Côte d'Ivoire : la relance, oui mais...

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print
Mots clés:

La commune du Plateau, à Abidjan, le plus important quartier d'affaires du pays. © DRSur les bords de la lagune Ébrié, à Yamoussoukro ou à San Pedro, la reprise est là. Et plus forte que prévue. Pourtant, si la Côte d'Ivoire a retrouvé la confiance des bailleurs de fonds, celle des investisseurs privés reste mitigée.

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), n'est-elle pas sortie de son rôle en déclarant, le 8 janvier, que la « réconciliation » des Ivoiriens était un « préalable » à « un nouveau miracle économique » ? Pourquoi la gardienne des grands équilibres macroéconomiques de la planète s'est-elle ainsi immiscée dans la politique intérieure de la Côte d'Ivoire ? Parce qu'il y va de la vigueur et de la pérennité de la renaissance de la première économie d'Afrique de l'Ouest francophone. La reprise est là, à Abidjan, comme à San Pedro ou à Yamoussoukro. Et elle est plus forte que prévu, puisque le FMI a révisé la croissance à la hausse pour 2012, de 8,1 % à 8,6 %. « Les investisseurs reviennent, se félicite Maximilien Lemaire, président de la Chambre de commerce européenne à Abidjan. Dans l'immobilier comme dans l'agroalimentaire, ils ont élaboré des devis en 2012 qu'ils entendent concrétiser en 2013. »

Deux autres signes annoncent une résilience. La Côte d'Ivoire est le seul pays africain non pétrolier à disposer d'une balance commerciale systématiquement excédentaire. Et la Banque africaine de développement (BAD), qui avait émigré à Tunis pour éviter la guerre civile, a lancé un appel d'offres en décembre pour la réhabilitation de ses anciens locaux d'Abid­jan, où elle entend réinstaller son siège.

Cliquez ici.

« Une chance inouïe »

Il faut dire que les atouts de ce pays sont impressionnants : du fer à l'ouest, une trentaine de sites aurifères dans le centre et à l'est (lire p. 104), des réserves d'hydrocarbures au large des côtes qui pourraient changer la Côte d'Ivoire en petit Angola, des cultures d'exportations bien réparties sur le territoire, depuis le coton jusqu'au cacao en passant par la noix de cajou (lire p. 96), l'hévéa et le palmiste.

« La Côte d'Ivoire a une chance inouïe, estime un expert africain. S'il y a la paix, elle est assurée d'une croissance de 4 %. Si, en plus, sa gouvernance est "normale", elle peut compter sur deux points supplémentaires. On peut donc dire que ces 6 % de croissance sont une base qu'elle peut améliorer sans grande difficulté. » C'est en bonne voie. L'équipe Ouattara a fait preuve de rigueur dans la conduite de son budget. Les recettes, notamment douanières, rentrent mieux que prévu, et les dépenses sont sous contrôle. L'inflation demeure sage, autour de 2 %. Des réformes emblématiques sont en cours, comme celle de la filière café-cacao, bien partie pour redonner au petit planteur la rémunération dont il avait été spolié (lire pp. 94-95).

Par ailleurs, les bailleurs de fonds ont montré un soutien sans faille à la Côte d'Ivoire. Ils lui ont remis les trois quarts de sa dette, qui désormais ne dépasse guère les 3 milliards d'euros. « Avant ces annulations de dette, le budget de la Côte d'Ivoire était consacré pour un tiers aux salaires des fonctionnaires, pour un tiers au remboursement de la dette et pour un tiers au fonctionnement et aux investissements, explique Gérald Collange, directeur de l'Agence française de développement (AFD) à Abidjan. Maintenant, il est porteur d'avenir, car le premier tiers est toujours consacré aux salaires, mais le deuxième est réservé au fonctionnement et le troisième aux investissements. »

Manne

Réunis début décembre 2012 à Paris, les bailleurs ont en outre promis de contribuer pour 6,5 milliards d'euros à la réussite du plan national de développement 2012-2015 présenté par le président Ouattara, qui n'en espérait que 3 milliards, pour atteindre une croissance annuelle de 10 % à partir de 2014 et accéder au rang de pays émergent en 2020.

L'unique pays africain non pétrolier doté d'une balance commerciale systématiquement excédentaire.

C'est bien, mais cette manne n'y suffira pas. En effet, les risques que doit affronter la Côte d'Ivoire sont redoutables. Dix années de conflits à répétition ont mis à mal son système éducatif : son taux de scolarisation est devenu l'un des plus bas d'Afrique. On peut donc se faire du souci sur les qualifications, voire sur les qualités civiques des jeunes Ivoiriens.

Pour éviter la persistance d'un chômage massif et une situation sociale explosive, il faudrait que l'agriculture devienne une priorité, car « 70 % de la population en vit », rappelle Gérald Collange. « Elle assure 60 % des exportations et 30 % du PIB du pays, poursuit-il. Elle sera décisive pour relever le défi de la création d'emplois, en passant du stade extensif à l'organisation de filières agro­alimentaires cohérentes, car le secteur manufacturier est incapable d'accueillir les 400 000 jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année. »

Les infrastructures sont en piteux état. Hors d'Abidjan, bien des routes ne méritent plus ce nom. La politique de subvention de l'électricité, dont profitent indûment les catégories aisées, a privé le réseau de 1,5 milliard d'euros d'investissements en cinq ans. Mais le plus grave est ailleurs. La Côte d'Ivoire occupe la 177e place sur les 185 pays analysés par la Banque mondiale du point de vue du climat des affaires (classement « Doing Business » 2013), et le 130e rang sur les 176 pays passés au crible par l'ONG Transparency International du point de vue de la perception de la corruption.

Exaspération

Autant dire que le pays n'inspire pas encore une grande confiance aux investisseurs privés, qui connaissent les aléas de sa justice et de l'application de son droit foncier. Or ces investisseurs sont absolument indispensables à la réussite du plan 2012-2015. Celui-ci repose sur un apport d'argent public de 6,7 milliards d'euros, mais surtout sur un autre apport de 9,7 milliards de fonds privés. Pour l'instant, le compte n'y est pas. Et il n'y sera pas si les attaques de commissariats ou de casernes reprennent pour faire entendre l'exaspération des partisans de Laurent Gbagbo maintenus au ban de leur pays.

Donc, pas d'investissements privés sans apaisement, et pas d'apaisement sans réconciliation entre les anciens ennemis. C'est le poids de cette équation éminemment politique sur la croissance ivoirienne que Christine Lagarde a voulu rappeler aux dirigeants du pays. Cautériser les plaies de la guerre civile - et le plus vite possible - est un impératif économique.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Hydrocarbures

L'Algérie maintient ses recettes malgré la chute du cours du pétrole

L'Algérie maintient ses recettes malgré la chute du cours du pétrole

Malgré la chute des cours du pétrole depuis plus d'un trimestre (-26 %), les recettes algériennes provenant de la ventes d'hydrocarbures se sont maintenues. Entre janvier et fin septembre, elles...

Lire la suite

Évènement

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

Le premier Global Africa Investment Summit à Londres a été nettement dominé par la présence des pays anglophones. Rare exception, la RD Congo a présenté plusieurs projets à la communauté...

Lire la suite

Agro-industrie

Avec la biomasse, Sifca voit l'avenir en vert

Avec la biomasse, Sifca voit l'avenir en vert

Épaulé par EDF, le géant ivoirien mise sur les énergies renouvelables. Un moyen de valoriser les déchets de ses exploitations et d'offrir des revenus supplémentaires à ses planteurs.

Lire la suite

Transport maritime

Côte d'Ivoire : Bolloré Africa Logistics en net recul au premier semestre 2014

Côte d'Ivoire : Bolloré Africa Logistics en net recul au premier semestre 2014

Bolloré Africa Logistic a annoncé des résultats en nette baisse pour ses activités ivoiriennes durant le premier semestre. Des mauvaises performances que le groupe français impute aux dysfonctionnements constatés au...

Lire la suite

Téléphonie

Econet rachète les filiales de VimpelCom en Centrafrique et au Burundi

Econet rachète les filiales de VimpelCom en Centrafrique et au Burundi

VimpelCom a conclu la cession de ses filiales au Burundi et en Centrafrique à Econet Wireless pour 65 millions de dollars. La vente de ces actifs à Niel Telecom de...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur l'émoi provoqué par la chute des cours pétroliers et ses conséquences sur la croissance du continent. Le magazine dévoile également la nouvelle édition...

Lire la suite

Mines

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.

Lire la suite

Hydrocarbures

Genel Energy annonce une découverte de pétrole au large du Maroc

Genel Energy annonce une découverte de pétrole au large du Maroc

L'opérateur pétrolier britannique Genel Energy et ses partenaires ont annoncé ce lundi la découverte de pétrole à 3 000 mètres de profondeur, au large des côtes du Maroc. La prudence...

Lire la suite

Énergie

La première centrale solaire du Maroc opérationnelle en 2015

La première centrale solaire du Maroc opérationnelle en 2015

Noor-1, la première centrale thermo-solaire du Maroc, devrait être opérationnelle en 2015, suit à des progrès réalisés sur le chantier de ce vaste projet au coût estimé à 600 millions...

Lire la suite

Energies renouvelables

Sonabel lance le premier PPP dans l'énergie solaire au Burkina Faso

Sonabel lance le premier PPP dans l'énergie solaire au Burkina Faso

La société nationale burkinabè d'électricité (Sonabel) et le canadien Windiga Energy, producteur d'énergie renouvelable, ont signé un contrat d'achat d'énergie solaire. Le partenariat public-privé, d'une valeur totale de 24 milliards...

Lire la suite

Algérie

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été adressée aux autorités de ce pays.

Lire la suite

Avocats

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Dans une interview exclusive accordée à "Jeune Afrique", le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1 100 avocats dans 25 pays a choisi...

Lire la suite

Finance

Fitch relève la note d'Ecobank à "B"

Fitch relève la note d'Ecobank à

Ecobank Transnational Incorporated (ETI), le holding du groupe Ecobank, a vu sa note de défaut à long terme relevée d'un cran de "B-" à "B" par Fitch Ratings avec une...

Lire la suite

Récompenses

Prix Cartier Women's Initiative 2014 : les lauréates africaines sont…

Prix Cartier Women's Initiative 2014 : les lauréates africaines sont…

Le prix Cartier Women's Initiative 2014, remis le 16 octobre, a récompensé Achenyo Idachaba du Nigéria (pour la zone Afrique subsaharienne) et l'Égyptienne Mariam Hazem (pour la zone Afrique du...

Lire la suite

Hôtellerie

TUI France va ouvrir un nouveau club Marmara à Agadir en 2015

TUI France va ouvrir un nouveau club Marmara à Agadir en 2015

Le groupe TUI France va investir 15 millions d'euros dans l'hôtellerie au Maroc. Au programme : l'ouverture d'un hôtel Club Marmara à Agadir et celle d'un nouvel hôtel "Aqua Mirage"...

Lire la suite

Industrie

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage...

Lire la suite

Interview

José Maria Neves : "Nous voulons faire du Cap-Vert un prestataire de qualité dans les services "

José Maria Neves :

Invité à Marrakech dans le cadre de la 9e édition du Forum africain pour le développement afin d'expliquer les raisons du succès socio-économique de son pays, le Premier ministre cap-verdien...

Lire la suite

Finance

Délice Holding réussit son introduction à la Bourse de Tunis

Délice Holding réussit son introduction à la Bourse de Tunis

Le groupe laitier a introduit 15 % de son capital sur le marché principal de la Bourse de Tunis avec succès. Chose inédite dans ce pays : pour cette opération,...

Lire la suite

Automobile

Maroc : la surprenante résistance des centres Midas

Maroc : la surprenante résistance des centres Midas

Porté par le marché du neuf, le spécialiste de l'entretien a fait ses preuves à Casablanca. Et compte développer son réseau dans le royaume.

Lire la suite

Rebranding

Assurances : Sunu se refait un nom

Assurances : Sunu se refait un nom

Le groupe Sunu a décidé d'harmoniser la marque de ses 19 sociétés d'assurance en Afrique : à partir du 1er janvier elles prendront toutes le nom de "Sunu Assurances".

Lire la suite

Hydrocarbures

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Le Sénégal espère produire son premier baril d'or noir en 2019-2020 à la suite de la récente découverte de pétrole au large de ses côtes, a dévoilé Mamadou Faye, le...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags