Capital-investissement : Abraaj l'émergent

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

En 2007, le fonds a investi avec succès dans la première compagnie aérienne low cost du monde arabe. © AFPÉlu fonds africain de l'année durant le Africa CEO Forum, le financier dirigé depuis sept hubs à travers le monde - dont un à Nairobi -, gère près de 6 milliards d'euros investis dans des entreprises du Sud. L'Afrique est plus que jamais à son programme.

TPG, Blackstone, KKR, Goldman Sachs, Carlyle... Dans le classement annuel des 50 plus gros investisseurs en fonds propres du monde, il est depuis quelques années un nom qui frappe : Abraaj Capital. Au milieu des financiers basés aux États-Unis, à Londres ou à Paris, le capital-investisseur né à Dubaï il y a tout juste dix ans a su rapidement se faire une place. Au 40e rang mondial dans le classement 2012 du magazine Private Equity International, Abraaj n'est pas loin derrière les géants européens que sont PAI Partners (34e) ou Axa Private Equity (35e).

« Nous sommes le plus important investisseur en private equity sur les marchés émergents », se réjouit Tom Speechley, l'un des dix membres du conseil d'administration d'Abraaj, dont le capital reste en partie contrôlé par le management. Avec 7,5 milliards de dollars (5,9 milliards d'euros) d'actifs sous gestion à la mi-2012, 36 bureaux à travers le monde, 230 professionnels et plus de 200 souscripteurs de tous horizons dans ses fonds, le financier rayonne dans presque tous les pays émergents. Et ne veut plus être considéré comme un investisseur émirati. « Nous ne voulons plus être appelés ainsi, lâche Tom Speechley. Dubaï n'est qu'un des sept hubs [avec Singapour, Bombay, Bogotá, Istanbul, Londres et Nairobi, NDLR] que nous avons développés à travers le monde et dans lesquels est réparti le management senior. Ce n'est plus le centre de gravité du groupe. »

Ses équipes comptent plus de 50 nationalités, son portefeuille quelque 150 entreprises.

Né en 2002 sous l'impulsion d'Arif Naqvi, Abraaj s'est mué depuis quelques années en symbole de la finance transnationale. Plus de 50 nationalités composent ses équipes, et les 150 entreprises que compte aujourd'hui son portefeuille opèrent de l'Inde au Maroc, en passant par le Pakistan, le Liban, la Turquie, l'Égypte... Depuis le rachat en août 2011 du fonds Kantara et de ses équipes de gestion, acquis auprès du français Amundi, Abraaj a également fortement dopé sa présence au Maghreb, où Kantara comptait déjà plusieurs participations, principalement dans des PME marocaines et tunisiennes.

De la zambie au sénégal

L'annonce, quelques mois plus tard, de l'acquisition de l'un des plus importants capital-investisseurs dans les PME des pays émergents en général et en Afrique en particulier, Aureos Capital, a fini de le transformer en véritable multinationale de l'investissement en fonds propres. À la suite de cette dernière opération, finalisée au milieu de l'année 2012, Abraaj a récupéré des participations des Philippines au Costa Rica, en passant par de nombreux pays africains tels que le Kenya, l'Afrique du Sud, la Zambie ou encore le Sénégal.

Le virage africain pris par Abraaj s'explique aisément : « Si nous ne délivrons pas une bonne rentabilité, autour de 20 % par an, aux souscripteurs de nos fonds, ils iront voir ailleurs. Pour l'instant, avec 50 sorties réalisées ayant rapporté 2,9 fois les sommes investies, nous y parvenons. Mais nous sommes convaincus que l'Afrique peut également fournir ce niveau de performance. C'est un moment historique pour y investir. » Plutôt que d'organiser des allers-retours en avion, comme certains autres grands financiers internationaux, Abraaj s'est mis en quête de compétences locales et d'une présence effective en Afrique. « Nous sommes un pionnier sur les marchés émergents, souligne Tom Speechley, qui a pris la tête d'Aureos Capital, désormais le pôle PME pour tout le groupe. Et nous avons appris quelque chose : il faut être présent sur place pour réussir. Le plus grand risque est le manque de connaissance locale et de réseau. »

Expérience

Aujourd'hui, un peu plus de 10 % des actifs gérés par Abraaj sont consacrés à l'Afrique. Avec 600 millions de dollars sous gestion au sud du Sahara et environ 200 autres millions dans le nord du continent, le financier n'a certes pas encore atteint la taille des plus grands, comme Emerging Capital Partners, Actis ou Helios Investment Partners, qui gèrent tous plus de 1 milliard de dollars en Afrique. Mais il a des atouts non négligeables pour se hisser à leur hauteur. Ainsi, la trentaine de professionnels venus d'Aureos, constitué en 2001 à partir d'équipes qui opéraient déjà au sein de l'agence de développement britannique CDC, affichent jusqu'à une vingtaine d'années d'expérience chacun.

C'est un moment historique pour investir sur le continent.
Tom Speechely, PDG d'Aureos Capital

Abraaj dispose également de neuf bureaux africains et d'une panoplie de fonds qui lui permettent d'investir à la fois dans les PME subsahariennes et dans les grandes entreprises du continent. Preuve de cette diversité, deux investissements réalisés au premier semestre 2012 : 125 millions de dollars injectés au capital de l'assureur marocain Saham Finances et 1,7 million de dollars dans la clinique togolaise Biasa. La première opération, réalisée via le fonds Abraaj Private Equity Fund IV (2 milliards de dollars), et la seconde, bouclée avec le fonds dévolu à la santé Africa Health Fund (105 millions de dollars), partagent la même finalité : financer la croissance. Dans un cas, l'apport de capitaux a déjà permis de racheter un assureur de premier plan au Liban pour piloter la conquête des marchés moyen-orientaux. Dans l'autre, l'objectif est de permettre à la clinique de financer son plan d'expansion de 5 millions de dollars, visant à satisfaire une demande croissante dans la sous-région. Ces deux opérations lui ont valu d'être nommé fonds africain de l'année lors du Africa CEO Forum, qui s'est tenu à Genève en octobre dernier.

« L'investissement parfait, c'est celui qui se fait dans une compagnie qui deviendra un leader mondial, sourit Tom Speechley. Mais ce que nous regardons en premier, c'est le succès sur le marché domestique. Les ambitions régionales viennent après. » En Afrique, Abraaj dispose encore d'une belle capacité d'investissement avec, notamment, le fonds panafricain Aureos Africa Fund (381 millions de dollars). Le financier refuse a priori d'investir dans des entreprises opérant dans l'exploration pétrolière ou minière, mais regarde plutôt vers des secteurs tels que les services pétroliers, les biens de consommation et la distribution, la santé, l'agrobusiness, les infrastructures et la logistique.

Projecteurs

Tout comme celle des américains Carlyle et KKR, l'arrivée d'Abraaj sur la scène du capital-investissement africain a un autre avantage : braquer les projecteurs des financiers sur le continent. Abraaj pourrait tenter de lever deux nouveaux fonds africains, l'un pour le sud du Sahara et l'autre pour le Nord. Alors qu'il affiche plus de 200 souscripteurs venus de toutes les régions du monde dans ses fonds précédents, la nouvelle est de bon augure : malgré une expérience désormais conséquente, la plupart des capital-investisseurs africains doivent en effet encore s'en remettre aux agences de développement pour boucler leurs fonds. Selon Tom Speechley, les souscripteurs habituels d'Abraaj sont essentiellement des privés : des institutions financières, des particuliers (très) fortunés, des fonds de pension... De quoi donner de l'espoir à toute une profession.

Cliquez sur l'image.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Justice

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

Le gendarme boursier américain enquête sur des avantages que la banque d'affaires Goldman Sachs aurait offerts à des dignitaires libyens pour s'attirer les faveurs du fonds souverain Libyan Investment Authority...

Lire la suite

Agro-industrie

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Pour attester de ses bonnes pratiques, le forestier français Rougier a entamé une certification de ses sites en Afrique centrale. Un sésame indispensable pour accéder à certains marchés. Mais ce...

Lire la suite

Entreprise

Le pari gabonais du mauricien IBL

Le pari gabonais du mauricien IBL

Après s'être hissé au rang de deuxième holding du pays, le groupe a fait escale chez ses voisins insulaires, puis mis le cap sur le continent. Destination Kampala et Libreville.

Lire la suite

Capital-investissement

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.

Lire la suite

Gouvernance

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à...

Lire la suite

Automobile

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.

Lire la suite

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il conseille grands patrons et hommes...

Lire la suite

Finances

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Le dynamisme de la place boursière et du secteur bancaire structuré et efficace de Port louis, capitale de Maurice, inspirent de plus en plus confiance aux investisseurs.

Lire la suite

Infrastructures

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars),...

Lire la suite

Énergie

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Safi Energy a récolté 2,6 milliards de dollars de financement pour construire une centrale électrique au charbon de 1 386 mégawatts dans le sud-ouest du Maroc. Les banques marocaines ont...

Lire la suite

TV

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Port d'Abidjan, poivre du Penja au Cameroun, Sole Rebels en Ethiopie... La nouvelle édition de Réussite, le magazine de "l'Afrique qui gagne", sera diffusée ce vendredi 19 septembre au soir...

Lire la suite

Télécoms

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Trois ans après le départ de Ben Ali, Orange Tunisie est toujours pertubé dans son développement par le contentieux entre l'État tunisien et Marwane Mabrouk, le gendre de l'ex-président et...

Lire la suite

Tunisie

Hakim Ben Hammouda : "Le grand défi reste la relance de l'investissement"

Hakim Ben Hammouda :

Pour le ministre de l'Économie et des Finances tunisien Hakim Ben Hammouda, les prochaines échéances électorales ne doivent pas faire perdre de vue l'objectif de la relance de l'économie par...

Lire la suite

Cameroun

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Douala International Terminal (DIT), le gestionnaire du terminal à conteneurs, vient de mettre ces engins en service au port de Douala pour améliorer les livraisons. En trois mois, la filiale...

Lire la suite

Analyse

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Début septembre bailleurs et investisseurs se sont réunis à Tunis pour tracer les perspectives d'avenir du pays. Son présent, las, n'est guère brillant. Presque tous les indicateurs sont au rouge. La...

Lire la suite

Santé

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Ebola : la Banque mondiale craint

Pour la Banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie d'Ebola (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "réaction de...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Oryx Gaz Côte d’Ivoire a inauguré le 16 septembre un terminal de stockage de gaz d’une capacité de 4 000 mètres cubes à Abidjan. Cette infrastructure, qui a permis de...

Lire la suite

Transport

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

La compagnie de transport luxembourgeoise Cargolux a annoncé une augmentation du tarif appliqué aux livraisons vers et depuis l'Afrique. En cause : l'épidémie d'Ebola, qui imposerait à l'entreprise de déployer...

Lire la suite

Coopération

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La Banque africaine de développement et le Japon ont conclu un prêt concessionnel de 300 millions de dollars pour soutenir le secteur privé africain.

Lire la suite

Finance

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Dans le cadre de ce partenariat entre Orange et Bank of Africa, les clients d'Orange Money et du groupe bancaire panafricain pourront réaliser des mouvements de fonds de leur compte...

Lire la suite

Finance

Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

 Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

Huit ans après son entrée à la Bourse de Casablanca, le fournisseur de services de manutention Mediaco Maroc a déposé une Offre publique de retrait. Une décision qui intervient après...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags