Cacao : les rois se partagent la fève

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

cacaocameroun-afpLe Ghana, deuxième exportateur mondial de cacao, doit sa réussite à une semi-libéralisation de sa production. Un modèle qui force l'admiration de la Côte d'Ivoire... son principal concurrent.

Entre les filières cacaoyères ­ghanéenne et ivoirienne, "il n’y a en définitive qu’une libéralisation d’écart", estime Edward George, directeur de la recherche sur les matières premières agricoles chez Ecobank. En l’occurrence, les institutions de Bretton Woods, Banque mondiale en tête, ont engagé à la fin des années 1990 des réformes aux contenus très différents, voire opposés, chez les deux principaux pays producteurs de la planète, dont les filières étaient alors gérées par des organismes étatiques, la Caisse de stabilisation (Caistab) en Côte d’Ivoire et le Cocoa Board (Cocobod) au Ghana.

Libéralisation(s)

À la même injonction, les deux gouvernements ont répondu chacun à sa manière. "Accra a concédé quelques changements mais, au final, le Cocobod a conservé son rôle prépondérant, tandis qu’Abidjan a accepté de libéraliser et a liquidé la Caistab", résume l’analyste de la banque panafricaine. En un peu plus d’une décennie, le Ghana a doublé sa production, pendant que la Côte d’Ivoire, ravagée par la crise politique, a vu ses volumes progresser lentement. Rien qu’entre 2002 et 2004, après deux années d’une libéralisation brutale, au moment où le pays s’enflammait et que les cours internationaux s’effondraient, les paysans ivoiriens ont ainsi perdu plus de 50 % de leurs revenus.

En plus de la disparition d’un prix d’achat minimum garanti, de l’abandon des services phytosanitaires ainsi que des subventions aux intrants, consécutifs au désengagement des pouvoirs publics, ils sont également soumis à un taux d’imposition pouvant grimper jusqu’à 45 % du prix à l’export, devenant même en 2007, selon une enquête de la Banque mondiale, "les producteurs de cacao les plus taxés au monde". Dans le même temps, les nouveaux organismes de régulation mis en place servent surtout ceux qui sont placés à leur tête. L’opacité règne, et les détournements sont si flagrants que le gouvernement de l’époque n’a d’autre choix que d’emprisonner leurs dirigeants.

Ghana Cacao infoDe l’autre côté de la frontière, "la semi-libéralisation", selon l’expression de l’agronome François Ruf, du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), est beaucoup moins douloureuse pour les planteurs. Toujours en place, le Cocobod a concédé au secteur privé l’achat des fèves auprès des paysans, mais au prix d’achat qu’il continue lui-même de fixer au début de chaque récolte. Il garde également le contrôle total des exportations et de la commercialisation. "La libéralisation au Ghana ne fait que rejoindre la situation que connaissait la Côte d’Ivoire avant la libéralisation", reprend François Ruf. Pour le plus grand bénéfice des producteurs ghanéens, qui, en plus de voir leur pouvoir d’achat augmenter, profitent également d’allègements fiscaux.

Rendements

Salué pour sa bonne gestion, le Cocobod est courtisé par les plus grandes banques internationales, qui n’hésitent pas à lui prêter l’argent dont il a besoin pour acheter la récolte par anticipation. "C’est aujourd’hui l’une des entreprises africaines les plus appréciées des investisseurs, avec la Sonangol, en Angola", confirme Edward George. Grâce à ses moyens financiers, le Cocobod investit dans les services apportés aux paysans, comme la subvention des engrais et pesticides. Surtout, depuis dix ans, il multiplie les programmes de recherches. Les rendements s’améliorent tout comme la qualité des fèves, permettant au Cocobod de proposer des prix d’achat à ses paysans parfois supérieurs de 25 % à ceux en cours en Côte d’Ivoire. Seule l’étape de transformation n’a pas connu d’amélioration notable, les volumes restant compris entre 25 % et 30 % dans les deux pays. "C’est un problème lié aux coûts énergétiques qui font exploser les prix du cacao africain", précise Edward George.

Lire aussi :

Cacao : comment fonctionnent les concurrents de la Côte d'Ivoire ?
Cacao : fini l'anarchie dans la filière ivoirienne
Dossier agro-industrie : comment l'Afrique peut devenir le grenier de la planète

Au final, tous les observateurs s’accordent pour reconnaître que la libéralisation partielle a permis au cacao de redevenir une source stable de revenus pour les planteurs ghanéens. "Les Ivoiriens sont très admiratifs du modèle appliqué chez leurs voisins et n’ont toujours pas digéré la disparition du système administré", constate un négociant présent dans les deux pays.

Soutien aux paysans

La réforme, inaugurée par la présidence ivoirienne lors de la campagne 2012-2013, replace les pouvoirs publics au cœur du système : l’État, par l’intermédiaire du Conseil Café Cacao (CCC), le nouvel organisme paritaire de gestion de la filière, a mis en place un système de vente anticipée par enchères lui permettant de définir un tarif minimum garanti aux planteurs

Il s’est également engagé à plafonner la fiscalité à 22 % et à relancer les programmes de soutien aux paysans et de rénovation végétale des plantations. "Malgré l’absence totale de transparence, le CCC agit en profondeur pour redonner confiance aux planteurs", observe le même négociant. De quoi relancer la concurrence entre deux pays qui fournissent ensemble près de 60 % de la production cacaoyère mondiale.

Questions à Amit Agrawal : "Il faut aider les producteurs"
Vice-président d'Olam Ghana et Afrique de l'Ouest

Présent au Ghana depuis vingt ans, le leader singapourien de l'agroalimentaire a été l'un des premiers à être autorisé à acheter des fèves. Vice-président d'Olam Ghana et Afrique de l'Ouest

Jeune Afrique : Quels sont les points forts de la filière cacao ghanéenne ?

Amit Agrawal : Le pays a confirmé qu'il était bien l'un des principaux producteurs de cacao au monde. Depuis dix ans, il a réussi à améliorer de façon constante ses volumes tout en garantissant de bons prix aux producteurs. Il a surtout poursuivi ses efforts en matière de recherche et développement, ce qui lui permet aujourd'hui de proposer sur le marché des fèves de très bonne qualité. En tant qu'opérateur, nous travaillons également sur un certain nombre d'initiatives pour améliorer les rendements dans les plantations et soutenir ainsi le Cocobod dans ses activités.

Pourriez-vous comparer les secteurs cacaoyers ghanéen et ivoirien ?

Connaissant les contextes historiques, je ne me permettrais pas de comparer. Je peux seulement dire qu'il est essentiel pour les deux filières de pouvoir s'appuyer sur des structures comme le Cocobod et le Conseil Café Cacao, qui assurent aux producteurs un accès à la formation, aux intrants et aux préfinancements, afin de garantir l'amélioration des rendements, de la qualité des fèves et de l'entretien des unités de production.

Quelles sont les autres activités d'Olam et quels sont ses projets au Ghana ?

Le groupe est présent dans le pays depuis 1994 et en est désormais l'un des principaux acteurs agro-industriels. Nous employons plus de 850 personnes dans nos différentes activités, qui vont de la production à la distribution en passant par la transformation, la logistique et la commercialisation. En plus d'être un acteur important dans le secteur du cacao, nous sommes également le premier exportateur de noix de cajou et le premier importateur de riz et d'engrais du pays.

Pour Olam, le Ghana est stratégiquement important, et nos investissements y ont été significatifs ces dernières années. En 2011, nous avons construit une unité de transformation de tomates en sauce et une autre de fabrication de biscuits. En 2012, nous avons inauguré un moulin pour produire de la farine de blé à Tema. Notre objectif est de développer ces équipements pour renforcer notre présence dans le pays.

Propos recueillis par O.C.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Candidats à la présidence de la BAD

Ato Sufian Ahmed : "Il faut rendre la BAD plus réactive dans la gestion des dossiers"

Ato Sufian Ahmed :

Puisqu'il est parvenu en vingt ans à redresser l'économie de son pays, le grand argentier éthiopien estime pouvoir agir en faveur de la modernisation de la gestion de la Banque...

Lire la suite

Innovation

Orange lance la 5e édition du prix de l'entrepreneur social en Afrique

Orange lance la 5e édition du prix de l'entrepreneur social en Afrique

Orange a lancé l'appel à candidatures de l'édition 2015 du prix de l'entrepreneur social en Afrique, qui récompense chaque année des projets visant à promouvoir le développement du continent africain...

Lire la suite

Institutions

Quand la Banque mondiale tombe de son piédestal

Quand la Banque mondiale tombe de son piédestal

C'est une première depuis sa création : l'agence de l'ONU est concurrencée sur la scène internationale. Face à de nouvelles alternatives venues des pays émergents comme la Banque asiatique d'investissement...

Lire la suite

Energie

Maroc : Acwa Power a bouclé le financement des centrales solaires Noor II et Noor III

Maroc : Acwa Power a bouclé le financement des centrales solaires Noor II et Noor III

L'Agence marocaine pour l'énergie solaire et son partenaire, le saoudien Acwa Power, indiquent avoir bouclé le financement nécessaire pour la construction des complexes Noor II et Noor III. D'un coût...

Lire la suite

Agroalimentaire

Huile de table : Lesieur Cristal monte en gamme pour conforter sa position au Maroc

Huile de table : Lesieur Cristal monte en gamme pour conforter sa position au Maroc

Lesieur Cristal améliore son produit-phare pour conforter, dans un marché peu dynamique, son statut de leader marocain de l'huile de table. Une petite "révolution" pour l'entreprise qui vise aussi à...

Lire la suite

Entreprises

Côte d'Ivoire : le plan Phoenix pour les PME est-il menacé ?

Côte d'Ivoire : le plan Phoenix pour les PME est-il menacé ?

Jean-Louis Billon a perdu les portefeuilles de l'artisanat et des PME lors du dernier remaniement gouvernemental en Côte d'Ivoire. Qu'adviendra-t-il du plan Phoenix pour les PME qu'il a initié ?

Lire la suite

Automobile

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par an. Probablement à Tanger.

Lire la suite

Transparence

Minerais de sang : le Parlement européen adopte des mesures contraignantes

Minerais de sang : le Parlement européen adopte des mesures contraignantes

Les députés européens ont voté en faveur d'un texte soumettant les importateurs de métaux précieux à s'assurer qu'ils ne proviennent pas de l'exploitation illicite de mines dans des zones en...

Lire la suite

Automobile

Le distributeur Soeximex dopé par le Sénégal

Le distributeur Soeximex dopé par le Sénégal

Le groupe français prospère dans l'ombre de son concurrent CFAO. Notamment grâce à son partenariat exclusif avec La Sénégalaise de l'Automobile au pays de la Teranga.

Lire la suite

Infrastructures

L'émirati Enoc s'ancre dans le port de Berbera

L'émirati Enoc s'ancre dans le port de Berbera

Emirates National Oil Company est bien partie pour remporter le contrat de gestion du terminal pétrolier du port de Berbera, au Somaliland, selon les informations recueillies par "Jeune Afrique".

Lire la suite

Coopération

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

À l'occasion de la visite du roi du Maroc au Sénégal, les gouvernements sénégalais et marocain ont signé jeudi, à Dakar, treize accords dans divers domaines dont les douanes, l'industrie,...

Lire la suite

Candidats à la présidence de la BAD

Jaloul Ayed : "La BAD n'a jamais été dirigée par un vrai banquier comme moi"

Jaloul Ayed :

Pour cet ex-membre du gouvernement Essebsi, entre la direction de grands établissements bancaires internationaux et la présidence de la Banque africaine de développement, il n'y a qu'un pas.

Lire la suite

Agroalimentaire

Jus de fruits : NCA-Rouiba maintient sa position de leader en Algérie

Jus de fruits : NCA-Rouiba maintient sa position de leader en Algérie

Sur un marché en perte de vitesse et de plus en plus concurrentiel, l'entreprise de boissons les Nouvelles conserveries algériennes (NCA-Rouiba) enregistre une croissance de 17 % de son chiffre...

Lire la suite

Conjoncture

Afrique subsaharienne : Moody's maintient ses perspectives en 2015

Afrique subsaharienne : Moody's maintient ses perspectives en 2015

Des dix-sept États d'Afrique subsaharienne évalués par Moody's, seuls l'Angola et le Ghana ont des notes accompagnées de perspectives négatives. L'agence de notation s'inquiète néanmoins des politiques économiques pro-cycliques adoptées...

Lire la suite

Environnement

Pêche illégale : le chinois CNFC mis en cause en Afrique de l'Ouest

Pêche illégale : le chinois CNFC mis en cause en Afrique de l'Ouest

Après une enquête de deux ans, l'ONG Greepeace dénonce l'implication de groupes chinois, notamment l'entreprise publique China National Fisheries Corporation (CNFC), dans la pêche illégale en Afrique.

Lire la suite

Énergie

Côte d'Ivoire : le prix de l'électricité augmente, les consommateurs grognent

Côte d'Ivoire : le prix de l'électricité augmente, les consommateurs grognent

Le prix de l'électricité va augmenter en Côte d'Ivoire à partir du 1er juin. Les consommateurs, mécontents, craignent que cette hausse ne se répercute sur le prix des produits de...

Lire la suite

Énergie

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au projet. Mais, même si l'initiative...

Lire la suite

Coopération

Infrastructures : la BEI prête 300 millions d'euros à Madagascar

Infrastructures : la BEI prête 300 millions d'euros à Madagascar

La Banque européenne d'investissement a accordé un prêt de 300 millions d'euros à Madagascar. Ces ressources serviront à la réhabilitation des infrastructures de transport et d'énergie ainsi qu'à la réparation...

Lire la suite

Matières premières

Marchés mondiaux : en 2015, le "Cyclope" broie du noir

Marchés mondiaux : en 2015, le

Le rapport annuel du cercle Cyclope, intitulé "Pour qui sonne le glas", pointe la tendance baissière des grands marchés dans un monde marqué par l'instabilité.

Lire la suite

Environnement

Climat : la course contre la montre de Hela Cheikhrouhou

Climat : la course contre la montre de Hela Cheikhrouhou

Ex-membre de la Banque africaine de développement, cette Tunisienne a pris la tête du Fonds vert de l'ONU. Une structure qui, avec 10 milliards de dollars, doit faire ses preuves...

Lire la suite

Coopération

Le FMI proroge de six mois son programme d'aide à la Tunisie

Le FMI proroge de six mois son programme d'aide à la Tunisie

Le FMI a prolongé de six mois la durée de son programme de soutien à la Tunisie. L'accord de financement, d'une valeur totale de 1,75 milliard de dollars, approuvé en...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags