Télécoms : l'État algérien acquiert 51% de Djezzy pour 2,64 milliards de dollars.
Turkish Airlines va desservir trois nouvelles destinations africaines : Bamako, Cotonou et Conakry

L'Afrique peut-elle devenir la locomotive de l'économie mondiale ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Alors que l'Occident s'enfonce dans la crise, ce sont l'Asie et l'Afrique qui tirent léconomie mondiale. © Jon Berkeley/JAMalgré les crises internes et externes, l'Afrique démontrera en 2013 encore sa capacité de résistance. Mais de là à devenir une locomotive mondiale, il y a un pas que seule l'accélération des réformes permettra de franchir.

Le monde s'enfonce, l'Afrique devient son sauveur. En 2013, les économies du continent devraient croître, tout comme en 2012, de plus de 5 % en moyenne. Soit très nettement au-dessus de l'Amérique du Nord (environ 2,2 %) et d'une Europe (1,1 %) qui plonge chaque jour davantage vers la récession et le chômage de masse. Cette année, parmi les 30 principales économies qui croîtront le plus, 16 seront africaines, estiment les prévisionnistes du Fonds monétaire international (FMI). Vingt pays du continent verront leur richesse nationale augmenter de plus de 6 %.

Le retour de la Côte d'Ivoire sur le devant de la scène et la poursuite de l'envolée du Nigeria sont autant de bonnes nouvelles en Afrique de l'Ouest. Et les perspectives extraordinaires de la Tanzanie et du Mozambique jouent à fond pour une forte croissance dans l'Est. Ébranlé par la crise financière internationale depuis cinq ans, le continent devrait néanmoins souffrir des difficultés européennes. Les économies les plus intégrées dans le système économique mondial en pâtiront plus que les autres, et l'évolution d'une poignée de pays, dont l'Égypte et l'Afrique du Sud, reste incertaine.

Les favoris

Soudan du Sud :
Après une chute de 55 % en 2012 en raison de l'arrêt de la production pétrolière, le PIB devrait bondir de 69,6 % en 2013.
Libye : Après l'effondrement de 2011 (- 59,7 %) et l'incroyable rebond de 2012 (121,9 %), le pays devrait afficher une croissance de 16,7 %.
Mozambique : Pour la 13e année consécutive, le PIB croîtra de plus de 6 % (8,4 % selon le FMI), porté notamment par le potentiel énergétique du pays (charbon et gaz).
UEMOA : La croissance moyenne des huit États ouest-africains devrait se maintenir au-dessus de 5 % malgré la crise au Mali, notamment grâce aux 7 % attendus en Côte d'Ivoire.

Obligation

Maîtriser des comptes publics soumis à rude épreuve sans provoquer de flambée sociale, poursuivre la professionnalisation du monde politique et faire entrer les exigences du privé au plus haut niveau, lever les premiers freins à une industrialisation durable du continent : tels pourraient être les objectifs prioritaires des décideurs africains en 2013. Le continent a montré jusqu'à présent sa capacité de résistance. Il devra aller plus loin désormais et répondre à une double obligation historique : 1) Prouver sa capacité à devenir une véritable locomotive mondiale, comme la Chine l'a été depuis une décennie, et non plus suivre, avec plus ou moins de chance, la tendance asiatique. 2) Transformer la manne tirée de l'exploitation des ressources naturelles en véritable stratégie de développement, créatrice d'emplois durables et de richesses partagées.

1 - Réformer l'État-providence

Comme 2012, 2013 sera l'année des déficits. Connu sous le nom de déficits jumeaux, le phénomène associera dégradation de l'équilibre des comptes publics et aggravation du déficit de la balance commerciale. « Les politiques fiscales ont généralement été relâchées en 2012, car plusieurs pays ont été lents à renforcer des positions budgétaires qui s'étaient dégradées après le retournement économique mondial, en raison d'une baisse des revenus et d'une pression accrue en matière de dépenses », expliquent les équipes de recherche d'Ecobank.

En 2013, les déficits des comptes publics en Afrique subsaharienne francophone devraient dépasser pour la quatrième année consécutive les 3 % du PIB pour les pays importateurs de pétrole. Avec des pointes dans certains pays fragiles comme la Guinée. « La position fiscale du Cameroun continue à se dégrader, reflétant des dépassements en matière de dépense et une mauvaise collecte des revenus non pétroliers », souligne également Ecobank.

Cliquez sur l'image.En première ligne des réformes nécessaires : la refonte des politiques de subvention des carburants, des produits alimentaires et de l'énergie. Au Maroc, ces subventions représentent autour de 6 % du PIB. Dans la première économie d'Afrique centrale, le Cameroun, les seules aides aux carburants coûtent 3 % du PIB. « Les institutions multilatérales ont toujours été très réticentes envers les subventions énergétiques, spécialement celles sur les carburants », souligne Victor Lopes, économiste chez Standard Chartered Bank. « Le FMI note que dans certains cas ces subventions sont aussi importantes que le budget dévolu à la santé... Qui plus est, ce ne sont pas les populations les plus pauvres qui en bénéficient nécessairement le plus », note-t-il.

Les États africains s'attaqueront-ils en 2013 à ces aides socialement très délicates ? Certains, comme le Maroc et la Tunisie, ont annoncé leur volonté de le faire en redirigeant ces subventions vers les populations les plus démunies. Mais la vague de protestation sociale suscitée début 2012 par la suppression des subventions sur le carburant au Nigeria, finalement amendée, a marqué les esprits.

2 - Développer la culture du résultat

Le recours à des personnalités issues du secteur privé pour des postes clés dans les gouvernements deviendra-t-il la règle ? En 2012, le Sénégal s'est ainsi illustré avec la nomination d'Amadou Kane comme ministre de l'Économie et des Finances. Ancien PDG de la filiale sénégalaise de BNP Paribas, il a rejoint un Premier ministre issu comme lui du monde économique, Abdoul Mbaye, homme d'affaires et ancien banquier lui aussi.

La Côte d'Ivoire, lors du dernier remaniement ministériel en novembre, a nommé Jean-Louis Billon ministre du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME. Patron du groupe Sifca (huile de palme), il est une figure incontournable du business en Côte d'Ivoire et en Afrique.

Les perdants annoncés

Soudan :
Le FMI table sur 0 % de croissance en 2013 ; le pays ne parvient toujours pas à se remettre de sa partition, mi-2011, qui lui a fait perdre les trois quarts de sa production pétrolière.
Gabon : Malgré le vaste plan stratégique développé par Libreville, la baisse de la production pétrolière freine les ambitions : le FMI prévoit 2 % de croissance.
Tchad : Dans un pays qui se marginalise économiquement, le pétrole ne suffit plus à tirer la croissance, qui devrait s'établir à 2,4 %.
Madagascar : La croissance (autour de 2,6 %) restera suspendue aux résultats des élections présidentielles.

Au Gabon, le Premier ministre nommé en février 2012 n'est autre que Raymond Ndong Sima, ancien PDG de la Compagnie forestière du Gabon et ex-directeur général d'Hévégab. Au Cameroun, l'ancien directeur général d'Afriland First Bank, Alamine Ousmane Mey, a été porté à la tête du ministère des Finances fin 2011.

Les voisins du Nord ne sont pas en reste. Si, sous l'ère Ben Ali, les entrepreneurs étaient plutôt tenus à distance, le gouvernement tunisien de transition n'a pas hésité à placer Jalloul Ayed, ancien boss de BMCE Bank, au ministère des Finances. Arrivé au pouvoir, Ennahdha n'a ensuite pas dérogé à la règle, en nommant Elyes Fakhfakh ministre des Finances et du Tourisme : il fut notamment directeur général adjoint du sous-traitant automobile Cotrel. Au Maroc, Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, contrôle le groupe Akwa, qui rassemble une cinquantaine de sociétés.

La mode devrait se poursuivre en 2013. Pour le politologue et journaliste sénégalais Yoro Dia, recourir à ces pontes de l'industrie ou des banques montre avant tout un changement de conception de la politique, désormais fondée sur le résultat et l'atteinte des objectifs fixés par les chefs d'État, au-delà des contingences politiques.

3 - Favoriser l'industrialisation

C'est le passage obligé pour une croissance durable et créatrice d'un plus grand nombre d'emplois. Pourtant, au cours de ces dix dernières années, le continent n'a guère brillé en matière d'industrialisation. Les chiffres en témoignent : malgré sa croissance soutenue, l'Afrique dépasse à peine 1 % de la production industrielle mondiale. Selon les estimations du cabinet McKinsey, la part du secteur manufacturier dans le PIB des 27 plus grandes économies africaines a reculé de 15 % en 2000 à 12 % en 2010.

Les pays à risques

Mali :
La faiblesse de l'État et le début d'une guerre pourraient plonger le pays un peu plus dans les abîmes.
Kenya : La principale économie est-africaine est menacée par une élection présidentielle à hauts risques.
Rwanda : La suppression de l'aide au développement, en raison de la crise dans l'est de la RD Congo, met en péril la croissance.
Égypte : La radicalisation du pouvoir et la marginalisation économique du pays inquiètent.

Pour inverser cette tendance et rattraper son retard, le continent doit lever un certain nombre de freins majeurs, à commencer par la faiblesse des infrastructures, déficitaires et souvent obsolètes. « En Afrique de l'Ouest, les chemins de fer datent de la période coloniale, pas un seul rail n'a été posé depuis les indépendances », déplore un haut cadre de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). Résultat : pour transporter un conteneur de Dakar à Ouagadougou - soit un trajet d'environ 2 000 km -, il faut dépenser plus de 7 500 euros et passer pas moins de 55 points de contrôle. En Chine, sur la même distance, ce coût est d'environ 1 750 euros par la route et de quelque 750 euros par voie ferrée.

Si aujourd'hui ce sont près de 55 milliards d'euros qui sont investis annuellement dans le développement des routes, des chemins de fer ou encore des équipements énergétiques, la Banque mondiale estime à 90 milliards d'euros par an le montant nécessaire pour aider l'Afrique à combler son déficit en infrastructures. La Banque africaine de développement (BAD), qui consacre déjà près de 38 % de ses engagements à ce type de projets, a récemment appelé les banques centrales africaines à attribuer une partie de leurs réserves de change (estimées à plus de 375 milliards d'euros) au financement des infrastructures. L'initiative connaîtra-t-elle une avancée en 2013 ?

Mais outre le déficit de routes, de chemins de fer ou encore de centrales énergétiques, le difficile accès au financement, les coûts élevés des transactions financières et la fragmentation des espaces économiques sont par ailleurs autant d'entraves à l'industrialisation de l'Afrique. La résolution de ces problèmes devra compter parmi les priorités des décideurs au cours de la nouvelle année qui commence.

Lire aussi :

Économie africaine : ce qu'il faut retenir de 2012
Business en Afrique : le best-of de 2012

Capital-investissement : le best-of 2012
Fusions-acquisitions : le best-of de 2012

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Transparence

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, il est désormais possible d'apporter des réponses. Jeune Afrique s'y attèle...

Lire la suite

Finance

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Le Fonds Gari, structure de garantie des crédits, doit faire face au départ de ses actionnaires historiques, qui cèdent 80,56 % du capital. Avis aux repreneurs potentiels : les amateurs sont...

Lire la suite

Agriculture

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Ils produisent de l'arachide, des olives ou du coton. Ils viennent du Sénégal, de la Tunisie et du Burkina Faso. Leur point commun : ils promeuvent les savoir-faire locaux. Et...

Lire la suite

Télécoms

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

Après des années de bataille juridique, VimpelCom annonce la cession de 51% du capital de Djezzy au Fonds national d'investissement pour 2,643 milliards de dollars. L'actionnaire russe conserve toutefois le...

Lire la suite

Banque

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Un accord de cession des parts de l'État marocain dans le capital de BCP a été conclu avec le groupe bancaire. L'État, qui détenait près de 6% des parts, les...

Lire la suite

Finance

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Le géant marocain des phosphates OCP a levé 1,55 milliard de dollars pour sa première émission obligataire sur les marchés internationaux. L'entreprise publique cherche à financer un plan d'investissement de...

Lire la suite

Interview

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Moulay Hafid Elalamy :

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée et l'export. "Jeune...

Lire la suite

Engrais

Agriculture africaine : place aux intrants !

Agriculture africaine : place aux intrants !

Trop cher, mal distribué, l'engrais n'est pas entré dans les habitudes des cultivateurs du continent. Mais les industriels du monde entier, en quête de débouchés, comptent bien y remédier.

Lire la suite

Télécoms

Orange Horizons va tester de nouveaux "concept stores" en Afrique

Orange Horizons va tester de nouveaux

Orange poursuit le développement de la marque Horizons à travers le continent. La multinationale teste des concepts stores dans plusieurs villes africaines, l'objectif étant d'y ouvrir des franchises fin 2014. 

Lire la suite

Agro-industrie

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Utilisation de nouvelles semences, formation des cultivateurs, réorganisation des coopératives : la filière coton en Côte d'Ivoire tente de sortir du marasme. Avec un certain succès.

Lire la suite

Maroc

Kool Food finance sa croissance

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolat fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.

Lire la suite

Télécoms

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money a passé le cap des 10 millions d'utilisateurs dans les 13 pays de la zone Afrique-Moyen-Orient où ce service est disponible. En 2013, 2,2 milliards d'euros de transactions...

Lire la suite

Énergie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Les travaux de la première ferme éolienne de Tanzanie vont être lancés au second semestre 2014 à Singida (Ouest du pays). Le projet - d'un coût total de 285 millions...

Lire la suite

Bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Miriem Bensalah, la patronne des patrons marocains, et Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l'Industrie et du Commerce, sont en froid. Selon les analystes du marché casablancais, c'est là qu'il...

Lire la suite

Transfert d'argent

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

Aïda Diarra,

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du continent.

Lire la suite

Sénégal

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Mangalis lance Yaas, son enseigne économique, à Dakar. Le premier établissement de la filiale de Teyliom à revêtir la nouvelle marque du groupe devrait ouvrir ses portes au deuxième trimestre 2015.

Lire la suite

Hydrocarbures

Pétrole : Total fait une découverte "prometteuse" en Côte d'Ivoire

Pétrole : Total fait une découverte

Total a annoncé la découverte de pétrole dans l'offshore profond au large de San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. C'est la première découverte de ce type pour...

Lire la suite

Ostréiculture

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

La ville  de Dakhla est devenue le principal centre ostréicole du Maroc. Mais les volumes restent modestes, et les débouchés limités.

Lire la suite

Élevage

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Plus de viande, plus de produits laitiers : avec l'amélioration du niveau de vie, la demande d'aliments d'origine animale devrait tripler sur le continent d'ici à 2050. Une occasion unique...

Lire la suite

Maroc

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Autrefois sacré capitale mondiale de la sardine, le port marocain de Safi fait face à une diminution des prises. Comment sauvegarder son industrie de transformation ? Les entrepreneurs étudient toutes...

Lire la suite

Équipement

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Le constructeur indien Mahindra connaît une forte croissance sur le continent, tirée par ses ventes de tracteurs.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags