Le géant marocain des phosphates OCP émet un emprunt obligataire d'un milliard de dollars.
Le groupe immobilier Alliances de nouveau suspendu de la cotation à Casablanca.

Il y a du tonus dans le cacao

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Après avoir connu une longue déshérence, la filière cacao en Côte d'Ivoire se restructure. Distribution de meilleurs revenus aux paysans, amélioration de la qualité des fèves... Les progrès sont déjà sensibles.

Au début des années 1980, le père de la nation ivoirienne, Félix Houphouët-Boigny, a cru pouvoir asseoir définitivement la suprématie de son pays - et son endettement - sur le cacao, dont les cours atteignaient des sommets. Mal lui en a pris, car la dégringolade des prix a plongé la Côte d'Ivoire dans une grave crise économique. Une guerre civile, dont les armes ont été financées par les précieuses fèves, s'en est ensuivi.

La libéralisation du secteur à la demande du FMI et de la Banque mondiale, la disparition de la célèbre Caisse de stabilisation et la multiplication des acteurs ont encore aggravé l'opacité de la filière. Avec les prédations qui en ont résulté, la rémunération des planteurs est tombée à 25 % du prix d'exportation, l'une des plus basses au monde.

Dès son arrivée à la présidence, Alassane Ouattara a engagé une profonde réforme de la filière. Elle est à la fois vitale pour les entrées de devises - les recettes du cacao et du café représentent 15 % du PIB du pays - et pour le monde rural, puisqu'un quart de la population vit peu ou prou du cacao.

Le cacao n'est pas la culture de rente la mieux valorisée sur le marché mondial

"Les producteurs, dont 60 % ont plus de 60 ans, ne gagnaient plus leur vie, explique Mamadou Sangafowa Coulibaly, le ministre de l'Agriculture. Ils n'entretenaient plus leurs vergers et se tournaient vers d'autres cultures de rente, alors que le cacao, dont la Côte d'Ivoire assure plus d'un tiers de la production mondiale, demeure une culture économiquement et socialement stratégique."

Fluctuations

Depuis le 31 janvier 2012, une réforme ambitieuse a donc été mise en place : création d'un prix minimum garanti pour le planteur correspondant à 60 % du prix CAF (coût, assurances, fret), ainsi que d'un fonds de réserve pour assurer le versement de ce prix minimum malgré les fluctuations des cours mondiaux ; institution d'un marché à terme géré par l'État et des opérateurs privés, qui stabilise les prix pour les chocolatiers et assure la transparence du marché ; aménagement des pistes pour faciliter le transport des fèves vers les ports d'Abidjan et de San Pedro ; réduction des coûts des intermédiaires, ce qui a permis une baisse de la parafiscalité.

"Lors de la première campagne, nous avons fixé le prix à 725 F CFA [1,10 euro] le kilo et 1 176,059 milliards de F CFA ont été distribués aux producteurs, poursuit le ministre. Pour la deuxième campagne qui commence, ce prix a été fixé à 750 F CFA. Tous les transformateurs vous le confirmeront, l'entretien des vergers s'est amélioré, et avec lui la qualité des fèves, au point que certains n'ont plus besoin de les usiner. La réforme a été un succès. Il faut désormais la consolider et l'étendre à l'anacarde [noix de cajou] et au coton."

Lire aussi :

Côte d'Ivoire : la réforme du cacao reste inachevée

Cacao : le négociant Armajaro boude la Côte d'Ivoire

Dossier agro-industrie : comment l'Afrique peut devenir le grenier de la planète

Rebond

Barry Callebaut, leader mondial des produits à base de cacao et de chocolat de qualité supérieure, confirme que les paysans ont amélioré leurs techniques de fermentation des fèves. "C'est un succès, car une réelle volonté politique a accompagné la mobilisation du secteur privé, estime Laurent Pipitone, directeur de la Division économie et statistiques à l'Organisation internationale du cacao (ICCO).

Deux problèmes avaient alerté les autorités : le travail des enfants dans les plantations et le risque que la désaffection des agriculteurs pour les cacaoyères n'aboutisse à une pénurie de matière première." Ainsi, Barry Callebaut a calculé que, faute d'un rebond de production, il lui manquerait 1 million de tonnes en 2020 pour fabriquer ses beurres et ses poudres. Parvenus aux mêmes conclusions, Cargill ou ADM, ses concurrents, cherchent eux aussi à améliorer l'environnement des planteurs (santé, éducation...) pour les persuader de rester en brousse et d'acquérir de meilleures compétences techniques.

Tout n'est pas parfait pour autant. "On est encore loin de crier victoire, nuance Laurent Pipitone. La population des planteurs ne se renouvelle pas vraiment. Et on assiste au même phénomène au Ghana ou au Vietnam, car le cacao n'est pas la culture de rente la mieux valorisée sur le marché mondial." De fait, les agriculteurs se demandent en permanence s'ils ont intérêt à poursuivre une culture beaucoup plus exigeante que celle de l'hévéa ou du palmier à huile.

Transformation

info JA2768 cacaoReste enfin l'épineuse question de la transformation locale. Le gouvernement souhaiterait que les industriels transforment sur place 50 % des exportations (contre 30 % aujourd'hui) et que les chocolats prêts à la consommation supplantent les produits semi-finis. "D'autant que le marché africain demande à être développé. Nous devons offrir à toute une classe moyenne en expansion un chocolat adapté à ses goûts", indique le ministre de l'Agriculture, qui a inauguré le 19 décembre 2013 à Perpignan (sud-ouest de la France) un laboratoire du chocolatier Cémoi, dont les chercheurs se fixent pour objectif de déterminer les saveurs les mieux adaptées aux palais africains.

En arrière-plan subsiste un conflit fiscal latent. Depuis trente ans, la Côte d'Ivoire favorise les sociétés qui transforment le cacao sur son sol. Alors que le droit unique de sortie différé (DUS) acquitté par les exportateurs de cacao brut est calculé sur le prix rendu CAF à Londres, celui acquitté sur les produits transformés est calculé à partir du prix de sortie d'usine, inférieur de 40 % au précédent.

Le ministre des Finances veut mettre fin à cette subvention qui a privé l'État de dizaine de milliards de F CFA de recettes. Son collègue de l'Agriculture argue que la mesure ne devait durer que cinq ans et qu'elle était uniquement destinée à compenser le traitement de fèves de qualité médiocre. Évidemment, les industriels du chocolat, qui ne veulent pas renoncer à leur avantage, invoquent la valeur ajoutée et les emplois qu'ils procurent au pays. Les négociations se poursuivent, mais sans acrimonie.

Séisme

Un problème d'une tout autre ampleur plane sur le cacao ivoirien. Le Ghana voisin, deuxième producteur mondial, qui conduit une politique monétaire laxiste, profite de son taux de change pour avantager ses produits. Et, notamment, rendre son prix d'achat du cacao plus intéressant que celui de la Côte d'Ivoire, contrainte à la plus stricte orthodoxie monétaire en raison de son appartenance à la zone franc.

Les autorités ivoiriennes pourraient donc légitimement se demander s'il ne serait pas plus avantageux de créer une zone monétaire avec des pays comme le Ghana et le Nigeria, dont l'économie est semblable à la leur. Dans ce nouveau cadre, le cacao ivoirien lutterait à armes égales avec son concurrent ghanéen. Si cette idée venait à s'imposer, la perspective d'une sortie de la Côte d'Ivoire de la zone franc provoquerait un séisme politique à Abidjan, dont les répliques se feraient sentir jusqu'à Paris.

Paris boude-t-il ?

La France serait-elle hantée par le souvenir des deux Sukhoï 25 qui bombardèrent Bouaké le 6 novembre 2004, tuant neuf militaires français - avions en partie financés par des fonds détournés du cacao (et du café) ? Toujours est-il que Paris se hâte lentement pour s'impliquer dans la renaissance de la filière cacaoyère ivoirienne. Certes, par la voix d'Yves Boudot, son directeur Afrique, l'Agence française de développement (AFD), se félicite que "la catastrophe annoncée n'ait pas eu lieu" et que "le monde agricole ivoirien ait fait preuve d'une étonnante résilience".

Le Contrat de désendettement et de développement (C2D) signé entre la France et la Côte d'Ivoire prévoit d'affecter 630 millions d'euros à des projets divers, entre 2012 et 2015, dont 20 % consacrés au monde rural... mais pas directement au cacao. Les crédits iront à l'entretien des pistes, aux semences, aux centres de recherche et aux organisations de producteurs dans les cultures de rente, le caoutchouc et le coton ayant priorité sur le café et le cacao...

A.J.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Développement

Indice du progrès social : les 10 pays africains les mieux classés

Indice du progrès social : les 10 pays africains les mieux classés

L'ONG américaine The Social Progress Imperative a publié la troisième édition de son rapport annuel évaluant le progrès social à travers le monde. Retour sur les performances des pays africains.

Lire la suite

Infrastructures

Gare de Casa-Port : Arep crée une filiale au Maroc

Gare de Casa-Port : Arep crée une filiale au Maroc

Le bureau d'études Arep, filiale de la SNCF, a annoncé la création de Arep – Maroc. Elle sera chargée notamment de livrer l'atelier de maintenance de trains à grande vitesse...

Lire la suite

Agro-industrie

La production de cacao du Ghana pourrait chuter de plus de 15 % en 2015

La production de cacao du Ghana pourrait chuter de plus de 15 % en 2015

La production ghanéenne de cacao pourrait chuter de plus de 15 % cette année à moins de 750 000 tonnes, en raison d'une épidémie de "maladie de la pourriture brune",...

Lire la suite

Finance

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la...

Lire la suite

Finance

Maghreb Leasing Algérie mobilise 2 milliards de dinars

Maghreb Leasing Algérie mobilise 2 milliards de dinars

La société de crédit-bail Maghreb Leasing Algérie (MLA) a émis avec succès un emprunt obligataire institutionnel de deux milliards de dinars (environ 19 millions d'euros) sur le marché financier algérien.

Lire la suite

Économie

Le crédit à la consommation de retour en Algérie

Le crédit à la consommation de retour en Algérie

Le gouvernement algérien a adopté le décret restaurant le crédit à la consommation, après une suspension de plus de cinq ans. Réservé aux produits nationaux, il devrait entrer en vigueur...

Lire la suite

Infrastructures

Boucle ferroviaire : statu quo au Burkina Faso

Boucle ferroviaire : statu quo au Burkina Faso

Crise politique, discussions tripartites en berne, suspension de la licence d'exploitation de la compagnie minière Pan African Minerals qui exploite le gisement de manganèse de Tambao... Au Burkina Faso, la...

Lire la suite

E-Commerce

Jumia démarre ses opérations au Sénégal

Jumia démarre ses opérations au Sénégal

Le site de commerce en ligne Jumia a démarré ses opérations au Sénégal, sa douzième implantation en Afrique.

Lire la suite

Focus

Après l'attentat du Bardo, la Tunisie s'efforce de sauver son tourisme

Après l'attentat du Bardo, la Tunisie s'efforce de sauver son tourisme

La Tunisie tente de sauver son tourisme, touché de plein fouet par l'attentat du Bardo il y a un mois, en rassurant les visiteurs sur leur sécurité et en lançant...

Lire la suite

Entreprises

Algérie : le patronat présente son plan pour "l'émergence"

Algérie : le patronat présente son plan pour

Le Forum des chefs d'entreprise algérien a dévoilé un programme de réforme censé contribuer à l'émergence de l'économie algérienne, avec la création de 60 000 emplois par an et un...

Lire la suite

Politique économique

Tunisie : Slim Chaker dévoile ses priorités au ministère des Finances

Tunisie : Slim Chaker dévoile ses priorités au ministère des Finances

Deux mois après sa nomination, le gouvernement tunisien s'est livré cette semaine à une série d'interventions publiques censées fixer ses priorités à moyen terme, notamment en matière économique.

Lire la suite

Télécoms

Côte d'Ivoire : Orange maintient le cap sur le mobile banking

Côte d'Ivoire : Orange maintient le cap sur le mobile banking

Misant sur la croissance des services financiers sur mobiles au cours des dernières années, l'opérateur télécoms Orange compte renforcer ses investissements sur ce segment en Côte d'Ivoire, en vue de...

Lire la suite

Portrait

Oumar Sow, patron de seconde génération

Oumar Sow, patron de seconde génération

Il succède à son père comme président du directoire de la Compagnie sahélienne d'entreprises. Dans la foulée, le principal groupe sénégalais de travaux publics est restructuré en holding.

Lire la suite

Finance

Le marocain OCP lève 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Le marocain OCP lève 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité...

Lire la suite

Analyse

Les patrons arc-en-ciel déploient leurs ailes en Afrique

Les patrons arc-en-ciel déploient leurs ailes en Afrique

Refroidis par le ralentissement économique dans le monde et sur leur propre sol, les entrepreneurs sud-africains perçoivent enfin le potentiel du reste de l'Afrique. À chacun sa stratégie pour pénétrer...

Lire la suite

Bourse

Maroc : Alliances suspendu de la cote, une sortie de crise annoncée

Maroc : Alliances suspendu de la cote, une sortie de crise annoncée

Avec 8,6 milliards de dirhams de dettes et un pôle construction battant de l'aile, le titre du groupe immobilier Alliances a de nouveau été suspendu de cotation à la Bourse...

Lire la suite

Finance

La BCEAO sort du capital de la Banque de développement du Mali

La BCEAO sort du capital de la Banque de développement du Mali

Une Assemblée générale de la banque malienne BDM, organisée le 11 avril, a entériné la sortie de la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest de son capital. Un nouveau...

Lire la suite

Energie

Niger : du nouveau pour le complexe minier et énergétique de Salkadamna

Niger : du nouveau pour le complexe minier et énergétique de Salkadamna

Le financement du complexe minier et énergique de Salkadamna, au Niger, d'un coût estimé à plus d'un milliard d'euros, a été bouclé, indique l'entreprise américaine Source California Energy Services, en charge...

Lire la suite

Aérien

ECAir conteste la saisie d'un Boeing 757 à Paris

ECAir conteste la saisie d'un Boeing 757 à Paris

Un Boeing 757 de la compagnie aérienne ECAir été saisi à Paris, dans le cadre d'un litige commercial opposant un homme d'affaires à l'État congolais. L'opérateur aérien, qui juge cette...

Lire la suite

Conjoncture

Afrique subsaharienne : le FMI et la Banque mondiale annoncent un ralentissement de la croissance

Afrique subsaharienne : le FMI et la Banque mondiale annoncent un ralentissement de la croissance

La Banque mondiale et le FMI viennent de baisser leurs prévisions de croissance économique en 2015 pour l'Afrique subsaharienne à 4 % et 4,5 % respectivement. En cause : la...

Lire la suite

Justice

Maroc : Karim Zaz condamné à 5 ans de prison ferme

Maroc : Karim Zaz condamné à 5 ans de prison ferme

Ancien patron de Wana corporate, Karim Zaz a été condamné à 5 ans de prison ferme dans une affaire de détournements de communications internationales, au Maroc. Sa défense fera appel.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags