Africa CEO Forum : le capitalisme africain monte en gamme

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Construction d'un complexe sponsorisé par l'opérateur sud-africain de téléphonie MTN, à Johannesburg. © Graeme Williams/South/REAMines et pétrole continuent à dominer le panorama du capitalisme africain. Mais de nouveaux secteurs se développent. Ils génèrent de l'emploi et de la valeur ajoutée.

Certaines choses ne changent pas dans le monde des affaires africain. En 2012 comme en 2000, la compagnie pétrolière algérienne Sonatrach domine - et de loin - le classement des 500 premières entreprises du continent réalisé par Jeune Afrique. Au fil des années, sa suprématie s'est même accentuée : le chiffre d'affaires du mastodonte public représente aujourd'hui 8,5 % des revenus des 500 plus grands groupes africains, contre environ 6 % lors de la première édition du palmarès, en 2000. En quelques mots, tout est dit : au cours de ces années, malgré les incantations et les espoirs, le capitalisme africain n'est resté fait que d'or noir et de mines.

>> Suivez l'actualité du Africa CEO Forum sur www.jeuneafrique.com, economie.jeuneafrique.com et via Twitter avec le hashtag #africaceoforum

Sombre tableau, triste réalité ? Pas si sûr. À l'époque, ni MTN, ni Vodacom, ni Maroc Télécom, ni les filiales africaines de Celtel (aujourd'hui Airtel) ou de France Télécom-Orange ne pointaient le bout de leur nez. Elles sont toutes aujourd'hui dans le premier tiers du classement des grandes entreprises du continent, au point que les télécoms ont détrôné les mines comme deuxième secteur d'activité en Afrique.

Lire aussi :

Africa CEO Forum : le capitalisme africain monte en gamme
Pour un capitalisme responsable

La croissance d'une classe moyenne consommatrice a contribué à accélérer la diversification sectorielle au-delà des ressources naturelles et du négoce. Selon la Banque africaine de développement (BAD), plus de 300 millions de personnes peuvent aujourd'hui être considérées comme faisant partie de cette catégorie. Certains groupes du continent, comme Dangote, en ont profité pour passer en quelques années du métier d'importateur pur à celui de fabricant local et distributeur de produits de consommation (pâtes, ciment, sucre)... D'autres devraient naître demain en profitant de l'émergence annoncée de nouveaux secteurs : la santé, l'éducation, le logement, la grande distribution, entre autres. Les investisseurs internationaux, de leur côté, commencent doucement à envisager le continent autrement que sous l'angle du cocktail mines et pétrole.

Professionnalisation

Cliquez sur l'image.Plus qu'une simple évolution sectorielle, c'est une nouvelle culture managériale qui pourrait ainsi s'imposer peu à peu avec l'avènement des télécoms. Reléguant intrigues, corruption, collusion, opacité un peu plus loin dans le manuel du manageur africain. « Il y a une tendance nette à la professionnalisation avec des manageurs plus jeunes et venus de la diaspora », constate Sofiane Lahmar, associé au sein du capital-investisseur panafricain Development Partners International (DPI), qui est entré au capital de plusieurs grandes entreprises du continent. Davantage spécialiste des PME, le financier Jean-Marc Savi de Tové n'est pas aussi optimiste : « Il n'y a pas de culture entrepreneuriale, pas assez de gouvernance, de vision stratégique, surtout en Afrique francophone, explique le directeur associé de Cauris Management, une société ouest-africaine de capital-investissement. Les dirigeants préfèrent être président que directeur général opérationnel, cela veut tout dire. »

À moyen terme, la montée en puissance d'un secteur financier professionnalisé encourage l'amélioration des pratiques de gestion : les banquiers, en se montrant de plus en plus sélectifs quant à l'octroi de crédits, tirent les chefs d'entreprise vers le haut ; les capital-investisseurs, en jouant leurs rôles d'actionnaires actifs, poussent les valeurs de bonne gouvernance et de transparence financière.

Cliquez sur l'image.Levées de fonds

Malheureusement, de ce côté-là aussi, le chemin à parcourir en Afrique reste immense. Certes, l'activité de capital-investissement, inexistante ou presque il y a dix ans, a explosé ces dernières années et on ne trouve plus guère aujourd'hui de grands investisseurs internationaux qui ne regardent avec intérêt le continent. En 2011, selon l'association professionnelle Empea, 1,3 milliard de dollars (1 milliard d'euros) ont été levés pour l'Afrique subsaharienne, contre 340 millions en 2004. Toutefois, en valeur relative, la région reste encore marginale : les levées de fonds pour le sud du Sahara représentent un peu plus de 3 % des montants destinés à l'ensemble du monde émergent, contre 5,2 % en 2004... Les Bourses africaines, elles, n'ont pas connu l'explosion attendue. Et si leur capitalisation totale a été multipliée par quatre en dix ans, l'Afrique du Sud en représente toujours plus des trois quarts.

Pour les entreprises africaines, ce sont autant de possibilités de renforcement de leurs capitaux propres, et donc de financement de leur croissance, qui se sont ainsi envolées. La montée d'un capitalisme africain réel doit désormais se faire au-delà des conseils d'administration et des directions opérationnelles des grandes entreprises. Dès aujourd'hui, ce sont les PME qui ont besoin d'un véritable choc capitalistique.

Exemples à suivre

Singapour, Corée du Sud, Géorgie, Malaisie, Taïwan, Thaïlande, Estonie, Macédoine, Lituanie... Leur point commun : ces nations émergentes affichant de robustes taux de croissance économique figurent parmi les 30 premiers pays (sur 185) au classement « Doing Business » 2013 de la Banque mondiale. Seule présence africaine dans ce haut de tableau : Maurice (19e). Parmi les bons élèves, un sort du lot. La Géorgie était à la 100e place en 2006 - il fallait alors vingt et un jours pour y créer une entreprise. Elle est à présent en 9e position - deux jours suffisent pour se lancer dans les affaires, et en deux ans, il est possible de résoudre un cas de cessation de paiement. Résultat : le pays parvient à maintenir un taux de croissance de plus de 6 % en 2012, malgré la récession qui touche une bonne partie de l'Europe. À titre de comparaison, en Centrafrique (dernier du classement 2013), il faut vingt-deux jours pour créer son entreprise et près de cinq ans pour clore un dossier d'insolvabilité. CQFD. Philippe Perdrix

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Energie

EDF participera à la première centrale à biomasse de Côte d’Ivoire

EDF participera à la première centrale à biomasse de Côte d’Ivoire

EDF s'associe à Sifca pour construire et exploiter une centrale électrique alimentée par les troncs et feuilles de palmiers à huile. Prévue pour 2015 à Aboisso, cette centrale de 46...

Lire la suite

Assurances

AXA et IFC s'allient dans les pays émergents

AXA et IFC s'allient dans les pays émergents

Le géant français de l'assurance AXA noue un partenariat avec la Société financière internationale (IFC), le bras armé de la Banque mondiale pour le secteur privé. Leur ambition : accélérer...

Lire la suite

Reportage TV

Réussite : Aïssatou Cissé, vedette des transports à Abidjan

Réussite : Aïssatou Cissé, vedette des transports à Abidjan

90 employés, une flotte de 40 véhicules et une poigne de fer : voilà les ingrédients de la réussite d'Aïssatou Cissé. À 45 ans, cette Ivoirienne dirige Pendis-CI, l'une des...

Lire la suite

Maroc

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales, devant Port-Louis (Maurice), Moscou, Dublin et...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur les fleurons marocains désormais capables de rivaliser avec les plus grandes multinationales, sur leur marché comme à l'étranger.

Lire la suite

Finance

Les actionnaires d'Afreximbank vont injecter 500 millions de dollars dans son capital

Les actionnaires d'Afreximbank vont injecter 500 millions de dollars dans son capital

Les actionnaires de la Banque africaine d'import-export, réunis au Caire le 20 septembre, ont approuvé une augmentation de capital de 500 millions de dollars, par l'émission de nouvelles actions.

Lire la suite

Santé

Le 3e sommet Inde-Afrique reporté à cause d'Ebola

Le 3e sommet Inde-Afrique reporté à cause d'Ebola

Le 3e sommet Inde-Afrique, prévu pour décembre prochain, a été reporté. En cause : les difficultés logistiques et sanitaires entraînées par l'épidémie d'Ebola.

Lire la suite

Hydrocarbures

Total : l'exploration change de tête

Total : l'exploration change de tête

Kevin McLachlan, auparavant vice-président exploration de la compagnie américaine Murphy Oil, va remplacer Marc Blaizot au poste de directeur exploration de Total. La multinationale française est actuellement sous pression pour...

Lire la suite

Transport maritime

Douala, port de l'angoisse

Douala, port de l'angoisse

L'infrastructure par laquelle transite le commerce du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique est au bord de l'asphyxie. Les opérateurs publics et privés gèrent l'urgence, mais les solutions de...

Lire la suite

Justice

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

Le gendarme boursier américain enquête sur des avantages que la banque d'affaires Goldman Sachs aurait offerts à des dignitaires libyens pour s'attirer les faveurs du fonds souverain Libyan Investment Authority...

Lire la suite

Agro-industrie

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Pour attester de ses bonnes pratiques, le forestier français Rougier a entamé une certification de ses sites en Afrique centrale. Un sésame indispensable pour accéder à certains marchés. Mais ce...

Lire la suite

Entreprise

Le pari gabonais du mauricien IBL

Le pari gabonais du mauricien IBL

Après s'être hissé au rang de deuxième holding du pays, le groupe a fait escale chez ses voisins insulaires, puis mis le cap sur le continent. Destination Kampala et Libreville.

Lire la suite

Capital-investissement

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.

Lire la suite

Gouvernance

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à...

Lire la suite

Automobile

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.

Lire la suite

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il conseille grands patrons et hommes...

Lire la suite

Finances

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Le dynamisme de la place boursière et du secteur bancaire structuré et efficace de Port louis, capitale de Maurice, inspirent de plus en plus confiance aux investisseurs.

Lire la suite

Infrastructures

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars),...

Lire la suite

Énergie

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Safi Energy a récolté 2,6 milliards de dollars de financement pour construire une centrale électrique au charbon de 1 386 mégawatts dans le sud-ouest du Maroc. Les banques marocaines ont...

Lire la suite

TV

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Port d'Abidjan, poivre du Penja au Cameroun, Sole Rebels en Ethiopie... La nouvelle édition de Réussite, le magazine de "l'Afrique qui gagne", sera diffusée ce vendredi 19 septembre au soir...

Lire la suite

Télécoms

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Trois ans après le départ de Ben Ali, Orange Tunisie est toujours pertubé dans son développement par le contentieux entre l'État tunisien et Marwane Mabrouk, le gendre de l'ex-président et...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags