Atos va s'installer au Sénégal

Cherif Rahmani entend relancer l'industrie algérienne

Increase font size Decrease font siz | Email | Print

Cherif-Rahmani-ministre-industrie-Algerie Fanny-ReaL'implantation de Renault à Oran, c'est son boulot. La renationalisation du complexe sidérurgique d'El-Hadjar, c'est pour lui aussi. Cherif Rahmani, le ministre de l'Industrie, est une pièce maîtresse du gouvernement d'Abdelmalek Sellal.

Pas de vacances pour Cherif Rahmani. Entre les conseils au palais du gouvernement, les séances de travail avec son cabinet et les rencontres avec des investisseurs, le ministre algérien de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement a un agenda bien rempli. Depuis sa nomination en septembre 2012, le rythme n'a pas Cherif-Rahmani infobaissé. Et pour cause : "La relance de l'industrie en Algérie est une urgence", déclarait-il en janvier. Le secteur perd en effet du terrain. En 2012, il représentait moins de 5 % du PIB du pays, contre 7,5 % en 2000. À 68 ans, ce pilier du régime d'Abdelaziz Bouteflika, réputé proche de certains hauts gradés de l'armée et qui compte parmi les leaders du Rassemblement national démocratique (RND, l'un des partis de la coalition présidentielle) est au coeur des dossiers clés qui devront permettre d'inverser cette tendance.

Celui de l'implantation du constructeur automobile Renault dans la région d'Oran n'est pas le moindre. Ce projet de longue date devrait finalement se concrétiser à la fin de 2014, après l'accord conclu à l'occasion de la visite de François Hollande à Alger, en décembre. L'usine sera détenue à 51 % par l'État et à 49 % par le groupe français. Elle produira dès son ouverture 25 000 véhicules par an et passera progressivement à 75 000 unités. À la clé, plusieurs centaines d'emplois et, surtout, l'émergence d'un tissu de "cotraitants" locaux - un terme que Cherif Rahmani juge plus adéquat que celui de "sous-traitants".

Indéboulonnable

Alors que des rumeurs d'un important remaniement ministériel circulent, Cherif Rahmani s'impose comme l'un des hommes clés du gouvernement d'Abdelmalek Sellal. Car outre le dossier Renault, c'est également lui qui pilote le projet de "renationalisation" du complexe sidérurgique d'El-Hadjar (550 km à l'est d'Alger), détenu à 70 % par Arcelor Mittal. L'enjeu est tout aussi important : alors que le chômage - notamment celui des jeunes - reste élevé, l'Algérie entend investir dans ce site pour relancer la production, préserver les 5 500 emplois qu'il compte et en créer de nouveaux. Il faut dire que depuis sa privatisation, en 2001, ce complexe a perdu plus de la moitié de ses emplois, les objectifs de production n'ont jamais été atteints et les outils productifs se sont détériorés par manque d'investissement. Or les besoins de l'Algérie en produits ou matériaux sidérurgiques sont énormes. Cherif Rahmani n'a donc pas droit à l'erreur.

Nous voulons créer un choc de confiance pour encourager les investisseurs.

Pour réussir, sa riche expérience au sein de différents gouvernements ne sera pas de trop. Indéboulonnable, ce diplômé de la première promotion de l'École nationale d'administration, à Alger, a occupé quasiment sans discontinuer différentes fonctions ministérielles depuis 1988 (Jeunesse et Sports, Équipement, Environnement, Tourisme...). Mais c'est surtout en tant que ministre gouverneur du Grand Alger (de 1997 à 2000) qu'il s'est définitivement bâti une notoriété et a étendu sa sphère d'influence... au risque de s'attirer les foudres du président. De fait, Abdelaziz Bouteflika en personne est monté au créneau, en 2000, pour critiquer sévèrement cet "État dans l'État" qui avait engagé des montants colossaux dans la célébration du millénaire d'Alger. Cherif Rahmani sera limogé dans la foulée avant d'être rappelé, quelques mois plus tard, au ministère de l'Aménagement du territoire.

Aujourd'hui, c'est à ce natif d'Aïn Oussara (200 km au sud d'Alger) que le gouvernement confie la mise en place d'une nouvelle politique industrielle... qui, pour le moment, reste abstraite. L'intéressé, lui, assure que son objectif est de favoriser "la création de nouvelles sources de richesses, en faisant appel au savoir-faire international pour localiser, ici en Algérie, des segments d'industrie afin de développer la qualité, l'innovation et la formation des jeunes". Pour se démarquer de ses prédécesseurs et sortir des déclarations de bonnes intentions, cet ancien professeur à l'ENA d'Alger et à l'université de Poitiers (France) insiste sur le fait que sa politique tiendra compte, dans le détail, de "tout ce qui a été dit ou écrit en Algérie ces dernières années". "Nous sommes passés d'un ministre austère à un ministre communicant qui cerne les enjeux", estime Slim Othmani, président de NCA-Rouiba (une société spécialisée dans les jus de fruits) et membre fondateur du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise.

Lire aussi :

Algérie : grandes manoeuvres en vue pour relancer l'industrie et combattre le chômage des jeunes
Chérif Rahmani : "Le climat de l'investissement en Algérie sera transformé"
Algérie : le CNI approuve 90 projets d'investissement pour 6 milliards de dollars
Renault s'installe en Algérie

Doléance

Au-delà de l'industrie, c'est au développement de l'ensemble du tissu économique qu'il entend s'attaquer. Et notamment à l'amélioration du climat des affaires - la principale doléance des entrepreneurs locaux. Avec sa 152e place sur 185 dans le classement "Doing Business" 2013 établi par la Banque mondiale, l'Algérie fait pâle figure. La restriction de la liberté d'entreprendre et le manque d'incitations pour investir, cumulés aux lourdeurs administratives et à l'instabilité du cadre juridique, découragent les investisseurs nationaux et étrangers. Résultat : "Quelque 50 % des projets agréés par l'Agence nationale de développement de l'investissement depuis 2002 ont été abandonnés par leurs concepteurs", a récemment déploré le ministre.

En mars, Cherif Rahmani a instauré un comité pour rectifier cette mauvaise donne. Et pour donner un écho particulier à sa démarche, le Forum des chefs d'entreprise a été associé aux discussions. L'initiative a été saluée, mais les patrons attendent plus. "Ce n'est pas la volonté de changement qui manque, mais plutôt les capacités de réalisation concrètes sur le terrain", insiste Slim Othmani. "Nous voulons créer un véritable choc de confiance, notre but étant évidemment d'encourager les investisseurs", assurait Cherif Rahmani à Jeune Afrique en mai. Fin juin, il a présenté au gouvernement un rapport contenant 100 propositions pour libérer le monde des affaires. Pour l'heure, aucun détail n'a filtré sur ce document dont le contenu est en cours d'examen.

Increase font size Decrease font siz | Email | Print

Autres articles

Finance islamique

Tunisie : aidée par la BID, Banque Zitouna voit grand

Tunisie : aidée par la BID, Banque Zitouna voit grand

Dopée par l'entrée de la Banque islamique de développement (BID) à son capital, la banque islamique tunisienne Banque Zitouna souhaite s’étendre et diversifier ses produits. Et envisage de se développer...

Lire la suite

Magazine Réussite

Cameroun : reportage sur la route de la mort

Cameroun : reportage sur la route de la mort

Les caméras de Réussite, émission économique mensuelle diffusée sur Canal+ Ouest et Centre, vous font découvrir la route Douala-Yaoundé, essentielle pour l'économie du pays mais extrêmement meurtrière.

Lire la suite

Énergies renouvelables

Bertrand de la Borde : « Le Groupe Banque mondiale va proposer un kit pour soutenir l'énergie solaire en Afrique »

Bertrand de la Borde : « Le Groupe Banque mondiale va proposer un kit pour soutenir l'énergie solaire en Afrique »

"Scaling up solar" : c'est le nom du programme que présentera le Groupe de la Banque Mondiale le 28 janvier. Un ensemble de services et d'aides pour doper le développement...

Lire la suite

Énergie

Algérie : l'opposition au gaz de schiste persiste malgré les assurances du gouvernement

Algérie : l'opposition au gaz de schiste persiste malgré les assurances du gouvernement

De nouvelles manifestations contre l'exploitation du gaz de schiste se sont déroulées dans le Sahara algérien au lendemain de déclarations du Premier ministre visant à rassurer les populations des provinces...

Lire la suite

Décideurs

Abderrahmane Benhamadi : "L'État algérien doit donner plus d'importance à l'entreprise"

Abderrahmane Benhamadi :

S'il n'a pu concrétiser son partenariat avec Renault, Abderrahmane Benhamadi l'héritier du groupe familial algérien investit de nouveaux secteurs et sonde le marché subsaharien.

Lire la suite

Attractivité

Tunisie : très léger rebond des recettes touristiques en 2014

Tunisie : très léger rebond des recettes touristiques en 2014

En 2014, le tourisme a rapporté 1,59 milliard d'euros à la Tunisie, soit 6,4 % de plus qu'un an auparavant. Le nombre de touristes a en revanche baissé de 3,2...

Lire la suite

Technologie

Sénégal : Atos va s'installer dans la ville numérique de Diamniadio

Sénégal : Atos va s'installer dans la ville numérique de Diamniadio

Le groupe français de services informatiques Atos veut installer une plateforme technologique dans la ville numérique de Diamniadio, un hub de 25 hectares prévu à 40 kilomètres de Dakar, au...

Lire la suite

Litige

Sénégal : la cimenterie de Dangote démarre, Vicat s'énerve

Sénégal : la cimenterie de Dangote démarre, Vicat s'énerve

Après le démarrage de cimenterie sénégalaise de Dangote, son concurrent français Vicat est déterminé à faire condamner l'État, qu'il accuse d'avoir indûment favorisé le groupe nigérian.

Lire la suite

Portrait

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand patron qui suscite...

Lire la suite

Transport

South African Airways obtient une garantie de 485 millions d'euros

South African Airways obtient une garantie de 485 millions d'euros

Proche de la faillite, la compagnie aérienne sud-africaine South African Airways a obtenu une garantie d'Etat de 6,5 milliards de rands.

Lire la suite

Accords

Côte d'Ivoire : A Marrakech, les champions marocains affichent leur puissance

Côte d'Ivoire : A Marrakech, les champions marocains affichent leur puissance

24 : c'est le nombre d'accords et partenariats signés lors du Forum économique Maroco-Ivoirien qui s'est tenu le 21 janvier 2015 à Marrakech. De nouveaux groupes marocains, de l'aviculture à...

Lire la suite

Banque

Burkina Faso : Coris Bank se lance dans la finance islamique

Burkina Faso : Coris Bank se lance dans la finance islamique

Dès avril, Coris Bank lancera une "offre islamique", une première au Burkina Faso. Elle devrait etre etendue par la suite aux filiales de la banque dans la sous-région.

Lire la suite

Affaire Tanoh-Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer...

Lire la suite

Télécoms

Alcatel se refait une santé en Afrique du sud

Alcatel se refait une santé en Afrique du sud

En perte de vitesse au sud du Sahara, Alcatel-Lucent regagne des parts de marché, notamment en Afrique du Sud.

Lire la suite

Abidjan

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Côte d'Ivoire : à Treichville,

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.

Lire la suite

Mines

Burkina Faso : Semafo accroît sa production d'or de 48 % en 2014

Burkina Faso : Semafo accroît sa production d'or de 48 % en 2014

En 2014, le groupe canadien Semafo a extrait 234 000 onces d'or de la mine de Mana, au Burkina Faso, soit 48 % de plus qu'un an auparavant. Une hausse...

Lire la suite

Entrepreneuriat

Réussite : avec Jokkolabs, Karim Sy parie sur le "co-working"

Réussite : avec Jokkolabs, Karim Sy parie sur le

Lancé en 2010 par Karim Sy à Dakar, Jokkolabs se veut non seulement un espace de travail partagé mais également le creuset d'une communauté d'entrepreneurs engagés dans les nouvelles technologies....

Lire la suite

Échanges

Algérie : l'excédent commercial fond de 53,5 % en un an

Algérie : l'excédent commercial fond de 53,5 % en un an

En 2014, l'excédent commercial de l'Algérie a chuté de 53,5 % à 4,63 milliards de dollars. Durant l'année écoulée, la Chine a consolidé son rang de premier fournisseur de l'Algérie.

Lire la suite

Commerce international

L'automobile devient le premier secteur d'exportation du Maroc

L'automobile devient le premier secteur d'exportation du Maroc

En 2014, les exportations de l'industrie automobile marocaine ont atteint 39,8 milliards de dirhams (3,65 milliards d'euros), soit un bond de 26 % sur un an, devenant le premier secteur...

Lire la suite

Capitaux

Séduits par l'amnistie, les évadés fiscaux marocains rentrent au bercail

Séduits par l'amnistie, les évadés fiscaux marocains rentrent au bercail

En se montrant clément, l'État espérait rapatrier une partie du patrimoine détenu illégalement par ses citoyens à l'étranger. Le nombre de déclarants a dépassé toutes ses espérances.

Lire la suite

Conjoncture

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance économique mondiale

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance économique mondiale

Le Fonds monétaire international a nettement abaissé ses perspectives de croissance économique dans le monde. En Afrique subsaharienne, le FMI projette désormais une croissance de 4,9 % en 2015, assez...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags