China Exim Bank : des yuans pour l'Afrique

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le bailleur de fonds chinois serait aussi l'un des tout premiers actionnaires internationaux de la banque d'import-export africaine Afreximbank. DREntre aide au développement et diplomatie du carnet de chèques, la banque chinoise d'import-export fait de plus en plus parler d'elle. Sur le continent, elle est même plus active que la Banque mondiale.

Alors que la transition politique à la tête de la Chine s'annonce tendue, il est un poste stratégique que se disputent quelques dizaines de prétendants de haut rang : celui de directeur de la banque d'import-export China Exim Bank. Le poste, occupé depuis 2005 par Li Ruogu, ancien économiste du Fonds monétaire international (FMI) et vice-gouverneur de la Banque centrale de Pékin, pourrait échoir à  un patron plus « politique ». Signe que China Exim Bank est désormais bien plus que le robinet à  crédits de l'empire du Milieu.

Selon le quotidien britannique Financial Times, China Exim Bank et China Development Bank (CDB, l'autre responsable des actions de financement de la Chine à  l'étranger) ont ainsi accordé plus de 110 milliards de dollars (plus de 83 milliards d'euros) de prêts entre 2009 et 2010. Vraisemblablement à  parts égales entre les deux établissements. Dans un rapport, l'agence de notation Fitch Ratings estime à 67,2 milliards de dollars les prêts accordés par China Exim Bank à  l'Afrique entre 2001 et 2010. Davantage que la Banque mondiale et ses 54,7 milliards de dollars !

Fitch Ratings estime à 67,2 milliards de dollars les prêts accordés par China Exim Bank à  l'Afrique entre 2001 et 2010, davantage que la Banque mondiale.

Bras financier

Sur le continent, China Exim Bank est devenue incontournable. L'institution créée en 1994 y réaliserait entre un tiers et la moitié de son activité. Pour la seule année 2012, elle a accordé 500 millions de dollars pour la réhabilitation d'un quartier de Brazzaville détruit par l'explosion d'un dépôt d'armes, 465 millions de dollars pour la construction d'une autoroute au Cameroun, ou encore quelque 130 millions de dollars destinés à  des projets d'électrification au Tchad. Et ce ne sont là  que les prêts rendus publics par une institution connue pour sa relative opacité. China Exim Bank a refusé de répondre à  nos questions. Son rapport annuel ne contient quant à  lui que quelques chiffres très généraux.

Placée sous la double tutelle du ministère du Commerce et de celui des Affaires étrangères, la banque profite des quelque 3 200 milliards de dollars de réserves de change du pays (un tiers des liquidités de la planète) et se positionne comme le bras financier de la diplomatie chinoise. Son objectif officiel ? « Promouvoir les relations économiques et commerciales et développer les relations entre les pays en développement et la Chine. » Son arme ? Des financements distribués très largement aux pays du Sud. L'Afrique profiterait de 45 % des prêts concessionnels accordés par China Exim Bank à  travers le monde, selon Fitch Ratings. « La Chine a une pratique concessionnelle de l'aide au développement, précise le professeur Li Wai, de l'université de Hong Kong. Le cas de China Exim Bank est à  ce titre très révélateur des pratiques de l'État, qui mêle diplomatie, développement et commerce. Ainsi, tous les pays qui entretiennent de bonnes relations diplomatiques avec la Chine se voient offrir une aide et des prêts à  taux zéro. Même ceux qui ont un niveau de richesse par habitant supérieur à  celui de la Chine profitent de cette aide. » En Afrique, China Exim Bank accorde ainsi des prêts concessionnels à  des pays pourtant bien notés, comme la Namibie ou Maurice.

Cliquez sur l'image.« Autant les prêts à  taux zéro sont comptabilisés comme faisant partie de l'aide au développement, autant les crédits de China Exim Bank ne le sont pas, souligne le professeur Li. Ce sont pourtant des prêts dont les taux d'intérêt sont généralement très bas [autour de 2,85 %, NDLR] et qui sont aidés par le ministère des Finances. C'est lui qui prend à  sa charge la différence entre le taux fixe proposé par la banque et le coût réel qu'elle supporte. »

Selon un rapport publié par l'agence Standard & Poor's, les prêts aux entreprises chinoises exportatrices s'élèvent à  97 % du total des crédits de la banque. Des chiffres que celle-ci ne confirme pas mais qui illustrent parfaitement sa philosophie : aider les intérêts chinois en Afrique. En cette période de crise économique mondiale, o๠le crédit s'assèche notamment en Europe, la généreuse politique de China Exim Bank est généralement la bienvenue.

Comme principale contrepartie à  ses prêts, Pékin espère un accès aux ressources naturelles de ses débiteurs pour assouvir sa boulimie en matières premières. Venezuela, Russie, Brésil, Angola ou Nigeria comptent parmi les plus importantes réserves de la planète et sont parmi les plus gros clients de China Exim Bank. La Chine, usine du monde, a besoin de gaz et de pétrole pour faire tourner son économie. En finançant des raffineries, des routes et des ports en eau profonde pour ses supertankers, elle s'assure un accès aux ressources dont elle a besoin.

L'aide de la Chine s'accompagne également souvent du recours à  sa propre technologie et à  l'arrivée de sa propre main-d’œuvre. Les ouvriers chinois débarquent dans la foulée des lignes de crédit pour construire voies ferrées, autoroutes, aéroports, bâtiments administratifs... On estime ainsi que la plupart des crédits consentis par Pékin comportent une clause prévoyant qu'au moins la moitié des travaux soit effectuée par des entreprises chinoises.

Enfin, les financements de China Exim Bank - tout comme ceux de CDB - participent à  l'internationalisation du yuan voulue par le Parti communiste. La monnaie chinoise, qui n'est toujours pas convertible sur les marchés internationaux - à  quelques exceptions près -, se taille ainsi une place aux côtés du dollar et de l'euro. Quelque 20 % du prêt de 20 milliards de dollars récemment consenti au Venezuela ont ainsi été libellés en yuans, le reste étant financé par les réserves de Pékin en devises étrangères. Objectif : faire acheter des produits et des équipements chinois.

Les prêts de l'institution ne comportent pas, contrairement à  ceux des banques de développement occidentales, des clauses et des conditions multiples.

Influence

Pour les pays africains en quête de financements, la solution China Exim Bank est d'autant plus pratique que les prêts de l'institution ne comportent pas, contrairement à  ceux des banques de développement occidentales, des clauses et des conditions multiples : pas de consultant externe, pas d'ingérence occidentale, peu d'études préparatoires, et des fonds débloqués rapidement. Aucune étude enfin sur l'impact environnemental des projets. En d'autres termes, une « diplomatie du carnet de chèques » qui séduit : plus de 90 pays dans le monde bénéficient déjà  des prêts chinois.

En Afrique, China Exim Bank cultive aussi son influence par d'autres biais. Elle serait ainsi l'un des tout premiers actionnaires internationaux de la banque d'import-export africaine Afreximbank, qui a symboliquement tenu en 2012 son assemblée générale des actionnaires à  Pékin. Des liens que d'autres banques de développement opérant sur le continent aimeraient avoir : « Il est clair que nous aimerions travailler davantage avec les grandes banques chinoises actives en Afrique, souligne le président de l'une des grandes institutions financières de développement occidentales. Le souci, c'est qu'elles fonctionnent dans des rapports d'État à  État et qu'elles ne font jamais de cofinancement. »

Pour les Occidentaux, se rapprocher de China Exim Bank aurait un double intérêt : d'une part, muscler le montant de leurs interventions financières en Afrique ; d'autre part, regarder de plus près les méthodes d'une institution qui fait de plus en plus parler d'elle. Pas certain que le futur patron de China Exim Bank soit prêt à cela.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Commerce international

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'an dernier. Avant de la perdre, Paris...

Lire la suite

Infrastructures

Alliances prend pied dans le logement et la santé au Cameroun

Alliances prend pied dans le logement et la santé au Cameroun

Le groupe de construction marocain Alliances va bâtir huit centres hospitaliers et huit cents logements sociaux au Cameroun au cours des trois prochaines années, tout en réhabilitant les plateaux techniques de...

Lire la suite

Finance

Le Nigeria durcit le contrôle des changes

Le Nigeria durcit le contrôle des changes

Confrontées à la chute des cours du pétrole, les autorités nigérianes multiplient depuis plusieurs mois les mesures censées atténuer l'impact de la crise. Dernière proposition en date : le durcissement...

Lire la suite

Panorama

Infrastructures : dix projets qui ont marqué 2014

Infrastructures : dix projets qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le...

Lire la suite

Patronat

Cameroun : André Fotso rempile sans coup férir au Gicam

Cameroun : André Fotso rempile sans coup férir au Gicam

Le dirigeant camerounais André Fotso a été réélu haut la main à la tête du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) en l'absence de concurrent. 

Lire la suite

Finance

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du cédant, AfricInvest, mais...

Lire la suite

Télécoms

Africa Telecom People, pleins feux sur les réseaux fixes

Africa Telecom People, pleins feux sur les réseaux fixes

À l'occasion de sa dixième édition, le salon organisé à Abidjan les 18 et 19 décembre a choisi de consacrer son thème principal à l'importance des réseaux fixes dans les...

Lire la suite

Industrie

Côte d'Ivoire : le français GBH rachète le distributeur automobile Socida

Côte d'Ivoire : le français GBH rachète le distributeur automobile Socida

Le groupe Fadoul a cédé au français GBH sa filiale Socida, distributeur des marques automobiles Renault et Suzuki en Côte d'Ivoire. L'opération, dont le montant n'a pas été dévoilé, constitue...

Lire la suite

Commerce international

L'OMC accepte l'adhésion des Seychelles

L'OMC accepte l'adhésion des Seychelles

Le Conseil général de l'Organisation mondiale du Commerce a approuvé la demande d'adhésion des Seychelles. Sous réserve de ratification par l'Assemblée nationale seychelloise, le petit archipel de l'océan indien devrait...

Lire la suite

Finance

Coface décroche l'agrément d'assurance-crédit au Maroc

Coface décroche l'agrément d'assurance-crédit au Maroc

Le groupe Coface, installé au Maroc depuis 2007, a obtenu l'agrément d'assurance et de réassurance qui lui permet de proposer directement ses solutions aux entreprises marocaines.

Lire la suite

Tourisme

Hôtellerie : Kinshasa retrouve (enfin) son cinq-étoiles

Hôtellerie : Kinshasa retrouve (enfin) son cinq-étoiles

Avec ses 190 chambres, dont 24 suites, et sa table gastronomique, le Grand Hôtel, mythique établissement kinois, retrouve son lustre d'antan... Design et high-tech en plus.

Lire la suite

Finances publiques

Le Nigeria revoit à la baisse ses prévisions de croissance en 2015

Le Nigeria revoit à la baisse ses prévisions de croissance en 2015

Le gouvernement nigerian a réduit ses prévisions de croissance pour l'année 2015 de près d'un point à 5,5 %. Le pays d'Afrique occidentale, qui organise une élection présidentielle en février...

Lire la suite

Énergie

Le Maroc va investir 4,6 milliards de dollars dans son développement gazier

Le Maroc va investir 4,6 milliards de dollars dans son développement gazier

Le Maroc va lancer un projet de développement du gaz naturel liquéfié (GNL) d'un montant de plusieurs milliards de dollars, afin de renforcer son mix énergétique, au côté des énergies...

Lire la suite

Finances publiques

Face à la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

Face à la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d'un prix durablement bas ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d'Ivoire : Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement "Gazelle"

Côte d'Ivoire : Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement

La compagnie pétrolière Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement offshore ivoirien "Gazelle", situé sur le bloc CI-202.

Lire la suite

Conso & Distribution

Moulin d'Or renonce à intégrer la Bourse de Tunis

Moulin d'Or renonce à intégrer la Bourse de Tunis

Le groupe agroalimentaire Gepaco, qui distribue la marque Moulin d'Or, ne rejoindra pas la Bourse de Tunis. L'opération a été abandonnée au profit d'une cession de 42% de son capital...

Lire la suite

Finance

Maroc : la Banque centrale abaisse son taux directeur pour la deuxième fois en trois mois

Maroc : la Banque centrale abaisse son taux directeur pour la deuxième fois en trois mois

La Banque centrale marocaine a annoncé le 16 décembre avoir abaissé son taux directeur de 2,75 % à 2,5 %, trois mois à peine après une première réduction de 25...

Lire la suite

Communication extérieure

JCDecaux fait un grand bond en Afrique

JCDecaux fait un grand bond en Afrique

Le groupe français JCDecaux, leader mondial de la communication extérieure, va acquérir Continental Outdoor Media, présent dans 14 pays du continent, en Afrique de l'Est et australe.

Lire la suite

Financement

Marchés agricoles : la Banque mondiale prête 100 millions de dollars au Cameroun

Marchés agricoles : la Banque mondiale prête 100 millions de dollars au Cameroun

L'accord de financement contribuera au soutien des filières maïs, manioc et sorgho durant les cinq prochaines années. Et, surtout, permettra à 120 000 petits producteurs camerounais d'approvisionner des groupes agro-industriels...

Lire la suite

Finance

Moody's et Fitch divergent sur les perspectives du Gabon

Moody's et Fitch divergent sur les perspectives du Gabon

L'agence de notation Moody's vient d'attribuer une première note de crédit aux émissions souveraines du Gabon : "Ba3" à long terme, avec des perspectives "stables". Un diagnostic plus optimiste que...

Lire la suite

Agro-industrie

En Afrique, les géants du sucre font parler la poudre

En Afrique, les géants du sucre font parler la poudre

Alors que la consommation augmente, portée par la croissance démographique, les producteurs africains doivent s'armer afin de répondre à la demande locale et résister à la concurrence brésilienne et asiatique.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags