Télécoms : l'État algérien acquière 51% de Djezzy pour 2,64 milliards de dollars.
Turkish Airlines va desservir trois nouvelles destinations africaines : Bamako, Cotonou et Conakry

Guinée équatoriale : la Société générale se retire

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

La SGBGE affichait fin 2011 un total de bilan de plus de 573 millions de dollars. © AFPLe groupe bancaire français Société générale cherche activement un repreneur pour la SGBGE, sa filiale en Guinée équatoriale. Un groupe marocain tiendrait la corde.

Mise à jour du 06/02/2013 à 18h49. Réaction officielle de la Société générale.

Après la revente en décembre des 77 % qu’il détenait dans NSGB, la banque d’affaires égyptienne, pour un montant de près de deux milliards de dollars au qatari QNB, Société générale a engagé depuis plusieurs mois son retrait d'un autre pays africain, la Guinée équatoriale. Le français détient dans cepays 52,24% de la Société générale de banques en Guinée équatoriale (SGBGE). L'information, révélée plus tôt dans la journée par la Lettre du continent, nous a été confirmée officiellement. « Le groupe a reçu des expressions d'intérêt sur SGBGE de la part d'institutions financières internationales, a expliqué à Jeune Afrique une porte-parole de la banque française. À ce stade, le groupe ne fera pas d'autres commentaires. » 

Attijariwafa sur les rangs ?

D'après nos informations, Oragroup, holding de tête du réseau Orabank, a regardé de très près le dossier avant de se concentrer sur l’acquisition (réalisée fin 2012) du groupe ouest-africain BRS. Selon plusieurs sources, une banque marocaine est en position de force pour emporter les parts de la Société générale dans SGBGE. Il pourrait s'agir d'Attijariwafa Bank, numéro un au Maroc et qui attend son agrément en Guinée équatoriale depuis au moins deux ans.

Lire aussi :

Société Générale cède sa filiale en Égypte
Ecobank ouvre ses portes en Guinée équatoriale

Désengagement

Deuxième sur son marché derrière CCEI Bank GE, filiale du groupe panafricain Afriland First Group, la SGBGE affichait fin 2011 un total de bilan de plus de 573 millions de dollars. Elle concentre 24% des dépôts et se classe troisième en termes de crédits distribués. Quoi qu’il arrive, son acquéreur devra composer avec la présence de l’État équato-guinéen au capital (à hauteur de 30%). Bien qu’on ne connaisse pas encore la valorisation du groupe, il s’agit « d’une banque qui marche bien ».

Les causes du départ de la Société générale ne sont pas très claires. Selon la Lettre du Continent, « des mouvements de fonds et des dépôts suspects ont été attribués, ces derniers mois, à certains de ses clients », proche du pouvoir. Au moment où nous publions ces lignes, la Société générale ne nous avait pas encore donné d'explications.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags