Paul-Harry Aithnard : « L'attractivité de l'UEMOA est sous-estimée »

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Selon Paul-Harry Aithnard, la zone a une perspective de croissance parmi les plus élevées au monde. © EcobankPrésent au Forum économique Uemoa-Asie, le directeur de la recherche du groupe Ecobank explique les conditions pour rendre l'UEMOA encore plus attractive.

Le Forum économique Uemoa-Asie se tient les 21 et 22 mai à Lomé, au Togo.

Jeune Afrique : Les pays asiatiques sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la sous-région. Cependant de nombreux obstacles au développement des affaires subsistent. Quels sont, d’après vous, les principaux ?

Paul-Harry Aithnard : L’un des points fondamentaux cité par les investisseurs asiatiques lorsqu’on le leur demande, c’est le déficit énergétique qui augmente considérablement les coûts de production dans la région. Et, quand on regarde les chiffres en Afrique, c’est vrai qu’ils sont catastrophiques. Nous produisons en tout 30GW contre environ 1000GW en Europe. De fait, l’une des toutes premières priorités sur lesquelles nous devons travailler reste la production d’énergie. À cela, il faut ajouter des difficultés liées aux mouvements de capitaux et aux politiques de change, en raison de réglementations souvent rigides. Par exemple, aujourd’hui, il est inconcevable qu’il n’y ait pas de politique de change entre le cedi ghanéen et le franc CFA. Pourtant, il suffirait d’un accord entre les pays concernés pour que cela se mette en place.

À propos de l’énergie, des initiatives sous-régionales sont en cours pour réduire le déficit comme le projet Ired, mais on ne sent pas d’engouement de la part du secteur privé. Comment expliquer cela ?

Nous n’avons toujours pas dans la sous-région, un environnement réglementaire adéquat aux investissements privés dans le secteur énergétique. Les politiques de subventions massives appliquées dans certains pays n’incitent guère les opérateurs privés. L’industrie des générateurs d’électricité est complètement sclérosée dans nombre de pays. Ce sont des points à améliorer pour attirer les investisseurs privés dans le secteur de la production d’énergie.

Quels sont les atouts de la zone ?

Ils sont nombreux et on a d’ailleurs souvent tendance à sous-estimer son attractivité par rapport aux autres blocs économiques du continent. Pourtant, il suffit de regarder les perspectives de croissance de cette zone qui, avec une moyenne de + 7,8 %, est parmi les plus élevées du monde, pour s’en rendre compte. Au moins trois grands ports, Abidjan, Lomé et Cotonou permettent de desservir la sous-région. Cette région compte parmi ses États membres le premier producteur mondial de cacao (Côte d’Ivoire), le premier producteur de coton africain (Burkina Faso) et l’un des leaders mondiaux de la production d’uranium (Niger). La zone Uemoa est aussi un marché de plus de 86 millions de consommateurs.

Au regard de ce qui s’est passé récemment en Côte d’Ivoire ou au Mali, ne minimise-t-on pas  le risque pays dans la zone ?

On a souvent tendance à gonfler le risque pays. Lorsque vous allez voir une banque étrangère pour le financement d’un projet en Afrique, souvent elle va passer 80% de son processus d’analyse sur le risque pays et 20% sur le projet lui-même. La démarche qu’il faut promouvoir est celle qui permet une réponse équilibrée. En d’autres termes, tout en prenant en compte le risque pays, il faut consacrer aussi plus de temps aux due diligences du projet lui-même. Celui-ci peut avoir un intérêt économique suffisamment fort pour qu’un investisseur accepte de prendre le risque. Il existe alors plusieurs approches pour le contrôler, c’est à dire s’assurer qu’on peut sortir rapidement les devises, prendre une assurance sur les infrastructures qu’on met en place, etc. Lorsqu’on investit en Afrique on doit avoir une vue à long terme. Mais il faut aussi dire que les cas de crises politiques profondes sont de plus en plus rares et qu’aujourd’hui les conflits sont de plus en plus courts en Afrique.

On parle beaucoup de la Chine en Afrique mais Singapour, la Thaïlande, la Malaisie…  sont  aussi intéressés par le continent. En quoi l’approche de ces dragons d’Asie du sud-est diffère-t-elle de celle des chinois ?

À l’opposé des investisseurs chinois qui sont subventionnés par leur gouvernement, ceux qui viennent des autres pays d’Asie du sud-est appartiennent à 90% au secteur privé. À mon avis, l’approche qui privilégie le secteur privé est plus soutenable à long terme.

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Finance

L'émirati Aabar Investment crée une filiale au Maroc

L'émirati Aabar Investment crée une filiale au Maroc

La société d’investissement Aabar Investments PJS a créé une filiale à Casablanca : Aabar Morocco Investment. Cette dernière aura en charge le pilotage de la stratégie d’investissement au Maroc du...

Lire la suite

Capital-investissement

Capital Trust mobilise 100 millions de dollars pour le fonds Euromena III

Capital Trust mobilise 100 millions de dollars pour le fonds Euromena III

La société financière Capital Trust a déjà levé 100 millions de dollars pour le premier tour de table de son fonds Euromena III. Principale nouveauté : 30 % de ces sommes...

Lire la suite

Téléphonie

Niger : les opérateurs télécoms sanctionnés pour manque de transparence

Niger : les opérateurs télécoms sanctionnés pour manque de transparence

Les quatre compagnies mobiles du Niger ont été condamnées par l’Agence de régulation des télécommunications et de la poste (ARTP) à verser au total 5,287 milliards de CFA (8,06 millions d'euros)...

Lire la suite

Francophonie

Francophonie : les propositions économiques de Jacques Attali

Francophonie : les propositions économiques de Jacques Attali

L'économiste français vient de remettre un rapport à François Hollande dans lequel il détaille 53 propositions afin de dynamiser les échanges économiques dans l'espace francophone.

Lire la suite

Gabon

Port-Gentil : gros trafic à l'horizon

Port-Gentil : gros trafic à l'horizon

Quai minéralier, terminal à conteneurs, chantier naval... Le port de Port-Gentil, au Gabon, se modernise. Et entraîne dans son sillage d'autres projets industriels.

Lire la suite

Finances publiques

Les obligations du Trésor nigérien remportent un franc succès

Les obligations du Trésor nigérien remportent un franc succès

Le Niger a conclu avec succès une émission obligataire sur le marché sous-régional. Les souscriptions ont atteint 57 milliards de F CFA (87 millions d'euros), pour un objectif de 30...

Lire la suite

Finance

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

L'Afrique part à la pêche aux

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.

Lire la suite

Consommation

Maroc : le sud-africain Delta International Property rachète Anfaplace

Maroc : le sud-africain Delta International Property rachète Anfaplace

Le groupe espagnol Interavante vient de céder son centre commercial casablancais Anfaplace Shopping Center au groupe sud-africain Delta Property. Une opération au coût estimé à plus d'un milliard de dirhams...

Lire la suite

Investissements

Côte d'Ivoire : Olam cède son activité laitière à FrieslandCampina

Côte d'Ivoire : Olam cède son activité laitière à FrieslandCampina

Dans le cadre de la restructuration de ses activités dans les produits laitiers, le groupe singapourien Olam cède son usine laitière d'Abidjan au groupe néerlandais Royal FrieslandCampina. Un signe supplémentaire...

Lire la suite

Formation

Gabon : l'or noir enfin à bonne école

Gabon : l'or noir enfin à bonne école

À Port-Gentil, les hydrocarbures abondent, mais pas les compétences locales. Une carence que devrait combler l'Institut du pétrole et du gaz, qui accueille sa première promotion d'étudiants en master.

Lire la suite

Finance

Moody’s confirme le triple A de la Banque africaine de développement

Moody’s confirme le triple A de la Banque africaine de développement

Moody's a confirmé la note "Aaa" attribuée aux émissions obligataires de long terme de la Banque africaine de développement, avec des perspectives stables. Parmi les points forts de l'institution panafricaine,...

Lire la suite

Coopération

Le FMI débloque 217 millions de dollars pour la Tunisie

Le FMI débloque 217 millions de dollars pour la Tunisie

Le Fonds monétaire international a débloqué 217 millions de dollars destinés à aider la Tunisie durant sa période de transition. Ce financement est le quatrième décaissé par l'institution internationale dans...

Lire la suite

Justice

Ciment : Vicat affrontera le Sénégal à Washington

Ciment : Vicat affrontera le Sénégal à Washington

Dans l'affaire qui oppose Vicat et l'État sénégalais, Dakar, contestant la compétence de la Cour commune de justice et d'arbitrage d'Abidjan (CCJA) a préféré déposer sa plainte à Washington auprès...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur la crise que traverse le Ghana. Grisé par son nouveau statut de producteur de pétrole, le pays a laissé filer les déficits. Pourquoi...

Lire la suite

Algérie

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en...

Lire la suite

Agroindustrie

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Maroc : les maraîchers disent

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à 11 milliards d'euros.

Lire la suite

Sylviculture

Gabon : Olam, l'ami venu d'Asie

Gabon : Olam, l'ami venu d'Asie

Le groupe singapourien Olam, spécialisé dans le négoce et le courtage de denrées alimentaires, est devenu un acteur incontournable au Gabon. Et représente le tropisme asiatique des nouvelles élites gabonaises. 

Lire la suite

Justice

La Somalie demande à l'ONU de fixer sa frontière maritime avec le Kenya

La Somalie demande à l'ONU de fixer sa frontière maritime avec le Kenya

La Somalie a porté le conflit qui l'oppose au Kenya, au sujet du tracé de leurs frontières maritimes, devant la Cour internationale de justice de l'ONU. La décision de la...

Lire la suite

Banque

BNP Paribas réorganise son pôle Afrique

BNP Paribas réorganise son pôle Afrique

Le groupe bancaire français a réorganisé son état-major sur le continent. Philippe Tartelin, directeur Afrique pour la partie banque de détail, dirigera une équipe d'une quarantaine de personnes basée à...

Lire la suite

Innovation

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles technologies et de...

Lire la suite

Institutions

Emploi : la Banque mondiale débloque 100 millions de dollars pour le Maroc

Emploi : la Banque mondiale débloque 100 millions de dollars pour le Maroc

La Banque mondiale va débloquer un prêt de 100 millions de dollars pour le Maroc afin de soutenir le pays dans sa réforme du marché du travail. Objectif : améliorer...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags