Le roi Mohammed VI en visite officielle en Chine le 27 novembre.

Maroc : début de chantier pour le plus grand parc éolien d'Afrique

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le parc représentera environ 40 % de la capacité éolienne totale du pays. DRL'énergéticien français GDF Suez vient d'annoncer le lancement de la construction du parc éolien de Tarfaya au Maroc, d'une puissance de 300 MW. Ce projet, le plus vaste dans l'éolien en Afrique, est développé dans le cadre d'un partenariat avec la société marocaine Nareva.

Le géant français GDF Suez vient d'annoncer que la construction du parc éolien de Tarfaya allait commencer pour une mise en service complète prévue fin 2014. Lorsqu’il sera entièrement opérationnel, ce projet de 300 MW devrait atteindre un taux d’utilisation élevé de 45% qui permettra, selon un communiqué du groupe français, d’éviter l’émission de 900 000 tonnes de CO2 par an et représentera environ 40% de la capacité éolienne totale du pays lors de sa mise en service commerciale. Le Maroc vise un objectif de 42 % de capacités électriques installées fonctionnant à partir de sources renouvelables d’ici à 2020.

Le closing financier de Tarfaya a été effectué le 26 décembre 2012 et prévoit un financement associant fonds propres et endettement local. Les fonds propres seront partagés à 50/50 entre GDF Suez et Nareva, filiale du holding royal SNI. Le financement par la dette, à hauteur de 4 milliards de dirham (360 millions d’euros), sera apporté par un consortium de trois banques marocaines : Attijariwafa Bank, Banque centrale populaire et BMCE Bank. D'autre part, le parc éolien a fait l’objet d’un contrat d’achat d’électricité de 20 ans avec l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) du Maroc, sur une base BOOT (build, own, operate and transfer).

Lire aussi :

Éolien : le Maroc fait tourner les têtes
GDF Suez revoit ses priorités d'investissement

Pays à forte croissance

Cité dans un communiqué, Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, a déclaré que le projet de Tarfaya était « tout à fait en ligne avec la stratégie de développement du groupe dans les marchés à forte croissance ». En effet, inquiet de la dégradation économique sur ses marchés traditionnels, le français GDF Suez veut consacrer une part grandissante de ses investissements aux pays à forte croissance. Ces derniers devraient représenter 40 à 50% du budget d’investissement du groupe, contre environ un tiers actuellement.

Ce projet représente également le plus grand parc éolien jamais mené par GDF Suez qui, au total, est en train de construire 2,7 GW de capacités électriques dans la zone Afrique – Moyen-Orient. Bien que la plupart de ces projets concernent les pays du Golfe et l’Arabie saoudite, le groupe se déploie peu à peu sur le continent. Le groupe est notamment entré en 2012 en négociations exclusives pour la ferme éolienne de West Coast 1, un parc de 94 MW en Afrique du Sud.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags