Il y a du tonus dans le cacao

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Après avoir connu une longue déshérence, la filière cacao en Côte d'Ivoire se restructure. Distribution de meilleurs revenus aux paysans, amélioration de la qualité des fèves... Les progrès sont déjà sensibles.

Au début des années 1980, le père de la nation ivoirienne, Félix Houphouët-Boigny, a cru pouvoir asseoir définitivement la suprématie de son pays - et son endettement - sur le cacao, dont les cours atteignaient des sommets. Mal lui en a pris, car la dégringolade des prix a plongé la Côte d'Ivoire dans une grave crise économique. Une guerre civile, dont les armes ont été financées par les précieuses fèves, s'en est ensuivi.

La libéralisation du secteur à la demande du FMI et de la Banque mondiale, la disparition de la célèbre Caisse de stabilisation et la multiplication des acteurs ont encore aggravé l'opacité de la filière. Avec les prédations qui en ont résulté, la rémunération des planteurs est tombée à 25 % du prix d'exportation, l'une des plus basses au monde.

Dès son arrivée à la présidence, Alassane Ouattara a engagé une profonde réforme de la filière. Elle est à la fois vitale pour les entrées de devises - les recettes du cacao et du café représentent 15 % du PIB du pays - et pour le monde rural, puisqu'un quart de la population vit peu ou prou du cacao.

Le cacao n'est pas la culture de rente la mieux valorisée sur le marché mondial

"Les producteurs, dont 60 % ont plus de 60 ans, ne gagnaient plus leur vie, explique Mamadou Sangafowa Coulibaly, le ministre de l'Agriculture. Ils n'entretenaient plus leurs vergers et se tournaient vers d'autres cultures de rente, alors que le cacao, dont la Côte d'Ivoire assure plus d'un tiers de la production mondiale, demeure une culture économiquement et socialement stratégique."

Fluctuations

Depuis le 31 janvier 2012, une réforme ambitieuse a donc été mise en place : création d'un prix minimum garanti pour le planteur correspondant à 60 % du prix CAF (coût, assurances, fret), ainsi que d'un fonds de réserve pour assurer le versement de ce prix minimum malgré les fluctuations des cours mondiaux ; institution d'un marché à terme géré par l'État et des opérateurs privés, qui stabilise les prix pour les chocolatiers et assure la transparence du marché ; aménagement des pistes pour faciliter le transport des fèves vers les ports d'Abidjan et de San Pedro ; réduction des coûts des intermédiaires, ce qui a permis une baisse de la parafiscalité.

"Lors de la première campagne, nous avons fixé le prix à 725 F CFA [1,10 euro] le kilo et 1 176,059 milliards de F CFA ont été distribués aux producteurs, poursuit le ministre. Pour la deuxième campagne qui commence, ce prix a été fixé à 750 F CFA. Tous les transformateurs vous le confirmeront, l'entretien des vergers s'est amélioré, et avec lui la qualité des fèves, au point que certains n'ont plus besoin de les usiner. La réforme a été un succès. Il faut désormais la consolider et l'étendre à l'anacarde [noix de cajou] et au coton."

Lire aussi :

Côte d'Ivoire : la réforme du cacao reste inachevée

Cacao : le négociant Armajaro boude la Côte d'Ivoire

Dossier agro-industrie : comment l'Afrique peut devenir le grenier de la planète

Rebond

Barry Callebaut, leader mondial des produits à base de cacao et de chocolat de qualité supérieure, confirme que les paysans ont amélioré leurs techniques de fermentation des fèves. "C'est un succès, car une réelle volonté politique a accompagné la mobilisation du secteur privé, estime Laurent Pipitone, directeur de la Division économie et statistiques à l'Organisation internationale du cacao (ICCO).

Deux problèmes avaient alerté les autorités : le travail des enfants dans les plantations et le risque que la désaffection des agriculteurs pour les cacaoyères n'aboutisse à une pénurie de matière première." Ainsi, Barry Callebaut a calculé que, faute d'un rebond de production, il lui manquerait 1 million de tonnes en 2020 pour fabriquer ses beurres et ses poudres. Parvenus aux mêmes conclusions, Cargill ou ADM, ses concurrents, cherchent eux aussi à améliorer l'environnement des planteurs (santé, éducation...) pour les persuader de rester en brousse et d'acquérir de meilleures compétences techniques.

Tout n'est pas parfait pour autant. "On est encore loin de crier victoire, nuance Laurent Pipitone. La population des planteurs ne se renouvelle pas vraiment. Et on assiste au même phénomène au Ghana ou au Vietnam, car le cacao n'est pas la culture de rente la mieux valorisée sur le marché mondial." De fait, les agriculteurs se demandent en permanence s'ils ont intérêt à poursuivre une culture beaucoup plus exigeante que celle de l'hévéa ou du palmier à huile.

Transformation

info JA2768 cacaoReste enfin l'épineuse question de la transformation locale. Le gouvernement souhaiterait que les industriels transforment sur place 50 % des exportations (contre 30 % aujourd'hui) et que les chocolats prêts à la consommation supplantent les produits semi-finis. "D'autant que le marché africain demande à être développé. Nous devons offrir à toute une classe moyenne en expansion un chocolat adapté à ses goûts", indique le ministre de l'Agriculture, qui a inauguré le 19 décembre 2013 à Perpignan (sud-ouest de la France) un laboratoire du chocolatier Cémoi, dont les chercheurs se fixent pour objectif de déterminer les saveurs les mieux adaptées aux palais africains.

En arrière-plan subsiste un conflit fiscal latent. Depuis trente ans, la Côte d'Ivoire favorise les sociétés qui transforment le cacao sur son sol. Alors que le droit unique de sortie différé (DUS) acquitté par les exportateurs de cacao brut est calculé sur le prix rendu CAF à Londres, celui acquitté sur les produits transformés est calculé à partir du prix de sortie d'usine, inférieur de 40 % au précédent.

Le ministre des Finances veut mettre fin à cette subvention qui a privé l'État de dizaine de milliards de F CFA de recettes. Son collègue de l'Agriculture argue que la mesure ne devait durer que cinq ans et qu'elle était uniquement destinée à compenser le traitement de fèves de qualité médiocre. Évidemment, les industriels du chocolat, qui ne veulent pas renoncer à leur avantage, invoquent la valeur ajoutée et les emplois qu'ils procurent au pays. Les négociations se poursuivent, mais sans acrimonie.

Séisme

Un problème d'une tout autre ampleur plane sur le cacao ivoirien. Le Ghana voisin, deuxième producteur mondial, qui conduit une politique monétaire laxiste, profite de son taux de change pour avantager ses produits. Et, notamment, rendre son prix d'achat du cacao plus intéressant que celui de la Côte d'Ivoire, contrainte à la plus stricte orthodoxie monétaire en raison de son appartenance à la zone franc.

Les autorités ivoiriennes pourraient donc légitimement se demander s'il ne serait pas plus avantageux de créer une zone monétaire avec des pays comme le Ghana et le Nigeria, dont l'économie est semblable à la leur. Dans ce nouveau cadre, le cacao ivoirien lutterait à armes égales avec son concurrent ghanéen. Si cette idée venait à s'imposer, la perspective d'une sortie de la Côte d'Ivoire de la zone franc provoquerait un séisme politique à Abidjan, dont les répliques se feraient sentir jusqu'à Paris.

Paris boude-t-il ?

La France serait-elle hantée par le souvenir des deux Sukhoï 25 qui bombardèrent Bouaké le 6 novembre 2004, tuant neuf militaires français - avions en partie financés par des fonds détournés du cacao (et du café) ? Toujours est-il que Paris se hâte lentement pour s'impliquer dans la renaissance de la filière cacaoyère ivoirienne. Certes, par la voix d'Yves Boudot, son directeur Afrique, l'Agence française de développement (AFD), se félicite que "la catastrophe annoncée n'ait pas eu lieu" et que "le monde agricole ivoirien ait fait preuve d'une étonnante résilience".

Le Contrat de désendettement et de développement (C2D) signé entre la France et la Côte d'Ivoire prévoit d'affecter 630 millions d'euros à des projets divers, entre 2012 et 2015, dont 20 % consacrés au monde rural... mais pas directement au cacao. Les crédits iront à l'entretien des pistes, aux semences, aux centres de recherche et aux organisations de producteurs dans les cultures de rente, le caoutchouc et le coton ayant priorité sur le café et le cacao...

A.J.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Finances

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Le dynamisme de la place boursière et du secteur bancaire structuré et efficace de Port louis, capitale de Maurice, inspirent de plus en plus confiance aux investisseurs.

Lire la suite

Infrastructures

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars),...

Lire la suite

Énergie

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Safi Energy a récolté 2,6 milliards de dollars de financement pour construire une centrale électrique au charbon de 1 386 mégawatts dans le sud-ouest du Maroc. Les banques marocaines ont...

Lire la suite

TV

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Port d'Abidjan, poivre du Penja au Cameroun, Sole Rebels en Ethiopie... La nouvelle édition de Réussite, le magazine de "l'Afrique qui gagne", sera diffusée ce vendredi 19 septembre au soir...

Lire la suite

Télécoms

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Trois ans après le départ de Ben Ali, Orange Tunisie est toujours pertubé dans son développement par le contentieux entre l'État tunisien et Marwane Mabrouk, le gendre de l'ex-président et...

Lire la suite

Tunisie

Hakim Ben Hammouda : "Le grand défi reste la relance de l'investissement"

Hakim Ben Hammouda :

Pour le ministre de l'Économie et des Finances tunisien Hakim Ben Hammouda, les prochaines échéances électorales ne doivent pas faire perdre de vue l'objectif de la relance de l'économie par...

Lire la suite

Cameroun

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Douala International Terminal (DIT), le gestionnaire du terminal à conteneurs, vient de mettre ces engins en service au port de Douala pour améliorer les livraisons. En trois mois, la filiale...

Lire la suite

Analyse

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Début septembre bailleurs et investisseurs se sont réunis à Tunis pour tracer les perspectives d'avenir du pays. Son présent, las, n'est guère brillant. Presque tous les indicateurs sont au rouge. La...

Lire la suite

Santé

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Ebola : la Banque mondiale craint

Pour la Banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie d'Ebola (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "réaction de...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Oryx Gaz Côte d’Ivoire a inauguré le 16 septembre un terminal de stockage de gaz d’une capacité de 4 000 mètres cubes à Abidjan. Cette infrastructure, qui a permis de...

Lire la suite

Transport

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

La compagnie de transport luxembourgeoise Cargolux a annoncé une augmentation du tarif appliqué aux livraisons vers et depuis l'Afrique. En cause : l'épidémie d'Ebola, qui imposerait à l'entreprise de déployer...

Lire la suite

Coopération

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La Banque africaine de développement et le Japon ont conclu un prêt concessionnel de 300 millions de dollars pour soutenir le secteur privé africain.

Lire la suite

Finance

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Dans le cadre de ce partenariat entre Orange et Bank of Africa, les clients d'Orange Money et du groupe bancaire panafricain pourront réaliser des mouvements de fonds de leur compte...

Lire la suite

Finance

Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

 Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

Huit ans après son entrée à la Bourse de Casablanca, le fournisseur de services de manutention Mediaco Maroc a déposé une Offre publique de retrait. Une décision qui intervient après...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Total tente à nouveau de vendre ses parts dans le gisement de Usan

Nigeria : Total tente à nouveau de vendre ses parts dans le gisement de Usan

Total a annoncé qu'il mettait de nouveau en vente sa participation dans le gisement pétrolier d'Usan, situé au sein du bloc OML 138 au large du Nigeria. L'accord de cession...

Lire la suite

Mines

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

Scandale de surfacturation, ingérence de l'État, explosion des coûts... Rien ne va plus à la Gécamines, la grande entreprise minière publique du Katanga, qui attend la nomination d'un nouveau dirigeant.  

Lire la suite

Aérien

Air Mauritius au pied du mur

Air Mauritius au pied du mur

Après de sérieuses difficultés financières, Air Mauritius a renoué avec les bénéfices. Sa recette : réduire la voilure vers l'Europe en crise et davantage de liaisons vers l'Inde et la...

Lire la suite

Transparence

Avec Global Witness, les miniers sont sous surveillance

Avec Global Witness, les miniers sont sous surveillance

Depuis Londres, l'ONG fondée en 1993 traque la corruption et met au jour les liens entre filières extractives et conflits meurtriers. La RD Congo est l'un de ses principaux terrains...

Lire la suite

Étude

Les Marocains avides de nouvelles technologies

Les Marocains avides de nouvelles technologies

Les résultats de l'étude menée pour le fabricant américain de microprocesseurs Intel sur le comportement digital des Marocains révèle que plus de 80% d'entre eux possèdent un appareil informatique.

Lire la suite

Burkina-Faso

2iE : les chantiers d'Amadou Maiga

2iE : les chantiers d'Amadou Maiga

À 58 ans, le Malien Amadou Hama Maiga, qui a pris les commandes de l'Institut international de l'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE) à la suite d'une crise aiguë,...

Lire la suite

Santé

Ebola : la mobilisation des bailleurs de fonds s'accélère

Ebola : la mobilisation des bailleurs de fonds s'accélère

La Banque mondiale annonce un don de 105 millions de dollars à destination de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone, les trois pays les plus touchés par...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags