L'assureur sud-africain Sanlam va acquérir 51% du malaysien MCIS Zurich Insurance Berhad pour environ 119 millions de dollars.

La Banque mondiale réaffirme son engagement en faveur des États fragiles

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Makhtar Diop est vice-président pour l'Afrique de la Banque mondiale. DRMakhtar Diop est vice-président pour l'Afrique de la Banque mondiale.

 

La semaine prochaine, j’accompagnerai Jim Yong Kim, le président du groupe de la Banque mondiale, et Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations unies, lors d’une visite historique dans la région des Grands Lacs. L’objectif de ce voyage est de réfléchir avec les leaders africains à des solutions durables afin d’aider les populations de la région à prospérer. Cette visite est importante pour deux raisons : tout d’abord, elle signale une nouvelle ère pour les institutions internationales de développement qui s’engagent à promouvoir ensemble la stabilité ; enfin, elle signale aux citoyens des pays en situation de fragilité ou de conflit notre volonté de faire en sorte que ces pays ne restent pas à la traîne.

De nombreux pays du monde ont des difficultés aujourd’hui, exacerbées par la guerre ou un conflit politique, à se reconstruire et à sortir leurs populations de la pauvreté. Ces pays sont appelés « les États fragiles ». Il s’agit de nations comportant des systèmes de santé et d’éducation médiocres, peu ou pas d’électricité, des institutions désorganisées ou affaiblies et, dans de nombreux cas, aucun gouvernement fonctionnel. En Afrique, 18 des 48 pays de la sous-région sont considérés comme fragiles, six d’entre eux étant dans une situation nécessitant la présence sur leur territoire de forces de maintien de la paix des Nations unies, de l’OTAN ou de l’Union africaine.

Nous savons que les conflits politiques sont nocifs au développement. Ils détruisent les réseaux routiers, limitant ainsi le commerce transfrontalier et régional. Ils forcent les populations à fuir leurs domiciles et à abandonner leurs récoltes et leurs moyens de subsistance. Ils vandalisent les communautés et détruisent les institutions comme les systèmes de soins de santé, coupent l’accès aux services essentiels et laissent les travailleurs sans emploi et sans rémunération. Ils réduisent aussi l’espoir et la motivation de millions de jeunes Africains qui sortent chaque année du lycée et de l’université à la recherche d’un emploi mais n’en trouvent pas et finissent par se décourager.

Les Africains ne sont pas différents des autres populations du monde. Nous redoutons la guerre et les massacres, et pourtant nous en souffrons gravement depuis des années. Les motifs des conflits sont principalement économiques : trop peu de terres et d’eau, trop peu d’emplois et une pauvreté persistante. Pour prévenir et atténuer les conflits à venir, il s’agira de gérer les précieuses ressources pour le compte des populations, et non à leurs dépens, par l’intermédiaire d’une production agricole grandement améliorée et de politiques saines mettant l’accent sur le partage des richesses engendrées par les ressources naturelles avec tous les citoyens.

Tout comme les conflits sont nocifs au développement, je suis fermement convaincu que le développement constitue la réponse aux conflits.

Les États fragiles ne devraient pas être considérés comme un problème à résoudre, mais plutôt comme la solution pour stimuler la croissance et réduire considérablement la pauvreté sur l’ensemble du continent. Ces pays (comme par exemple la République démocratique du Congo (RDC), la Guinée, le Libéria, le Soudan du Sud et de nombreux autres) abritent certaines des ressources naturelles les plus précieuses au monde : le bois, le minerai de fer, les diamants et l’hydroélectricité. La RDC, souvent appelée le château d’eau de l’Afrique, contient la moitié des ressources hydriques du continent, un atout époustouflant.

J’encourage fortement les investisseurs institutionnels d’Europe et des États-Unis, qui connaissent actuellement des retours très modestes sur leurs portefeuilles domestiques, à se tourner vers l’Afrique, et particulièrement ses États fragiles, afin de tripler, voire quadrupler, leurs retours annuels. Par exemple, je leur conseillerais d’investir dans l’énergie en Guinée, en RDC ou au Cameroun. Cela aiderait à alimenter en électricité des pays qui cherchent désespérément à oublier leur passé tumultueux afin de pouvoir croître et prospérer. Seulement un Africain sur trois a accès à l’électricité chez lui et, quand tel est le cas, il paye trois à quatre fois plus que ses homologues américains ou européens.

Investir dans le développement des secteurs de l’énergie et de l’alimentaire en Afrique aidera le continent à se transformer et permettra à ses pays anciennement déchirés par la guerre de bénéficier eux aussi des fruits de la croissance rapide dont fait l’expérience l’ensemble du continent. 

Lors d’une discussion récente sur les mesures à prendre pour arrêter les conflits, réduire la fragilité et mettre fin à la pauvreté, le ministre des Finances du Libéria, Amara Konneh, a déclaré : « L’objectif d’éradication de la pauvreté extrême ne sera pas atteint si nous ignorons les États fragiles. » À la Banque mondiale, nous n’avons aucune intention de les ignorer. Nous sommes en train de changer notre manière de fonctionner afin de trouver des solutions de développement créatives à la fragilité.

Nous sommes en train de changer notre manière de fonctionner afin de trouver des solutions de développement créatives à la fragilité.

Au sein du Groupe de la Banque mondiale, un nouveau pôle sur les conflits internationaux, la sécurité et le développement a été ouvert l’année dernière à Nairobi, au Kenya, spécifiquement à cette fin. Ces jours-ci, nous collaborons étroitement avec le secteur privé de chaque pays afin d’appuyer l’amélioration des politiques facilitant les transactions commerciales en aidant les capitaines des industries locales à se concentrer sur ce qu’ils font de mieux. Nous mobilisons nos partenaires internationaux pour qu’ils soutiennent les pays qui essaient d’améliorer leur gouvernance, mais qui rencontrent des difficultés du fait d’une dette accablante. Il y a deux semaines, au Royaume-Uni, j’ai vivement encouragé les donateurs à aider à accélérer le processus d’annulation de la dette de la Somalie et à contribuer ainsi à la reconstruction du pays.

Nous soutenons également des projets régionaux susceptibles de transformer la vie des populations sur de grandes étendues du continent, et non pas que dans un seul pays. En Afrique centrale, le Projet d’énergie hydraulique de Lom Pangar aidera à fournir une énergie renouvelable à la population du Cameroun. Le pays sera ensuite en mesure de partager cette électricité avec ses voisins. En République démocratique du Congo, le projet Inga 3 fournira 2 000 mégawatts d’électricité fiable aux ménages du pays, alors que seulement 10 % d’entre eux disposent à l’heure actuelle d’électricité. Il développera également la capacité du pays à exporter de l’électricité vers la majorité du continent africain. Et le Projet du bassin du fleuve Niger stimulera la production agricole et améliorera l’irrigation afin que la population du Sahel dispose de suffisamment d’aliments nutritifs à consommer, éventuellement à vendre, et puisse élever des familles en meilleure santé, mieux instruites, et prospères.

Lors de ma toute prochaine visite en République du Congo, je prendrai part à des discussions sur le développement dans ce pays anciennement déchiré par la guerre, et évaluerai de quelle façon la Banque mondiale pourrait intensifier son assistance au développement afin de mieux aider les familles pauvres et vulnérables du pays à sortir de la pauvreté et à avoir davantage d’opportunités.  

Le taux de croissance économique du Congo est l’un des plus forts d’Afrique, mais la réduction de la pauvreté a été lente au cours des cinq dernières années. De nombreux Congolais vivent dans la pauvreté, et le chômage et les inégalités sociales restent considérablement élevés. La Banque mondiale collabore actuellement avec la République du Congo sur la manière d’utiliser ses importantes recettes pétrolières afin de stimuler une croissance non pétrolière élargie qui produirait des emplois, particulièrement pour les jeunes du pays, et permettrait à tous les Congolais de sortir d’une pauvreté abjecte et d’espérer un avenir meilleur.

Mon engagement envers les pays africains est que nous ne nous détournerons jamais des États fragiles.

 

Le message que je transmettrai à tous ceux que je rencontrerai lors de mon voyage en République du Congo, ainsi qu’aux autres citoyens africains des nations fragiles et affectées par des conflits, sera que nous ne les abandonnerons jamais. Nous n’ignorerons pas leurs demandes en invoquant le prétexte que la tâche est trop ardue.

Nous ne pourrons simplement pas atteindre l’objectif que nous nous sommes fixés d’éliminer l’extrême pauvreté en une génération et de promouvoir une croissance partagée si nous n’aidons pas les populations dans les États fragiles et affectés par des conflits. Car ce sont eux qui ont le plus besoin de nous.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Construction

Hôtellerie : Mangalis a foi en ses étoiles

Hôtellerie : Mangalis a foi en ses étoiles

Le groupe hôtelier Mangalis, filiale de Teyliom, lance Yass, son enseigne économique et redéfinit la place de ses marques Seen et Noom dans la gamme.

Lire la suite

Commerce extérieur

Algérie : nouveau recul de l'excédent commercial de l'Algérie

Algérie : nouveau recul de l'excédent commercial de l'Algérie

L'excédent commercial de l'Algérie a chuté de 22,6% au premier trimestre 2014, s'établissant à 2,6 milliards de dollars, contre 3,36 milliards au premier trimestre de l'année écoulée, rapporte l'agence de...

Lire la suite

Industrie pharmaceutique

Côte d'Ivoire : Cauris entre au capital de Cipharm

Côte d'Ivoire : Cauris entre au capital de Cipharm

Le fonds Cauris Croissance II a investi 2 milliards de F CFA dans la société ivoirienne Cipharm. Cet investissement, qui prend la forme d'une prise de participation minoritaire et d'un...

Lire la suite

Aérien

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent séduire les ministres des Transports...

Lire la suite

Mines

Afrique du Sud : Anglo American prépare sa sortie du platine

Afrique du Sud : Anglo American prépare sa sortie du platine

Le holding britannique Anglo American prépare le terrain pour sa sortie du secteur du platine en Afrique du Sud, rapporte le "Financial Times". Des discussions sont actuellement en cours avec...

Lire la suite

Santé

Saham passe au bistouri

Saham passe au bistouri

Le groupe privé marocain jette son dévolu sur un secteur très porteur : les cliniques. Une activité complémentaire de son pôle assurance.

Lire la suite

Entreprises

Ces messies maghrébins de l'industrie européenne

Ces messies maghrébins de l'industrie européenne

En rachetant le français FagorBrandt, le groupe algérien Cevital confirme que, pour les entreprises européennes en difficulté, le salut peut venir d'Afrique du Nord.

Lire la suite

Ciment

En Algérie, Lafarge touche à tout

En Algérie, Lafarge touche à tout

Leader en Algérie, le groupe français Lafarge se place en aval de la production avec sa propre chaîne de distribution, et en amont avec un laboratoire de développement.

Lire la suite

Ciment

Tous grisés par l'or gris

Tous grisés par l'or gris

La multiplication des usines en Afrique subsaharienne a porté ses fruits. En 2013, la région a, pour la première fois, produit plus de ciment qu'elle n'en a consommé. Principal acteur...

Lire la suite

TV

Réussite : Rescapée de la crise ivoirienne

Réussite : Rescapée de la crise ivoirienne

Découvrez l’histoire de Marie-Solange Sahoun, patronne de Dégué Délice, qui a a tout perdu suite au pillage de son matériel de production durant la crise ivoirienne. Un reportage TV diffusé...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" s’intéresse à l’exploitation de l’uranium par Areva, au Niger. Dans son édition n° 2780, le magazine révèle en exclusivité le contenu du rapport de l'ONG Open...

Lire la suite

Mines

La Guinée retire son permis à BSGR

La Guinée retire son permis à BSGR

Le gouvernement guinéen a résilié le permis minier octroyé au milliardaire Beny Steinmetz et à sa compagnie BSGR sur le gisement de fer de Simandou. Cette décision fait suite aux...

Lire la suite

Transparence

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, il est désormais possible d'apporter des réponses. Jeune Afrique s'y attèle...

Lire la suite

Finance

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Le Fonds Gari, structure de garantie des crédits, doit faire face au départ de ses actionnaires historiques, qui cèdent 80,56 % du capital. Avis aux repreneurs potentiels : les amateurs sont...

Lire la suite

Télécoms

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

Après des années de bataille juridique, VimpelCom annonce la cession de 51% du capital de Djezzy au Fonds national d'investissement pour 2,643 milliards de dollars. L'actionnaire russe conserve toutefois le...

Lire la suite

Banque

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Un accord de cession des parts de l'État marocain dans le capital de BCP a été conclu avec le groupe bancaire. L'État, qui détenait près de 6% des parts, les...

Lire la suite

Finance

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Le géant marocain des phosphates OCP a levé 1,55 milliard de dollars pour sa première émission obligataire sur les marchés internationaux. L'entreprise publique cherche à financer un plan d'investissement de...

Lire la suite

Interview

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Moulay Hafid Elalamy :

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée et l'export. "Jeune...

Lire la suite

Télécoms

Orange Horizons va tester de nouveaux "concept stores" en Afrique

Orange Horizons va tester de nouveaux

Orange poursuit le développement de la marque Horizons à travers le continent. La multinationale teste des concepts stores dans plusieurs villes africaines, l'objectif étant d'y ouvrir des franchises fin 2014. 

Lire la suite

Maroc

Kool Food finance sa croissance

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolat fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.

Lire la suite

Télécoms

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money a passé le cap des 10 millions d'utilisateurs dans les 13 pays de la zone Afrique-Moyen-Orient où ce service est disponible. En 2013, 2,2 milliards d'euros de transactions...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags