Sénégal : Sonatel enregistre un bénéfice net de 201 millions de dollars au 1er semestre, en hausse de 6,6 % sur un an.
L'Algérie réalise un excédent commercial de 3,89 milliards de dollars au 1er semestre, en baisse de 24% sur un an.

Cherif Rahmani entend relancer l'industrie algérienne

Increase font size Decrease font siz | Email | Print

Cherif-Rahmani-ministre-industrie-Algerie Fanny-ReaL'implantation de Renault à Oran, c'est son boulot. La renationalisation du complexe sidérurgique d'El-Hadjar, c'est pour lui aussi. Cherif Rahmani, le ministre de l'Industrie, est une pièce maîtresse du gouvernement d'Abdelmalek Sellal.

Pas de vacances pour Cherif Rahmani. Entre les conseils au palais du gouvernement, les séances de travail avec son cabinet et les rencontres avec des investisseurs, le ministre algérien de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement a un agenda bien rempli. Depuis sa nomination en septembre 2012, le rythme n'a pas Cherif-Rahmani infobaissé. Et pour cause : "La relance de l'industrie en Algérie est une urgence", déclarait-il en janvier. Le secteur perd en effet du terrain. En 2012, il représentait moins de 5 % du PIB du pays, contre 7,5 % en 2000. À 68 ans, ce pilier du régime d'Abdelaziz Bouteflika, réputé proche de certains hauts gradés de l'armée et qui compte parmi les leaders du Rassemblement national démocratique (RND, l'un des partis de la coalition présidentielle) est au coeur des dossiers clés qui devront permettre d'inverser cette tendance.

Celui de l'implantation du constructeur automobile Renault dans la région d'Oran n'est pas le moindre. Ce projet de longue date devrait finalement se concrétiser à la fin de 2014, après l'accord conclu à l'occasion de la visite de François Hollande à Alger, en décembre. L'usine sera détenue à 51 % par l'État et à 49 % par le groupe français. Elle produira dès son ouverture 25 000 véhicules par an et passera progressivement à 75 000 unités. À la clé, plusieurs centaines d'emplois et, surtout, l'émergence d'un tissu de "cotraitants" locaux - un terme que Cherif Rahmani juge plus adéquat que celui de "sous-traitants".

Indéboulonnable

Alors que des rumeurs d'un important remaniement ministériel circulent, Cherif Rahmani s'impose comme l'un des hommes clés du gouvernement d'Abdelmalek Sellal. Car outre le dossier Renault, c'est également lui qui pilote le projet de "renationalisation" du complexe sidérurgique d'El-Hadjar (550 km à l'est d'Alger), détenu à 70 % par Arcelor Mittal. L'enjeu est tout aussi important : alors que le chômage - notamment celui des jeunes - reste élevé, l'Algérie entend investir dans ce site pour relancer la production, préserver les 5 500 emplois qu'il compte et en créer de nouveaux. Il faut dire que depuis sa privatisation, en 2001, ce complexe a perdu plus de la moitié de ses emplois, les objectifs de production n'ont jamais été atteints et les outils productifs se sont détériorés par manque d'investissement. Or les besoins de l'Algérie en produits ou matériaux sidérurgiques sont énormes. Cherif Rahmani n'a donc pas droit à l'erreur.

Nous voulons créer un choc de confiance pour encourager les investisseurs.

Pour réussir, sa riche expérience au sein de différents gouvernements ne sera pas de trop. Indéboulonnable, ce diplômé de la première promotion de l'École nationale d'administration, à Alger, a occupé quasiment sans discontinuer différentes fonctions ministérielles depuis 1988 (Jeunesse et Sports, Équipement, Environnement, Tourisme...). Mais c'est surtout en tant que ministre gouverneur du Grand Alger (de 1997 à 2000) qu'il s'est définitivement bâti une notoriété et a étendu sa sphère d'influence... au risque de s'attirer les foudres du président. De fait, Abdelaziz Bouteflika en personne est monté au créneau, en 2000, pour critiquer sévèrement cet "État dans l'État" qui avait engagé des montants colossaux dans la célébration du millénaire d'Alger. Cherif Rahmani sera limogé dans la foulée avant d'être rappelé, quelques mois plus tard, au ministère de l'Aménagement du territoire.

Aujourd'hui, c'est à ce natif d'Aïn Oussara (200 km au sud d'Alger) que le gouvernement confie la mise en place d'une nouvelle politique industrielle... qui, pour le moment, reste abstraite. L'intéressé, lui, assure que son objectif est de favoriser "la création de nouvelles sources de richesses, en faisant appel au savoir-faire international pour localiser, ici en Algérie, des segments d'industrie afin de développer la qualité, l'innovation et la formation des jeunes". Pour se démarquer de ses prédécesseurs et sortir des déclarations de bonnes intentions, cet ancien professeur à l'ENA d'Alger et à l'université de Poitiers (France) insiste sur le fait que sa politique tiendra compte, dans le détail, de "tout ce qui a été dit ou écrit en Algérie ces dernières années". "Nous sommes passés d'un ministre austère à un ministre communicant qui cerne les enjeux", estime Slim Othmani, président de NCA-Rouiba (une société spécialisée dans les jus de fruits) et membre fondateur du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise.

Lire aussi :

Algérie : grandes manoeuvres en vue pour relancer l'industrie et combattre le chômage des jeunes
Chérif Rahmani : "Le climat de l'investissement en Algérie sera transformé"
Algérie : le CNI approuve 90 projets d'investissement pour 6 milliards de dollars
Renault s'installe en Algérie

Doléance

Au-delà de l'industrie, c'est au développement de l'ensemble du tissu économique qu'il entend s'attaquer. Et notamment à l'amélioration du climat des affaires - la principale doléance des entrepreneurs locaux. Avec sa 152e place sur 185 dans le classement "Doing Business" 2013 établi par la Banque mondiale, l'Algérie fait pâle figure. La restriction de la liberté d'entreprendre et le manque d'incitations pour investir, cumulés aux lourdeurs administratives et à l'instabilité du cadre juridique, découragent les investisseurs nationaux et étrangers. Résultat : "Quelque 50 % des projets agréés par l'Agence nationale de développement de l'investissement depuis 2002 ont été abandonnés par leurs concepteurs", a récemment déploré le ministre.

En mars, Cherif Rahmani a instauré un comité pour rectifier cette mauvaise donne. Et pour donner un écho particulier à sa démarche, le Forum des chefs d'entreprise a été associé aux discussions. L'initiative a été saluée, mais les patrons attendent plus. "Ce n'est pas la volonté de changement qui manque, mais plutôt les capacités de réalisation concrètes sur le terrain", insiste Slim Othmani. "Nous voulons créer un véritable choc de confiance, notre but étant évidemment d'encourager les investisseurs", assurait Cherif Rahmani à Jeune Afrique en mai. Fin juin, il a présenté au gouvernement un rapport contenant 100 propositions pour libérer le monde des affaires. Pour l'heure, aucun détail n'a filtré sur ce document dont le contenu est en cours d'examen.

Increase font size Decrease font siz | Email | Print

Autres articles

Mines

Platine : Anglo American jette l'éponge en Afrique du Sud

Platine : Anglo American jette l'éponge en Afrique du Sud

Le géant minier britannique Anglo American, numéro un mondial du platine, a confirmé sa décision de vendre la majorité des actifs miniers qu'il détient en Afrique du Sud via sa...

Lire la suite

Hydrocarbures

Offshore profond : le Gabon choisit ses sept favoris

Offshore profond : le Gabon choisit ses sept favoris

Le Gabon a arrêté la liste des sept compagnies pétrolières en pole position pour l'attribution de neuf nouveaux permis d'exploration en offshore profond du pays. Shell et Total figurent en...

Lire la suite

Logistique

Le port de Lomé, à la mesure de ses ambitions

Le port de Lomé, à la mesure de ses ambitions

Pour que son trafic augmente de 25 % à partir de 2016, le Port autonome de Lomé, se donne enfin les moyens de ses ambitions.

Lire la suite

Automobile

Le Nigeria restreint les importations, Peugeot relance l'assemblage local

Le Nigeria restreint les importations, Peugeot relance l'assemblage local

PSA Peugeot Citroën va redémarrer l'assemblage de voitures au Nigeria, une activité interrompue depuis plusieurs années. Cette annonce intervient alors qu'Abuja a mis en place depuis début juillet de nouvelles...

Lire la suite

Aménagement

Togo : Aného marque son retour

Togo : Aného marque son retour

Son charme et avec lui une bonne partie de sa population et de ses touristes s'étaient envolés. Grâce à une vaste opération de renouvellement urbain, la cité balnéaire retrouve son...

Lire la suite

Télécoms

Tchad : Tigo prépare le lancement de la 3G et de la 4G

Tchad : Tigo prépare le lancement de la 3G et de la 4G

Après un test public réussi le 17 juillet dernier, Tigo s'apprête à lancer la 3G et la 4G au Tchad. Les premières offres commerciales, qui couvriront d'abord la capitale N'Djamena,...

Lire la suite

Maroc

Le sidérurgiste chinois Shandong Shangang s'installe à Tanger

Le sidérurgiste chinois Shandong Shangang s'installe à Tanger

Le ministre marocain du Commerce et de l'Industrie vient de signer un accord avec le groupe chinois Shandong Shangang. Cet investissement, estimé à 150 millions de dollars, porte sur la...

Lire la suite

Télécommunications

Africable va lancer la première plateforme satellite basée en Afrique de l'Ouest

Africable va lancer la première plateforme satellite basée en Afrique de l'Ouest

À l'initiative d'Africable, plusieurs groupes médias se sont associés pour créer la première plateforme satellite d'Afrique de l'Ouest. À la clé, la diffusion d'un bouquet de 42 chaînes accessible via...

Lire la suite

Classement

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport met l’accent sur l'importance du facteur humain dans l’innovation et souligne la remontée des...

Lire la suite

Industrie

Algérie : l'usine Samsung de Cevital ravagée par un incendie

Algérie : l'usine Samsung de Cevital ravagée par un incendie

Un incendie a ravagé, dimanche soir, l’usine Samha Samsung de Cevital, située dans la banlieue de Sétif à 300 kilomètres d'Alger. Si le bilan humain de cet incident est vierge,...

Lire la suite

Monnaie

La grogne contre le dollar prend de l'ampleur

La grogne contre le dollar prend de l'ampleur

Après l'amende record infligée par les États-Unis à BNP Paribas, la France joint sa voix à celles des économies émergentes pour dénoncer la domination du dollar sur le commerce international.

Lire la suite

Infrastructures

Togo : les routes de la fortune

Togo : les routes de la fortune

En trois ans, les voies express urbaines et les grands axes qui traversent le Togo ont été entièrement modernisés. Et ce n'est pas fini.

Lire la suite

Avis d'experts

Nigeria : "Plus riche, plus lent"

Nigeria :

Razia Khan, responsable de la recherche Afrique chez Standard Chartered, décortique pour "Jeune Afrique" l'impact de la révision du PIB du Nigeria sur la croissance de la première économie du...

Lire la suite

Industries extractives

Abidjan veut passer aux "diamants du développement"

Abidjan veut passer aux

Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines, Jean-Claude Brou, a officiellement lancé ce lundi le projet Droits de propriété et développement du diamant artisanal (DPDDA II), qui vise à...

Lire la suite

Investissements

BPI France vise le sud du Sahara

BPI France vise le sud du Sahara

La banque française dédiée aux PME va investir au Sud du Sahara avec un apport de 50 millions d'euros effectué conjointement avec Proparco, filiale de l'Agence française de développement consacrée...

Lire la suite

Interview

Serge Mickoto : "Le Fonds souverain du Gabon est avant tout destiné aux futures générations"

Serge Mickoto :

Serge Mickoto, directeur général du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), le gestionnaire des ressources du fonds souverain du Gabon, a répondu aux questions de "Jeune Afrique" sur la stratégie de...

Lire la suite

Agriculture

L'UE accorde une aide de 60 millions d'euros pour le développement agricole du Maroc

L'UE accorde une aide de 60 millions d'euros pour le développement agricole du Maroc

L'Union européenne (UE) a accordé un don de 60 millions d'euros (670 millions de dirhams) pour financer la phase II du programme d'appui à la politique sectorielle agricole du Maroc....

Lire la suite

Finances publiques

Côte d'Ivoire : le Trésor fait le plein

Côte d'Ivoire : le Trésor fait le plein

Les investisseurs ont plébiscité la dernière émission obligataire d'Abidjan. Avec 750 millions de dollars levés, l'objectif initial a largement été dépassé.

Lire la suite

Hydrocarbures

Le pétrole africain, ce business suisse

Le pétrole africain, ce business suisse

La Déclaration de Berne, une ONG suisse, fait la lumière sur la gestion particulièrement opaque de la vente des ressources pétrolières des États africains. Pour la première fois, l'ONG propose...

Lire la suite

Consommation

Au Togo, tout augmente... sauf le pouvoir d'achat

Au Togo, tout augmente... sauf le pouvoir d'achat

Entre 2000 et 2010, les prix auraient augmenté de 33 % en moyenne au Togo, ce qui a entraîné une baisse du pouvoir d'achat de près de 25 % durant...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, le magazine "Jeune Afrique" décrypte les bouleversements qui s'annoncent dans le paysage audiovisuel du continent africain, à quelques mois du passage à la diffusion numérique terrestre.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags