Paul Fokam : "Notre rôle est de promouvoir l'esprit d'entreprise"

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Paul Fokam, président d'Afriland First Bank. © Bruno Levy/Africa CEO ForumLe banquier camerounais souhaite participer activement au développement des pays dans lesquels son groupe s'implante. Dans son viseur : la Côte d'Ivoire et le Togo, entre autres. Et peu importent les critiques qui pointent la fragilité d'Afriland...

Paul Fokam est un homme discret, qui ne goûte guère les entretiens avec les médias. Pourtant, Afriland First Bank, le groupe bancaire qu'il a fondé en 1987 au Cameroun, a depuis rayonné, avec une présence dans neuf pays africains, de la Zambie à la Guinée en passant par le Soudan du Sud et la Guinée équatoriale, son principal actif désormais. Le banquier camerounais, en pleine tourmente depuis que la Commission bancaire de l'Afrique centrale (Cobac) l'a mis en cause en début d'année (lire p. 134), livre à Jeune Afrique sa stratégie de développement et sa vision d'une banque au service des entrepreneurs.

Jeune Afrique : Afriland a été un des premiers groupes bancaires africains à ouvrir des filiales dans d'autres pays du continent. Mais depuis, d'autres sont allés plus vite que vous. Pourquoi ?

Paul Fokam : Les stratégies de développement dépendent essentiellement de la vision de chaque groupe. Dans notre cas, nous avons deux façons de voir le développement de l'Afrique. D'abord sous l'aspect de la promotion de l'entreprise et de l'entrepreneur. Les entreprises africaines sont en grande majorité des PME et des PMI. Les capitaux internationaux n'étaient pas prêts à investir dans ces entreprises sous prétexte que le risque était important, nous avons adopté un rythme de développement rapporté à nos propres moyens. Le deuxième aspect est celui de la création de richesse dans les milieux pauvres. Nous ne voulons pas être seulement une banque qui fait des profits, mais une banque citoyenne qui pense aux populations exclues. Parce que c'est de ces populations que viendront les clients de demain.

Nous discutons avec au moins trois banques en Afrique de l'Ouest, dont BIA Togo. Nous comptons nous implanter dans l'UEMOA en 2013, peut être en Côte d'Ivoire.

Venez-vous de reprendre Access Bank Côte d'Ivoire ?

Nous sommes en négociation exclusive pour une période donnée. Nous discutons avec au moins trois banques en Afrique de l'Ouest, dont BIA Togo. Nous comptons nous implanter dans l'UEMOA [Union économique et monétaire ouest-africaine, NDLR] en 2013. Cela peut être en Côte d'Ivoire ou ailleurs.

Le Gabon vous intéresse-t-il ?

Nous voulons participer activement au développement des pays dans lesquels nous nous implantons, et nous ne sommes pas toujours très pressés d'entrer dans des économies relativement développées.

Dans quels pays allez-vous vous implanter prochainement ?

Nous avons parlé de la Côte d'Ivoire. Nous sommes déjà au Soudan du Sud. La Tanzanie, le Mozambique, l'Ouganda et le Tchad sont tous des pays dont les économies peuvent avoir immédiatement besoin de nos services. Nous avons aussi travaillé sur un projet au Zimbabwe, mais nous y avons renoncé pour deux raisons : la loi d'indigénisation et le minimum de capital de 100 millions de dollars [75 millions d'euros], qui, à notre avis, ne se justifie pas. Aux États-Unis, il faut 10 millions de dollars, 7 millions d'euros en Europe. Difficile de comprendre qu'on nous demande 100 millions dans une économie qui a un potentiel bien trop faible, pour ne pas dire insignifiant, par rapport aux pays précités.

C'est aussi le capital désormais requis en Zambie, où vous comptez une filiale...

Nous n'avons pas de solution à court terme, mais nous pensons qu'il est possible d'expliquer aux dirigeants du pays le bien-fondé d'une politique davantage axée sur le développement économique et sur la nécessité d'avoir des banques innovantes capables d'apporter des solutions idoines aux besoins de l'économie.

Lire aussi :

Afriland vise la première place
UEMOA : Afriland discute avec au moins trois banques

Il y a quelques années vous avez créé un holding, Afriland First Group, qui regroupe toutes les filiales bancaires et qui est basé en Suisse. Pourquoi ce choix ?

Nous avions besoin d'une politique générale identique dans toutes nos banques, avec les mêmes manières d'opérer. La Suisse est l'une des meilleures places financières au monde, avec les moyens de communication les plus appropriés, susceptibles de toucher toutes nos unités en temps réel. Être sur cette place nous permet aussi de mobiliser plus rapidement les fonds nécessaires à notre développement, avec une meilleure visibilité.

Qui sont les actionnaires de ce holding ?

Cliquez sur l'image.Le FMO [l'agence de développement néerlandaise], le DEG [son homologue allemande] et un groupe d'Africains dirigé par moi-même. Le capital est de plus de 300 millions d'euros. Les fonctions organisationnelles et de coordination, à savoir les ressources humaines, la direction générale, la direction du risque, la direction du contrôle des engagements et la direction du marketing, sont basées à Genève. D'autres fonctions très opérationnelles, telles que l'audit par exemple, sont placées en Afrique pour des raisons de commodité.

Que vous ont inspiré les difficultés de Commercial Bank, l'autre grand groupe bancaire camerounais ?

Nous ne sommes pas un grand groupe bancaire camerounais, nous sommes un groupe bancaire africain. Je suis certes de nationalité camerounaise, mais nous avons d'autres actionnaires qui ne sont pas camerounais. Je n'ai pas de commentaires ou d'analyse particulière sur les difficultés de Commercial Bank. On peut aussi parler des difficultés des banques nigérianes, par exemple. Notons que quand Citi aux États-Unis ou Fortis en Europe ont connu des difficultés, les autorités ont tout fait pour les sauver. En Afrique, on a l'impression que certains sont contents qu'une banque disparaisse. Ceux-là semblent ignorer que la faillite d'une seule banque a sans doute un impact désastreux sur l'ensemble du système bancaire et, partant, sur l'économie.

Un rapport récent de la Cobac attaque lourdement votre groupe et sa gestion. Contestez-vous les éléments contenus dans ce document ?

Je ne suis pas habitué à commenter les rapports de la Commission bancaire dans la presse, malgré le fait que ce rapport se trouve aujourd'hui sur la place publique alors qu'il est supposé être confidentiel. Le principe d'un tel rapport, c'est la contradiction. Il y a eu un problème d'interprétation des textes. Nous avons fait connaître nos observations. Le dossier a été remis à une tierce partie, en l'occurrence les commissaires aux comptes. Nous attendons leurs conclusions.

Nous voulons être une banque citoyenne qui pense aux populations exclues.

Le rapport de la Cobac parle de fonds propres négatifs. Pouvez-vous rassurer vos clients ?

Vous les avez rassurés vous-même dans une édition antérieure de votre journal. Les performances d'Afriland First Bank, sa rentabilité, la distribution de dividendes tous les ans, sa liquidité, ses positions dans tous les pays et la qualité de ses services sont là pour mettre en évidence la solidité du groupe. Et même s'il était prouvé qu'une de nos banques était en difficulté, la solidité de son actionnariat permettrait de résoudre le problème.

Pensez-vous que l'Afrique soit un terrain de plus en plus favorable à la création d'entreprise ?

Contrairement à ce que laisse entendre une certaine opinion, l'Afrique est un terrain favorable à la création d'entreprise et donc à la création de richesse. Les sociétés qui mesurent le risque en Afrique exagèrent et multiplient celui-ci par deux ou trois. Le continent est une importante réserve d'hommes et de consommateurs.

Que dire de l'entrepreneuriat en Afrique ?

De façon globale, il y a un manque de maturité entrepreneuriale. Le rôle des banques, c'est d'inciter, de promouvoir le concept même de l'entreprise. Beaucoup d'entrepreneurs considèrent ainsi l'entreprise comme quelque chose à laquelle ils doivent être attachés à vie et pensent que posséder seuls des actions dans une entreprise leur garantit quelque chose. Cela ne leur garantit rien du tout, si ce n'est l'échec.

Quel regard portez-vous sur la croissance économique soutenue en Afrique au cours de ces dernières années ?

Ce n'est que de la poudre aux yeux. Pour une raison toute simple. L'Afrique enregistre un taux de croissance économique de 5 %, mais son taux de croissance démographique moyen, qui est de 2,8 %, ainsi que son taux d'inflation moyen, qui est de 3 % obèrent cette performance. L'Afrique se doit de réaliser une croissance minimum de 10 % pour espérer changer la donne.

Quand la Cobac s'en mêle

Depuis avril, Afriland First Bank a la Commission bancaire de l'Afrique centrale (Cobac) contre lui. Cette dernière a en effet enclenché une procédure disciplinaire à l'encontre de la filiale camerounaise de la banque et de ses dirigeants, dont Paul Fokam. Dans une charge brutale, l'institution de surveillance reproche notamment les conditions dans lesquelles les participations de la banque dans les autres filiales du groupe ont été cédées à Afriland First Group, le holding basé en Suisse ; mais aussi une gouvernance insuffisante. « Le président du conseil d'administration s'ingère souvent dans la gestion courante, reléguant la direction générale au second rang », note ainsi le rapport de la Cobac, qui estime que le contrôle interne et la lutte contre le blanchiment sont insuffisants. Interrogé sur le sujet, Paul Fokam précise que les règles de bonne gouvernance sont appliquées au sein de son groupe.

Le rapport estime également que « près de 40 % des engagements sont improductifs », avec « une sinistralité importante en grande partie imputable aux engagements portés sur les entreprises du groupe que la banque [...] finance de manière inconsidérée depuis plusieurs années, directement ou à travers ses filiales CenaInvest et Sapa ». Paul Fokam commente : « Je ne possède pas d'entreprises en tant que telles, j'ai une université privée qui n'emprunte pas d'argent à la banque. Tout ce qu'on peut vous dire d'autre est faux. » Le banquier camerounais ajoute : « Si vous lisez bien le rapport, vous comprendrez que l'essentiel de ce qui s'y trouve est faux. La banque a créé un fonds d'investissement [CenaInvest, NDLR], qui prend des parts minoritaires dans des entreprises - dont je ne connais même pas certains promoteurs - dans toute l'Afrique centrale. En quoi suis-je concerné ? Il y a une ignorance de certains, qui font des interprétations malveillantes. »

L'épée de Damoclès reste toutefois au-dessus de la filiale camerounaise : outre la procédure disciplinaire enclenchée, la Cobac évalue à 57,4 milliards de F CFA « au moins » (87,5 millions d'euros) les fonds propres supplémentaires nécessaires pour couvrir les provisions qu'elle recommande. Paul Fokam dément, ajoutant que l'actionnariat de son groupe, composé de deux institutions financières européennes de renom (FMO et DEG), est suffisamment solide. F.M.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Mines

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

La RD Congo pourrait produire 18 tonnes d'or cette année, selon Martin Kabwelulu, le ministre des Mines du pays d'Afrique centrale. C'est trois fois le volume produit l'an dernier.

Lire la suite

Décideurs

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Le départ inattendu de Luc Oursel, pour  des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre ne sont, officiellement, que temporaires...

Lire la suite

Consommation

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

Cameroun : La SEMC retrouve des couleurs

La première entreprise cotée à la bourse de Douala enregistre un bénéfice de plus de 36 millions de F CFA au premier semestre de 2014. Une bonne nouvelle pour la...

Lire la suite

Distribution

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk s'installe au Ghana

Le groupe Mabrouk et ses associés ont lancé une plateforme commune afin d'ouvrir plus d'une dizaine de supermarchés au Ghana.

Lire la suite

Finance

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

BOA Sénégal lance son introduction en Bourse

Bank of Africa Sénégal a ouvert la souscription à l'offre publique de vente (OPV) de 200 000 actions nouvelles. L'opération, qui s'achève le 21 novembre, sera suivie de l'introduction à...

Lire la suite

Agriculture

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

OGM : quels sont les pays africains les plus avancés ?

Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la Banque africaine de développement, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise l'adoption par les pays africains des "innovations agricoles...

Lire la suite

Agr

Edouard Messou, PwC : "En Côte d'Ivoire, c'est la peur de manquer de cacao qui a fait grimper les prix"

Edouard Messou, PwC :

Edouard Messou, président Afrique subsaharienne francophone du cabinet de conseil PwC, est revenu pour "Jeune Afrique" sur la hausse spectaculaire des prix du cacao constatée cette année en Côte d'Ivoire. Pour le...

Lire la suite

Energie

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya inaugure la méga-centrale géothermique Olkaria IV

Le Kenya a inauguré Olkaria IV, la quatrième station géothermique d'un programme électrique développé depuis les années 1980. D'une capacité de 140 mégawatts, c'est la centrale la plus puissante de...

Lire la suite

Saga

Sifca, une aventure ivoirienne

Sifca, une aventure ivoirienne

En ce mois d'octobre 2014, Sifca, le premier groupe privé de Côte d'Ivoire, fête ses 50 ans. Un demi-siècle de vie tumultueuse pour l’ancien leader du cacao, devenu le numéro...

Lire la suite

Éducation

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Formation : le Cesag en quête d'alliés français

Le directeur de la business school sénégalaise est en quête de partenariats en France afin d'ouvrir dans son établissement un master similaire à celui d'une grande école hexagonale en octobre...

Lire la suite

Focus

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Alger incite les jeunes à devenir leur propre employeur

Utiliser la rente pétrolière pour encourager les chômeurs à créer leur micro-entreprise. Telle est la stratégie des autorités algériennes, qui subventionnent les porteurs de projets.

Lire la suite

Événement

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Réunis à Djibouti les 21 et 22 octobre, les ministres des Transports et des Infrastructures du Marché commun de l'Afrique australe et orientale (Comesa) ont entériné des avancées majeures dans...

Lire la suite

Intégration régionale

Ilyas Moussa Dawaleh : "L'axe Djibouti-Addis est un modèle unique en Afrique"

Ilyas Moussa Dawaleh :

Ancien directeur des opérations du Port de Djibouti, Ilyas Moussa Dawaleh est depuis 2011 le ministre de l'Économie et des Finances du pays d'Afrique de l'Est. Dans cette interview accordée à...

Lire la suite

Interview

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Marc Rennard, Orange :

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence accrue, il mise sur l'explosion des...

Lire la suite

Maroc

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

CGI se retire de la Bourse de Casablanca

Après avoir été suspendu pendant une semaine, les titres du promoteur immobilier marocain CGI vont être radiés de la cote à la Bourse de Casablanca. C'est la décision prise par...

Lire la suite

Finances publiques

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Notation : premier avertissement pour la ville de Dakar

Bloomfield Investment a maintenu la note "BBB+" attribuée à la commune de Dakar. L'agence de notation financière a toutefois abaissé ses perspectives de "positives" à "stables". En cause : l'incertitude...

Lire la suite

Décideurs

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Thierry Desmarest et Patrick Pouyanné ont été nommés à la tête du groupe pétrolier français à la suite du décès de Christophe de Margerie dans un accident d’avion

Lire la suite

Politique économique

Le Burkina Faso parie sur les "pôles de croissance"

Le Burkina Faso parie sur les

Après le succès de Bagrepôle, le gouvernement Burkinabè penche en faveur des pôles de croissance pour doper ses exportations et diversifier son économie. Le plus avancé de ces projets est...

Lire la suite

Automobile

Patrick Petitjean : "Les clients de Volvo sont focalisés sur la qualité des véhicules"

Patrick Petitjean :

Le constructeur automobile Volvo mise sur la productivité de ses engins et développe son réseau dans la région. Patrick Petitjean, vice-président du groupe suédois pour la région Afrique du Nord,...

Lire la suite

Boissons

Rita Maria Zniber se mesure aux géants du vin

Rita Maria Zniber se mesure aux géants du vin

Nommée en avril PDG du marocain Diana Holding, l'épouse du "seigneur des tonneaux" n'a pas perdu de temps. Son groupe vient de devenir l'actionnaire de référence du français Belvédère.

Lire la suite

Focus

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en misant sur la...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags