Le parlement nigérian vote une résolution enjoignant Shell à payer une amende de 4 milliards de dollars pour pollution.
Glencore et Fleurette investissent dans les infrastructures hydroélectriques de la RD Congo.
Assurances : Axa va faire son entrée sur le marché nigérian.
Airtel lance son premier réseau 4G en Afrique, aux Seychelles.

Cacao : les rois se partagent la fève

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

cacaocameroun-afpLe Ghana, deuxième exportateur mondial de cacao, doit sa réussite à une semi-libéralisation de sa production. Un modèle qui force l'admiration de la Côte d'Ivoire... son principal concurrent.

Entre les filières cacaoyères ­ghanéenne et ivoirienne, "il n’y a en définitive qu’une libéralisation d’écart", estime Edward George, directeur de la recherche sur les matières premières agricoles chez Ecobank. En l’occurrence, les institutions de Bretton Woods, Banque mondiale en tête, ont engagé à la fin des années 1990 des réformes aux contenus très différents, voire opposés, chez les deux principaux pays producteurs de la planète, dont les filières étaient alors gérées par des organismes étatiques, la Caisse de stabilisation (Caistab) en Côte d’Ivoire et le Cocoa Board (Cocobod) au Ghana.

Libéralisation(s)

À la même injonction, les deux gouvernements ont répondu chacun à sa manière. "Accra a concédé quelques changements mais, au final, le Cocobod a conservé son rôle prépondérant, tandis qu’Abidjan a accepté de libéraliser et a liquidé la Caistab", résume l’analyste de la banque panafricaine. En un peu plus d’une décennie, le Ghana a doublé sa production, pendant que la Côte d’Ivoire, ravagée par la crise politique, a vu ses volumes progresser lentement. Rien qu’entre 2002 et 2004, après deux années d’une libéralisation brutale, au moment où le pays s’enflammait et que les cours internationaux s’effondraient, les paysans ivoiriens ont ainsi perdu plus de 50 % de leurs revenus.

En plus de la disparition d’un prix d’achat minimum garanti, de l’abandon des services phytosanitaires ainsi que des subventions aux intrants, consécutifs au désengagement des pouvoirs publics, ils sont également soumis à un taux d’imposition pouvant grimper jusqu’à 45 % du prix à l’export, devenant même en 2007, selon une enquête de la Banque mondiale, "les producteurs de cacao les plus taxés au monde". Dans le même temps, les nouveaux organismes de régulation mis en place servent surtout ceux qui sont placés à leur tête. L’opacité règne, et les détournements sont si flagrants que le gouvernement de l’époque n’a d’autre choix que d’emprisonner leurs dirigeants.

Ghana Cacao infoDe l’autre côté de la frontière, "la semi-libéralisation", selon l’expression de l’agronome François Ruf, du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), est beaucoup moins douloureuse pour les planteurs. Toujours en place, le Cocobod a concédé au secteur privé l’achat des fèves auprès des paysans, mais au prix d’achat qu’il continue lui-même de fixer au début de chaque récolte. Il garde également le contrôle total des exportations et de la commercialisation. "La libéralisation au Ghana ne fait que rejoindre la situation que connaissait la Côte d’Ivoire avant la libéralisation", reprend François Ruf. Pour le plus grand bénéfice des producteurs ghanéens, qui, en plus de voir leur pouvoir d’achat augmenter, profitent également d’allègements fiscaux.

Rendements

Salué pour sa bonne gestion, le Cocobod est courtisé par les plus grandes banques internationales, qui n’hésitent pas à lui prêter l’argent dont il a besoin pour acheter la récolte par anticipation. "C’est aujourd’hui l’une des entreprises africaines les plus appréciées des investisseurs, avec la Sonangol, en Angola", confirme Edward George. Grâce à ses moyens financiers, le Cocobod investit dans les services apportés aux paysans, comme la subvention des engrais et pesticides. Surtout, depuis dix ans, il multiplie les programmes de recherches. Les rendements s’améliorent tout comme la qualité des fèves, permettant au Cocobod de proposer des prix d’achat à ses paysans parfois supérieurs de 25 % à ceux en cours en Côte d’Ivoire. Seule l’étape de transformation n’a pas connu d’amélioration notable, les volumes restant compris entre 25 % et 30 % dans les deux pays. "C’est un problème lié aux coûts énergétiques qui font exploser les prix du cacao africain", précise Edward George.

Lire aussi :

Cacao : comment fonctionnent les concurrents de la Côte d'Ivoire ?
Cacao : fini l'anarchie dans la filière ivoirienne
Dossier agro-industrie : comment l'Afrique peut devenir le grenier de la planète

Au final, tous les observateurs s’accordent pour reconnaître que la libéralisation partielle a permis au cacao de redevenir une source stable de revenus pour les planteurs ghanéens. "Les Ivoiriens sont très admiratifs du modèle appliqué chez leurs voisins et n’ont toujours pas digéré la disparition du système administré", constate un négociant présent dans les deux pays.

Soutien aux paysans

La réforme, inaugurée par la présidence ivoirienne lors de la campagne 2012-2013, replace les pouvoirs publics au cœur du système : l’État, par l’intermédiaire du Conseil Café Cacao (CCC), le nouvel organisme paritaire de gestion de la filière, a mis en place un système de vente anticipée par enchères lui permettant de définir un tarif minimum garanti aux planteurs

Il s’est également engagé à plafonner la fiscalité à 22 % et à relancer les programmes de soutien aux paysans et de rénovation végétale des plantations. "Malgré l’absence totale de transparence, le CCC agit en profondeur pour redonner confiance aux planteurs", observe le même négociant. De quoi relancer la concurrence entre deux pays qui fournissent ensemble près de 60 % de la production cacaoyère mondiale.

Questions à Amit Agrawal : "Il faut aider les producteurs"
Vice-président d'Olam Ghana et Afrique de l'Ouest

Présent au Ghana depuis vingt ans, le leader singapourien de l'agroalimentaire a été l'un des premiers à être autorisé à acheter des fèves. Vice-président d'Olam Ghana et Afrique de l'Ouest

Jeune Afrique : Quels sont les points forts de la filière cacao ghanéenne ?

Amit Agrawal : Le pays a confirmé qu'il était bien l'un des principaux producteurs de cacao au monde. Depuis dix ans, il a réussi à améliorer de façon constante ses volumes tout en garantissant de bons prix aux producteurs. Il a surtout poursuivi ses efforts en matière de recherche et développement, ce qui lui permet aujourd'hui de proposer sur le marché des fèves de très bonne qualité. En tant qu'opérateur, nous travaillons également sur un certain nombre d'initiatives pour améliorer les rendements dans les plantations et soutenir ainsi le Cocobod dans ses activités.

Pourriez-vous comparer les secteurs cacaoyers ghanéen et ivoirien ?

Connaissant les contextes historiques, je ne me permettrais pas de comparer. Je peux seulement dire qu'il est essentiel pour les deux filières de pouvoir s'appuyer sur des structures comme le Cocobod et le Conseil Café Cacao, qui assurent aux producteurs un accès à la formation, aux intrants et aux préfinancements, afin de garantir l'amélioration des rendements, de la qualité des fèves et de l'entretien des unités de production.

Quelles sont les autres activités d'Olam et quels sont ses projets au Ghana ?

Le groupe est présent dans le pays depuis 1994 et en est désormais l'un des principaux acteurs agro-industriels. Nous employons plus de 850 personnes dans nos différentes activités, qui vont de la production à la distribution en passant par la transformation, la logistique et la commercialisation. En plus d'être un acteur important dans le secteur du cacao, nous sommes également le premier exportateur de noix de cajou et le premier importateur de riz et d'engrais du pays.

Pour Olam, le Ghana est stratégiquement important, et nos investissements y ont été significatifs ces dernières années. En 2011, nous avons construit une unité de transformation de tomates en sauce et une autre de fabrication de biscuits. En 2012, nous avons inauguré un moulin pour produire de la farine de blé à Tema. Notre objectif est de développer ces équipements pour renforcer notre présence dans le pays.

Propos recueillis par O.C.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Pêche

Mauritanie : plein d'arêtes dans le poisson

Mauritanie : plein d'arêtes dans le poisson

L'accord de 2013 avec l'Union européenne garantit la pérennité des ressources halieutiques tout en protégeant les intérêts des pêcheurs locaux. Sa renégociation donne lieu à d'âpres discussions.

Lire la suite

Transport

CMA CGM renforce ses services de liaison maritime entre l'Afrique de l'Est et l'Asie

CMA CGM renforce ses services de liaison maritime entre l'Afrique de l'Est et l'Asie

Le groupe CMA CGM a annoncé la création de deux nouveaux services : ASEA Kenya et ASEA Tanzanie. Ils permettront de renforcer les liaisons maritimes entre l'Afrique de l'Est et...

Lire la suite

Hydrocarbures

Une Nigériane devient la première femme à présider l'Opep

Une Nigériane devient la première femme à présider l'Opep

La ministre nigériane des Ressources pétrolières, Diezani Alison-Madueke, est devenue la première femme nommée à la présidence tournante de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont la création remonte...

Lire la suite

Industrie

Burkina Faso : le gouvernement de transition veut faire le ménage dans le secteur minier

Burkina Faso : le gouvernement de transition veut faire le ménage dans le secteur minier

Le Burkina Faso compte procéder à un réexamen des permis d'exploration minière concédés sous la présidence de Blaise Compaoré.

Lire la suite

Assurances

Axa fait son entrée sur le marché nigérian

Axa fait son entrée sur le marché nigérian

Axa, leader mondial de l'assurance, renforce son empreinte africaine en s'offrant pour 198 millions d'euros 77 % de Mansard Insurance, quatrième assureur du Nigeria. L'opération intervient quelques jours après l'arrivée...

Lire la suite

Développement

Rolf Traeger : "Éradiquer l'extrême pauvreté et la faim avant 2030 est ambitieux mais reste possible"

Rolf Traeger :

Dans un nouveau rapport, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement tente de comprendre les raisons des contreperformances des Pays les moins avancés (PMA) dans la...

Lire la suite

Consommation

SABMiller et Coca-Cola créent une société commune en Afrique

SABMiller et Coca-Cola créent une société commune en Afrique

Les deux géants des boissons vont créer une société commune, appelée Coca-Cola Beverages Africa, dont le chiffre d'affaires attendu s'élève à 2,9 milliards de dollars.

Lire la suite

Social

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).

Lire la suite

Banque

Maroc : le parlement adopte définitivement la loi sur les banques islamiques

Maroc : le parlement adopte définitivement la loi sur les banques islamiques

Les députés marocains ont finalement adopté le projet de loi autorisant la création de banques islamiques et l'émission par les entreprises privées d'obligations conformes à la charia.

Lire la suite

Tendance

Télécoms : l'essor contrarié des opérateurs virtuels

Télécoms : l'essor contrarié des opérateurs virtuels

S'ils ont connu un développement fulgurant en Europe, aux États-Unis et en Asie, les opérateurs virtuels peinent à percer sur le continent.

Lire la suite

Matières premières

Mauritanie : santé de fer ou petite mine ?

Mauritanie : santé de fer ou petite mine ?

La Société nationale industrielle et minière (Snim) voit grand. Mais la chute de 40 % des cours du minerai pourrait la contraindre à revoir ses ambitions à la baisse.

Lire la suite

Industrie

Cevital retenu pour la reprise de l'aciériste italien Lucchini

Cevital retenu pour la reprise de l'aciériste italien Lucchini

Cevital a été retenu pour la reprise des aciéries Lucchini de Piombino, n° 2 en Italie. Le groupe algérien a présenté un programme d'investissements de l'ordre de 400 millions d'euros,...

Lire la suite

Grande distribution

Carrefour fait son retour en Algérie

Carrefour fait son retour en Algérie

Cinq ans après l'échec d'une précédente implantation, la marque Carrefour fait son retour en Algérie et prépare l'ouverture d'un hypermarché en mars prochain à Alger.

Lire la suite

Conjoncture

Le Cameroun table sur 6,3 % de croissance en 2015

Le Cameroun table sur 6,3 % de croissance en 2015

Le premier ministre Philemon Yang l'a annoncé le 25 novembre lors de la présentation des perspectives économiques à l'Assemblée. En hausse de 13 %, le budget du prochain exercice s'établit...

Lire la suite

E-Commerce

Jumia lève 120 millions d'euros

Jumia lève 120 millions d'euros

En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.

Lire la suite

Finance

Nigeria : la Banque centrale dévalue le naira

Nigeria : la Banque centrale dévalue le naira

La Banque centrale du Nigeria a modifié la parité du naira avec le dollar américain. Cette dévaluation intervient alors que le pays subit de plein fouet la baisse des cours...

Lire la suite

E-Commerce

Jumia lève 120 millions d'euros

Jumia lève 120 millions d'euros

En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.

Lire la suite

Consumer

CFAO lance cinq enseignes internationales en Afrique

CFAO lance cinq enseignes internationales en Afrique

La Grande Récré, L’Occitane en Provence, Cache Cache, Bonobo et Kaporal seront présents dans les centres commerciaux que CFAO développe dans huit pays subsahariens. Premier élu : la Côte d’Ivoire...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans "Jeune Afrique"

Cette semaine dans

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur la stratégie du réseau social mondial Facebook sur le continent.

Lire la suite

Finance

Mauritanie : une BIM en plein boom

Mauritanie : une BIM en plein boom

Elle n'a que trois années d'existence. Mais déjà, la Banque islamique de Mauritanie s'est fait une place dans le paysage bancaire national. Sa recette ? Des services pratiques et, surtout,...

Lire la suite

Étude

Moody's : "L'Afrique subsaharienne est vulnérable au ralentissement de la croissance chinoise"

Moody's :

Les pays d'Afrique subsaharienne ont bénéficié de l'accroissement des liens commerciaux avec la Chine. Selon l'agence de notation Moody's, ils se retrouvent par conséquent plus exposés au ralentissement de la...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags