Au secours, la dette revient !

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Pour un Occident au bord de la faillite, le faible endettement de la plupart des pays africains est enviable. Pourtant, plusieurs institutions et spécialistes tirent déjà la sonnette d'alarme. Prématurément ?

Après une cure drastique, l'endettement du continent est au plus bas : les annulations de dette ont permis de réduire de 90 % l'engagement extérieur des pays africains depuis le début de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), en 1996. Un nouveau paradigme qui n'a pas échappé à leurs gouvernements. Depuis 2009, année où l'endettement a atteint un plancher historique, ceux-ci ont eu massivement recours aux marchés régionaux et internationaux. Notamment pour mener des politiques de relance - un phénomène inédit -, alors que la conjoncture internationale pesait fortement sur leurs performances économiques.

La Côte d'Ivoire, le Cameroun, le Sénégal, le Tchad, le Burkina Faso, le Bénin et le Gabon sont autant d'exemples qui illustrent cette tendance. La Zambie a plus particulièrement fait parler d'elle en levant 750 millions de dollars (583 millions d'euros) en septembre 2012. Ces émissions obligataires, très rémunératrices et jugées sans risque, sont appréciées des investisseurs. Ainsi, l'émission zambienne a été sursouscrite quinze fois, tandis que le dernier emprunt de la Côte d'Ivoire a été dépassé de près de 50 %. Il n'en faut pas plus pour soulever les inquiétudes des observateurs.

Vanessa Jacquelain : "Les États doivent bien calibrer leurs émissions"

Chargée de l'Afrique subsaharienne à l'Agence française de développement (AFD), Vanessa Jacquelain a coécrit un rapport intitulé « Vers un endettement plus soutenable ? ». Sans être alarmiste, elle expose les risques liés aux émissions de dette.

Jeune Afrique : Que pensez-vous du recours de plus en plus fréquent des États d'Afrique francophone aux marchés financiers régionaux ?

Vanessa Jacquelain : Ce type d'opération présente plusieurs avantages. Cela permet de mobiliser rapidement des fonds, d'approfondir les marchés financiers locaux et de constituer des benchmarks...
Lire la suite

Lire également l'inerview de Michèle Lamarche : "La situation de la dette n'est en rien comparable à celle des années 1980"

Péché originel

En janvier, l'Agence française de développement (AFD) a été parmi les premiers à tirer la sonnette d'alarme (lire interview ci-contre), et la littérature consacrée au rythme inquiétant du réendettement de l'Afrique s'est multipliée : Bloomberg Businessweek et le Financial Times s'en sont fait l'écho dans leurs colonnes, évoquant le risque d'un retour au « péché originel ».

En Afrique francophone, le Sénégal (cf. encadré) constitue la première alerte : depuis 2006, son endettement est passé de 23 % à un peu plus de 41,5 % du PIB. La Côte d'Ivoire, en dépit du franchissement du point d'achèvement de l'Initiative PPTE en 2012, est elle aussi confrontée à des tensions récurrentes sur son financement. Une situation due, selon Michèle Lamarche, associée gérante de la banque d'affaires Lazard, à l'ampleur de sa dette bancaire intérieure qui nécessite d'être refinancée régulièrement.

Mauvais procès

Aujourd'hui, certains bailleurs de fonds mettent en cause le recours aux marchés par les États africains. Une solution plus coûteuse, surtout pour des pays à l'équilibre budgétaire fragile. « Les bailleurs de fonds prêtent à des taux dits concessionnels, très faibles, mais cet argent prend beaucoup de temps pour être débloqué et nécessite de se soumettre à un programme de suivi », souligne Christian Esters, analyste chez Standard & Poor's, qui ajoute : « Le recours aux marchés régionaux semble de plus en plus apprécié, notamment pour sa rapidité, mais les taux d'intérêt pratiqués sont élevés. Enfin, les marchés internationaux proposent des taux parfois plus intéressants, mais le risque de change peut peser très fortement sur les débiteurs [lorsque la dette est libellée en dollars et que la monnaie locale s'effondre, un problème qui n'affecte pas la zone franc CFA, arrimée à l'euro, NDLR]. »

Quand l'histoire bégaie

Dans leur ouvrage This Time Is Different, paru en 2008, les chercheurs américains Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff observent que, au cours du processus d'émergence économique, les États sont tout particulièrement susceptibles de subir des crises de dette souveraine. Et soulignent le caractère quasi inéluctable du réendettement, d'où ce titre qui rappelle que tous ceux qui s'apprêtent à retomber dans la même ornière se rassurent en se disant que « cette fois, c'est différent ». En analysant huit cents ans d'histoire économique, les auteurs affirment que les pays qui ont fait défaut une fois tendent à recommencer de façon répétée par la suite. Ainsi, en Afrique, les faibles taux des années 1970 n'ont pas empêché le déclenchement de crises souveraines au cours des années 1980. N.T.

Selon un financier ouest-africain, les institutions intentent un « mauvais procès » aux pays du continent. « Finalement, elles maintiennent les États dans une logique de dépendance, constate-t-il. Remarquez que le Ghana, souvent cité comme un exemple à suivre en Afrique de l'Ouest, a financé sa croissance en faisant appel uniquement à l'épargne locale. Il faut faire en sorte que les États offrent des perspectives d'investissement à leurs citoyens. C'est d'autant plus important que l'État a un comportement plus responsable envers les petits épargnants qu'auprès des bailleurs. »

Comme l'explique Éhouman Kassi, directeur d'Ecobank Capital, qui conseille les levées de fonds régionales des États, « un taux d'intérêt de 8 % est soutenable dans la mesure où les fonds levés sont bien employés dans des infrastructures qui permettent de créer les conditions d'une croissance plus solide, des centrales électriques ou des routes, par exemple ». Naoufal Bensalah, responsable trading en Afrique centrale chez Attijariwafa Bank, se veut rassurant et juge que « cette évolution de l'endettement ne vient pas pour apaiser un déficit budgétaire des États africains, mais plutôt pour financer des projets structurants ».

Clairvoyance

Se pose également la question de la compétence des équipes gouvernementales chargées de lever la dette. Michèle Lamarche rappelle qu'une émission obligataire internationale est toujours une opération complexe, avec de nombreuses considérations juridiques, financières et techniques : « Les conséquences d'une opération mal structurée peuvent peser durablement et lourdement sur les finances publiques, qu'il s'agisse d'un coupon trop élevé ou de protections juridiques insuffisantes », prévient-elle. Les financiers qui souscrivent aux emprunts des États ont aussi leur part de responsabilité. « Il ne faut pas négliger la puissance narrative de l'histoire de la croissance africaine pour comprendre que parfois les taux de rendement ne semblent pas refléter tous les risques », conclut Christian Esters.

Le Sénégal au bord du gouffre

Entre 2006 et 2012, l'endettement du pays a presque triplé. Les nouvelles autorités tentent d'inverser la tendance.

La situation devenait urgente. Dès le lendemain de sa nomination, le 4 avril 2012, le ministre sénégalais de l'Économie et des Finances, Amadou Kane, était à Paris pour négocier un appui budgétaire. « Le gouvernement précédent nous avait prévenus que si nous arrivions au pouvoir, nous ne pourrions plus honorer les salaires au bout de quelques semaines », explique-t-il aujourd'hui.
Lire la suite

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Mines

Burkina Faso : Bissa Gold voit son permis d'exploitation étendu

Burkina Faso : Bissa Gold voit son permis d'exploitation étendu

Bissa Gold voit la superficie de son permis d'exploitation étendue de 42 kilomètres carrés. Cette extension est fondée sur la découverte d'un gisement aux réserves estimées à 4,3 tonnes d'or.

Lire la suite

Technologie

Le Rwanda devient le 3e pays africain à passer entièrement à la télévision numérique

Le Rwanda devient le 3e pays africain à passer entièrement à la télévision numérique

Alors que tous les pays africains s'étaient engagés en 2006 à réaliser cette transition avant 2015, le Rwanda n'est que le troisième pays du continent à compléter le passage à...

Lire la suite

Commerce international

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

New Delhi vient de dire "non" à l'adoption de l'accord de Bali, difficilement approuvé en décembre 2013 et qui visait à poursuivre la libéralisation des échanges commerciaux.

Lire la suite

Investissement

Comment le fond souverain du Gabon mène sa stratégie ?

Comment le fond souverain du Gabon mène sa stratégie ?

Pêche, tourisme, énergie... Le fonds souverain du Gabon conclut des partenariats dans des secteurs clés. Mais sa priorité reste la constitution d'un portefeuille rentable, surtout à l'étranger.

Lire la suite

Accords commerciaux

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

L'Union européenne (UE) et la Mauritanie se sont accordées sur la prolongation jusqu'en décembre de l'accord de pêche qui les lie. Un arrangement à l'amiable qui ouvre la voie à...

Lire la suite

Maroc

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Depuis 2005, un vaste plan d'urbanisme a métamorphosé les rives du fleuve qui sépare Rabat et Salé, au Maroc. Un chantier qui vise à résorber les fractures géographiques, mais aussi...

Lire la suite

Mines

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Pan-African Minerals, exploitant de la mine de manganèse de Tambao, a signé un protocole d'accord avec Bolloré pour la construction d'un chemin de fer permettant le transport du minerai jusqu'au...

Lire la suite

Affaires publiques

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali a procédé à l'annulation de 130 permis de recherche et autorisations d'exploitation de carrière, a annoncé Boubou Cissé, le ministre des Mines malien. Ce grand nettoyage ne concerne...

Lire la suite

Décryptage

Notation : 10 pays africains passés au crible

Notation : 10 pays africains passés au crible

Le Rwanda a été noté B+ par l'agence Fitch Ratings. Comment expliquer que ce pays, avec un PIB de 7,5 milliards de dollars, soit mieux noté que le Ghana (48...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

La société pétrolière nigériane Oando concrétise ses plans de transformation en s'emparant définitivement des actifs pétroliers de la major américaine ConocoPhillips pour un total de 1,5 milliard de dollars.

Lire la suite

Télévision

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance en Angola et au Mozambique une chaîne dédiée à la musique et à la culture lusophones. Avec plus de 50 millions de locuteurs en Afrique, le marché dispose...

Lire la suite

Sucre

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Après avoir tiré la sonnette d'alarme auprès du président camerounais au sujet de la concurrence déloyale, la Société sucrière du Cameroun, filiale du groupe français Somdiaa, a vu ses craintes...

Lire la suite

Audiovisuel

Nawfel Raghay : "Au Maroc, il faudrait investir 110 millions de dollars dans la TNT avant juin 2015"

Nawfel Raghay :

Nawfel Raghay, ancien directeur général de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) du Maroc, revient pour "Jeune Afrique" sur la préparation du royaume chérifien au passage à la...

Lire la suite

Médias

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l’événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le Sénégal. La transition de l'analogique vers le numérique...

Lire la suite

Médias

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

À quelques mois du passage à la diffusion numérique de ses télévisions, le continent redouble d'efforts. Un bouleversement audiovisuel où le pire comme le meilleur peuvent encore survenir.

Lire la suite

Industrie

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto va céder ses mines de charbon au Mozambique à une entreprise indienne pour 50 millions de dollars. Le groupe australien les avait acquises en 2011 lors du rachat...

Lire la suite

Maroc

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Promu directeur général délégué du groupe Addoha en 2011, Saad Sefrioui est devenu l'un des piliers de l'expansion panafricaine du géant marocain de l'immobilier.

Lire la suite

Notation

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Grâce à son dynamisme économique et à des réformes structurelles, le Rwanda voit sa note améliorée par l'agence Fitch, passant de B à B+ et assortie d'une perspective stable. Kigali...

Lire la suite

Logistique

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Le guichet unique du Togo est entré en phase pilote depuis fin juin. Réservé pour le moment à quelques acteurs de l'import maritime, il devrait progressivement être étendu à toutes...

Lire la suite

Finances publiques

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur...

Lire la suite

Mines

First Quantum, zambien mais pas trop

First Quantum, zambien mais pas trop

Alors qu'il tire les deux tiers de ses bénéfices de l'État d'Afrique australe, le producteur de cuivre canadien chasse sur d'autres terres africaines. La raison ? Des relations tendues avec...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags