Télécoms : l'État algérien acquiert 51% de Djezzy pour 2,64 milliards de dollars.
Turkish Airlines va desservir trois nouvelles destinations africaines : Bamako, Cotonou et Conakry

Le milliardaire Mikhaïl Prokhorov au capital d'Ecobank !

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Mikhail Prokhorov avait déjà investi 500 millions de dollars dans Renaissance Capital en 2008. © AFPStephen Jennings, le fondateur de la banque d'affaires spécialisée dans les pays émergents Renaissance Capital, cède la totalité de ses parts à Onexim, contrôlé par le milliardaire russe Mikhaïl Prokhorov. Dans le lot, les activités de courtage en Afrique mais aussi 5,3% du capital d'Ecobank.

C'est la fin d'une époque pour Renaissance Capital, la banque d'affaires née au début des années 90 en Russie et qui s'est largement déployée en Afrique depuis quelques années. Stephen Jennings, son fondateur d'origine néo-zélandaise, a cédé la totalité des parts (50% + 1/2 voix) qu'il détenait à Onexim, qui avait déjà acquis en 2008 50% (- 1/2 voix) des parts de Renaissance Capital pour 500 millions de dollars. Dans la foulée, Stephen Jennings a annoncé la création de Renaissance Group.

Onexim est contrôlé par le milliardaire russe Mikhaïl Prokhorov, dont la fortune était estimée en 2011 à 18 milliards de dollars par Forbes. Onexim conserve toutes les activités de banque d'investissement opérant sous la marque Renaissance Capital, dont l'activité historique en Russie mais aussi toute l'activité de courtage et de recherche boursière africaine. En quelques années, Renaissance Capital était en effet devenu l'un des principaux opérateurs boursiers subsahariens, avec une forte présence au Nigeria, au Kenya mais aussi en Afrique du Sud.

Immobilier au Kenya

Selon une information recoupée auprès d'un porte-parole de Renaissance Capital, Mikhaïl Prokhorov récupère également les actions détenues dans le groupe bancaire panafricain Ecobank. Il devient ainsi le cinquième actionnaire du groupe avec 5,3% des parts environ.

De son côté, Stephen Jennings délaisse la Russie où il a fait fortune malgré les crises, la montée des oligarques et de l'interventionnisme étatique, mais où il est devenu très difficile d'opérer pour un indépendant. Il entend se concentrer sur l'Afrique, terrain vierge, en conservant les activités immobilières (développement de villes nouvelles, notamment au Kenya), la gestion d'actifs et la toute nouvelle activité de crédit à la consommation, lancée au Nigeria il y a quelques jours. Stephen Jennings s'était fait connaître en Afrique en 2007 en devenant à l'époque (via Renaissance Capital) le premier actionnaire d'Ecobank. Une arrivée jugée hostile par le groupe bancaire qui avait craint une prise de contrôle forcée. Par la suite, les relations s'étaient pacifiées...

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags