Cacao : les rois se partagent la fève

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

cacaocameroun-afpLe Ghana, deuxième exportateur mondial de cacao, doit sa réussite à une semi-libéralisation de sa production. Un modèle qui force l'admiration de la Côte d'Ivoire... son principal concurrent.

Entre les filières cacaoyères ­ghanéenne et ivoirienne, "il n’y a en définitive qu’une libéralisation d’écart", estime Edward George, directeur de la recherche sur les matières premières agricoles chez Ecobank. En l’occurrence, les institutions de Bretton Woods, Banque mondiale en tête, ont engagé à la fin des années 1990 des réformes aux contenus très différents, voire opposés, chez les deux principaux pays producteurs de la planète, dont les filières étaient alors gérées par des organismes étatiques, la Caisse de stabilisation (Caistab) en Côte d’Ivoire et le Cocoa Board (Cocobod) au Ghana.

Libéralisation(s)

À la même injonction, les deux gouvernements ont répondu chacun à sa manière. "Accra a concédé quelques changements mais, au final, le Cocobod a conservé son rôle prépondérant, tandis qu’Abidjan a accepté de libéraliser et a liquidé la Caistab", résume l’analyste de la banque panafricaine. En un peu plus d’une décennie, le Ghana a doublé sa production, pendant que la Côte d’Ivoire, ravagée par la crise politique, a vu ses volumes progresser lentement. Rien qu’entre 2002 et 2004, après deux années d’une libéralisation brutale, au moment où le pays s’enflammait et que les cours internationaux s’effondraient, les paysans ivoiriens ont ainsi perdu plus de 50 % de leurs revenus.

En plus de la disparition d’un prix d’achat minimum garanti, de l’abandon des services phytosanitaires ainsi que des subventions aux intrants, consécutifs au désengagement des pouvoirs publics, ils sont également soumis à un taux d’imposition pouvant grimper jusqu’à 45 % du prix à l’export, devenant même en 2007, selon une enquête de la Banque mondiale, "les producteurs de cacao les plus taxés au monde". Dans le même temps, les nouveaux organismes de régulation mis en place servent surtout ceux qui sont placés à leur tête. L’opacité règne, et les détournements sont si flagrants que le gouvernement de l’époque n’a d’autre choix que d’emprisonner leurs dirigeants.

Ghana Cacao infoDe l’autre côté de la frontière, "la semi-libéralisation", selon l’expression de l’agronome François Ruf, du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), est beaucoup moins douloureuse pour les planteurs. Toujours en place, le Cocobod a concédé au secteur privé l’achat des fèves auprès des paysans, mais au prix d’achat qu’il continue lui-même de fixer au début de chaque récolte. Il garde également le contrôle total des exportations et de la commercialisation. "La libéralisation au Ghana ne fait que rejoindre la situation que connaissait la Côte d’Ivoire avant la libéralisation", reprend François Ruf. Pour le plus grand bénéfice des producteurs ghanéens, qui, en plus de voir leur pouvoir d’achat augmenter, profitent également d’allègements fiscaux.

Rendements

Salué pour sa bonne gestion, le Cocobod est courtisé par les plus grandes banques internationales, qui n’hésitent pas à lui prêter l’argent dont il a besoin pour acheter la récolte par anticipation. "C’est aujourd’hui l’une des entreprises africaines les plus appréciées des investisseurs, avec la Sonangol, en Angola", confirme Edward George. Grâce à ses moyens financiers, le Cocobod investit dans les services apportés aux paysans, comme la subvention des engrais et pesticides. Surtout, depuis dix ans, il multiplie les programmes de recherches. Les rendements s’améliorent tout comme la qualité des fèves, permettant au Cocobod de proposer des prix d’achat à ses paysans parfois supérieurs de 25 % à ceux en cours en Côte d’Ivoire. Seule l’étape de transformation n’a pas connu d’amélioration notable, les volumes restant compris entre 25 % et 30 % dans les deux pays. "C’est un problème lié aux coûts énergétiques qui font exploser les prix du cacao africain", précise Edward George.

Lire aussi :

Cacao : comment fonctionnent les concurrents de la Côte d'Ivoire ?
Cacao : fini l'anarchie dans la filière ivoirienne
Dossier agro-industrie : comment l'Afrique peut devenir le grenier de la planète

Au final, tous les observateurs s’accordent pour reconnaître que la libéralisation partielle a permis au cacao de redevenir une source stable de revenus pour les planteurs ghanéens. "Les Ivoiriens sont très admiratifs du modèle appliqué chez leurs voisins et n’ont toujours pas digéré la disparition du système administré", constate un négociant présent dans les deux pays.

Soutien aux paysans

La réforme, inaugurée par la présidence ivoirienne lors de la campagne 2012-2013, replace les pouvoirs publics au cœur du système : l’État, par l’intermédiaire du Conseil Café Cacao (CCC), le nouvel organisme paritaire de gestion de la filière, a mis en place un système de vente anticipée par enchères lui permettant de définir un tarif minimum garanti aux planteurs

Il s’est également engagé à plafonner la fiscalité à 22 % et à relancer les programmes de soutien aux paysans et de rénovation végétale des plantations. "Malgré l’absence totale de transparence, le CCC agit en profondeur pour redonner confiance aux planteurs", observe le même négociant. De quoi relancer la concurrence entre deux pays qui fournissent ensemble près de 60 % de la production cacaoyère mondiale.

Questions à Amit Agrawal : "Il faut aider les producteurs"
Vice-président d'Olam Ghana et Afrique de l'Ouest

Présent au Ghana depuis vingt ans, le leader singapourien de l'agroalimentaire a été l'un des premiers à être autorisé à acheter des fèves. Vice-président d'Olam Ghana et Afrique de l'Ouest

Jeune Afrique : Quels sont les points forts de la filière cacao ghanéenne ?

Amit Agrawal : Le pays a confirmé qu'il était bien l'un des principaux producteurs de cacao au monde. Depuis dix ans, il a réussi à améliorer de façon constante ses volumes tout en garantissant de bons prix aux producteurs. Il a surtout poursuivi ses efforts en matière de recherche et développement, ce qui lui permet aujourd'hui de proposer sur le marché des fèves de très bonne qualité. En tant qu'opérateur, nous travaillons également sur un certain nombre d'initiatives pour améliorer les rendements dans les plantations et soutenir ainsi le Cocobod dans ses activités.

Pourriez-vous comparer les secteurs cacaoyers ghanéen et ivoirien ?

Connaissant les contextes historiques, je ne me permettrais pas de comparer. Je peux seulement dire qu'il est essentiel pour les deux filières de pouvoir s'appuyer sur des structures comme le Cocobod et le Conseil Café Cacao, qui assurent aux producteurs un accès à la formation, aux intrants et aux préfinancements, afin de garantir l'amélioration des rendements, de la qualité des fèves et de l'entretien des unités de production.

Quelles sont les autres activités d'Olam et quels sont ses projets au Ghana ?

Le groupe est présent dans le pays depuis 1994 et en est désormais l'un des principaux acteurs agro-industriels. Nous employons plus de 850 personnes dans nos différentes activités, qui vont de la production à la distribution en passant par la transformation, la logistique et la commercialisation. En plus d'être un acteur important dans le secteur du cacao, nous sommes également le premier exportateur de noix de cajou et le premier importateur de riz et d'engrais du pays.

Pour Olam, le Ghana est stratégiquement important, et nos investissements y ont été significatifs ces dernières années. En 2011, nous avons construit une unité de transformation de tomates en sauce et une autre de fabrication de biscuits. En 2012, nous avons inauguré un moulin pour produire de la farine de blé à Tema. Notre objectif est de développer ces équipements pour renforcer notre présence dans le pays.

Propos recueillis par O.C.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Energie

EDF participera à la première centrale à biomasse de Côte d’Ivoire

EDF participera à la première centrale à biomasse de Côte d’Ivoire

EDF s'associe à Sifca pour construire et exploiter une centrale électrique alimentée par les troncs et feuilles de palmiers à huile. Prévue pour 2015 à Aboisso, cette centrale de 46...

Lire la suite

Assurances

AXA et IFC s'allient dans les pays émergents

AXA et IFC s'allient dans les pays émergents

Le géant français de l'assurance AXA noue un partenariat avec la Société financière internationale (IFC), le bras armé de la Banque mondiale pour le secteur privé. Leur ambition : accélérer...

Lire la suite

Reportage TV

Réussite : Aïssatou Cissé, vedette des transports à Abidjan

Réussite : Aïssatou Cissé, vedette des transports à Abidjan

90 employés, une flotte de 40 véhicules et une poigne de fer : voilà les ingrédients de la réussite d'Aïssatou Cissé. À 45 ans, cette Ivoirienne dirige Pendis-CI, l'une des...

Lire la suite

Maroc

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales, devant Port-Louis (Maurice), Moscou, Dublin et...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur les fleurons marocains désormais capables de rivaliser avec les plus grandes multinationales, sur leur marché comme à l'étranger.

Lire la suite

Finance

Les actionnaires d'Afreximbank vont injecter 500 millions de dollars dans son capital

Les actionnaires d'Afreximbank vont injecter 500 millions de dollars dans son capital

Les actionnaires de la Banque africaine d'import-export, réunis au Caire le 20 septembre, ont approuvé une augmentation de capital de 500 millions de dollars, par l'émission de nouvelles actions.

Lire la suite

Santé

Le 3e sommet Inde-Afrique reporté à cause d'Ebola

Le 3e sommet Inde-Afrique reporté à cause d'Ebola

Le 3e sommet Inde-Afrique, prévu pour décembre prochain, a été reporté. En cause : les difficultés logistiques et sanitaires entraînées par l'épidémie d'Ebola.

Lire la suite

Hydrocarbures

Total : l'exploration change de tête

Total : l'exploration change de tête

Kevin McLachlan, auparavant vice-président exploration de la compagnie américaine Murphy Oil, va remplacer Marc Blaizot au poste de directeur exploration de Total. La multinationale française est actuellement sous pression pour...

Lire la suite

Transport maritime

Douala, port de l'angoisse

Douala, port de l'angoisse

L'infrastructure par laquelle transite le commerce du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique est au bord de l'asphyxie. Les opérateurs publics et privés gèrent l'urgence, mais les solutions de...

Lire la suite

Justice

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

Le gendarme boursier américain enquête sur des avantages que la banque d'affaires Goldman Sachs aurait offerts à des dignitaires libyens pour s'attirer les faveurs du fonds souverain Libyan Investment Authority...

Lire la suite

Agro-industrie

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Pour attester de ses bonnes pratiques, le forestier français Rougier a entamé une certification de ses sites en Afrique centrale. Un sésame indispensable pour accéder à certains marchés. Mais ce...

Lire la suite

Entreprise

Le pari gabonais du mauricien IBL

Le pari gabonais du mauricien IBL

Après s'être hissé au rang de deuxième holding du pays, le groupe a fait escale chez ses voisins insulaires, puis mis le cap sur le continent. Destination Kampala et Libreville.

Lire la suite

Capital-investissement

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.

Lire la suite

Gouvernance

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à...

Lire la suite

Automobile

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.

Lire la suite

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il conseille grands patrons et hommes...

Lire la suite

Finances

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Le dynamisme de la place boursière et du secteur bancaire structuré et efficace de Port louis, capitale de Maurice, inspirent de plus en plus confiance aux investisseurs.

Lire la suite

Infrastructures

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars),...

Lire la suite

Énergie

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Safi Energy a récolté 2,6 milliards de dollars de financement pour construire une centrale électrique au charbon de 1 386 mégawatts dans le sud-ouest du Maroc. Les banques marocaines ont...

Lire la suite

TV

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Port d'Abidjan, poivre du Penja au Cameroun, Sole Rebels en Ethiopie... La nouvelle édition de Réussite, le magazine de "l'Afrique qui gagne", sera diffusée ce vendredi 19 septembre au soir...

Lire la suite

Télécoms

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Trois ans après le départ de Ben Ali, Orange Tunisie est toujours pertubé dans son développement par le contentieux entre l'État tunisien et Marwane Mabrouk, le gendre de l'ex-président et...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags