Jean Kacou Diagou : "On ne peut pas parler de développement sans écouter les entreprises"

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Si nous réussissons le pari de faire de la sous-région un seul pays, nous serons la quatrième ou la cinquième puissance économique du monde. © Vincent Fournier/JARéélu à la tête de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (Fopao), Jean Kacou Diagou insiste sur l'importance de donner la parole au secteur privé et de favoriser l'intégration régionale. À tous les niveaux.

Jean Kacou Diagou, patron du groupe NSIA, a été réélu le 9 janvier dernier à Lomé (Togo) président de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest.

Jeune Afrique : quel bilan pouvez-vous tirer de votre premier mandat ?

Jean Kacou Diagou : C’est en octobre 2010 que j’ai été porté à la tête de la Fopao à Abidjan. En arrivant à la tête de cette organisation, je savais qu’il y avait un défi à relever, celui de repositionner la Fopao au niveau de la sous-région pour une plus grande visibilité des organisations patronales auprès de la Cedeao et de l’Uemoa, parce que nous nous sommes rendus compte que les réformes qui sont faites ne tiennent pas compte des organisations patronales, parce que nous n’en avions pas de crédibles. Mon premier mandat a été un mandat de positionnement, de remise à niveau des organisations patronales. Quelques-unes d’entre elles étaient bien loties, bien dotées en ressources humaines, pouvaient analyser les dossiers, faire des propositions à leurs gouvernements ou aux partenaires sociaux. D’autres, en revanche, n’avaient que deux ou trois employés et ne pouvaient donc pas étudier les dossiers comme il le fallait pour formuler une opinion des entreprises auprès des partenaires gouvernementaux et sociaux.

Pendant ces deux ans, nous avons travaillé à la remise à niveau de nos organisations membres et, en même temps, nous avons travaillé à la visibilité de la Fopao. Auparavant, des textes réglementaires étaient conçus sans aucune consultation des entreprises. Parfois, nous étions surpris de l’élaboration de certains textes qui ne correspondaient pas à notre façon de voir les choses. Aujourd’hui, nous pouvons considérer que nous avons réussi sur ce plan. L’environnement du monde des affaires ne peut plus être discuté sans nous.

Ne pensez-vous pas que le maigre bilan de ce premier mandat conforte la position des gens qui pensent que la Fopao est un club de puissants patrons et amis ? Quelles seront les priorités de votre second mandat ?

C’est par nos impôts que nous rendons nos États forts ou faibles.

Nous poursuivrons nos actions de lobbying auprès de l’Uemoa et de la Cedeao pour leur demander de concrétiser leurs promesses en nous octroyant un siège d’observateur parce que nous avons des choses à dire. Nous estimons qu’on ne peut pas parler de l’environnement du monde des affaires, du secteur privé, du développement de la sous-région sans écouter les entreprises, sans connaître leurs besoins et leurs soucis. Si nous parvenons à réaliser ce plan, la Fopao sera l’interlocuteur privilégié et unique des organisations sous-régionales.

Ce sont les entreprises qui créent de la richesse dans nos États. C’est par nos impôts que nous rendons nos États forts ou faibles. Nous considérons que nous devrons être co-gestionnaires de nos économies. Nous sommes convaincus qu’avec un peu d’intelligence, notre sous-région est capable d’être le moteur de la croissance de toute l’Afrique. Elle est dotée de toutes sortes de climats et d’un sous-sol très d’une grande richesse, sans compter la qualification des ressources humaines et les nombreux entrepreneurs ambitieux. Si nous parvenons à réussir une vraie intégration en favorisant l’émergence de champions sous-régionaux capable de rivaliser avec les groupes internationaux, nous aurons un marché assez vaste pour amener les entreprises au niveau international. C’est cela notre rêve. Pour cela, nous nous sommes dotés d’un plan stratégique.

En quoi consiste ce plan stratégique ?

Nous considérons que cette sous-région ne peut pas se développer de façon éclatée dans chaque pays. Les gouvernants ont pensé à la place des entreprises, sans nous demander notre avis. Nous demandons à nos gouvernants que la Fopao puisse leur apporter une expertise pour faire de la sous-région un espace dynamique sur le plan économique. En dehors du Nigéria, nos marchés sont petits et étroits. Nous devrons nous mettre ensemble et, si nous réussissons le pari de faire de la sous-région un seul pays, nous serons la quatrième ou la cinquième puissance économique du monde. La Fopao est désireuse de préparer ce terrain pour que se développe un foisonnement d’entreprises qui créent le développement et les emplois.

La Fopao est désireuse de préparer ce terrain pour que se développe un foisonnement d’entreprises qui créent le développement et les emplois.

Quel est l’état des relations entre la Fopao et les chambres de commerce et d’industrie ?

Dans les pays anglophones, aucun problème ne se pose entre les chambres de commerce et le patronat, où les deux entités sont confondues. C’est dans les pays francophones qu’on a des difficultés. Les chambres de commerces sont en général des établissements parapublics vivant des subventions et des taxes de l’État. À ce titre, nous pensons qu’elles ne sont pas assez indépendantes pour parler du secteur privé. Le secteur privé a ses organisations qui sont les associations patronales dans chaque pays.

Donc il faut bien faire la distinction entre l’organisme d’État qui est chargé de faire la promotion du secteur privé et ceux qui en sont l’émanation et qui réfléchissent et défendent ses intérêts. Nous avons commencé à réfléchir pour repositionner les différentes entités. Nous sommes un syndicat d’entreprises. Pour améliorer l’environnement des affaires, il n’y a pas mieux que nous. Que les chambres de commerces dans les pays francophones jouent leur rôle et qu’on laisse le rôle de développement des entreprises à la Fopao.

Selon vous, quelles les actions prioritaires pour parvenir à une vraie intégration dans de meilleurs délais ?

À partir du moment où nous voulons créer un marché unique, une intégration la plus totale du droit des affaires doit être mise en place. Aujourd’hui, nous avons l’Ohada pour les pays francophones. Sur le plan fiscal aussi, il faut une harmonisation au niveau intérieur et extérieur. En fin de compte, il faudra une unification de la politique budgétaire comme cela se fait dans l’union européenne. Surtout, on a besoin d’une monnaie commune pour faciliter les transactions. Il faudra parvenir à l’harmonisation et à l’unification des politiques sociales, fiscales, juridiques…

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Consommation

Maroc : le sud-africain Delta International Property rachète Anfaplace

Maroc : le sud-africain Delta International Property rachète Anfaplace

Le groupe espagnol Interavante vient de céder son centre commercial casablancais Anfaplace Shopping Center au groupe sud-africain Delta Property. Une opération au coût estimé à plus d'un milliard de dirhams...

Lire la suite

Investissements

Côte d'Ivoire : Olam cède son activité laitière à FrieslandCampina

Côte d'Ivoire : Olam cède son activité laitière à FrieslandCampina

Dans le cadre de la restructuration de ses activités dans les produits laitiers, le groupe singapourien Olam cède son usine laitière d'Abidjan au groupe néerlandais Royal FrieslandCampina. Un signe supplémentaire...

Lire la suite

Formation

Gabon : l'or noir enfin à bonne école

Gabon : l'or noir enfin à bonne école

À Port-Gentil, les hydrocarbures abondent, mais pas les compétences locales. Une carence que devrait combler l'Institut du pétrole et du gaz, qui accueille sa première promotion d'étudiants en master.

Lire la suite

Finance

Moody’s confirme le triple A de la Banque africaine de développement

Moody’s confirme le triple A de la Banque africaine de développement

Moody's a confirmé la note "Aaa" attribuée aux émissions obligataires de long terme de la Banque africaine de développement, avec des perspectives stables. Parmi les points forts de l'institution panafricaine,...

Lire la suite

Coopération

Le FMI débloque 217 millions de dollars pour la Tunisie

Le FMI débloque 217 millions de dollars pour la Tunisie

Le Fonds monétaire international a débloqué 217 millions de dollars destinés à aider la Tunisie durant sa période de transition. Ce financement est le quatrième décaissé par l'institution internationale dans...

Lire la suite

Justice

Ciment : Vicat affrontera le Sénégal à Washington

Ciment : Vicat affrontera le Sénégal à Washington

Dans l'affaire qui oppose Vicat et l'État sénégalais, Dakar, contestant la compétence de la Cour commune de justice et d'arbitrage d'Abidjan (CCJA) a préféré déposer sa plainte à Washington auprès...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur la crise que traverse le Ghana. Grisé par son nouveau statut de producteur de pétrole, le pays a laissé filer les déficits. Pourquoi...

Lire la suite

Algérie

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en...

Lire la suite

Agroindustrie

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Maroc : les maraîchers disent

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à 11 milliards d'euros.

Lire la suite

Sylviculture

Gabon : Olam, l'ami venu d'Asie

Gabon : Olam, l'ami venu d'Asie

Le groupe singapourien Olam, spécialisé dans le négoce et le courtage de denrées alimentaires, est devenu un acteur incontournable au Gabon. Et représente le tropisme asiatique des nouvelles élites gabonaises. 

Lire la suite

Justice

La Somalie demande à l'ONU de fixer sa frontière maritime avec le Kenya

La Somalie demande à l'ONU de fixer sa frontière maritime avec le Kenya

La Somalie a porté le conflit qui l'oppose au Kenya, au sujet du tracé de leurs frontières maritimes, devant la Cour internationale de justice de l'ONU. La décision de la...

Lire la suite

Banque

BNP Paribas réorganise son pôle Afrique

BNP Paribas réorganise son pôle Afrique

Le groupe bancaire français a réorganisé son état-major sur le continent. Philippe Tartelin, directeur Afrique pour la partie banque de détail, dirigera une équipe d'une quarantaine de personnes basée à...

Lire la suite

Innovation

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles technologies et de...

Lire la suite

Institutions

Emploi : la Banque mondiale débloque 100 millions de dollars pour le Maroc

Emploi : la Banque mondiale débloque 100 millions de dollars pour le Maroc

La Banque mondiale va débloquer un prêt de 100 millions de dollars pour le Maroc afin de soutenir le pays dans sa réforme du marché du travail. Objectif : améliorer...

Lire la suite

Innovation

Rania Belkahia : "La diaspora veut contrôler l'usage des fonds qu'elle envoie"

Rania Belkahia :

Lancé il y a moins d'un an par trois jeunes diplômés, Afrimarket compte déjà 25 000 clients et dessert 15 villes dans trois pays (Bénin, Côte d'Ivoire, Sénégal). Sa présidente, Rania...

Lire la suite

Innovation

Eleni Gabre-Madhin : "Mes idées sont nées sur le terrain"

Eleni Gabre-Madhin :

L'économiste éthiopienne a créé en 2013 la société Eleni, spécialisée dans la conception et la mise en place de Bourses de matières premières.

Lire la suite

Immobilier

Des solutions pour loger le plus grand nombre

Des solutions pour loger le plus grand nombre

Avec le dynamisme démographique que connaît l'Afrique, la problématique du logement sera au coeur des grands défis de demain pour le continent. Au Maghreb et en Afrique subsaharienne, des idées...

Lire la suite

Innovation

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara :

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de...

Lire la suite

Industrie

Gabon : Port-Gentil retrouve la pêche

Gabon : Port-Gentil retrouve la pêche

Dans le cadre de la diversification de l'économie, le gouvernement a décidé en 2012 de reprendre en main le secteur de la pêche hauturière. Objectif ? Développer une véritable filière...

Lire la suite

Conjoncture

La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance pour le Rwanda

La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance pour le Rwanda

Dans une note publiée ce jeudi 28 août, la Banque mondiale a revu à la baisse les prévisions de croissance du Rwanda pour l'année 2014, de 7,2 % à 5,7...

Lire la suite

Télécoms

Algérie : le conseil d'administration de GTH approuve la cession de Djezzy au FNI

Algérie : le conseil d'administration de GTH approuve la cession de Djezzy au FNI

Le conseil d'administration de GTH a approuvé la vente de 51 % de l'opérateur Djezzy à l'État algérien, donnant ainsi son aval à une opération qui clôt des années de...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags