Renault limite la casse grâce au Maghreb

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

En 2012, les ventes du Maroc et de l’Algérie ont représenté 6,3% des ventes du groupe Renault dans le monde et 29,2% des ventes en France. © AFPLe groupe Français, confronté à la crise économique en Europe, sauve la mise notamment grâce à ses performances au nord du continent.

Alors qu'il vient de rendre publics les chiffres de ses ventes pour 2012, le groupe Renault peut remercier ses filiales à l’étranger et, en particulier, celles implantées au Maghreb. En Europe occidentale, son principal marché (50% de ses ventes) affecté par le marasme économique, il a fait face à une chute de 18% du nombre de véhicules écoulés en 2012. Si le groupe Français, piloté par Carlos Ghosn, s’en sort finalement avec une baisse de 6% du nombre de véhicules vendus dans le monde (2,55 millions l’année dernière), il le doit aux bonnes performances de ses marques Renault et Dacia dans les autres régions du globe, en progression de 9,1%.

Lire aussi :

Renault : l'Algérie aura son usine
L’Algérie veut réduire ses importations de véhicules

Parts de marché

L’année dernière, en Algérie, les ventes de la marque au losange et de Dacia ont atteint 113 664 véhicules, un chiffre record pour le groupe, en hausse de 51% par rapport à 2011. Il dépasse même déjà le volume de production attendu (75 000) de la future usine d’assemblage que le groupe automobile va implanter à Oued Tlélat (près d’Oran) et qui doit démarrer fin 2014.

Cumulées, les ventes de Renault et de Dacia représentent 26% du marché algérien, grâce aux bonnes performances des modèles Logan et Clio. Au Maroc, les deux marques sont elles aussi en tête des ventes, avec 47 709 voitures écoulées dans le royaume, représentant une part de marché de 36,6%. Au total, en 2012, les ventes du Maroc et de l’Algérie ont représenté 6,3% des ventes du groupe Renault dans le monde et 29,2% des ventes en France.

Pour assurer son avenir, le groupe, qui vient d’annoncer en France une réduction de ses effectifs de 7 500 postes (des départs à la retraite non remplacés), continue à miser sur les véhicules low-cost dans les pays émergents. En Europe occidentale, il parie sur le développement du véhicule électrique, un segment où il détient déjà 28% de part de marché.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags