Le roi Mohammed VI en visite officielle en Chine le 27 novembre.

L'Afrique peut-elle devenir la locomotive de l'économie mondiale ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Alors que l'Occident s'enfonce dans la crise, ce sont l'Asie et l'Afrique qui tirent léconomie mondiale. © Jon Berkeley/JAMalgré les crises internes et externes, l'Afrique démontrera en 2013 encore sa capacité de résistance. Mais de là à devenir une locomotive mondiale, il y a un pas que seule l'accélération des réformes permettra de franchir.

Le monde s'enfonce, l'Afrique devient son sauveur. En 2013, les économies du continent devraient croître, tout comme en 2012, de plus de 5 % en moyenne. Soit très nettement au-dessus de l'Amérique du Nord (environ 2,2 %) et d'une Europe (1,1 %) qui plonge chaque jour davantage vers la récession et le chômage de masse. Cette année, parmi les 30 principales économies qui croîtront le plus, 16 seront africaines, estiment les prévisionnistes du Fonds monétaire international (FMI). Vingt pays du continent verront leur richesse nationale augmenter de plus de 6 %.

Le retour de la Côte d'Ivoire sur le devant de la scène et la poursuite de l'envolée du Nigeria sont autant de bonnes nouvelles en Afrique de l'Ouest. Et les perspectives extraordinaires de la Tanzanie et du Mozambique jouent à fond pour une forte croissance dans l'Est. Ébranlé par la crise financière internationale depuis cinq ans, le continent devrait néanmoins souffrir des difficultés européennes. Les économies les plus intégrées dans le système économique mondial en pâtiront plus que les autres, et l'évolution d'une poignée de pays, dont l'Égypte et l'Afrique du Sud, reste incertaine.

Les favoris

Soudan du Sud :
Après une chute de 55 % en 2012 en raison de l'arrêt de la production pétrolière, le PIB devrait bondir de 69,6 % en 2013.
Libye : Après l'effondrement de 2011 (- 59,7 %) et l'incroyable rebond de 2012 (121,9 %), le pays devrait afficher une croissance de 16,7 %.
Mozambique : Pour la 13e année consécutive, le PIB croîtra de plus de 6 % (8,4 % selon le FMI), porté notamment par le potentiel énergétique du pays (charbon et gaz).
UEMOA : La croissance moyenne des huit États ouest-africains devrait se maintenir au-dessus de 5 % malgré la crise au Mali, notamment grâce aux 7 % attendus en Côte d'Ivoire.

Obligation

Maîtriser des comptes publics soumis à rude épreuve sans provoquer de flambée sociale, poursuivre la professionnalisation du monde politique et faire entrer les exigences du privé au plus haut niveau, lever les premiers freins à une industrialisation durable du continent : tels pourraient être les objectifs prioritaires des décideurs africains en 2013. Le continent a montré jusqu'à présent sa capacité de résistance. Il devra aller plus loin désormais et répondre à une double obligation historique : 1) Prouver sa capacité à devenir une véritable locomotive mondiale, comme la Chine l'a été depuis une décennie, et non plus suivre, avec plus ou moins de chance, la tendance asiatique. 2) Transformer la manne tirée de l'exploitation des ressources naturelles en véritable stratégie de développement, créatrice d'emplois durables et de richesses partagées.

1 - Réformer l'État-providence

Comme 2012, 2013 sera l'année des déficits. Connu sous le nom de déficits jumeaux, le phénomène associera dégradation de l'équilibre des comptes publics et aggravation du déficit de la balance commerciale. « Les politiques fiscales ont généralement été relâchées en 2012, car plusieurs pays ont été lents à renforcer des positions budgétaires qui s'étaient dégradées après le retournement économique mondial, en raison d'une baisse des revenus et d'une pression accrue en matière de dépenses », expliquent les équipes de recherche d'Ecobank.

En 2013, les déficits des comptes publics en Afrique subsaharienne francophone devraient dépasser pour la quatrième année consécutive les 3 % du PIB pour les pays importateurs de pétrole. Avec des pointes dans certains pays fragiles comme la Guinée. « La position fiscale du Cameroun continue à se dégrader, reflétant des dépassements en matière de dépense et une mauvaise collecte des revenus non pétroliers », souligne également Ecobank.

Cliquez sur l'image.En première ligne des réformes nécessaires : la refonte des politiques de subvention des carburants, des produits alimentaires et de l'énergie. Au Maroc, ces subventions représentent autour de 6 % du PIB. Dans la première économie d'Afrique centrale, le Cameroun, les seules aides aux carburants coûtent 3 % du PIB. « Les institutions multilatérales ont toujours été très réticentes envers les subventions énergétiques, spécialement celles sur les carburants », souligne Victor Lopes, économiste chez Standard Chartered Bank. « Le FMI note que dans certains cas ces subventions sont aussi importantes que le budget dévolu à la santé... Qui plus est, ce ne sont pas les populations les plus pauvres qui en bénéficient nécessairement le plus », note-t-il.

Les États africains s'attaqueront-ils en 2013 à ces aides socialement très délicates ? Certains, comme le Maroc et la Tunisie, ont annoncé leur volonté de le faire en redirigeant ces subventions vers les populations les plus démunies. Mais la vague de protestation sociale suscitée début 2012 par la suppression des subventions sur le carburant au Nigeria, finalement amendée, a marqué les esprits.

2 - Développer la culture du résultat

Le recours à des personnalités issues du secteur privé pour des postes clés dans les gouvernements deviendra-t-il la règle ? En 2012, le Sénégal s'est ainsi illustré avec la nomination d'Amadou Kane comme ministre de l'Économie et des Finances. Ancien PDG de la filiale sénégalaise de BNP Paribas, il a rejoint un Premier ministre issu comme lui du monde économique, Abdoul Mbaye, homme d'affaires et ancien banquier lui aussi.

La Côte d'Ivoire, lors du dernier remaniement ministériel en novembre, a nommé Jean-Louis Billon ministre du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des PME. Patron du groupe Sifca (huile de palme), il est une figure incontournable du business en Côte d'Ivoire et en Afrique.

Les perdants annoncés

Soudan :
Le FMI table sur 0 % de croissance en 2013 ; le pays ne parvient toujours pas à se remettre de sa partition, mi-2011, qui lui a fait perdre les trois quarts de sa production pétrolière.
Gabon : Malgré le vaste plan stratégique développé par Libreville, la baisse de la production pétrolière freine les ambitions : le FMI prévoit 2 % de croissance.
Tchad : Dans un pays qui se marginalise économiquement, le pétrole ne suffit plus à tirer la croissance, qui devrait s'établir à 2,4 %.
Madagascar : La croissance (autour de 2,6 %) restera suspendue aux résultats des élections présidentielles.

Au Gabon, le Premier ministre nommé en février 2012 n'est autre que Raymond Ndong Sima, ancien PDG de la Compagnie forestière du Gabon et ex-directeur général d'Hévégab. Au Cameroun, l'ancien directeur général d'Afriland First Bank, Alamine Ousmane Mey, a été porté à la tête du ministère des Finances fin 2011.

Les voisins du Nord ne sont pas en reste. Si, sous l'ère Ben Ali, les entrepreneurs étaient plutôt tenus à distance, le gouvernement tunisien de transition n'a pas hésité à placer Jalloul Ayed, ancien boss de BMCE Bank, au ministère des Finances. Arrivé au pouvoir, Ennahdha n'a ensuite pas dérogé à la règle, en nommant Elyes Fakhfakh ministre des Finances et du Tourisme : il fut notamment directeur général adjoint du sous-traitant automobile Cotrel. Au Maroc, Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, contrôle le groupe Akwa, qui rassemble une cinquantaine de sociétés.

La mode devrait se poursuivre en 2013. Pour le politologue et journaliste sénégalais Yoro Dia, recourir à ces pontes de l'industrie ou des banques montre avant tout un changement de conception de la politique, désormais fondée sur le résultat et l'atteinte des objectifs fixés par les chefs d'État, au-delà des contingences politiques.

3 - Favoriser l'industrialisation

C'est le passage obligé pour une croissance durable et créatrice d'un plus grand nombre d'emplois. Pourtant, au cours de ces dix dernières années, le continent n'a guère brillé en matière d'industrialisation. Les chiffres en témoignent : malgré sa croissance soutenue, l'Afrique dépasse à peine 1 % de la production industrielle mondiale. Selon les estimations du cabinet McKinsey, la part du secteur manufacturier dans le PIB des 27 plus grandes économies africaines a reculé de 15 % en 2000 à 12 % en 2010.

Les pays à risques

Mali :
La faiblesse de l'État et le début d'une guerre pourraient plonger le pays un peu plus dans les abîmes.
Kenya : La principale économie est-africaine est menacée par une élection présidentielle à hauts risques.
Rwanda : La suppression de l'aide au développement, en raison de la crise dans l'est de la RD Congo, met en péril la croissance.
Égypte : La radicalisation du pouvoir et la marginalisation économique du pays inquiètent.

Pour inverser cette tendance et rattraper son retard, le continent doit lever un certain nombre de freins majeurs, à commencer par la faiblesse des infrastructures, déficitaires et souvent obsolètes. « En Afrique de l'Ouest, les chemins de fer datent de la période coloniale, pas un seul rail n'a été posé depuis les indépendances », déplore un haut cadre de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). Résultat : pour transporter un conteneur de Dakar à Ouagadougou - soit un trajet d'environ 2 000 km -, il faut dépenser plus de 7 500 euros et passer pas moins de 55 points de contrôle. En Chine, sur la même distance, ce coût est d'environ 1 750 euros par la route et de quelque 750 euros par voie ferrée.

Si aujourd'hui ce sont près de 55 milliards d'euros qui sont investis annuellement dans le développement des routes, des chemins de fer ou encore des équipements énergétiques, la Banque mondiale estime à 90 milliards d'euros par an le montant nécessaire pour aider l'Afrique à combler son déficit en infrastructures. La Banque africaine de développement (BAD), qui consacre déjà près de 38 % de ses engagements à ce type de projets, a récemment appelé les banques centrales africaines à attribuer une partie de leurs réserves de change (estimées à plus de 375 milliards d'euros) au financement des infrastructures. L'initiative connaîtra-t-elle une avancée en 2013 ?

Mais outre le déficit de routes, de chemins de fer ou encore de centrales énergétiques, le difficile accès au financement, les coûts élevés des transactions financières et la fragmentation des espaces économiques sont par ailleurs autant d'entraves à l'industrialisation de l'Afrique. La résolution de ces problèmes devra compter parmi les priorités des décideurs au cours de la nouvelle année qui commence.

Lire aussi :

Économie africaine : ce qu'il faut retenir de 2012
Business en Afrique : le best-of de 2012

Capital-investissement : le best-of 2012
Fusions-acquisitions : le best-of de 2012

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Matières premières

Mauritanie : santé de fer ou petite mine ?

Mauritanie : santé de fer ou petite mine ?

La Société nationale industrielle et minière (Snim) voit grand. Mais la chute de 40 % des cours du minerai pourrait la contraindre à revoir ses ambitions à la baisse.

Lire la suite

Industrie

Cevital retenu pour la reprise de l'aciériste italien Lucchini

Cevital retenu pour la reprise de l'aciériste italien Lucchini

Cevital a été retenu pour la reprise des aciéries Lucchini de Piombini, n° 2 en Italie. Le groupe algérien a présenté un programme d'investissements de l'ordre de 400 millions d'euros,...

Lire la suite

Grande distribution

Carrefour fait son retour en Algérie

Carrefour fait son retour en Algérie

Cinq ans après l'échec d'une précédente implantation, la marque Carrefour fait son retour en Algérie et prépare l'ouverture d'un hypermarché en mars prochain à Alger.

Lire la suite

Conjoncture

Le Cameroun table sur 6,3 % de croissance en 2015

Le Cameroun table sur 6,3 % de croissance en 2015

Le premier ministre Philemon Yang l'a annoncé le 25 novembre lors de la présentation des perspectives économiques à l'Assemblée. En hausse de 13 %, le budget du prochain exercice s'établit...

Lire la suite

E-Commerce

Jumia lève 120 millions d'euros

Jumia lève 120 millions d'euros

En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.

Lire la suite

Finance

Nigeria : la Banque centrale dévalue le naira

Nigeria : la Banque centrale dévalue le naira

La Banque centrale du Nigeria a modifié la parité du naira avec le dollar américain. Cette dévaluation intervient alors que le pays subit de plein fouet la baisse des cours...

Lire la suite

Consumer

CFAO lance cinq enseignes internationales en Afrique

CFAO lance cinq enseignes internationales en Afrique

La Grande Récré, L’Occitane en Provence, Cache Cache, Bonobo et Kaporal seront présents dans les centres commerciaux que CFAO développe dans huit pays subsahariens. Premier élu : la Côte d’Ivoire...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans "Jeune Afrique"

Cette semaine dans

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur la stratégie du réseau social mondial Facebook sur le continent.

Lire la suite

Finance

Mauritanie : une BIM en plein boom

Mauritanie : une BIM en plein boom

Elle n'a que trois années d'existence. Mais déjà, la Banque islamique de Mauritanie s'est fait une place dans le paysage bancaire national. Sa recette ? Des services pratiques et, surtout,...

Lire la suite

Étude

Moody's : "L'Afrique subsaharienne est vulnérable au ralentissement de la croissance chinoise"

Moody's :

Les pays d'Afrique subsaharienne ont bénéficié de l'accroissement des liens commerciaux avec la Chine. Selon l'agence de notation Moody's, ils se retrouvent par conséquent plus exposés au ralentissement de la...

Lire la suite

Agroalimentaire

Le Cameroun en quête d’un investisseur pour développer une nouvelle sucrerie

Le Cameroun en quête d’un investisseur pour développer une nouvelle sucrerie

Après avoir éliminé la co-entreprise indo-camerounaise Justin Sugar Mills, le gouvernement invite les firmes intéressées à la mise sur pied d'un complexe sucrier à l'est du pays à se manifester...

Lire la suite

Automobile

Renault passe la première en Algérie

Renault passe la première en Algérie

L'usine d'Oued Tlelat, qui vient d'être inaugurée en grande pompe, doit permettre au constructeur de rester en pole position dans le pays. Reportage sous le feu des projecteurs.

Lire la suite

Décideurs

Afrique du Sud : Irene Charnley, celle par qui la 4G arriva

Afrique du Sud : Irene Charnley, celle par qui la 4G arriva

Femme métisse issue d'un milieu pauvre, la fondatrice de Smile Telecoms est un symbole de la réussite postapartheid.

Lire la suite

Événement

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du Global Entrepreneurship Summit a connu un franc succès. Plus de 6 000 participants ont pris part à l'événement,...

Lire la suite

Finances publiques

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une portion de ces ressources pourrait servir à régler la...

Lire la suite

Finance

Maroc : CGI entame son retrait de la Bourse de Casa

Maroc : CGI entame son retrait de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers...

Lire la suite

Private equity

Carlyle investit dans la banque nigériane Diamond Bank

Carlyle investit dans la banque nigériane Diamond Bank

Carlyle investit 147 millions de dollars dans Diamond Bank, l'une des principales banques du Nigeria. C'est le troisième investissement au sud du Sahara annoncé par le géant américain du capital-investissement.

Lire la suite

Aérien

Royal Air Maroc réceptionne son premier Embraer 190

Royal Air Maroc réceptionne son premier Embraer 190

Royal Air Maroc a reçu son premier Embraer 190. La livraison de trois autres appareils du constructeur brésilien devrait avoir lieu d'ici au 15 décembre.

Lire la suite

Taxes

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose question.

Lire la suite

Conso & Distribution

Accra voit le shopping en version XXL

Accra voit le shopping en version XXL

Le Ghana, nouvel eldorado pour les marques internationales ? Ce pays, où le pouvoir d'achat des ménages ne cesse de croître, s'apprête à accueillir le plus grand mall d'Afrique de...

Lire la suite

Forum

À Marrakech, les professionnels de l'engrais repensent leur stratégie

À Marrakech, les professionnels de l'engrais repensent leur stratégie

L'Association internationale de l'industrie des fertilisants s'est réunie à Marrakech pour son premier forum stratégique. L'occasion pour le marocain OCP de présenter son plan de développement qui prévoit le démarrage...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags