Shape 5 provides professional, script confliction free templates

Côte d'Ivoire : la relance, oui mais...

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print
Mots clés:

La commune du Plateau, à Abidjan, le plus important quartier d'affaires du pays. © DRSur les bords de la lagune Ébrié, à Yamoussoukro ou à San Pedro, la reprise est là. Et plus forte que prévue. Pourtant, si la Côte d'Ivoire a retrouvé la confiance des bailleurs de fonds, celle des investisseurs privés reste mitigée.

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), n'est-elle pas sortie de son rôle en déclarant, le 8 janvier, que la « réconciliation » des Ivoiriens était un « préalable » à « un nouveau miracle économique » ? Pourquoi la gardienne des grands équilibres macroéconomiques de la planète s'est-elle ainsi immiscée dans la politique intérieure de la Côte d'Ivoire ? Parce qu'il y va de la vigueur et de la pérennité de la renaissance de la première économie d'Afrique de l'Ouest francophone. La reprise est là, à Abidjan, comme à San Pedro ou à Yamoussoukro. Et elle est plus forte que prévu, puisque le FMI a révisé la croissance à la hausse pour 2012, de 8,1 % à 8,6 %. « Les investisseurs reviennent, se félicite Maximilien Lemaire, président de la Chambre de commerce européenne à Abidjan. Dans l'immobilier comme dans l'agroalimentaire, ils ont élaboré des devis en 2012 qu'ils entendent concrétiser en 2013. »

Deux autres signes annoncent une résilience. La Côte d'Ivoire est le seul pays africain non pétrolier à disposer d'une balance commerciale systématiquement excédentaire. Et la Banque africaine de développement (BAD), qui avait émigré à Tunis pour éviter la guerre civile, a lancé un appel d'offres en décembre pour la réhabilitation de ses anciens locaux d'Abid­jan, où elle entend réinstaller son siège.

Cliquez ici.

« Une chance inouïe »

Il faut dire que les atouts de ce pays sont impressionnants : du fer à l'ouest, une trentaine de sites aurifères dans le centre et à l'est (lire p. 104), des réserves d'hydrocarbures au large des côtes qui pourraient changer la Côte d'Ivoire en petit Angola, des cultures d'exportations bien réparties sur le territoire, depuis le coton jusqu'au cacao en passant par la noix de cajou (lire p. 96), l'hévéa et le palmiste.

« La Côte d'Ivoire a une chance inouïe, estime un expert africain. S'il y a la paix, elle est assurée d'une croissance de 4 %. Si, en plus, sa gouvernance est "normale", elle peut compter sur deux points supplémentaires. On peut donc dire que ces 6 % de croissance sont une base qu'elle peut améliorer sans grande difficulté. » C'est en bonne voie. L'équipe Ouattara a fait preuve de rigueur dans la conduite de son budget. Les recettes, notamment douanières, rentrent mieux que prévu, et les dépenses sont sous contrôle. L'inflation demeure sage, autour de 2 %. Des réformes emblématiques sont en cours, comme celle de la filière café-cacao, bien partie pour redonner au petit planteur la rémunération dont il avait été spolié (lire pp. 94-95).

Par ailleurs, les bailleurs de fonds ont montré un soutien sans faille à la Côte d'Ivoire. Ils lui ont remis les trois quarts de sa dette, qui désormais ne dépasse guère les 3 milliards d'euros. « Avant ces annulations de dette, le budget de la Côte d'Ivoire était consacré pour un tiers aux salaires des fonctionnaires, pour un tiers au remboursement de la dette et pour un tiers au fonctionnement et aux investissements, explique Gérald Collange, directeur de l'Agence française de développement (AFD) à Abidjan. Maintenant, il est porteur d'avenir, car le premier tiers est toujours consacré aux salaires, mais le deuxième est réservé au fonctionnement et le troisième aux investissements. »

Manne

Réunis début décembre 2012 à Paris, les bailleurs ont en outre promis de contribuer pour 6,5 milliards d'euros à la réussite du plan national de développement 2012-2015 présenté par le président Ouattara, qui n'en espérait que 3 milliards, pour atteindre une croissance annuelle de 10 % à partir de 2014 et accéder au rang de pays émergent en 2020.

L'unique pays africain non pétrolier doté d'une balance commerciale systématiquement excédentaire.

C'est bien, mais cette manne n'y suffira pas. En effet, les risques que doit affronter la Côte d'Ivoire sont redoutables. Dix années de conflits à répétition ont mis à mal son système éducatif : son taux de scolarisation est devenu l'un des plus bas d'Afrique. On peut donc se faire du souci sur les qualifications, voire sur les qualités civiques des jeunes Ivoiriens.

Pour éviter la persistance d'un chômage massif et une situation sociale explosive, il faudrait que l'agriculture devienne une priorité, car « 70 % de la population en vit », rappelle Gérald Collange. « Elle assure 60 % des exportations et 30 % du PIB du pays, poursuit-il. Elle sera décisive pour relever le défi de la création d'emplois, en passant du stade extensif à l'organisation de filières agro­alimentaires cohérentes, car le secteur manufacturier est incapable d'accueillir les 400 000 jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année. »

Les infrastructures sont en piteux état. Hors d'Abidjan, bien des routes ne méritent plus ce nom. La politique de subvention de l'électricité, dont profitent indûment les catégories aisées, a privé le réseau de 1,5 milliard d'euros d'investissements en cinq ans. Mais le plus grave est ailleurs. La Côte d'Ivoire occupe la 177e place sur les 185 pays analysés par la Banque mondiale du point de vue du climat des affaires (classement « Doing Business » 2013), et le 130e rang sur les 176 pays passés au crible par l'ONG Transparency International du point de vue de la perception de la corruption.

Exaspération

Autant dire que le pays n'inspire pas encore une grande confiance aux investisseurs privés, qui connaissent les aléas de sa justice et de l'application de son droit foncier. Or ces investisseurs sont absolument indispensables à la réussite du plan 2012-2015. Celui-ci repose sur un apport d'argent public de 6,7 milliards d'euros, mais surtout sur un autre apport de 9,7 milliards de fonds privés. Pour l'instant, le compte n'y est pas. Et il n'y sera pas si les attaques de commissariats ou de casernes reprennent pour faire entendre l'exaspération des partisans de Laurent Gbagbo maintenus au ban de leur pays.

Donc, pas d'investissements privés sans apaisement, et pas d'apaisement sans réconciliation entre les anciens ennemis. C'est le poids de cette équation éminemment politique sur la croissance ivoirienne que Christine Lagarde a voulu rappeler aux dirigeants du pays. Cautériser les plaies de la guerre civile - et le plus vite possible - est un impératif économique.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Chinafrique

Sam Pa, très sulfureux intermédiaire

Sam Pa, très sulfureux intermédiaire

Depuis dix ans, le nom de ce businessman - et ancien espion chinois ? - apparaît dans de nombreux contrats miniers passés entre Pékin et l'Afrique. Son parcours sinueux commence en Angola...

Lire la suite

Finances publiques

Le Ghana lève 1 milliard de dollars à un taux plus faible que prévu

Le Ghana lève 1 milliard de dollars à un taux plus faible que prévu

Le Ghana a émis le 11 septembre un eurobond de 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux. Le carnet d'ordres pour ces obligations émises au taux relativement modéré de...

Lire la suite

Electricité

Sonel devient ENEO Cameroon

Sonel devient ENEO Cameroon

L'opérateur historique du secteur électrique au Cameroun change de nom et d'identité visuelle pour marquer la rupture à la suite de son rachat par le fonds de capital-risque britannique Actis.

Lire la suite

Décideurs

Côte d'Ivoire : Thierry Tanoh nommé secrétaire général adjoint de la présidence

Côte d'Ivoire : Thierry Tanoh nommé secrétaire général adjoint de la présidence

Six mois après son départ du poste de directeur général du groupe bancaire panafricain Ecobank, l'Ivoirien Thierry Tanoh a été nommé le 12 septembre aux côtés de Alassane Ouattara.

Lire la suite

Conseil stratégique

PwC va investir 200 millions de dollars pour son expansion en Afrique

PwC va investir 200 millions de dollars pour son expansion en Afrique

Connu en Afrique pour ses prestations dans l'audit, le commissariat aux comptes et le conseil fiscal, PwC vient d'obtenir le statut CFC à Casablanca et compte diversifier ses activités en Afrique....

Lire la suite

Désenclavement

Le plan de Port-Gentil pour mettre fin aux inondations

Le plan de Port-Gentil pour mettre fin aux inondations

Entre marécages et pluies diluviennes, Port-Gentil, la capitale économique du Gabon, est régulièrement paralysée par les inondations. À quand un réseau d'évacuation ?

Lire la suite

Banque

Guinée : BNP seul maître à bord dans sa filiale

Guinée : BNP seul maître à bord dans sa filiale

La Guinée et le Gabon étaient les derniers pays dans lesquels BNP Paribas ne détenait pas la majorité dans sa filiale locale. Ce ne sera bientôt plus le cas à...

Lire la suite

Hydrocarbures

Algérie : In Amenas remet les gaz

Algérie : In Amenas remet les gaz

Déserté depuis la spectaculaire attaque terroriste dont il a été la cible en 2013, le site gazier d'In Amenas, en Algérie, reprend ses activités. Et le personnel des multinationales est...

Lire la suite

Maroc

Maroc : CIH Bank entre dans le capital d'Atlanta

Maroc : CIH Bank entre dans le capital d'Atlanta

CIH Bank annonce son intention d'acquérir 10 % du capital de la compagnie d'assurance Atlanta du groupe Holmarcom auprès de la Caisse de Dépôt et de Gestion. Cette dernière signe...

Lire la suite

Logistique

Du changement chez Bolloré en Côte d'Ivoire

Du changement chez Bolloré en Côte d'Ivoire

Abidjan Terminal, société détenue en commun par le groupe Bolloré Africa Logistics (BAL, 60 %) et Maersk (40 %), a changé de direction. Décryptage.

Lire la suite

Maghreb

Algérie - Maroc : le grand gâchis

Algérie - Maroc : le grand gâchis

Pour les cinq pays du Maghreb, le manque à gagner lié à l'absence d'intégration régionale est estimé à 7,5 milliards d'euros par an.

Lire la suite

Transport

En Tunisie, Syphax vote Blanc

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne tunisienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc. L'ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997 remplace Mohamed Frikha, qui s'est lancé en politique.

Lire la suite

Afrique du sud

African Bank, l'exemple à ne pas suivre

African Bank, l'exemple à ne pas suivre

L'effondrement du cinquième établissement du pays révèle à quel point il est risqué d'accorder des prêts sans garantie aux populations fragiles. Or beaucoup de banques surfent sur ce créneau.

Lire la suite

Désenclavement

Port-Gentil s'aménage sans fracas

Port-Gentil s'aménage sans fracas

Isolée sur l'île Mandji, la capitale économique n'est accessible que par bateau ou par avion. Il était temps que le chantier des 100 km de route qui la relieront à la...

Lire la suite

Etude

L'Afrique, région du monde la plus optimiste sur son avenir économique

L'Afrique, région du monde la plus optimiste sur son avenir économique

Alors que le moral des opinions publiques mondiales est en berne et que les populations perçoivent négativement les performances économiques de leur pays, l'Afrique (et le Sénégal en tête) détonne...

Lire la suite

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : Pisam se refait une santé

Côte d'Ivoire : Pisam se refait une santé

Grâce à un plan d'investissement massif, le plus grand établissement privé d'Abidjan entend rivaliser avec les meilleurs hôpitaux africains. Le but : attirer des patients de toute la région.

Lire la suite

Interview

Hervé de Villechabrolle : "La plupart des investisseurs émiratis ignorent complètement la zone franc"

Hervé de Villechabrolle :

La conférence internationale des investisseurs de Dubaï s'est tenue ce 9 septembre dans le cadre de l'initiative "Investir dans l'UEMOA". Directeur exécutif marchés émergents chez Ernst & Young, Hervé de Villechabrolle explique...

Lire la suite

Investissements

Les Émirats arabes unis promettent 19 milliards pour l'UEMOA

Les Émirats arabes unis promettent 19 milliards pour l'UEMOA

La conférence internationale des investisseurs, organisée le 9 septembre à Dubaï, s’est achevée sur l'annonce d'investissements de 19 milliards de dollars en faveur de 16 projets dans l'UEMOA.

Lire la suite

Litige

Un minier attaque la Mauritanie en arbitrage

Un minier attaque la Mauritanie en arbitrage

Tamagot Bumi et Bumi Mauritania, deux sociétés actives dans le minerai de fer, ont annoncé leur saisie du Cirdi contre la Mauritanie. Elles dénoncent une "expropriation", décidée fin 2013 par...

Lire la suite

Interview

Wale Tinubu : "L'exploitation du pétrole n'est pas réservée aux entreprises étrangères"

Wale Tinubu :

En reprenant les actifs du pétrolier américain ConocoPhillips au Nigeria, le distributeur de carburants Oando est devenu le plus important producteur local d'or noir. Interview de son patron, Wale Tinubu,...

Lire la suite

Financement

Le Gabon et le Cameroun cherchent à lever 200 milliards de F CFA

Le Gabon et le Cameroun cherchent à lever 200 milliards de F CFA

Pour boucler son budget, l’Etat a choisi la Société commerciale de banque pour monter cet appel public à l’épargne qui sera lancé en octobre. Par ailleurs, le Gabon compte mobiliser...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags