Atos va s'installer au Sénégal

Télécoms : menace sur les outsiders

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

L’absence d’offre 3G et de mobile banking est un handicap pour Comium, numéro trois en Côte d’Ivoire. © Olivier/JASur un marché de plus en plus concurrentiel, les opérateurs indépendants peinent à préserver leur rentabilité et à offrir des perspectives de développement. La plupart d'entre eux s'acheminent vers une disparition programmée.

Déjà dominée par une dizaine de multinationales, l'Afrique des télécoms va-t-elle connaître une nouvelle vague de concentrations ? Sans doute, à en croire les déclarations de grands holdings internationaux qui étudient depuis quelques mois les conditions de leur retrait du continent. Soumis au diktat des marchés financiers, le français Vivendi pourrait ainsi se séparer de Maroc Télécom, présent dans cinq pays, tandis que le russe Vimpelcom a annoncé la mise en vente des opérations d'Orascom en Centrafrique, au Burundi et, à terme, au Zimbabwe, pour se recentrer sur ses marchés européens.

Reste à savoir si ces cessions attireront les investisseurs. Si les leaders du secteur représentent toujours de véritables cash machines, nombre de filiales africaines, y compris au sein des grosses écuries, accumulent les pertes. « Dans un marché où la compétition s'intensifie, chaque opportunité d'acquisition est évaluée au cas par cas. Nous préférons souvent investir sur notre réseau plutôt que d'acheter un acteur de second rang », confirme le patron d'un des principaux opérateurs africains. Le désintérêt est encore plus fort lorsqu'il s'agit de petits marchés comme le Liberia, la Sierra Leone ou la Gambie.

Quatre grands groupes - MTN, Vodafone, Orange et Bharti - totalisent 72% des abonnés africains.

Un véritable casse-tête pour les indépendants dont la plupart, incapables de financer leur développement, cherchent aussi à vendre leurs actifs. Si les télécoms séduisent toujours les investisseurs, une partie d'entre eux s'oriente plutôt vers d'autres acteurs du secteur comme les gestionnaires de tours de télécommunication. Fin octobre, le nigérian IHS a ainsi levé 97 millions d'euros pour poursuivre son développement.

Horizon sombre

Boudés par les grands groupes et par les financiers, ces petits opérateurs seraient donc condamnés à survivre seuls, voire à disparaître pour les plus fragiles. Ils ne représentent plus qu'environ 15 % des abonnés africains quand quatre groupes - MTN, Vodafone, Orange et Bharti - en totalisent 72 %. « D'ici à cinq ans, beaucoup n'existeront plus. Pour être rentable, il faut avoir au moins 20 % de part de marché et un flux de trésorerie positif, c'est loin d'être toujours le cas », reconnaît Hassanein Hiridjee, actionnaire de référence de Telma, numéro trois à Madagascar.

La situation de Bell Bénin, dont la dette envers Bénin Télécom s'élève à quelque 7 millions d'euros, ou la volonté du saoudien Bintel de céder l'opérateur Azur à ses partenaires locaux faute d'avoir réellement percé en RD Congo témoignent de ces difficultés. L'horizon des petits opérateurs privés est d'autant plus sombre que certains gouvernements sont désormais décidés à faire le ménage. En Côte d'Ivoire, Bruno Koné, ministre des TIC, assure qu'aucun opérateur ne sera artificiellement maintenu en vie. Sont visés Comium et GreenN, respectivement numéros trois et quatre du marché. Son objectif : permettre aux leaders de garder suffisamment de marge de manoeuvre pour investir dans le développement de leurs réseaux.

« La principale difficulté des indépendants, c'est qu'ils ne profitent pas d'un effet de levier », résume Jean-Michel Huet, directeur associé du cabinet de conseil BearingPoint. Impossible pour eux de répartir leurs dépenses marketing ou le développement de nouveaux services sur plusieurs grosses filiales. Sans parler, pour certains, de la quasi-absence d'accords de roaming (connexions interpays) - alors que cela peut représenter plus de 10 % du chiffre d'affaires d'un opérateur. « Lorsque nous achetons du matériel, nous le payons aussi plus cher, car notre force de négociation est limitée. Pour s'en sortir, les indépendants doivent avoir plusieurs cordes à leur arc et ne pas dépendre que des communications mobiles classiques, dont les prix baissent », explique Hassanein Hiridjee.

Le prix de la licence 3G est une sérieuse barrière financière pour les petits opérateurs

Innover

La situation sera compliquée, d'ici à quelques années, pour des opérateurs comme Warid au Congo ou Comium en Côte d'Ivoire, dépourvus de relais de croissance comme la 3G ou le mobile banking (services financiers via le téléphone). Pour résister, les indépendants peuvent cependant faire valoir quelques atouts, comme des charges de personnel limitées et un circuit de décision très court leur offrant souvent une meilleure réactivité - par exemple lorsqu'il s'agit de partager avec leurs fournisseurs les revenus générés par une plateforme informatique ou une application, plutôt que d'investir sur fonds propres dans de tels équipements. « Si nous avons gagné six points de part de marché cette année sur MTN et Bharti Airtel, et retrouvé une marge Ebitda positive, c'est en innovant », confirme Michel Élamé, directeur général de Warid Congo. Chez cet opérateur, l'approvisionnement en carburant de certaines tours de télécommunication a été confié à des particuliers et la remise en circulation des numéros de téléphone inactifs a été accélérée.

Ancien dirigeant de la filiale congolaise de Zain, Michel Élamé sait pourtant que l'avenir de Warid ne peut s'envisager qu'à moyen terme. Son objectif : valoriser au mieux l'entreprise avant une probable cession. « Le prix de la licence 3G est une sérieuse barrière financière pour les petits opérateurs, et ce sera pire lorsque la 4G sera adoptée », confirme Jean-Michel Huet. Les acteurs indépendants dont la marque est populaire pourraient alors faire le choix de devenir des opérateurs virtuels, en louant les réseaux des géants du secteur. 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Finance islamique

Tunisie : aidée par la BID, Banque Zitouna voit grand

Tunisie : aidée par la BID, Banque Zitouna voit grand

Dopée par l'entrée de la Banque islamique de développement (BID) à son capital, la banque islamique tunisienne Banque Zitouna souhaite s’étendre et diversifier ses produits. Et envisage de se développer...

Lire la suite

Magazine Réussite

Cameroun : reportage sur la route de la mort

Cameroun : reportage sur la route de la mort

Les caméras de Réussite, émission économique mensuelle diffusée sur Canal+ Ouest et Centre, vous font découvrir la route Douala-Yaoundé, essentielle pour l'économie du pays mais extrêmement meurtrière.

Lire la suite

Énergies renouvelables

Bertrand de la Borde : « Le Groupe Banque mondiale va proposer un kit pour soutenir l'énergie solaire en Afrique »

Bertrand de la Borde : « Le Groupe Banque mondiale va proposer un kit pour soutenir l'énergie solaire en Afrique »

"Scaling up solar" : c'est le nom du programme que présentera le Groupe de la Banque Mondiale le 28 janvier. Un ensemble de services et d'aides pour doper le développement...

Lire la suite

Énergie

Algérie : l'opposition au gaz de schiste persiste malgré les assurances du gouvernement

Algérie : l'opposition au gaz de schiste persiste malgré les assurances du gouvernement

De nouvelles manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste se sont déroulées dans le Sahara algérien au lendemain de déclarations du Premier ministre visant à rassurer les populations des provinces...

Lire la suite

Décideurs

Abderrahmane Benhamadi : "L'État algérien doit donner plus d'importance à l'entreprise"

Abderrahmane Benhamadi :

S'il n'a pu concrétiser son partenariat avec Renault, Abderrahmane Benhamadi l'héritier du groupe familial algérien investit de nouveaux secteurs et sonde le marché subsaharien.

Lire la suite

Attractivité

Tunisie : très léger rebond des recettes touristiques en 2014

Tunisie : très léger rebond des recettes touristiques en 2014

En 2014, le tourisme a rapporté 1,59 milliard d'euros à la Tunisie, soit 6,4 % de plus qu'un an auparavant. Le nombre de touristes a en revanche baissé de 3,2...

Lire la suite

Technologie

Sénégal : Atos va s'installer dans la ville numérique de Diamniadio

Sénégal : Atos va s'installer dans la ville numérique de Diamniadio

Le groupe français de services informatiques Atos veut installer une plateforme technologique dans la ville numérique de Diamniadio, un hub de 25 hectares prévu à 40 kilomètres de Dakar, au...

Lire la suite

Litige

Sénégal : la cimenterie de Dangote démarre, Vicat s'énerve

Sénégal : la cimenterie de Dangote démarre, Vicat s'énerve

Après le démarrage de cimenterie sénégalaise de Dangote, son concurrent français Vicat est déterminé à faire condamner l'État, qu'il accuse d'avoir indûment favorisé le groupe nigérian.

Lire la suite

Portrait

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand patron qui suscite...

Lire la suite

Transport

South African Airways obtient une garantie de 485 millions d'euros

South African Airways obtient une garantie de 485 millions d'euros

Proche de la faillite, la compagnie aérienne sud-africaine South African Airways a obtenu une garantie d'Etat de 6,5 milliards de rands.

Lire la suite

Accords

Côte d'Ivoire : A Marrakech, les champions marocains affichent leur puissance

Côte d'Ivoire : A Marrakech, les champions marocains affichent leur puissance

24 : c'est le nombre d'accords et partenariats signés lors du Forum économique Maroco-Ivoirien qui s'est tenu le 21 janvier 2015 à Marrakech. De nouveaux groupes marocains, de l'aviculture à...

Lire la suite

Banque

Burkina Faso : Coris Bank se lance dans la finance islamique

Burkina Faso : Coris Bank se lance dans la finance islamique

Dès avril, Coris Bank lancera une "offre islamique", une première au Burkina Faso. Elle devrait etre etendue par la suite aux filiales de la banque dans la sous-région.

Lire la suite

Affaire Tanoh-Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer...

Lire la suite

Télécoms

Alcatel se refait une santé en Afrique du sud

Alcatel se refait une santé en Afrique du sud

En perte de vitesse au sud du Sahara, Alcatel-Lucent regagne des parts de marché, notamment en Afrique du Sud.

Lire la suite

Abidjan

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Côte d'Ivoire : à Treichville,

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.

Lire la suite

Mines

Burkina Faso : Semafo accroît sa production d'or de 48 % en 2014

Burkina Faso : Semafo accroît sa production d'or de 48 % en 2014

En 2014, le groupe canadien Semafo a extrait 234 000 onces d'or de la mine de Mana, au Burkina Faso, soit 48 % de plus qu'un an auparavant. Une hausse...

Lire la suite

Entrepreneuriat

Réussite : avec Jokkolabs, Karim Sy parie sur le "co-working"

Réussite : avec Jokkolabs, Karim Sy parie sur le

Lancé en 2010 par Karim Sy à Dakar, Jokkolabs se veut non seulement un espace de travail partagé mais également le creuset d'une communauté d'entrepreneurs engagés dans les nouvelles technologies....

Lire la suite

Échanges

Algérie : l'excédent commercial fond de 53,5 % en un an

Algérie : l'excédent commercial fond de 53,5 % en un an

En 2014, l'excédent commercial de l'Algérie a chuté de 53,5 % à 4,63 milliards de dollars. Durant l'année écoulée, la Chine a consolidé son rang de premier fournisseur de l'Algérie.

Lire la suite

Commerce international

L'automobile devient le premier secteur d'exportation du Maroc

L'automobile devient le premier secteur d'exportation du Maroc

En 2014, les exportations de l'industrie automobile marocaine ont atteint 39,8 milliards de dirhams (3,65 milliards d'euros), soit un bond de 26 % sur un an, devenant le premier secteur...

Lire la suite

Capitaux

Séduits par l'amnistie, les évadés fiscaux marocains rentrent au bercail

Séduits par l'amnistie, les évadés fiscaux marocains rentrent au bercail

En se montrant clément, l'État espérait rapatrier une partie du patrimoine détenu illégalement par ses citoyens à l'étranger. Le nombre de déclarants a dépassé toutes ses espérances.

Lire la suite

Conjoncture

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance économique mondiale

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance économique mondiale

Le Fonds monétaire international a nettement abaissé ses perspectives de croissance économique dans le monde. En Afrique subsaharienne, le FMI projette désormais une croissance de 4,9 % en 2015, assez...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags