Africa CEO Forum : le capitalisme africain monte en gamme

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Construction d'un complexe sponsorisé par l'opérateur sud-africain de téléphonie MTN, à Johannesburg. © Graeme Williams/South/REAMines et pétrole continuent à dominer le panorama du capitalisme africain. Mais de nouveaux secteurs se développent. Ils génèrent de l'emploi et de la valeur ajoutée.

Certaines choses ne changent pas dans le monde des affaires africain. En 2012 comme en 2000, la compagnie pétrolière algérienne Sonatrach domine - et de loin - le classement des 500 premières entreprises du continent réalisé par Jeune Afrique. Au fil des années, sa suprématie s'est même accentuée : le chiffre d'affaires du mastodonte public représente aujourd'hui 8,5 % des revenus des 500 plus grands groupes africains, contre environ 6 % lors de la première édition du palmarès, en 2000. En quelques mots, tout est dit : au cours de ces années, malgré les incantations et les espoirs, le capitalisme africain n'est resté fait que d'or noir et de mines.

>> Suivez l'actualité du Africa CEO Forum sur www.jeuneafrique.com, economie.jeuneafrique.com et via Twitter avec le hashtag #africaceoforum

Sombre tableau, triste réalité ? Pas si sûr. À l'époque, ni MTN, ni Vodacom, ni Maroc Télécom, ni les filiales africaines de Celtel (aujourd'hui Airtel) ou de France Télécom-Orange ne pointaient le bout de leur nez. Elles sont toutes aujourd'hui dans le premier tiers du classement des grandes entreprises du continent, au point que les télécoms ont détrôné les mines comme deuxième secteur d'activité en Afrique.

Lire aussi :

Africa CEO Forum : le capitalisme africain monte en gamme
Pour un capitalisme responsable

La croissance d'une classe moyenne consommatrice a contribué à accélérer la diversification sectorielle au-delà des ressources naturelles et du négoce. Selon la Banque africaine de développement (BAD), plus de 300 millions de personnes peuvent aujourd'hui être considérées comme faisant partie de cette catégorie. Certains groupes du continent, comme Dangote, en ont profité pour passer en quelques années du métier d'importateur pur à celui de fabricant local et distributeur de produits de consommation (pâtes, ciment, sucre)... D'autres devraient naître demain en profitant de l'émergence annoncée de nouveaux secteurs : la santé, l'éducation, le logement, la grande distribution, entre autres. Les investisseurs internationaux, de leur côté, commencent doucement à envisager le continent autrement que sous l'angle du cocktail mines et pétrole.

Professionnalisation

Cliquez sur l'image.Plus qu'une simple évolution sectorielle, c'est une nouvelle culture managériale qui pourrait ainsi s'imposer peu à peu avec l'avènement des télécoms. Reléguant intrigues, corruption, collusion, opacité un peu plus loin dans le manuel du manageur africain. « Il y a une tendance nette à la professionnalisation avec des manageurs plus jeunes et venus de la diaspora », constate Sofiane Lahmar, associé au sein du capital-investisseur panafricain Development Partners International (DPI), qui est entré au capital de plusieurs grandes entreprises du continent. Davantage spécialiste des PME, le financier Jean-Marc Savi de Tové n'est pas aussi optimiste : « Il n'y a pas de culture entrepreneuriale, pas assez de gouvernance, de vision stratégique, surtout en Afrique francophone, explique le directeur associé de Cauris Management, une société ouest-africaine de capital-investissement. Les dirigeants préfèrent être président que directeur général opérationnel, cela veut tout dire. »

À moyen terme, la montée en puissance d'un secteur financier professionnalisé encourage l'amélioration des pratiques de gestion : les banquiers, en se montrant de plus en plus sélectifs quant à l'octroi de crédits, tirent les chefs d'entreprise vers le haut ; les capital-investisseurs, en jouant leurs rôles d'actionnaires actifs, poussent les valeurs de bonne gouvernance et de transparence financière.

Cliquez sur l'image.Levées de fonds

Malheureusement, de ce côté-là aussi, le chemin à parcourir en Afrique reste immense. Certes, l'activité de capital-investissement, inexistante ou presque il y a dix ans, a explosé ces dernières années et on ne trouve plus guère aujourd'hui de grands investisseurs internationaux qui ne regardent avec intérêt le continent. En 2011, selon l'association professionnelle Empea, 1,3 milliard de dollars (1 milliard d'euros) ont été levés pour l'Afrique subsaharienne, contre 340 millions en 2004. Toutefois, en valeur relative, la région reste encore marginale : les levées de fonds pour le sud du Sahara représentent un peu plus de 3 % des montants destinés à l'ensemble du monde émergent, contre 5,2 % en 2004... Les Bourses africaines, elles, n'ont pas connu l'explosion attendue. Et si leur capitalisation totale a été multipliée par quatre en dix ans, l'Afrique du Sud en représente toujours plus des trois quarts.

Pour les entreprises africaines, ce sont autant de possibilités de renforcement de leurs capitaux propres, et donc de financement de leur croissance, qui se sont ainsi envolées. La montée d'un capitalisme africain réel doit désormais se faire au-delà des conseils d'administration et des directions opérationnelles des grandes entreprises. Dès aujourd'hui, ce sont les PME qui ont besoin d'un véritable choc capitalistique.

Exemples à suivre

Singapour, Corée du Sud, Géorgie, Malaisie, Taïwan, Thaïlande, Estonie, Macédoine, Lituanie... Leur point commun : ces nations émergentes affichant de robustes taux de croissance économique figurent parmi les 30 premiers pays (sur 185) au classement « Doing Business » 2013 de la Banque mondiale. Seule présence africaine dans ce haut de tableau : Maurice (19e). Parmi les bons élèves, un sort du lot. La Géorgie était à la 100e place en 2006 - il fallait alors vingt et un jours pour y créer une entreprise. Elle est à présent en 9e position - deux jours suffisent pour se lancer dans les affaires, et en deux ans, il est possible de résoudre un cas de cessation de paiement. Résultat : le pays parvient à maintenir un taux de croissance de plus de 6 % en 2012, malgré la récession qui touche une bonne partie de l'Europe. À titre de comparaison, en Centrafrique (dernier du classement 2013), il faut vingt-deux jours pour créer son entreprise et près de cinq ans pour clore un dossier d'insolvabilité. CQFD. Philippe Perdrix

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Finance

Le Nigeria durcit le contrôle des changes

Le Nigeria durcit le contrôle des changes

Confrontées à la chute des cours du pétrole, les autorités nigérianes multiplient depuis plusieurs mois les mesures censées atténuer l'impact de la crise. Dernière proposition en date : le durcissement...

Lire la suite

Panorama

Infrastructures : dix projets qui ont marqué 2014

Infrastructures : dix projets qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le...

Lire la suite

Patronat

Cameroun : André Fotso rempile sans coup férir au Gicam

Cameroun : André Fotso rempile sans coup férir au Gicam

Le dirigeant camerounais André Fotso a été réélu haut la main à la tête du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) en l'absence de concurrent. 

Lire la suite

Finance

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du cédant, AfricInvest, mais...

Lire la suite

Télécoms

Africa Telecom People, pleins feux sur les réseaux fixes

Africa Telecom People, pleins feux sur les réseaux fixes

À l'occasion de sa dixième édition, le salon organisé à Abidjan les 18 et 19 décembre a choisi de consacrer son thème principal à l'importance des réseaux fixes dans les...

Lire la suite

Industrie

Côte d'Ivoire : le français GBH rachète le distributeur automobile Socida

Côte d'Ivoire : le français GBH rachète le distributeur automobile Socida

Le groupe Fadoul a cédé au français GBH sa filiale Socida, distributeur des marques automobiles Renault et Suzuki en Côte d'Ivoire. L'opération, dont le montant n'a pas été dévoilé, constitue...

Lire la suite

Commerce international

L'OMC accepte l'adhésion des Seychelles

L'OMC accepte l'adhésion des Seychelles

Le Conseil général de l'Organisation mondiale du Commerce a approuvé la demande d'adhésion des Seychelles. Sous réserve de ratification par l'Assemblée nationale seychelloise, le petit archipel de l'océan indien devrait...

Lire la suite

Finance

Coface décroche l'agrément d'assurance-crédit au Maroc

Coface décroche l'agrément d'assurance-crédit au Maroc

Le groupe Coface, installé au Maroc depuis 2007, a obtenu l'agrément d'assurance et de réassurance qui lui permet de proposer directement ses solutions aux entreprises marocaines.

Lire la suite

Tourisme

Hôtellerie : Kinshasa retrouve (enfin) son cinq-étoiles

Hôtellerie : Kinshasa retrouve (enfin) son cinq-étoiles

Avec ses 190 chambres, dont 24 suites, et sa table gastronomique, le Grand Hôtel, mythique établissement kinois, retrouve son lustre d'antan... Design et high-tech en plus.

Lire la suite

Finances publiques

Le Nigeria revoit à la baisse ses prévisions de croissance en 2015

Le Nigeria revoit à la baisse ses prévisions de croissance en 2015

Le gouvernement nigerian a réduit ses prévisions de croissance pour l'année 2015 de près d'un point à 5,5 %. Le pays d'Afrique occidentale, qui organise une élection présidentielle en février...

Lire la suite

Énergie

Le Maroc va investir 4,6 milliards de dollars dans son développement gazier

Le Maroc va investir 4,6 milliards de dollars dans son développement gazier

Le Maroc va lancer un projet de développement du gaz naturel liquéfié (GNL) d'un montant de plusieurs milliards de dollars, afin de renforcer son mix énergétique, au côté des énergies...

Lire la suite

Finances publiques

Face à la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

Face à la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d'un prix durablement bas ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d'Ivoire : Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement "Gazelle"

Côte d'Ivoire : Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement

La compagnie pétrolière Vioco Petroleum va investir 225 millions de dollars dans le gisement offshore ivoirien "Gazelle", situé sur le bloc CI-202.

Lire la suite

Conso & Distribution

Moulin d'Or renonce à intégrer la Bourse de Tunis

Moulin d'Or renonce à intégrer la Bourse de Tunis

Le groupe agroalimentaire Gepaco, qui distribue la marque Moulin d'Or, ne rejoindra pas la Bourse de Tunis. L'opération a été abandonnée au profit d'une cession de 42% de son capital...

Lire la suite

Finance

Maroc : la Banque centrale abaisse son taux directeur pour la deuxième fois en trois mois

Maroc : la Banque centrale abaisse son taux directeur pour la deuxième fois en trois mois

La Banque centrale marocaine a annoncé le 16 décembre avoir abaissé son taux directeur de 2,75 % à 2,5 %, trois mois à peine après une première réduction de 25...

Lire la suite

Communication extérieure

JCDecaux fait un grand bond en Afrique

JCDecaux fait un grand bond en Afrique

Le groupe français JCDecaux, leader mondial de la communication extérieure, va acquérir Continental Outdoor Media, présent dans 14 pays du continent, en Afrique de l'Est et australe.

Lire la suite

Financement

Marchés agricoles : la Banque mondiale prête 100 millions de dollars au Cameroun

Marchés agricoles : la Banque mondiale prête 100 millions de dollars au Cameroun

L'accord de financement contribuera au soutien des filières maïs, manioc et sorgho durant les cinq prochaines années. Et, surtout, permettra à 120 000 petits producteurs camerounais d'approvisionner des groupes agro-industriels...

Lire la suite

Finance

Moody's et Fitch divergent sur les perspectives du Gabon

Moody's et Fitch divergent sur les perspectives du Gabon

L'agence de notation Moody's vient d'attribuer une première note de crédit aux émissions souveraines du Gabon : "Ba3" à long terme, avec des perspectives "stables". Un diagnostic plus optimiste que...

Lire la suite

Agro-industrie

En Afrique, les géants du sucre font parler la poudre

En Afrique, les géants du sucre font parler la poudre

Alors que la consommation augmente, portée par la croissance démographique, les producteurs africains doivent s'armer afin de répondre à la demande locale et résister à la concurrence brésilienne et asiatique.

Lire la suite

Corruption

Algérie : une autoroute nommée scandale

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus grosses affaires de corruption des quinze...

Lire la suite

TV

Au sommaire de Réussite le 19 décembre

Au sommaire de Réussite le 19 décembre

Les caméras de Réussite vous emmènent à la rencontre de Mohammed Dewji, entrepreneur tanzanien qui a transformé l'héritage familial en un groupe diversifié, et de Erick Rajaonary, producteur d'engrais bio...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags