Cacao : fini l'anarchie dans la filière ivoirienne

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print
Mots clés:

cacaoivoirienLe tout-libéral ayant fait long feu, la récolte des fèves est désormais régie par un système de prix minimum garanti. Les planteurs apparaissent déjà comme les grands gagnants de la réforme.

Le 3 octobre, une nouvelle page se tournait dans l'histoire longue et mouvementée du cacao ivoirien. En même temps que s'ouvrait officiellement la campagne 2012-2013 démarrait sur le terrain la réforme de la filière, annoncée depuis un an par le gouvernement. Douze ans après avoir été imposée au pays par les bailleurs de fonds, la libéralisation de la filière a donc fait long feu en Côte d'Ivoire. « Le système a été un échec. Chacun faisait ce qu'il voulait car il n'y avait plus de politique sectorielle digne de ce nom », explique Mamadou Bamba, planteur et directeur de la coopérative Ecookim. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont sifflé la fin de cette période, qualifiée d'« anarchique » par l'ensemble du secteur, en demandant aux pouvoirs publics de se réengager dans une filière qui contribue à hauteur de 15 % au PIB ivoirien, représente 40 % des recettes d'exportation et donne plus ou moins directement du travail à un cinquième de la population. « L'objectif de cette réforme est de répondre au double défi de la transparence et de la bonne gouvernance dans la gestion du secteur, tout en assurant une meilleure rémunération aux producteurs », précise Adama Touré, agroéconomiste à la Banque mondiale.

Lire aussi :
Noix de cajou, la pépite inattendue de la Côte d'Ivoire
Cameroun : à la santé de la filière café-cacao

Le secteur devait faire face au vieillissement des vergers et, donc, à la chute des rendements.

Troisième voie

Entre l'ancien système administré de la Caisse de stabilisation (Caistab) et le tout libéral, la Côte d'Ivoire tente de développer une troisième voie intermédiaire. Contrairement à celui du Ghana voisin, l'État ivoirien n'achète pas la production pour la commercialiser, mais a mis en place, depuis janvier, un système de vente anticipée par enchères portant sur 70 % des volumes en cours de récolte (1,3 million de tonnes attendues). Il est ouvert à une cinquantaine d'acheteurs locaux et internationaux, qui chaque jour s'engagent sur des tonnages et un prix à l'export dont la moyenne sert de base au calcul du tarif minimum garanti versé au planteur. Annoncé la veille de la campagne, celui-ci a été fixé à 725 F CFA le kilo de fèves (ou 1 105 euros la tonne), soit entre 50 % et 60 % du prix CAF (coût, assurance, fret), comme s'y était engagé Alassane Ouattara. À mi-campagne, le système semble avoir fait ses preuves, puisque le Conseil café-cacao (CCC), nouvel organisme unique et paritaire de gestion de la filière, vient de constater dans une note interne « le respect des prix versés aux planteurs dans les zones de production ».
Cliquez sur l'image

Bons Plants

Disposant dorénavant d'un revenu régulier qui leur donne un peu de visibilité, ces derniers apparaissent déjà comme les grands bénéficiaires de la réforme. « Ils vont enfin pouvoir investir dans la qualité de leur production en réhabilitant les plantations », estime un négociant.

Une bonne nouvelle pour le secteur, confronté au vieillissement de son verger et donc à la chute des rendements, « trois fois inférieurs aujourd'hui à ceux de l'Indonésie », selon la Banque mondiale. Et le CCC observe déjà « une très nette amélioration de la qualité des fèves ». Le gouvernement est donc en passe de gagner son pari, en assainissant une filière ivoirienne qui représente 35 % du marché mondial.

Les broyeurs déprimés ?

Premier producteur mondial devant le Ghana et l'Indonésie, la Côte d'Ivoire est aussi le principal broyeur de cacao, devant les Pays-Bas, depuis 2010. Elle transforme chaque année quelque 530 000 tonnes de fèves, soit un bon tiers de sa production. Une part que le gouvernement souhaiterait faire passer à 50 % d'ici à 2015. Il vient pourtant de prendre coup sur coup deux décisions susceptibles de freiner cette dynamique. Après avoir supprimé, en septembre, l'allègement fiscal des broyeurs, qui était en vigueur depuis vingt ans, il a mis en place, en novembre, une taxe de 14,6 % sur les exportations de produits semi-finis, jusqu'alors exonérées de charges. « Les pouvoirs publics sont en train d'abolir toutes les incitations existantes pour la transformation », a regretté Jos de Loor, directeur général de Cargill. Le géant américain n'a pas tardé à réagir en annonçant le gel de ses projets d'extension en Côte d'Ivoire pour se tourner vers l'Indonésie, où il inaugurera une usine de broyage début 2014.



Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Télévision

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Le groupe audiovisuel français Canal Plus lance A+, une chaîne consacrée aux contenus africains. Elle ambitionne de devenir "la grande chaîne africaine". 

Lire la suite

Foncier

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Les riverains des plantations d'huile de palme et d'hévéa de Socfin, dont Bolloré est l'actionnaire principal, devront attendre. Leurs représentants ont décliné ce 24 octobre au groupe français leurs revendications...

Lire la suite

Décideurs

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la présidence de la Banque africaine de développement,...

Lire la suite

Maroc

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'est officiellement implanté à Casablanca Finance City (CFC), d'où le groupe américain compte poursuivre l'expansion de ses activités au Maghreb, ainsi qu'en Afrique occidentale et centrale.

Lire la suite

Mines

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

La RD Congo pourrait produire 18 tonnes d'or cette année, selon Martin Kabwelulu, le ministre des Mines du pays d'Afrique centrale. C'est trois fois le volume extrait l'an dernier.

Lire la suite

Décideurs

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé jusqu'à la prochaine...

Lire la suite

Consommation

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

La première entreprise cotée à la bourse de Douala enregistre un bénéfice de plus de 36 millions de F CFA au premier semestre de 2014. Une bonne nouvelle pour la...

Lire la suite

Distribution

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk et ses associés ont lancé une plateforme commune afin d'ouvrir plus d'une dizaine de supermarchés au Ghana.

Lire la suite

Finance

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

Bank of Africa Sénégal a ouvert la souscription à l'offre publique de vente (OPV) de 200 000 actions nouvelles. L'opération, qui s'achève le 21 novembre, sera suivie de l'introduction à...

Lire la suite

Agriculture

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la Banque africaine de développement, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise l'adoption par les pays africains des "innovations agricoles...

Lire la suite

Agr

Edouard Messou, PwC : "En Côte d'Ivoire, c'est la peur de manquer de cacao qui a fait grimper les prix"

Edouard Messou, PwC :

Edouard Messou, président Afrique subsaharienne francophone du cabinet de conseil PwC, est revenu pour "Jeune Afrique" sur la hausse spectaculaire des prix du cacao constatée cette année en Côte d'Ivoire. Pour le...

Lire la suite

Energie

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya a inauguré Olkaria IV, la quatrième station géothermique d'un programme électrique développé depuis les années 1980. D'une capacité de 140 mégawatts, c'est la centrale la plus puissante de...

Lire la suite

Saga

Sifca, une aventure ivoirienne

Sifca, une aventure ivoirienne

En ce mois d'octobre 2014, Sifca, le premier groupe privé de Côte d'Ivoire, fête ses 50 ans. Un demi-siècle de vie tumultueuse pour l’ancien leader du cacao, devenu le numéro...

Lire la suite

Éducation

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Le directeur de la business school sénégalaise est en quête de partenariats en France afin d'ouvrir dans son établissement un master similaire à celui d'une grande école hexagonale en octobre...

Lire la suite

Focus

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Utiliser la rente pétrolière pour encourager les chômeurs à créer leur micro-entreprise. Telle est la stratégie des autorités algériennes, qui subventionnent les porteurs de projets.

Lire la suite

Événement

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Réunis à Djibouti les 21 et 22 octobre, les ministres des Transports et des Infrastructures du Marché commun de l'Afrique australe et orientale (Comesa) ont entériné des avancées majeures dans...

Lire la suite

Intégration régionale

Ilyas Moussa Dawaleh : "L'axe Djibouti-Addis est un modèle unique en Afrique"

Ilyas Moussa Dawaleh :

Ancien directeur des opérations du Port de Djibouti, Ilyas Moussa Dawaleh est depuis 2011 le ministre de l'Économie et des Finances du pays d'Afrique de l'Est. Dans cette interview accordée à...

Lire la suite

Interview

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Marc Rennard, Orange :

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence accrue, il mise sur l'explosion des...

Lire la suite

Maroc

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

Après avoir été suspendu pendant une semaine, les titres du promoteur immobilier marocain CGI vont être radiés de la cote à la Bourse de Casablanca. C'est la décision prise par...

Lire la suite

Finances publiques

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Bloomfield Investment a maintenu la note "BBB+" attribuée à la commune de Dakar. L'agence de notation financière a toutefois abaissé ses perspectives de "positives" à "stables". En cause : l'incertitude...

Lire la suite

Décideurs

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Thierry Desmarest et Patrick Pouyanné ont été nommés à la tête du groupe pétrolier français à la suite du décès de Christophe de Margerie dans un accident d’avion

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags