Groupes miniers : la Bourse de Sydney, passage obligé

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Sydney glezL'engouement des miniers australiens pour l'Afrique ne se dément pas. Mais face à la surenchère de projets, la levée de fonds sur l'Australian Securities Exchange (ASX) devient plus difficile.

Voilà un peu plus de cinq ans que l'Australie capitalise sur les gisements africains. Encouragées par l'assainissement de l'environnement politique et du cadre économique à travers l'ensemble du continent, les compagnies minières australiennes n'hésitent plus, quelles que soient leur taille ou leur puissance financière, à venir tenter leur chance en Afrique. « Le domaine minier est parfaitement connu et déjà largement sous contrôle en Australie. Les opportunités y sont donc rares », explique Peter Rudd, analyste chez Citigroup à Sydney.

Les opérateurs miniers ont donc multiplié les investissements à l'extérieur du pays, notamment en Afrique, « où les coûts d'exploitation sont largement plus avantageux qu'en Australie, pour des délais d'obtention des permis généralement plus courts », précise Roger Donnelly, économiste en chef à l'Export Finance and Insurance Corporation (EFIC), l'agence australienne spécialisée dans l'assurance-crédit à l'exportation.

Fortes d'un savoir-faire mondialement reconnu sur un secteur qui contribue à hauteur de 5 % au PIB et de 35 % aux exportations du pays, les compagnies australiennes peuvent compter sur le soutien des investisseurs locaux pour partir à l'assaut des ressources minérales africaines. Sur les 745 opérateurs miniers listés auprès de l'Australian Securities Exchange (ASX) - soit 44 % de l'ensemble des compagnies cotées à la Bourse de Sydney et 23 % de sa capitalisation totale -, 204 travaillent aujourd'hui en Afrique sur un millier de projets répartis dans 38 pays. Seul le Canada fait légèrement mieux (207 compagnies répertoriées), alors que la Place de Londres atteint péniblement la centaine d'opérateurs.

Cliquez sur l'image.Constitué aux trois quarts de juniors, le contingent australien se positionne essentiellement sur des projets d'exploration, aurifères en Afrique de l'Ouest (Mali, Ghana et Burkina Faso), mais également d'uranium en Mauritanie et en Namibie, de nickel en Tanzanie, de diamant en Angola et au Botswana, de charbon à Madagascar et en Afrique du Sud, de minerai de fer au Cameroun et en Sierra Leone ou de cuivre en RD Congo et en Zambie.

« Ce sont pour la plupart des petites structures, le plus souvent installées à Perth, et qui viennent collecter entre 2 millions et 5 millions de dollars australiens [de 1,6 million à 4 millions d'euros, NDLR] sur la Bourse de Sydney pour pouvoir poursuivre leurs activités d'exploration, avant de passer à l'exploitation des gisements dans les deux ans », détaille Eddie Grieve, directeur chargé du développement de l'ASX. Il constate « un véritable élan ces dernières années, à la suite des succès rencontrés par de nombreuses compagnies australiennes en Afrique ».

Attrait

Pour Mike Ralston, directeur général de Balamara Resources, coté depuis quatre ans à l'ASX et actuellement en lice pour développer un projet de phosphate au Togo, « l'attrait des investisseurs australiens pour les mines africaines n'a jamais été aussi fort ». Ces derniers mois pourtant, il montre quelques signes de faiblesse, notamment du fait du ralentissement de l'économie chinoise. Si les investissements australiens en Afrique sont estimés entre 15 milliards et 25 milliards d'euros sur la dernière décennie, le montant pour 2012 dépasse à peine 1 milliard d'euros, alors que neuf compagnies supplémentaires ont débarqué dans le même temps sur le continent.

« De plus en plus d'opérateurs prospectent en Afrique. Le nombre de projets en recherche de financement est donc plus important », insiste le patron de Balamara. De fait, victimes de leur réussite en Afrique, les compagnies australiennes doivent faire face à une concurrence plus rude. « L'histoire du secteur minier australien a toujours été rythmée par de forts pics de croissance, suivis de périodes plus ou moins longues de gel des investissements », rappelle Peter Rudd. Les compagnies doivent donc se montrer patientes. Et avec elles les pays africains qui souhaitent leur confier la valorisation de leur domaine minier. 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Banque

Afreximbank va installer un bureau régional à Abidjan

Afreximbank va installer un bureau régional à Abidjan

Afreximbank a choisi Abidjan pour installer sa succursale dédiée à l'Afrique de l'ouest francophone. Une région dans laquelle la banque d'import-export veut développer ses activités.

Lire la suite

Libre-échange

Faut-il avoir peur de l'APE ?

Faut-il avoir peur de l'APE ?

Après plus de dix ans de négociations, l'accord de partenariat économique a enfin été conclu entre l'Union européenne et une grande partie de l'Afrique subsaharienne... Mais crée toujours autant la...

Lire la suite

Interview

André Fotso : "L'APE jette les prémices d'un partenariat pour le développement"

André Fotso :

Le chef du Groupement interpatronale du Cameroun (Gicam) André Fotso estime que l'accord de partenariat économique (APE) représente une chance à saisir pour le secteur privé, même si les défis...

Lire la suite

Analyse

Les clés de la réussite de Maurice

Les clés de la réussite de Maurice

Maurice est le plus compétitif d'Afrique. Sa recette : les réformes structurelles et la diversification.

Lire la suite

Énergie

Nucléaire : la Russie et l'Afrique du Sud signent un important partenariat stratégique

Nucléaire : la Russie et l'Afrique du Sud signent un important partenariat stratégique

La Russie va fournir d'ici à 2023 jusqu'à huit réacteurs nucléaires à l'Afrique du Sud dans le cadre d'un partenariat stratégique signé entre les deux pays. Cet accord pourrait sonner...

Lire la suite

Forum

PME africaines : les 3 ingrédients de la réussite à l’heure de la mondialisation

PME africaines : les 3 ingrédients de la réussite à l’heure de la mondialisation

Pour leur première venue sur le continent, les participants au 14e Forum mondial pour le développement des exportations de Kigali ont rappelé que la réussite des PME africaines à l’international...

Lire la suite

Agroalimentaire

Burkina Faso : FasoPro démarre la vente de ses chenilles précuites

Burkina Faso : FasoPro démarre la vente de ses chenilles précuites

La start up burkinabè FasoPro met sur le marché à partir de ce mardi 23 septembre ses premiers produits "ToumouDelice", des chenilles précuites qui contribuent à lutter contre la malnutrition.

Lire la suite

Énergie

EDF participera à la première centrale à biomasse de Côte d’Ivoire

EDF participera à la première centrale à biomasse de Côte d’Ivoire

EDF s'associe à Sifca pour construire et exploiter une centrale électrique alimentée par les troncs et feuilles de palmiers à huile. Prévue pour 2015 à Aboisso, cette centrale de 46...

Lire la suite

Assurances

AXA et IFC s'allient dans les pays émergents

AXA et IFC s'allient dans les pays émergents

Le géant français de l'assurance AXA noue un partenariat avec la Société financière internationale (IFC), le bras armé de la Banque mondiale pour le secteur privé. Leur ambition : accélérer...

Lire la suite

Reportage TV

Réussite : Aïssatou Cissé, vedette des transports à Abidjan

Réussite : Aïssatou Cissé, vedette des transports à Abidjan

90 employés, une flotte de 40 véhicules et une poigne de fer : voilà les ingrédients de la réussite d'Aïssatou Cissé. À 45 ans, cette Ivoirienne dirige Pendis-CI, l'une des...

Lire la suite

Maroc

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales, devant Port-Louis (Maurice), Moscou, Dublin et...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur les fleurons marocains désormais capables de rivaliser avec les plus grandes multinationales, sur leur marché comme à l'étranger.

Lire la suite

Finance

Les actionnaires d'Afreximbank vont injecter 500 millions de dollars dans son capital

Les actionnaires d'Afreximbank vont injecter 500 millions de dollars dans son capital

Les actionnaires de la Banque africaine d'import-export, réunis au Caire le 20 septembre, ont approuvé une augmentation de capital de 500 millions de dollars, par l'émission de nouvelles actions.

Lire la suite

Santé

Le 3e sommet Inde-Afrique reporté à cause d'Ebola

Le 3e sommet Inde-Afrique reporté à cause d'Ebola

Le 3e sommet Inde-Afrique, prévu pour décembre prochain, a été reporté. En cause : les difficultés logistiques et sanitaires entraînées par l'épidémie d'Ebola.

Lire la suite

Hydrocarbures

Total : l'exploration change de tête

Total : l'exploration change de tête

Kevin McLachlan, auparavant vice-président exploration de la compagnie américaine Murphy Oil, va remplacer Marc Blaizot au poste de directeur exploration de Total. La multinationale française est actuellement sous pression pour...

Lire la suite

Transport maritime

Douala, port de l'angoisse

Douala, port de l'angoisse

L'infrastructure par laquelle transite le commerce du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique est au bord de l'asphyxie. Les opérateurs publics et privés gèrent l'urgence, mais les solutions de...

Lire la suite

Justice

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

Le gendarme boursier américain enquête sur des avantages que la banque d'affaires Goldman Sachs aurait offerts à des dignitaires libyens pour s'attirer les faveurs du fonds souverain Libyan Investment Authority...

Lire la suite

Agro-industrie

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Pour attester de ses bonnes pratiques, le forestier français Rougier a entamé une certification de ses sites en Afrique centrale. Un sésame indispensable pour accéder à certains marchés. Mais ce...

Lire la suite

Entreprise

Le pari gabonais du mauricien IBL

Le pari gabonais du mauricien IBL

Après s'être hissé au rang de deuxième holding du pays, le groupe a fait escale chez ses voisins insulaires, puis mis le cap sur le continent. Destination Kampala et Libreville.

Lire la suite

Capital-investissement

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.

Lire la suite

Gouvernance

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags