China Exim Bank : des yuans pour l'Afrique

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le bailleur de fonds chinois serait aussi l'un des tout premiers actionnaires internationaux de la banque d'import-export africaine Afreximbank. DREntre aide au développement et diplomatie du carnet de chèques, la banque chinoise d'import-export fait de plus en plus parler d'elle. Sur le continent, elle est même plus active que la Banque mondiale.

Alors que la transition politique à la tête de la Chine s'annonce tendue, il est un poste stratégique que se disputent quelques dizaines de prétendants de haut rang : celui de directeur de la banque d'import-export China Exim Bank. Le poste, occupé depuis 2005 par Li Ruogu, ancien économiste du Fonds monétaire international (FMI) et vice-gouverneur de la Banque centrale de Pékin, pourrait échoir à  un patron plus « politique ». Signe que China Exim Bank est désormais bien plus que le robinet à  crédits de l'empire du Milieu.

Selon le quotidien britannique Financial Times, China Exim Bank et China Development Bank (CDB, l'autre responsable des actions de financement de la Chine à  l'étranger) ont ainsi accordé plus de 110 milliards de dollars (plus de 83 milliards d'euros) de prêts entre 2009 et 2010. Vraisemblablement à  parts égales entre les deux établissements. Dans un rapport, l'agence de notation Fitch Ratings estime à 67,2 milliards de dollars les prêts accordés par China Exim Bank à  l'Afrique entre 2001 et 2010. Davantage que la Banque mondiale et ses 54,7 milliards de dollars !

Fitch Ratings estime à 67,2 milliards de dollars les prêts accordés par China Exim Bank à  l'Afrique entre 2001 et 2010, davantage que la Banque mondiale.

Bras financier

Sur le continent, China Exim Bank est devenue incontournable. L'institution créée en 1994 y réaliserait entre un tiers et la moitié de son activité. Pour la seule année 2012, elle a accordé 500 millions de dollars pour la réhabilitation d'un quartier de Brazzaville détruit par l'explosion d'un dépôt d'armes, 465 millions de dollars pour la construction d'une autoroute au Cameroun, ou encore quelque 130 millions de dollars destinés à  des projets d'électrification au Tchad. Et ce ne sont là  que les prêts rendus publics par une institution connue pour sa relative opacité. China Exim Bank a refusé de répondre à  nos questions. Son rapport annuel ne contient quant à  lui que quelques chiffres très généraux.

Placée sous la double tutelle du ministère du Commerce et de celui des Affaires étrangères, la banque profite des quelque 3 200 milliards de dollars de réserves de change du pays (un tiers des liquidités de la planète) et se positionne comme le bras financier de la diplomatie chinoise. Son objectif officiel ? « Promouvoir les relations économiques et commerciales et développer les relations entre les pays en développement et la Chine. » Son arme ? Des financements distribués très largement aux pays du Sud. L'Afrique profiterait de 45 % des prêts concessionnels accordés par China Exim Bank à  travers le monde, selon Fitch Ratings. « La Chine a une pratique concessionnelle de l'aide au développement, précise le professeur Li Wai, de l'université de Hong Kong. Le cas de China Exim Bank est à  ce titre très révélateur des pratiques de l'État, qui mêle diplomatie, développement et commerce. Ainsi, tous les pays qui entretiennent de bonnes relations diplomatiques avec la Chine se voient offrir une aide et des prêts à  taux zéro. Même ceux qui ont un niveau de richesse par habitant supérieur à  celui de la Chine profitent de cette aide. » En Afrique, China Exim Bank accorde ainsi des prêts concessionnels à  des pays pourtant bien notés, comme la Namibie ou Maurice.

Cliquez sur l'image.« Autant les prêts à  taux zéro sont comptabilisés comme faisant partie de l'aide au développement, autant les crédits de China Exim Bank ne le sont pas, souligne le professeur Li. Ce sont pourtant des prêts dont les taux d'intérêt sont généralement très bas [autour de 2,85 %, NDLR] et qui sont aidés par le ministère des Finances. C'est lui qui prend à  sa charge la différence entre le taux fixe proposé par la banque et le coût réel qu'elle supporte. »

Selon un rapport publié par l'agence Standard & Poor's, les prêts aux entreprises chinoises exportatrices s'élèvent à  97 % du total des crédits de la banque. Des chiffres que celle-ci ne confirme pas mais qui illustrent parfaitement sa philosophie : aider les intérêts chinois en Afrique. En cette période de crise économique mondiale, o๠le crédit s'assèche notamment en Europe, la généreuse politique de China Exim Bank est généralement la bienvenue.

Comme principale contrepartie à  ses prêts, Pékin espère un accès aux ressources naturelles de ses débiteurs pour assouvir sa boulimie en matières premières. Venezuela, Russie, Brésil, Angola ou Nigeria comptent parmi les plus importantes réserves de la planète et sont parmi les plus gros clients de China Exim Bank. La Chine, usine du monde, a besoin de gaz et de pétrole pour faire tourner son économie. En finançant des raffineries, des routes et des ports en eau profonde pour ses supertankers, elle s'assure un accès aux ressources dont elle a besoin.

L'aide de la Chine s'accompagne également souvent du recours à  sa propre technologie et à  l'arrivée de sa propre main-d’œuvre. Les ouvriers chinois débarquent dans la foulée des lignes de crédit pour construire voies ferrées, autoroutes, aéroports, bâtiments administratifs... On estime ainsi que la plupart des crédits consentis par Pékin comportent une clause prévoyant qu'au moins la moitié des travaux soit effectuée par des entreprises chinoises.

Enfin, les financements de China Exim Bank - tout comme ceux de CDB - participent à  l'internationalisation du yuan voulue par le Parti communiste. La monnaie chinoise, qui n'est toujours pas convertible sur les marchés internationaux - à  quelques exceptions près -, se taille ainsi une place aux côtés du dollar et de l'euro. Quelque 20 % du prêt de 20 milliards de dollars récemment consenti au Venezuela ont ainsi été libellés en yuans, le reste étant financé par les réserves de Pékin en devises étrangères. Objectif : faire acheter des produits et des équipements chinois.

Les prêts de l'institution ne comportent pas, contrairement à  ceux des banques de développement occidentales, des clauses et des conditions multiples.

Influence

Pour les pays africains en quête de financements, la solution China Exim Bank est d'autant plus pratique que les prêts de l'institution ne comportent pas, contrairement à  ceux des banques de développement occidentales, des clauses et des conditions multiples : pas de consultant externe, pas d'ingérence occidentale, peu d'études préparatoires, et des fonds débloqués rapidement. Aucune étude enfin sur l'impact environnemental des projets. En d'autres termes, une « diplomatie du carnet de chèques » qui séduit : plus de 90 pays dans le monde bénéficient déjà  des prêts chinois.

En Afrique, China Exim Bank cultive aussi son influence par d'autres biais. Elle serait ainsi l'un des tout premiers actionnaires internationaux de la banque d'import-export africaine Afreximbank, qui a symboliquement tenu en 2012 son assemblée générale des actionnaires à  Pékin. Des liens que d'autres banques de développement opérant sur le continent aimeraient avoir : « Il est clair que nous aimerions travailler davantage avec les grandes banques chinoises actives en Afrique, souligne le président de l'une des grandes institutions financières de développement occidentales. Le souci, c'est qu'elles fonctionnent dans des rapports d'État à  État et qu'elles ne font jamais de cofinancement. »

Pour les Occidentaux, se rapprocher de China Exim Bank aurait un double intérêt : d'une part, muscler le montant de leurs interventions financières en Afrique ; d'autre part, regarder de plus près les méthodes d'une institution qui fait de plus en plus parler d'elle. Pas certain que le futur patron de China Exim Bank soit prêt à cela.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Télévision

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Le groupe audiovisuel français Canal Plus lance A+, une chaîne consacrée aux contenus africains. Elle ambitionne de devenir "la grande chaîne africaine". 

Lire la suite

Foncier

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Les riverains des plantations d'huile de palme et d'hévéa de Socfin, dont Bolloré est l'actionnaire principal, devront attendre. Leurs représentants ont décliné ce 24 octobre au groupe français leurs revendications...

Lire la suite

Décideurs

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la présidence de la Banque africaine de développement,...

Lire la suite

Maroc

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'est officiellement implanté à Casablanca Finance City (CFC), d'où le groupe américain compte poursuivre l'expansion de ses activités au Maghreb, ainsi qu'en Afrique occidentale et centrale.

Lire la suite

Mines

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

La RD Congo pourrait produire 18 tonnes d'or cette année, selon Martin Kabwelulu, le ministre des Mines du pays d'Afrique centrale. C'est trois fois le volume extrait l'an dernier.

Lire la suite

Décideurs

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé jusqu'à la prochaine...

Lire la suite

Consommation

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

La première entreprise cotée à la bourse de Douala enregistre un bénéfice de plus de 36 millions de F CFA au premier semestre de 2014. Une bonne nouvelle pour la...

Lire la suite

Distribution

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk et ses associés ont lancé une plateforme commune afin d'ouvrir plus d'une dizaine de supermarchés au Ghana.

Lire la suite

Finance

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

Bank of Africa Sénégal a ouvert la souscription à l'offre publique de vente (OPV) de 200 000 actions nouvelles. L'opération, qui s'achève le 21 novembre, sera suivie de l'introduction à...

Lire la suite

Agriculture

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la Banque africaine de développement, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise l'adoption par les pays africains des "innovations agricoles...

Lire la suite

Agr

Edouard Messou, PwC : "En Côte d'Ivoire, c'est la peur de manquer de cacao qui a fait grimper les prix"

Edouard Messou, PwC :

Edouard Messou, président Afrique subsaharienne francophone du cabinet de conseil PwC, est revenu pour "Jeune Afrique" sur la hausse spectaculaire des prix du cacao constatée cette année en Côte d'Ivoire. Pour le...

Lire la suite

Energie

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya a inauguré Olkaria IV, la quatrième station géothermique d'un programme électrique développé depuis les années 1980. D'une capacité de 140 mégawatts, c'est la centrale la plus puissante de...

Lire la suite

Saga

Sifca, une aventure ivoirienne

Sifca, une aventure ivoirienne

En ce mois d'octobre 2014, Sifca, le premier groupe privé de Côte d'Ivoire, fête ses 50 ans. Un demi-siècle de vie tumultueuse pour l’ancien leader du cacao, devenu le numéro...

Lire la suite

Éducation

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Le directeur de la business school sénégalaise est en quête de partenariats en France afin d'ouvrir dans son établissement un master similaire à celui d'une grande école hexagonale en octobre...

Lire la suite

Focus

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Utiliser la rente pétrolière pour encourager les chômeurs à créer leur micro-entreprise. Telle est la stratégie des autorités algériennes, qui subventionnent les porteurs de projets.

Lire la suite

Événement

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Réunis à Djibouti les 21 et 22 octobre, les ministres des Transports et des Infrastructures du Marché commun de l'Afrique australe et orientale (Comesa) ont entériné des avancées majeures dans...

Lire la suite

Intégration régionale

Ilyas Moussa Dawaleh : "L'axe Djibouti-Addis est un modèle unique en Afrique"

Ilyas Moussa Dawaleh :

Ancien directeur des opérations du Port de Djibouti, Ilyas Moussa Dawaleh est depuis 2011 le ministre de l'Économie et des Finances du pays d'Afrique de l'Est. Dans cette interview accordée à...

Lire la suite

Interview

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Marc Rennard, Orange :

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence accrue, il mise sur l'explosion des...

Lire la suite

Maroc

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

Après avoir été suspendu pendant une semaine, les titres du promoteur immobilier marocain CGI vont être radiés de la cote à la Bourse de Casablanca. C'est la décision prise par...

Lire la suite

Finances publiques

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Bloomfield Investment a maintenu la note "BBB+" attribuée à la commune de Dakar. L'agence de notation financière a toutefois abaissé ses perspectives de "positives" à "stables". En cause : l'incertitude...

Lire la suite

Décideurs

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Thierry Desmarest et Patrick Pouyanné ont été nommés à la tête du groupe pétrolier français à la suite du décès de Christophe de Margerie dans un accident d’avion

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags