Jean Kacou Diagou : "On ne peut pas parler de développement sans écouter les entreprises"

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Si nous réussissons le pari de faire de la sous-région un seul pays, nous serons la quatrième ou la cinquième puissance économique du monde. © Vincent Fournier/JARéélu à la tête de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (Fopao), Jean Kacou Diagou insiste sur l'importance de donner la parole au secteur privé et de favoriser l'intégration régionale. À tous les niveaux.

Jean Kacou Diagou, patron du groupe NSIA, a été réélu le 9 janvier dernier à Lomé (Togo) président de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest.

Jeune Afrique : quel bilan pouvez-vous tirer de votre premier mandat ?

Jean Kacou Diagou : C’est en octobre 2010 que j’ai été porté à la tête de la Fopao à Abidjan. En arrivant à la tête de cette organisation, je savais qu’il y avait un défi à relever, celui de repositionner la Fopao au niveau de la sous-région pour une plus grande visibilité des organisations patronales auprès de la Cedeao et de l’Uemoa, parce que nous nous sommes rendus compte que les réformes qui sont faites ne tiennent pas compte des organisations patronales, parce que nous n’en avions pas de crédibles. Mon premier mandat a été un mandat de positionnement, de remise à niveau des organisations patronales. Quelques-unes d’entre elles étaient bien loties, bien dotées en ressources humaines, pouvaient analyser les dossiers, faire des propositions à leurs gouvernements ou aux partenaires sociaux. D’autres, en revanche, n’avaient que deux ou trois employés et ne pouvaient donc pas étudier les dossiers comme il le fallait pour formuler une opinion des entreprises auprès des partenaires gouvernementaux et sociaux.

Pendant ces deux ans, nous avons travaillé à la remise à niveau de nos organisations membres et, en même temps, nous avons travaillé à la visibilité de la Fopao. Auparavant, des textes réglementaires étaient conçus sans aucune consultation des entreprises. Parfois, nous étions surpris de l’élaboration de certains textes qui ne correspondaient pas à notre façon de voir les choses. Aujourd’hui, nous pouvons considérer que nous avons réussi sur ce plan. L’environnement du monde des affaires ne peut plus être discuté sans nous.

Ne pensez-vous pas que le maigre bilan de ce premier mandat conforte la position des gens qui pensent que la Fopao est un club de puissants patrons et amis ? Quelles seront les priorités de votre second mandat ?

C’est par nos impôts que nous rendons nos États forts ou faibles.

Nous poursuivrons nos actions de lobbying auprès de l’Uemoa et de la Cedeao pour leur demander de concrétiser leurs promesses en nous octroyant un siège d’observateur parce que nous avons des choses à dire. Nous estimons qu’on ne peut pas parler de l’environnement du monde des affaires, du secteur privé, du développement de la sous-région sans écouter les entreprises, sans connaître leurs besoins et leurs soucis. Si nous parvenons à réaliser ce plan, la Fopao sera l’interlocuteur privilégié et unique des organisations sous-régionales.

Ce sont les entreprises qui créent de la richesse dans nos États. C’est par nos impôts que nous rendons nos États forts ou faibles. Nous considérons que nous devrons être co-gestionnaires de nos économies. Nous sommes convaincus qu’avec un peu d’intelligence, notre sous-région est capable d’être le moteur de la croissance de toute l’Afrique. Elle est dotée de toutes sortes de climats et d’un sous-sol très d’une grande richesse, sans compter la qualification des ressources humaines et les nombreux entrepreneurs ambitieux. Si nous parvenons à réussir une vraie intégration en favorisant l’émergence de champions sous-régionaux capable de rivaliser avec les groupes internationaux, nous aurons un marché assez vaste pour amener les entreprises au niveau international. C’est cela notre rêve. Pour cela, nous nous sommes dotés d’un plan stratégique.

En quoi consiste ce plan stratégique ?

Nous considérons que cette sous-région ne peut pas se développer de façon éclatée dans chaque pays. Les gouvernants ont pensé à la place des entreprises, sans nous demander notre avis. Nous demandons à nos gouvernants que la Fopao puisse leur apporter une expertise pour faire de la sous-région un espace dynamique sur le plan économique. En dehors du Nigéria, nos marchés sont petits et étroits. Nous devrons nous mettre ensemble et, si nous réussissons le pari de faire de la sous-région un seul pays, nous serons la quatrième ou la cinquième puissance économique du monde. La Fopao est désireuse de préparer ce terrain pour que se développe un foisonnement d’entreprises qui créent le développement et les emplois.

La Fopao est désireuse de préparer ce terrain pour que se développe un foisonnement d’entreprises qui créent le développement et les emplois.

Quel est l’état des relations entre la Fopao et les chambres de commerce et d’industrie ?

Dans les pays anglophones, aucun problème ne se pose entre les chambres de commerce et le patronat, où les deux entités sont confondues. C’est dans les pays francophones qu’on a des difficultés. Les chambres de commerces sont en général des établissements parapublics vivant des subventions et des taxes de l’État. À ce titre, nous pensons qu’elles ne sont pas assez indépendantes pour parler du secteur privé. Le secteur privé a ses organisations qui sont les associations patronales dans chaque pays.

Donc il faut bien faire la distinction entre l’organisme d’État qui est chargé de faire la promotion du secteur privé et ceux qui en sont l’émanation et qui réfléchissent et défendent ses intérêts. Nous avons commencé à réfléchir pour repositionner les différentes entités. Nous sommes un syndicat d’entreprises. Pour améliorer l’environnement des affaires, il n’y a pas mieux que nous. Que les chambres de commerces dans les pays francophones jouent leur rôle et qu’on laisse le rôle de développement des entreprises à la Fopao.

Selon vous, quelles les actions prioritaires pour parvenir à une vraie intégration dans de meilleurs délais ?

À partir du moment où nous voulons créer un marché unique, une intégration la plus totale du droit des affaires doit être mise en place. Aujourd’hui, nous avons l’Ohada pour les pays francophones. Sur le plan fiscal aussi, il faut une harmonisation au niveau intérieur et extérieur. En fin de compte, il faudra une unification de la politique budgétaire comme cela se fait dans l’union européenne. Surtout, on a besoin d’une monnaie commune pour faciliter les transactions. Il faudra parvenir à l’harmonisation et à l’unification des politiques sociales, fiscales, juridiques…

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Télévision

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Le groupe audiovisuel français Canal Plus lance A+, une chaîne consacrée aux contenus africains. Elle ambitionne de devenir "la grande chaîne africaine". 

Lire la suite

Foncier

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Accaparement des terres : Bolloré accepte d’écouter les revendications paysannes

Les riverains des plantations d'huile de palme et d'hévéa de Socfin, dont Bolloré est l'actionnaire principal, devront attendre. Leurs représentants ont décliné ce 24 octobre au groupe français leurs revendications...

Lire la suite

Décideurs

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la présidence de la Banque africaine de développement,...

Lire la suite

Maroc

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'installe à Casablanca Finance City

L'assureur AIG s'est officiellement implanté à Casablanca Finance City (CFC), d'où le groupe américain compte poursuivre l'expansion de ses activités au Maghreb, ainsi qu'en Afrique occidentale et centrale.

Lire la suite

Mines

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

La RD Congo pourrait produire 18 tonnes d'or cette année, selon Martin Kabwelulu, le ministre des Mines du pays d'Afrique centrale. C'est trois fois le volume extrait l'an dernier.

Lire la suite

Décideurs

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé jusqu'à la prochaine...

Lire la suite

Consommation

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

La première entreprise cotée à la bourse de Douala enregistre un bénéfice de plus de 36 millions de F CFA au premier semestre de 2014. Une bonne nouvelle pour la...

Lire la suite

Distribution

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk et ses associés ont lancé une plateforme commune afin d'ouvrir plus d'une dizaine de supermarchés au Ghana.

Lire la suite

Finance

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

Bank of Africa Sénégal a ouvert la souscription à l'offre publique de vente (OPV) de 200 000 actions nouvelles. L'opération, qui s'achève le 21 novembre, sera suivie de l'introduction à...

Lire la suite

Agriculture

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la Banque africaine de développement, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise l'adoption par les pays africains des "innovations agricoles...

Lire la suite

Agr

Edouard Messou, PwC : "En Côte d'Ivoire, c'est la peur de manquer de cacao qui a fait grimper les prix"

Edouard Messou, PwC :

Edouard Messou, président Afrique subsaharienne francophone du cabinet de conseil PwC, est revenu pour "Jeune Afrique" sur la hausse spectaculaire des prix du cacao constatée cette année en Côte d'Ivoire. Pour le...

Lire la suite

Energie

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya a inauguré Olkaria IV, la quatrième station géothermique d'un programme électrique développé depuis les années 1980. D'une capacité de 140 mégawatts, c'est la centrale la plus puissante de...

Lire la suite

Saga

Sifca, une aventure ivoirienne

Sifca, une aventure ivoirienne

En ce mois d'octobre 2014, Sifca, le premier groupe privé de Côte d'Ivoire, fête ses 50 ans. Un demi-siècle de vie tumultueuse pour l’ancien leader du cacao, devenu le numéro...

Lire la suite

Éducation

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Le directeur de la business school sénégalaise est en quête de partenariats en France afin d'ouvrir dans son établissement un master similaire à celui d'une grande école hexagonale en octobre...

Lire la suite

Focus

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Utiliser la rente pétrolière pour encourager les chômeurs à créer leur micro-entreprise. Telle est la stratégie des autorités algériennes, qui subventionnent les porteurs de projets.

Lire la suite

Événement

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Réunis à Djibouti les 21 et 22 octobre, les ministres des Transports et des Infrastructures du Marché commun de l'Afrique australe et orientale (Comesa) ont entériné des avancées majeures dans...

Lire la suite

Intégration régionale

Ilyas Moussa Dawaleh : "L'axe Djibouti-Addis est un modèle unique en Afrique"

Ilyas Moussa Dawaleh :

Ancien directeur des opérations du Port de Djibouti, Ilyas Moussa Dawaleh est depuis 2011 le ministre de l'Économie et des Finances du pays d'Afrique de l'Est. Dans cette interview accordée à...

Lire la suite

Interview

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Marc Rennard, Orange :

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence accrue, il mise sur l'explosion des...

Lire la suite

Maroc

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

Après avoir été suspendu pendant une semaine, les titres du promoteur immobilier marocain CGI vont être radiés de la cote à la Bourse de Casablanca. C'est la décision prise par...

Lire la suite

Finances publiques

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Bloomfield Investment a maintenu la note "BBB+" attribuée à la commune de Dakar. L'agence de notation financière a toutefois abaissé ses perspectives de "positives" à "stables". En cause : l'incertitude...

Lire la suite

Décideurs

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Thierry Desmarest et Patrick Pouyanné ont été nommés à la tête du groupe pétrolier français à la suite du décès de Christophe de Margerie dans un accident d’avion

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags