de Teyliom à revêtir la nouvelle marque du groupe devrait ouvrir ses portes au deuxième trimestre 2015.

Lire la suite

Hydrocarbures

Pétrole : Total fait une découverte "prometteuse" en Côte d'Ivoire

Pétrole : Total fait une découverte

Total a annoncé la découverte de pétrole dans l'offshore profond au large de San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. C'est la première découverte de ce type pour...

Lire la suite

Ostréiculture

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

La ville  de Dakhla est devenue le principal centre ostréicole du Maroc. Mais les volumes restent modestes, et les débouchés limités.

Lire la suite

Élevage

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Plus de viande, plus de produits laitiers : avec l'amélioration du niveau de vie, la demande d'aliments d'origine animale devrait tripler sur le continent d'ici à 2050. Une occasion unique...

Lire la suite

Maroc

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Autrefois sacré capitale mondiale de la sardine, le port marocain de Safi fait face à une diminution des prises. Comment sauvegarder son industrie de transformation ? Les entrepreneurs étudient toutes...

Lire la suite

Équipement

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Le constructeur indien Mahindra connaît une forte croissance sur le continent, tirée par ses ventes de tracteurs.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags