Andrew Burns, Banque mondiale : "Nos prévisions sous-estiment probablement la réalité en Afrique"

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Andrew Burns est directeur du Groupe d'étude des perspectives de développement. © Banque mondialeAlors que la Banque mondiale publie le 16 janvier son rapport sur les perspectives économiques mondiales, Andrew Burns, directeur du Groupe d'étude des perspectives de développement au sein de l'institution multilatérale, revient sur les grandes tendances de 2013 : ralentissement aux États-Unis, récession en Europe et maintien de la croissance au sud du Sahara.

La Banque mondiale a publié aujourd'hui (16 janvier) son rapport bisannuel sur les perspectives économiques mondiales. Selon ce document intitulé « Assurer la croissance sur le moyen terme », l’incertitude persistera dans les économies riches au cours de cette nouvelle année, tandis que celles de l’Afrique devront rester robuste. Les pays africains profiteront d’une demande locale soutenue, des prix de matières premières durablement élevés, des volumes d’exportation en croissance (grâce à la hausse des investissements dans le secteur des ressources naturelles). Toutefois, les défis restent importants : En plus des problèmes structurels (industrialisation et faiblesse du commerce intra-africain) des facteurs tels que des conflits sociaux prolongés (Afrique du Sud) et des troubles politiques (Mali , Guinée Bissau et Centrafrique) ralentiront la croissance dans certains nombre de pays de la région. Andrew Burns qui a coordonné la rédaction de ce rapport a répondu aux questions de Jeune Afrique.

Propos recueillis par Stéphane Ballong.

Jeune  Afrique :  L’économie  mondiale  a  connu  un  certain  ralentissement  en  2012. Comment se profile 2013 ?

Andrew  Burns : Au niveau mondial, 2012 a été une année de faible croissance. Les pays riches dans leur ensemble n’ont connu qu’une progression de 1,3% de leur PIB. Pour 2013, on ne voit pas d’amélioration notable au niveau dans ces pays. On attend un ralentissement aux Etats-Unis où la croissance du PIB passera de 2,2% l’année dernière à 1,9. Pour la zone euro, nous tablons sur un recul du PIB de 0,1%, mais cela reste un résultat meilleur que le recul de 0,4% observé en 2012. Globalement la situation économique continuera d’être perturbée par les conséquences de la crise financière 2008-2009. Cependant le scénario est beaucoup moins pessimiste qu’il y a un an parce qu’on voit des signes de reprise aux Etats-Unis et en Europe. Dans ce contexte de volatilité dans les pays riches, les pays en développement font mieux : 5,1%. C’est loin des 7,1% voire des 8% qu’on a pu constater à la fin des années 2000. mais cela reste une bon score si on le compare aux performances des années 1990.

Pour  l’Afrique  subsaharienne,  vous  prévoyez  une  croissance  de  4,9%  en  2013  (contre  4,6% en 2012) et une moyenne de 6% jusqu’en 2015. Sur quoi basez-vous ces prévisions ?

Nos prévisions sont basées sur plusieurs observations. D’abord une augmentation du taux d’investissement : celui-ci est passé de 15% du PIB en 2000 à 22% du PIB en 2012. C’est le signe que les investisseurs font de plus en plus confiance à l’Afrique. Tandis que dans le reste du monde, les IDE ont diminué de 6,6% en 2012, sur le continent, ils sont passés de 35,7 milliards de dollars en 2011 à 37,5 milliards de dollars l’année dernière. Portés par les cours élevés des matières premières, ces investissements vont continuer à augmenter. Et avec eux, la production aussi. Mais outre les cours élevés des matières premières, d’autres éléments comme l’amélioration de l’environnement macro et micro économique jouent également. On voit aussi l’émergence d’une classe moyenne qui attire des investissements dans les secteurs de la grande consommation.

La  Chine  qui  investit  massivement  en  Afrique  connaît  un  ralentissement  de  sa croissance,  les  Etats-Unis  et  l’Europe  sont  toujours  en  proie  à  des  difficultés. Votre analyse n’est-elle pas de fait trop optimiste ?  

Il se passe vraiment quelque chose en Afrique. Il est même probable que nos prévisions sous estiment la réalité. Parce que nos mesures restent essentiellement basées sur des éléments qu’on observaient depuis les années 1990, une période à laquelle des secteurs devenus très importants aujourd’hui n’existaient presque pas. Au Ghana, le calcul du PIB a été refait en intégrant ces éléments nouveaux. Résultat, on a trouvé que le PIB était beaucoup plus important que ce que donnait nos calculs. Ce qui nous fait dire qu’il se passe vraiment quelque chose sur ce continent.

L’industrialisation  indispensable  à  un  développement  durable  peine  à  décoller en  Afrique. Par  ailleurs  la  part  du  continent  dans  le  commerce  mondial  demeure insignifiant... 

L’Afrique n’est pas encore la Chine. Les défis auxquels elle est confrontée sont réels. Elle doit donc continuer à tirer avantage du contexte positif actuel pour poser les bases de sa croissance future. On parle du secteur manufacturier qui est sous développé et de la faiblesse du commerce entre ses Etats. Bien évidemment, tout cela constitue des handicaps, ce qui est rassurant justement, c’est qu’en Afrique de plus en plus on voit ces problèmes comme des opportunités.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Commerce international

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

New Delhi vient de dire "non" à l'adoption d'un accord entre les pays membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Une décision qui vient bloquer le processus d'adoption de ce...

Lire la suite

Investissement

Comment le fond souverain du gabon mène sa stratégie ?

Comment le fond souverain du gabon mène sa stratégie ?

Pêche, tourisme, énergie... Le fonds souverain du Gabon conclut des partenariats dans des secteurs clés. Mais sa priorité reste la constitution d'un portefeuille rentable, surtout à l'étranger.

Lire la suite

Accords commerciaux

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

L'Union européenne (UE) et la Mauritanie se sont accordées sur la prolongation jusqu'en décembre de l'accord de pêche qui les lie. Un arrangement à l'amiable qui ouvre la voie à...

Lire la suite

Maroc

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Depuis 2005, un vaste plan d'urbanisme a métamorphosé les rives du fleuve qui sépare Rabat et Salé, au Maroc. Un chantier qui vise à résorber les fractures géographiques, mais aussi...

Lire la suite

Mines

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Pan-African Minerals, exploitant de la mine de manganèse de Tambao, a signé un protocole d'accord avec Bolloré pour la construction d'un chemin de fer permettant le transport du minerai jusqu'au...

Lire la suite

Affaires publiques

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali a procédé à l'annulation de 130 permis de recherche et autorisations d'exploitation de carrière, a annoncé Boubou Cissé, le ministre des Mines malien. Ce grand nettoyage concerne des...

Lire la suite

Décryptage

Notation : 10 pays africains passés au crible

Notation : 10 pays africains passés au crible

Le Rwanda a été noté B+ par l'agence Fitch Ratings. Comment expliquer que ce pays, avec un PIB de 7,5 milliards de dollars, soit mieux noté que le Ghana (48...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

La société pétrolière nigériane Oando concrétise ses plans de transformation en s'emparant définitivement des actifs pétroliers de la major américaine ConocoPhillips pour un total de 1,5 milliard de dollars.

Lire la suite

Télévision

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance en Angola et au Mozambique une chaîne dédiée à la musique et à la culture lusophones. Avec plus de 50 millions de locuteurs en Afrique, le marché dispose...

Lire la suite

Sucre

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Après avoir tiré la sonnette d'alarme auprès du président camerounais au sujet de la concurrence déloyale, la Société sucrière du Cameroun, filiale du groupe français Somdiaa, a vu ses craintes...

Lire la suite

Audiovisuel

Nawfel Raghay : "Au Maroc, il faudrait investir 110 millions de dollars dans la TNT avant juin 2015"

Nawfel Raghay :

Nawfel Raghay, ancien directeur général de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) du Maroc, revient pour "Jeune Afrique" sur la préparation du royaume chérifien au passage à la...

Lire la suite

Médias

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l’événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le Sénégal. La transition de l'analogique vers le numérique...

Lire la suite

Médias

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

À quelques mois du passage à la diffusion numérique de ses télévisions, le continent redouble d'efforts. Un bouleversement audiovisuel où le pire comme le meilleur peuvent encore survenir.

Lire la suite

Industrie

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto va céder ses mines de charbon au Mozambique à une entreprise indienne pour 50 millions de dollars. Le groupe australien les avait acquises en 2011 lors du rachat...

Lire la suite

Maroc

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Promu directeur général délégué du groupe Addoha en 2011, Saad Sefrioui est devenu l'un des piliers de l'expansion panafricaine du géant marocain de l'immobilier.

Lire la suite

Notation

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Grâce à son dynamisme économique et à des réformes structurelles, le Rwanda voit sa note améliorée par l'agence Fitch, passant de B à B+ et assortie d'une perspective stable. Kigali...

Lire la suite

Logistique

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Le guichet unique du Togo est entré en phase pilote depuis fin juin. Réservé pour le moment à quelques acteurs de l'import maritime, il devrait progressivement être étendu à toutes...

Lire la suite

Finances publiques

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur...

Lire la suite

Mines

First Quantum, zambien mais pas trop

First Quantum, zambien mais pas trop

Alors qu'il tire les deux tiers de ses bénéfices de l'État d'Afrique australe, le producteur de cuivre canadien chasse sur d'autres terres africaines. La raison ? Des relations tendues avec...

Lire la suite

Finances publiques

Le Kenya envisage d'emprunter en yens

Le Kenya envisage d'emprunter en yens

Après la levée de 2 milliards de dollars sur les marchés internationaux en juin dernier, le Kenya envisage d'émettre des obligations en yens. Nairobi, qui souhaite diversifier ses sources de...

Lire la suite

Industrie

Afrique du Sud : le principal syndicat des métallurgistes appelle à la fin de la grève

Afrique du Sud : le principal syndicat des métallurgistes appelle à la fin de la grève

Le syndicat des métallos sud-africains Numsa a appelé à la fin de la grève menée depuis début juillet, après avoir obtenu une hausse de 10 % des salaires. Le constructeur...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags