Hévéa : SIPH a réalisé un chiffre d’affaires caoutchouc de 326,2 M€ contre 358,5 M€ l’an dernier, en baisse de 9%.

Mali : une guerre, et ça repart

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

L'Hôtel Salam (groupe Azalaï), à Bamako, le 7 février 2013. © Emmanuel Daou Bakary/JAEn amenant avec elle diplomates et journalistes, l'intervention militaire favorise la relance de l'économie malienne. Le retour de l'aide internationale devrait en outre permettre de préserver la croissance malienne. La reprise est-elle pérenne ?

À Bamako, l'activité reprend. Certes, la situation est encore fragile, mais l'opération Serval, déclenchée le 11 janvier par la France pour débarrasser le nord du Mali des groupes islamistes armés, a un impact positif sur l'économie du pays. Le secteur touristique, l'un des plus touchés par la crise politico-militaire, en est le premier bénéficiaire : « Le mouvement des militaires, des journalistes et des diplomates dans la capitale permet de remplir hôtels et restaurants et de doper un peu plus le commerce local », indique Mossadeck Bally, patron de la chaîne hôtelière Azalaï.

Fermeture

Leader de l'activité sur le plan national avec trois établissements, le groupe hôtelier tourne actuellement à près de 90 % de remplissage, un taux qui, au plus fort de la crise, atteignait à peine 15 %. Alors contraint, comme ses concurrents, de recourir à la fermeture d'hôtels (deux sur trois) et au chômage technique (80 salariés), Azalaï a depuis le début de l'année rappelé tous ses collaborateurs. « Nous avons rouvert un hôtel le 15 janvier et nous nous apprêtons à faire de même pour le troisième établissement, courant février », affirme Mossadeck Bally, qui estime le manque à gagner subi par son groupe depuis le début de la crise, en mars 2012, à 3,7 milliards de F CFA (5,6 millions d'euros, soit une baisse de 60 % de ses revenus).Cliquez ici

Le récent retour du Fonds monétaire international (FMI) devrait donner confiance aux investisseurs étrangers.

Houd Baby, PDG du groupe agroalimentaire Moulins du Sahel, constate lui aussi une certaine amélioration. « Avec la fermeture des frontières, les produits subventionnés importés d'Algérie tels que les farines, le lait ou encore les pâtes, écoulés à des prix bas dans le nord du pays, ont pratiquement disparu. Résultat : nos produits sont désormais facilement distribués à Mopti et à Sévaré, ce qui permet d'augmenter nos volumes de ventes », soutient-il.

Reste que cette pseudo-embellie n'est pour l'heure pas pérenne. « Elle ne le sera que lorsque les militaires et les journalistes céderont leur place dans les hôtels aux hommes d'affaires, aux missions économiques ou encore aux touristes », juge le patron d'Azalaï. En clair, l'économie ne redécollera réellement que lorsque le pays aura retrouvé une stabilité politique et sécuritaire. Déjà, la reconquête rapide des principales villes du Nord ouvre de bonnes perspectives de retour à la normale.

« Clé en or »

Tiéna Coulibaly, le ministre malien de l'Économie, des Finances et du Budget, assure que le récent retour du Fonds monétaire international (FMI) devrait donner confiance aux investisseurs étrangers. L'institution a en effet annoncé, le 28 janvier, l'octroi d'un prêt de 13,7 millions d'euros au Mali pour aider le pays à préserver sa croissance et sa stabilité macroéconomique. « Pour nous, il s'agit là d'une clé en or », indique le ministre. Car depuis, ajoute-t-il, « les principaux bailleurs, qui avaient également suspendu leur aide, décident de revenir ». La Banque mondiale annonce ainsi un appui budgétaire de 37 millions d'euros (contre 22 millions initialement prévus), et l'Union européenne un programme de quelque 250 millions d'euros. Cette manne inespérée devrait aider l'État à financer la remise en état des infrastructures, ce qui permettra de relancer le secteur du BTP, qui a vu son activité baisser de 20 % depuis le début de la crise.

Dans une note publiée fin janvier, la Banque mondiale estime que si le dynamisme des secteurs agricole et aurifère, qui ont permis au Mali de limiter jusqu'ici la casse, se poursuit, « le taux de croissance économique pourrait retrouver son niveau tendanciel de 5 % en 2013 ». Une performance qui sera nettement meilleure que le recul de 1,5 % enregistré en 2012.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Aérien

LH Aviation parie sur le “Made in Maroc”

LH Aviation parie sur le “Made in Maroc”

L'Office national des aéroports (ONDA) du Maroc et la filiale locale du constructeur aéronautique français LH Aviation ont signé le mercredi 23 avril une convention pour l'installation d'une usine de...

Lire la suite

Côte d'Ivoire

Centre d'appels : Acticall prend pied à Abidjan

Centre d'appels : Acticall prend pied à Abidjan

Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, est depuis mi-avril le quatrième site offshore du groupe français Acticall, spécialisé dans les services intégrés de la relation client.

Lire la suite

Les décrypteurs

Nigeria : le nouveau PIB en chiffres

Nigeria : le nouveau PIB en chiffres

Depuis le 6 avril, le Nigeria est la première économie d'Afrique. Décryptage en six infographies de ce bond spectaculaire.

Lire la suite

Développement régional

Tchad : programme pétrole contre nourriture

Tchad : programme pétrole contre nourriture

Au Tchad, la loi alloue 5 % des revenus de l'or noir à la région du Logone oriental pour ses projets de développement. Déjà 1 300 paysans en bénéficient. Les...

Lire la suite

Transport

Tchad : bus, clim et vidéos

Tchad : bus, clim et vidéos

Avant, voyager était un calvaire. Aujourd'hui, on peut, depuis Abéché ou Sarh, rallier la capitale en moins d'une journée. Grâce à l'asphaltage des routes et à la mise en service...

Lire la suite

Aménagement

Mission changement de look pour N'Djamena

Mission changement de look pour N'Djamena

Plongée dans la poussière et le bruit, la ville s'apprête à changer de look. Tout doit être prêt en juin 2015, pour le 25e sommet de l'Union africaine.

Lire la suite

Construction

Hôtellerie : Mangalis a foi en ses étoiles

Hôtellerie : Mangalis a foi en ses étoiles

Le groupe hôtelier Mangalis, filiale de Teyliom, lance Yass, son enseigne économique et redéfinit la place de ses marques Seen et Noom dans la gamme.

Lire la suite

Commerce extérieur

Algérie : nouveau recul de l'excédent commercial

Algérie : nouveau recul de l'excédent commercial

L'excédent commercial de l'Algérie a chuté de 22,6% au premier trimestre 2014, s'établissant à 2,6 milliards de dollars, contre 3,36 milliards au premier trimestre de l'année écoulée, rapporte l'agence de...

Lire la suite

Industrie pharmaceutique

Côte d'Ivoire : Cauris entre au capital de Cipharm

Côte d'Ivoire : Cauris entre au capital de Cipharm

Le fonds Cauris Croissance II a investi 2 milliards de F CFA dans la société ivoirienne Cipharm. Cet investissement, qui prend la forme d'une prise de participation minoritaire et d'un...

Lire la suite

Aérien

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent séduire les ministres des Transports...

Lire la suite

Mines

Afrique du Sud : Anglo American prépare sa sortie du platine

Afrique du Sud : Anglo American prépare sa sortie du platine

Le holding britannique Anglo American prépare le terrain pour sa sortie du secteur du platine en Afrique du Sud, rapporte le "Financial Times". Des discussions sont actuellement en cours avec...

Lire la suite

Santé

Saham passe au bistouri

Saham passe au bistouri

Le groupe privé marocain jette son dévolu sur un secteur très porteur : les cliniques. Une activité complémentaire de son pôle assurance.

Lire la suite

Finances publiques

Émissions obligataires : la Zambie paie cher

Émissions obligataires : la Zambie paie cher

Le pays emprunte à nouveau. Mais, avec son déficit budgétaire, à un taux plus élevé qu'en 2012.

Lire la suite

Entreprises

Ces messies maghrébins de l'industrie européenne

Ces messies maghrébins de l'industrie européenne

En rachetant le français FagorBrandt, le groupe algérien Cevital confirme que, pour les entreprises européennes en difficulté, le salut peut venir d'Afrique du Nord.

Lire la suite

Ciment

En Algérie, Lafarge touche à tout

En Algérie, Lafarge touche à tout

Leader en Algérie, le groupe français Lafarge se place en aval de la production avec sa propre chaîne de distribution, et en amont avec un laboratoire de développement.

Lire la suite

Ciment

Tous grisés par l'or gris

Tous grisés par l'or gris

La multiplication des usines en Afrique subsaharienne a porté ses fruits. En 2013, la région a, pour la première fois, produit plus de ciment qu'elle n'en a consommé. Principal acteur...

Lire la suite

TV

Réussite : Rescapée de la crise ivoirienne

Réussite : Rescapée de la crise ivoirienne

Découvrez l’histoire de Marie-Solange Sahoun, patronne de Dégué Délice, qui a a tout perdu suite au pillage de son matériel de production durant la crise ivoirienne. Un reportage TV diffusé...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" s’intéresse à l’exploitation de l’uranium par Areva, au Niger. Dans son édition n° 2780, le magazine révèle en exclusivité le contenu du rapport de l'ONG Open...

Lire la suite

Mines

La Guinée retire son permis à BSGR

La Guinée retire son permis à BSGR

Le gouvernement guinéen a résilié le permis minier octroyé au milliardaire Beny Steinmetz et à sa compagnie BSGR sur le gisement de fer de Simandou. Cette décision fait suite aux...

Lire la suite

Transparence

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, il est désormais possible d'apporter des réponses. Jeune Afrique s'y attèle...

Lire la suite

Finance

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Le Fonds Gari, structure de garantie des crédits, doit faire face au départ de ses actionnaires historiques, qui cèdent 80,56 % du capital. Avis aux repreneurs potentiels : les amateurs sont...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags