Le Sénégal prépare une nouvelle loi sur la pêche maritime.
L'Algérie va réviser son budget 2015 pour limiter l'impact de la chute du cours du pétrole sur son commerce extérieur.

Capital-investissement : Abraaj l'émergent

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

En 2007, le fonds a investi avec succès dans la première compagnie aérienne low cost du monde arabe. © AFPÉlu fonds africain de l'année durant le Africa CEO Forum, le financier dirigé depuis sept hubs à travers le monde - dont un à Nairobi -, gère près de 6 milliards d'euros investis dans des entreprises du Sud. L'Afrique est plus que jamais à son programme.

TPG, Blackstone, KKR, Goldman Sachs, Carlyle... Dans le classement annuel des 50 plus gros investisseurs en fonds propres du monde, il est depuis quelques années un nom qui frappe : Abraaj Capital. Au milieu des financiers basés aux États-Unis, à Londres ou à Paris, le capital-investisseur né à Dubaï il y a tout juste dix ans a su rapidement se faire une place. Au 40e rang mondial dans le classement 2012 du magazine Private Equity International, Abraaj n'est pas loin derrière les géants européens que sont PAI Partners (34e) ou Axa Private Equity (35e).

« Nous sommes le plus important investisseur en private equity sur les marchés émergents », se réjouit Tom Speechley, l'un des dix membres du conseil d'administration d'Abraaj, dont le capital reste en partie contrôlé par le management. Avec 7,5 milliards de dollars (5,9 milliards d'euros) d'actifs sous gestion à la mi-2012, 36 bureaux à travers le monde, 230 professionnels et plus de 200 souscripteurs de tous horizons dans ses fonds, le financier rayonne dans presque tous les pays émergents. Et ne veut plus être considéré comme un investisseur émirati. « Nous ne voulons plus être appelés ainsi, lâche Tom Speechley. Dubaï n'est qu'un des sept hubs [avec Singapour, Bombay, Bogotá, Istanbul, Londres et Nairobi, NDLR] que nous avons développés à travers le monde et dans lesquels est réparti le management senior. Ce n'est plus le centre de gravité du groupe. »

Ses équipes comptent plus de 50 nationalités, son portefeuille quelque 150 entreprises.

Né en 2002 sous l'impulsion d'Arif Naqvi, Abraaj s'est mué depuis quelques années en symbole de la finance transnationale. Plus de 50 nationalités composent ses équipes, et les 150 entreprises que compte aujourd'hui son portefeuille opèrent de l'Inde au Maroc, en passant par le Pakistan, le Liban, la Turquie, l'Égypte... Depuis le rachat en août 2011 du fonds Kantara et de ses équipes de gestion, acquis auprès du français Amundi, Abraaj a également fortement dopé sa présence au Maghreb, où Kantara comptait déjà plusieurs participations, principalement dans des PME marocaines et tunisiennes.

De la zambie au sénégal

L'annonce, quelques mois plus tard, de l'acquisition de l'un des plus importants capital-investisseurs dans les PME des pays émergents en général et en Afrique en particulier, Aureos Capital, a fini de le transformer en véritable multinationale de l'investissement en fonds propres. À la suite de cette dernière opération, finalisée au milieu de l'année 2012, Abraaj a récupéré des participations des Philippines au Costa Rica, en passant par de nombreux pays africains tels que le Kenya, l'Afrique du Sud, la Zambie ou encore le Sénégal.

Le virage africain pris par Abraaj s'explique aisément : « Si nous ne délivrons pas une bonne rentabilité, autour de 20 % par an, aux souscripteurs de nos fonds, ils iront voir ailleurs. Pour l'instant, avec 50 sorties réalisées ayant rapporté 2,9 fois les sommes investies, nous y parvenons. Mais nous sommes convaincus que l'Afrique peut également fournir ce niveau de performance. C'est un moment historique pour y investir. » Plutôt que d'organiser des allers-retours en avion, comme certains autres grands financiers internationaux, Abraaj s'est mis en quête de compétences locales et d'une présence effective en Afrique. « Nous sommes un pionnier sur les marchés émergents, souligne Tom Speechley, qui a pris la tête d'Aureos Capital, désormais le pôle PME pour tout le groupe. Et nous avons appris quelque chose : il faut être présent sur place pour réussir. Le plus grand risque est le manque de connaissance locale et de réseau. »

Expérience

Aujourd'hui, un peu plus de 10 % des actifs gérés par Abraaj sont consacrés à l'Afrique. Avec 600 millions de dollars sous gestion au sud du Sahara et environ 200 autres millions dans le nord du continent, le financier n'a certes pas encore atteint la taille des plus grands, comme Emerging Capital Partners, Actis ou Helios Investment Partners, qui gèrent tous plus de 1 milliard de dollars en Afrique. Mais il a des atouts non négligeables pour se hisser à leur hauteur. Ainsi, la trentaine de professionnels venus d'Aureos, constitué en 2001 à partir d'équipes qui opéraient déjà au sein de l'agence de développement britannique CDC, affichent jusqu'à une vingtaine d'années d'expérience chacun.

C'est un moment historique pour investir sur le continent.
Tom Speechely, PDG d'Aureos Capital

Abraaj dispose également de neuf bureaux africains et d'une panoplie de fonds qui lui permettent d'investir à la fois dans les PME subsahariennes et dans les grandes entreprises du continent. Preuve de cette diversité, deux investissements réalisés au premier semestre 2012 : 125 millions de dollars injectés au capital de l'assureur marocain Saham Finances et 1,7 million de dollars dans la clinique togolaise Biasa. La première opération, réalisée via le fonds Abraaj Private Equity Fund IV (2 milliards de dollars), et la seconde, bouclée avec le fonds dévolu à la santé Africa Health Fund (105 millions de dollars), partagent la même finalité : financer la croissance. Dans un cas, l'apport de capitaux a déjà permis de racheter un assureur de premier plan au Liban pour piloter la conquête des marchés moyen-orientaux. Dans l'autre, l'objectif est de permettre à la clinique de financer son plan d'expansion de 5 millions de dollars, visant à satisfaire une demande croissante dans la sous-région. Ces deux opérations lui ont valu d'être nommé fonds africain de l'année lors du Africa CEO Forum, qui s'est tenu à Genève en octobre dernier.

« L'investissement parfait, c'est celui qui se fait dans une compagnie qui deviendra un leader mondial, sourit Tom Speechley. Mais ce que nous regardons en premier, c'est le succès sur le marché domestique. Les ambitions régionales viennent après. » En Afrique, Abraaj dispose encore d'une belle capacité d'investissement avec, notamment, le fonds panafricain Aureos Africa Fund (381 millions de dollars). Le financier refuse a priori d'investir dans des entreprises opérant dans l'exploration pétrolière ou minière, mais regarde plutôt vers des secteurs tels que les services pétroliers, les biens de consommation et la distribution, la santé, l'agrobusiness, les infrastructures et la logistique.

Projecteurs

Tout comme celle des américains Carlyle et KKR, l'arrivée d'Abraaj sur la scène du capital-investissement africain a un autre avantage : braquer les projecteurs des financiers sur le continent. Abraaj pourrait tenter de lever deux nouveaux fonds africains, l'un pour le sud du Sahara et l'autre pour le Nord. Alors qu'il affiche plus de 200 souscripteurs venus de toutes les régions du monde dans ses fonds précédents, la nouvelle est de bon augure : malgré une expérience désormais conséquente, la plupart des capital-investisseurs africains doivent en effet encore s'en remettre aux agences de développement pour boucler leurs fonds. Selon Tom Speechley, les souscripteurs habituels d'Abraaj sont essentiellement des privés : des institutions financières, des particuliers (très) fortunés, des fonds de pension... De quoi donner de l'espoir à toute une profession.

Cliquez sur l'image.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Rapport

Le groupe "The Economist" sonde "l'horizon africain" des multinationales

Le groupe

Le service de conseil du groupe de médias britannique "The Economist" vient de publier "Africa is the horizon". Cette enquête menée auprès de centaines de dirigeants d'entreprises opérant en Afrique...

Lire la suite

Private equity

DPI lève 725 millions de dollars pour son deuxième fonds

DPI lève 725 millions de dollars pour son deuxième fonds

Le capital-investisseur Development Partners International, spécialisé sur l'Afrique, annonce avoir levé 725 millions de dollars pour son deuxième fonds, nettement plus que les 500 millions initialement attendus.

Lire la suite

Transport aérien

Quand RwandAir achète européen

Quand RwandAir achète européen

La commande par la compagnie aérienne RwandAir de deux Airbus A330 est-il le signe d'un réchauffement des relations entre Kigali et l'Hexagone, qui héberge le siège du constructeur ? Pas...

Lire la suite

Infrastructures

Bénin : le projet d'aménagement de la "Route des pêches" en pleine controverse

Bénin : le projet d'aménagement de la

Longeant l'océan de Ouidah à Cotonou, la Route des pêches est au coeur d'un énorme projet touristique. Au grand dam des riverains et des historiens.

Lire la suite

Consommation

Eaux minérales : objectif qualité pour les Brasseries du Maroc

Eaux minérales : objectif qualité pour les Brasseries du Maroc

Exploitée dans un cadre préservé, l'eau minérale Aïn Ifrane mise sur ses propriétés thérapeutiques pour s'imposer sur le marché national.

Lire la suite

Exclusif

Hôtellerie : Cesse Kome signe avec Sheraton au Mali

Hôtellerie : Cesse Kome signe avec Sheraton au Mali

L'homme d'affaires ivoiro-malien Cesse Kome va signer un accord avec Sheraton, marque de l'américain Starwood Hotels & Resorts, pour la construction d'un hôtel à Bamako, a appris "Jeune Afrique".

Lire la suite

Hydrocarbures

Total a cédé environ un milliard de dollars d'actifs au Nigeria

Total a cédé environ un milliard de dollars d'actifs au Nigeria

Avec la cession de sa participation dans le bloc OML 29, situé dans le Delta du Niger, Total a porté à un milliard de dollars les revenus tirés de la...

Lire la suite

Finances publiques

L'Algérie va réviser son budget 2015

L'Algérie va réviser son budget 2015

L'Algérie prépare la révision de son budget pour l'année en cours afin de limiter l'impact de la chute des prix du pétrole, notamment sur sa balance commerciale.

Lire la suite

Agro-industrie

La Côte d'Ivoire veut sa part du marché du chocolat

La Côte d'Ivoire veut sa part du marché du chocolat

Si l'exportation de fèves de cacao a rapporté plus de 2 milliards d'euros aux producteurs ivoiriens l'an dernier, ces profits pèsent peu par rapport aux revenus de la fabrication de...

Lire la suite

Finance

Immobilier : le fonds Kaydan enfin opérationnel

Immobilier : le fonds Kaydan enfin opérationnel

Le fonds Kaydan, un véhicule financier consacré à l'immobilier en Afrique de l'Ouest, a été lancé. Créé par l'homme d'affaires ivoirien Alain Kouadio, ce fonds est immatriculé à Maurice.

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans "Jeune Afrique"

Cette semaine dans

Dans son édition de cette semaine, "Jeune Afrique" brosse le portrait des grands entrepreneurs sud-africains qui ont choisi de miser sur l'Afrique subsaharienne. Malgré des débuts difficiles, ces patrons ont...

Lire la suite

Reportage TV

Réussite : Promosol, un four solaire "made in" Tchad

Réussite : Promosol, un four solaire

Le four Promosol permet de cuire les aliments du quotidien grâce à l'énergie solaire. Le magazine "Réussite" vous amène au Tchad à la rencontre des utilisateurs, des fabriquants et des...

Lire la suite

Ciment

Burkina Faso : CimFaso lance une usine de broyage d'un million de tonnes

Burkina Faso : CimFaso lance une usine de broyage d'un million de tonnes

CimFaso a inauguré sa première usine de broyage de clinker (un constituant du ciment) au Burkina Faso. D'une capacité annuelle de 1 million de tonnes, le complexe industriel de la...

Lire la suite

Finance

Cru 2014 correct pour la banque UBA

Cru 2014 correct pour la banque UBA

Le groupe bancaire nigérian United Bank for Africa a annoncé des revenus et des profits 2014 en hausse de 8,6% et 3% respectivement. Les activités en Afrique hors Nigeria représentent...

Lire la suite

Consommation

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.

Lire la suite

Afrique du Sud

Ciment : PPC et AfriSam renoncent à fusionner

Ciment : PPC et AfriSam renoncent à fusionner

Les deux géants sud-africains du ciment, PPC et AfriSam, viennent d’annoncer qu’ils mettent un terme aux discussions devant conduire à leur fusion. L’opération devait pourtant accélérer leur expansion panafricaine.

Lire la suite

Ebola

Ebola : le FMI allège la dette des pays touchés de 100 millions de dollars

Ebola : le FMI allège la dette des pays touchés de 100 millions de dollars

Le FMI a annoncé jeudi avoir achevé son plan d’allègement de dette d’environ 100 millions de dollars en faveur des trois pays africains frappés par l’épidémie d’Ebola : le Liberia,...

Lire la suite

Conjoncture

La balance commerciale de l’Algérie passe dans le rouge

La balance commerciale de l’Algérie passe dans le rouge

Les conséquences de la chute des prix du baril de pétrole se font sentir en Algérie : le pays a enregistré un déficit de 341 millions de dollars de sa balance...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Shell récupère 1,7 milliard de dollars supplémentaires

Nigeria : Shell récupère 1,7 milliard de dollars supplémentaires

Royal Dutch Shell a annoncé avoir cédé ses intérêts dans le bloc pétrolier OML 29 ainsi que dans l'oléoduc NCTL, situés au Nigeria, à Aiteo, un groupe fondé et dirigé...

Lire la suite

Afrique centrale

Cemac : le déficit extérieur plonge

Cemac : le déficit extérieur plonge

La croissance devrait s'établir à 4,2% en 2015, contre 4,4% l’année écoulée, estime la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac). Mais les déficits jumeaux s'accroissent fortement.

Lire la suite

Agriculture

Bénin : un joli coup de pousse

Bénin : un joli coup de pousse

Productions relancées, mécanisation des activités, industrialisation de l'élevage... Le gouvernement passe à l'action. Objectif : renforcer la sécurité alimentaire. Et la croissance.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags