Cherif Rahmani entend relancer l'industrie algérienne

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Cherif-Rahmani-ministre-industrie-Algerie Fanny-ReaL'implantation de Renault à Oran, c'est son boulot. La renationalisation du complexe sidérurgique d'El-Hadjar, c'est pour lui aussi. Cherif Rahmani, le ministre de l'Industrie, est une pièce maîtresse du gouvernement d'Abdelmalek Sellal.

Pas de vacances pour Cherif Rahmani. Entre les conseils au palais du gouvernement, les séances de travail avec son cabinet et les rencontres avec des investisseurs, le ministre algérien de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement a un agenda bien rempli. Depuis sa nomination en septembre 2012, le rythme n'a pas Cherif-Rahmani infobaissé. Et pour cause : "La relance de l'industrie en Algérie est une urgence", déclarait-il en janvier. Le secteur perd en effet du terrain. En 2012, il représentait moins de 5 % du PIB du pays, contre 7,5 % en 2000. À 68 ans, ce pilier du régime d'Abdelaziz Bouteflika, réputé proche de certains hauts gradés de l'armée et qui compte parmi les leaders du Rassemblement national démocratique (RND, l'un des partis de la coalition présidentielle) est au coeur des dossiers clés qui devront permettre d'inverser cette tendance.

Celui de l'implantation du constructeur automobile Renault dans la région d'Oran n'est pas le moindre. Ce projet de longue date devrait finalement se concrétiser à la fin de 2014, après l'accord conclu à l'occasion de la visite de François Hollande à Alger, en décembre. L'usine sera détenue à 51 % par l'État et à 49 % par le groupe français. Elle produira dès son ouverture 25 000 véhicules par an et passera progressivement à 75 000 unités. À la clé, plusieurs centaines d'emplois et, surtout, l'émergence d'un tissu de "cotraitants" locaux - un terme que Cherif Rahmani juge plus adéquat que celui de "sous-traitants".

Indéboulonnable

Alors que des rumeurs d'un important remaniement ministériel circulent, Cherif Rahmani s'impose comme l'un des hommes clés du gouvernement d'Abdelmalek Sellal. Car outre le dossier Renault, c'est également lui qui pilote le projet de "renationalisation" du complexe sidérurgique d'El-Hadjar (550 km à l'est d'Alger), détenu à 70 % par Arcelor Mittal. L'enjeu est tout aussi important : alors que le chômage - notamment celui des jeunes - reste élevé, l'Algérie entend investir dans ce site pour relancer la production, préserver les 5 500 emplois qu'il compte et en créer de nouveaux. Il faut dire que depuis sa privatisation, en 2001, ce complexe a perdu plus de la moitié de ses emplois, les objectifs de production n'ont jamais été atteints et les outils productifs se sont détériorés par manque d'investissement. Or les besoins de l'Algérie en produits ou matériaux sidérurgiques sont énormes. Cherif Rahmani n'a donc pas droit à l'erreur.

Nous voulons créer un choc de confiance pour encourager les investisseurs.

Pour réussir, sa riche expérience au sein de différents gouvernements ne sera pas de trop. Indéboulonnable, ce diplômé de la première promotion de l'École nationale d'administration, à Alger, a occupé quasiment sans discontinuer différentes fonctions ministérielles depuis 1988 (Jeunesse et Sports, Équipement, Environnement, Tourisme...). Mais c'est surtout en tant que ministre gouverneur du Grand Alger (de 1997 à 2000) qu'il s'est définitivement bâti une notoriété et a étendu sa sphère d'influence... au risque de s'attirer les foudres du président. De fait, Abdelaziz Bouteflika en personne est monté au créneau, en 2000, pour critiquer sévèrement cet "État dans l'État" qui avait engagé des montants colossaux dans la célébration du millénaire d'Alger. Cherif Rahmani sera limogé dans la foulée avant d'être rappelé, quelques mois plus tard, au ministère de l'Aménagement du territoire.

Aujourd'hui, c'est à ce natif d'Aïn Oussara (200 km au sud d'Alger) que le gouvernement confie la mise en place d'une nouvelle politique industrielle... qui, pour le moment, reste abstraite. L'intéressé, lui, assure que son objectif est de favoriser "la création de nouvelles sources de richesses, en faisant appel au savoir-faire international pour localiser, ici en Algérie, des segments d'industrie afin de développer la qualité, l'innovation et la formation des jeunes". Pour se démarquer de ses prédécesseurs et sortir des déclarations de bonnes intentions, cet ancien professeur à l'ENA d'Alger et à l'université de Poitiers (France) insiste sur le fait que sa politique tiendra compte, dans le détail, de "tout ce qui a été dit ou écrit en Algérie ces dernières années". "Nous sommes passés d'un ministre austère à un ministre communicant qui cerne les enjeux", estime Slim Othmani, président de NCA-Rouiba (une société spécialisée dans les jus de fruits) et membre fondateur du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise.

Lire aussi :

Algérie : grandes manoeuvres en vue pour relancer l'industrie et combattre le chômage des jeunes
Chérif Rahmani : "Le climat de l'investissement en Algérie sera transformé"
Algérie : le CNI approuve 90 projets d'investissement pour 6 milliards de dollars
Renault s'installe en Algérie

Doléance

Au-delà de l'industrie, c'est au développement de l'ensemble du tissu économique qu'il entend s'attaquer. Et notamment à l'amélioration du climat des affaires - la principale doléance des entrepreneurs locaux. Avec sa 152e place sur 185 dans le classement "Doing Business" 2013 établi par la Banque mondiale, l'Algérie fait pâle figure. La restriction de la liberté d'entreprendre et le manque d'incitations pour investir, cumulés aux lourdeurs administratives et à l'instabilité du cadre juridique, découragent les investisseurs nationaux et étrangers. Résultat : "Quelque 50 % des projets agréés par l'Agence nationale de développement de l'investissement depuis 2002 ont été abandonnés par leurs concepteurs", a récemment déploré le ministre.

En mars, Cherif Rahmani a instauré un comité pour rectifier cette mauvaise donne. Et pour donner un écho particulier à sa démarche, le Forum des chefs d'entreprise a été associé aux discussions. L'initiative a été saluée, mais les patrons attendent plus. "Ce n'est pas la volonté de changement qui manque, mais plutôt les capacités de réalisation concrètes sur le terrain", insiste Slim Othmani. "Nous voulons créer un véritable choc de confiance, notre but étant évidemment d'encourager les investisseurs", assurait Cherif Rahmani à Jeune Afrique en mai. Fin juin, il a présenté au gouvernement un rapport contenant 100 propositions pour libérer le monde des affaires. Pour l'heure, aucun détail n'a filtré sur ce document dont le contenu est en cours d'examen.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

RD Congo

Tiger Resources va racheter les parts de la Gécamines dans la mine de cuivre de Kipoi

Tiger Resources va racheter les parts de la Gécamines dans la mine de cuivre de Kipoi

Le groupe minier australien Tiger Resources Limited devrait mobiliser 110 millions de dollars pour finaliser le rachat des parts (40 %) de la Gécamines dans le projet de Kipoi, en...

Lire la suite

Décryptage

Portrait d'une famille de classe moyenne "type" en Afrique subsaharienne

Portrait d'une  famille de classe moyenne

Dans "Comprendre la classe moyenne africaine", la banque sud-africaine Standard Bank montre l'essor du nombre de ménages appartenant à cette catégorie en Afrique, mais fournit également un aperçu de leurs...

Lire la suite

Interview

Nicolas Pyrgos : "Les grandes fortunes africaines sont plus prudentes qu'on ne le pense"

Nicolas Pyrgos :

Patron d'Émeraude Suisse Capital, Nicolas Pyrgos l'assure : ses clients africains sont très prudents dans la manière de placer leur argent. Il faut dire que leur terrain d'exercice est déjà...

Lire la suite

Santé

Pour S&P, Ebola est sans conséquences immédiates sur la notation des pays africains

Pour S&P, Ebola est sans conséquences immédiates sur la notation des pays africains

Pour Standard & Poor's, l'épidémie d'Ebola, qui a entraîné plus de 1400 décès en Afrique subsaharienne depuis décembre 2013, n'a aucun "impact immédiat" sur la notation des 20 pays africains...

Lire la suite

Agroalimentaire

Zambeef, Fan Milk, Brookside Dairy... Les secrets d'une adaptation africaine

Zambeef, Fan Milk, Brookside Dairy... Les secrets d'une adaptation africaine

Plusieurs sociétés agroalimentaires africaines semblent avoir trouvé la bonne formule pour rationnaliser la chaîne logistique, du producteur au consommateur. Et leur succès ne se dément pas.

Lire la suite

Innovation

Erik Hersman et Mbwana Alliy, business angels de Nairobi

Erik Hersman et Mbwana Alliy, business angels de Nairobi

C'est à Nairobi que que les fondateurs de iHub ont posé leurs valises il y a quatre ans. Après le succès de leur pépinière qui compte désormais plus de 150...

Lire la suite

Finance

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.

Lire la suite

Aérien

Royal Air Maroc se renforce en Amérique latine avec le brésilien GOL

Royal Air Maroc se renforce en Amérique latine avec le brésilien GOL

La compagnie nationale marocaine Royal Air Maroc a signé avec le brésilien GOL un accord d'interligne permettant aux clients des deux opérateurs d'exploiter leurs réseaux respectifs.

Lire la suite

Stratégie

La deuxième banque malgache s'ouvre aux PME

La deuxième banque malgache s'ouvre aux PME

Reprise par le groupe mauricien Ciel, associé à l'homme d'affaires Hassanein Hiridjee, la BNI Madagascar veut mieux répondre aux besoins des sociétés locales et développer les services par téléphone.

Lire la suite

Santé

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de développement (BAD) va...

Lire la suite

Entrepreneurs

À Brazzaville, Romaric Nkendzo copie et... décolle !

À Brazzaville, Romaric Nkendzo copie et... décolle !

En faisant baisser les prix de la photocopie, Romaric Nkendzo, un jeune Brazzavillois, est devenu patron. Success-story.

Lire la suite

Immobilier

Le port d'Abidjan et Piemme Côte d'Ivoire lancent un programme de 1 600 logements

Le port d'Abidjan et Piemme Côte d'Ivoire lancent un programme de 1 600 logements

Une convention pour la construction de 1664 logements à destination des agents du Port autonome d'Abidjan a été signée entre le PAA et l'entreprise de construction Piemme-CI. Un investissement qui...

Lire la suite

Avis d'experts

Coton : "Pékin importe moins"

Coton :

Michael Edwards, directeur du site d'information spécialisé Cotton Outlook, revient pour "Jeune Afrique", sur la chute des cours du coton, enregistrée cette année.

Lire la suite

Hydrocarbures

Le Royaume-Uni impose à l'industrie extractive de divulguer ses paiements

Le Royaume-Uni impose à l'industrie extractive de divulguer ses paiements

La Grande-Bretagne a annoncé que les groupes énergétiques et miniers devraient, à partir de l'année prochaine, révéler tous les paiements effectués aux gouvernements des pays dans lesquels ils opèrent. Cette...

Lire la suite

Agro-industrie

Quand les mouches nourriront le bétail

Quand les mouches nourriront le bétail

La start-up AgriProtein a mis au point une méthode surprenante à base de larves de mouches pour produire des aliments pour bétail  Un concept qui pourrait bien révolutionner l'alimentation animale...

Lire la suite

Banque

Afrique subsaharienne : ces étonnants banquiers qui aiment le risque

Afrique subsaharienne : ces étonnants banquiers qui aiment le risque

D'un bout à l'autre du continent, des banques rivalisent d'ingéniosité pour offrir aux Africains des services financiers adaptés à leurs besoins.

Lire la suite

Notation

Standard & Poor's maintient la note de la RD Congo

Standard & Poor's maintient la note de la RD Congo

Standard & Poor's a maintenu à "B-" la note attribuée aux émissions souveraines de long-terme de la RD Congo en monnaie locale et en devises étrangères. L'agence américaine livre toutefois...

Lire la suite

Hydrocarbures

Alger accueillera l'édition 2014 du sommet nord-africain du pétrole et du gaz

Alger accueillera l'édition 2014 du sommet nord-africain du pétrole et du gaz

Le neuvième sommet nord-africain du pétrole et du gaz se tiendra dans la capitale algérienne du 7 au 9 décembre. Au programme : la sécurité des approvisionnements et les hydrocarbures...

Lire la suite

Banque

Le nigérian Tony Elumelu de retour à UBA

Le nigérian Tony Elumelu de retour à UBA

Tony Elumelu a été nommé le 25 août président du conseil d'administration de United Bank for Africa. L'homme d'affaires nigérian connaît bien le groupe bancaire, qu'il a largement contribué à...

Lire la suite

Portrait

Strive Masiyiwa, le pionnier des télécoms à l'assaut de la banque mobile

Strive Masiyiwa, le pionnier des télécoms à l'assaut de la banque mobile

L'homme d'affaires zimbabwéen Strive Masiyiwa est un entrepreneur discret qui a su, au fil du temps, imprimer sa marque dans le secteur des télécoms.

Lire la suite

Innovation

Les Africains marquent des points dans les jeux vidéo

Les Africains marquent des points dans les jeux vidéo

Les jeux vidéo ont la côte en Afrique et les studios du continent ne sont pas en reste. Au Nigeria, au Ghana ou au Kenya, les start-ups se lancent à...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags