Télécoms : l'État algérien acquière 51% de Djezzy pour 2,64 milliards de dollars.
Turkish Airlines va desservir trois nouvelles destinations africaines : Bamako, Cotonou et Conakry

Algérie : l'avenir est dans le pré

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Algérie tracteurPour réduire ses importations, Alger encourage la population à travailler la terre. Désenclavement, irrigation, subventions... Rien n'est oublié pour dynamiser le secteur agricole.

Retrouver l'esprit pionnier. C'est le voeu du ministre de l'Agriculture, Rachid Benaïssa, qui a exhorté en décembre 2012 les exploitants du pays à dynamiser leur production et à faire des émules chez leurs compatriotes. Ces dernières années, l'État a grandement désenclavé les villages en construisant des routes et en apportant les services de base (électricité, eau potable, téléphone...). Près de 400 000 logements ruraux ont été réalisés et attribués en vue de fixer les populations.

Début février, le ministre s'est même rendu dans le sud-ouest du pays en vue d'accroître le développement rural de cette région : « Les wilayas du Sud [Adrar, Tamanrasset, Tindouf et Béchar, NDLR] sont en mesure de satisfaire les besoins alimentaires des populations locales et de contribuer à l'amélioration d'un tiers de la sécurité alimentaire de tout le pays », a-t-il déclaré. Pour ce faire, une enveloppe complémentaire de 80 milliards de dinars (756 millions d'euros) a été débloquée pour la période 2012-2014 afin d'améliorer le potentiel productif de la région.

Le privé en embuscade

Portés par la dynamisation du secteur agricole, les plus grands groupes algériens investissent dans l'amont. Depuis quelques années, Cevital, premier groupe privé en termes de chiffre d'affaires, a acquis, via sa filiale Ceviagro, plusieurs concessions agricoles dans le nord et le sud du pays et y produit des fraises, des tomates et des agrumes, pour le marché local comme pour l'exportation. De son côté, le groupe Benamor, numéro un dans la production de conserves de tomates et de pâtes alimentaires, développe des projets dans la production de tomates industrielles et de céréales avec des agriculteurs de l'est du pays. De nombreux chefs d'entreprise achètent de petits terrains agricoles dans les Hauts Plateaux et le Grand Sud pour les exploiter et préparer l'après-pétrole. Mais l'État ne cède pas facilement ses terres...

L'agriculture emploie environ 13 millions de personnes dans le pays, ce qui représente 35 % de la population algérienne. Plus de 90 % des terres sont en mode de gestion privée. La réforme de la loi foncière a permis de libérer l'esprit d'initiative et de favoriser le recours aux crédits. Sur 8,5 millions d'hectares de surface agricole utile, 6 millions appartiennent au privé, avec 850 000 exploitations reconnues.

Fort de ses recettes énergétiques, le gouvernement a engagé ces dix dernières années une politique très volontariste pour le développement et la modernisation des fermes. L'objectif est notamment de réduire la dépendance à l'égard des importations et donc de diminuer la facture alimentaire, qui a encore représenté 6,8 milliards d'euros en 2012, après un montant de 7,6 milliards en 2011, d'après les chiffres des douanes. À cela il faut ajouter l'enveloppe consacrée aux subventions des produits (céréales, lait et pain), nécessaires à la paix sociale. Pour 2013, l'État prévoit de dépenser 1,3 milliard d'euros.

Autsuffisance 

Des sommes qui pourraient être économisées si le pays atteignait l'autosuffisance. Il est sur la bonne voie puisque les paysans algériens couvrent aujourd'hui 72 % des besoins alimentaires, alors qu'ils n'en assuraient que 25 % au milieu des années 2000. La production nationale augmente de près de 7 % par an. Depuis l'amnistie accordée aux terroristes islamistes, en 2006, de nombreux fellahs (travailleurs agricoles) ont opéré un retour à la terre, abandonnée durant la décennie 1990. Cette démarche est encouragée par l'État, qui ne lésine pas sur les moyens et accorde notamment des subventions de 30 % à 50 % du prix des machines et des équipements fabriqués totalement ou partiellement en Algérie. Si les exploitations restent encore morcelées, peu mécanisées et avec des taux de rendement assez faibles en comparaison des grandes zones de production (Brésil, Europe, États-Unis), la modernisation est en marche.

Barrages 

En témoigne le lancement, mi-décembre 2012, du premier tracteur de marque américaine Massey Ferguson made in Algeria, construit par l'Entreprise des tracteurs agricoles (Etrag), près de Constantine. Au départ, la capacité productive du site sera de 3 500 tracteurs par an et passera à 5 000 unités dans cinq ans. De plus, chaque foire agricole voit de nouvelles demandes en matériels de culture, de récolte, de stockage, avec des besoins spécifiques pour les secteurs des céréales, des fourrages, des fruits et légumes... Afin de réduire la contrainte des aléas climatiques, les autorités misent aussi sur l'irrigation, les engrais et les semences certifiées. Elles ont engagé un grand programme de construction de barrages qui doit porter leur nombre à 90 en 2020, contre 65 actuellement. Une progression de 50 % des surfaces irriguées est attendue d'ici à 2014.

Lire aussi : 
Les deux piliers de la sécurité alimentaire
Agrobusiness : le continent décroche la palme

Toutefois, le système peut encore être amélioré. « Les aides sont trop ciblées, notamment sur le lait et les céréales, dont les prix sont déjà subventionnés, déplore un consultant. D'autres produits frais et les viandes le sont moins. Elles vont aussi prioritairement aux grands exploitants. » Au niveau de la rentabilité, le système fonctionne à perte. Au fur et à mesure des échéances électorales, les fellahs ne remboursent plus leurs crédits. Près de 32 000 d'entre eux ont vu leur dette effacée lors du troisième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, conformément à l'un de ses engagements de campagne. Une mesure qu'ils comptent bien voir appliquée de nouveau lors de la prochaine présidentielle, en 2014. 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Finance

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Le Fonds Gari, structure de garantie des crédits, doit faire face au départ de ses actionnaires historiques, qui cèdent 80,56 % du capital. Avis aux repreneurs potentiels : les amateurs sont...

Lire la suite

Agriculture

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Ils produisent de l'arachide, des olives ou du coton. Ils viennent du Sénégal, de la Tunisie et du Burkina Faso. Leur point commun : ils promeuvent les savoir-faire locaux. Et...

Lire la suite

Télécoms

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

Après des années de bataille juridique, VimpelCom annonce la cession de 51% du capital de Djezzy au Fonds national d'investissement pour 2,643 milliards de dollars. L'actionnaire russe conserve toutefois le...

Lire la suite

Banque

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Un accord de cession des parts de l'État marocain dans le capital de BCP a été conclu avec le groupe bancaire. L'État, qui détenait près de 6% des parts, les...

Lire la suite

Finance

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Le géant marocain des phosphates OCP a levé 1,55 milliard de dollars pour sa première émission obligataire sur les marchés internationaux. L'entreprise publique cherche à financer un plan d'investissement de...

Lire la suite

Interview

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Moulay Hafid Elalamy :

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée et l'export. "Jeune...

Lire la suite

Engrais

Agriculture africaine : place aux intrants !

Agriculture africaine : place aux intrants !

Trop cher, mal distribué, l'engrais n'est pas entré dans les habitudes des cultivateurs du continent. Mais les industriels du monde entier, en quête de débouchés, comptent bien y remédier.

Lire la suite

Télécoms

Orange Horizons va tester de nouveaux "concept stores" en Afrique

Orange Horizons va tester de nouveaux

Orange poursuit le développement de la marque Horizons à travers le continent. La multinationale teste des concepts stores dans plusieurs villes africaines, l'objectif étant d'y ouvrir des franchises fin 2014. 

Lire la suite

Agro-industrie

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Utilisation de nouvelles semences, formation des cultivateurs, réorganisation des coopératives : la filière coton en Côte d'Ivoire tente de sortir du marasme. Avec un certain succès.

Lire la suite

Maroc

Kool Food finance sa croissance

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolat fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.

Lire la suite

Télécoms

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money a passé le cap des 10 millions d'utilisateurs dans les 13 pays de la zone Afrique-Moyen-Orient où ce service est disponible. En 2013, 2,2 milliards d'euros de transactions...

Lire la suite

Énergie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Les travaux de la première ferme éolienne de Tanzanie vont être lancés au second semestre 2014 à Singida (Ouest du pays). Le projet - d'un coût total de 285 millions...

Lire la suite

Bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Miriem Bensalah, la patronne des patrons marocains, et Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l'Industrie et du Commerce, sont en froid. Selon les analystes du marché casablancais, c'est là qu'il...

Lire la suite

Transfert d'argent

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

Aïda Diarra,

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du continent.

Lire la suite

Sénégal

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Mangalis lance Yaas, son enseigne économique, à Dakar. Le premier établissement de la filiale de Teyliom à revêtir la nouvelle marque du groupe devrait ouvrir ses portes au deuxième trimestre 2015.

Lire la suite

Hydrocarbures

Pétrole : Total fait une découverte "prometteuse" en Côte d'Ivoire

Pétrole : Total fait une découverte

Total a annoncé la découverte de pétrole dans l'offshore profond au large de San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. C'est la première découverte de ce type pour...

Lire la suite

Ostréiculture

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

La ville  de Dakhla est devenue le principal centre ostréicole du Maroc. Mais les volumes restent modestes, et les débouchés limités.

Lire la suite

Élevage

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Plus de viande, plus de produits laitiers : avec l'amélioration du niveau de vie, la demande d'aliments d'origine animale devrait tripler sur le continent d'ici à 2050. Une occasion unique...

Lire la suite

Maroc

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Autrefois sacré capitale mondiale de la sardine, le port marocain de Safi fait face à une diminution des prises. Comment sauvegarder son industrie de transformation ? Les entrepreneurs étudient toutes...

Lire la suite

Équipement

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Le constructeur indien Mahindra connaît une forte croissance sur le continent, tirée par ses ventes de tracteurs.

Lire la suite

Enseignement supérieur

La Banque mondiale lance les "centres d'excellence africains"

La Banque mondiale lance les

La Banque mondiale a annoncé le financement de 19 "centres d'excellence africains", à hauteur de 150 millions de dollars. Ces fonds sont destinés à sept pays d'Afrique de l'Ouest et...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags