Private equity africain : mais qu'attendent les Français ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

En octobre 2012, la maison Wendel a investi 97 millions d'euros dans l'opérateur d'antennes relais IHS. DRMalgré des rentabilités parmi les plus élevées au monde, l'Afrique n'attire que peu de capital-investisseurs hexagonaux. Une réalité qui pourrait peu à peu changer.

Comparée à 2011, l'année 2012 aura été plutôt riche en actualités pour le capital-investissement franco-africain. En octobre, la maison Wendel a créé la surprise en annonçant un investissement de 97 millions d'euros dans IHS, un opérateur d'antennes relais panafricain. En décembre, Investisseurs & Partenaires (I&P), la plus ancienne société de gestion française active en Afrique - elle a été créée en 2002 -, a bouclé une levée de fonds de 51,5 millions d'euros. Enfin, le même mois, Amethis Finance, une société portée par la Compagnie Benjamin de Rothschild et par Luc Rigouzzo, un ancien de l'Agence française de développement (AFD), a annoncé avoir réuni 300 millions d'euros à investir sur le continent.

Lire aussi :

Capital-investissement : le best-of 2012
Wendel fait ses premiers pas en Afrique
I&P : 51,5 millions d'euros pour 50 PME
Bailleurs de fonds et capital-investisseurs : une alliance contre-nature ?

Mais la liste s'arrête là. Alors qu'à Londres on répertorie une quinzaine de sociétés de gestion directement actives en Afrique, les françaises se comptent sur les doigts d'une main et le premier investisseur en capital de l'Hexagone sur le continent reste Proparco, filiale de l'AFD dévolue au secteur privé. Aucun des grands noms du capital-investissement français (AXA Private Equity, Eurazeo, Butler Capital Partners, LBO France) n'a mis sur pied de véhicule destiné à l'Afrique. L'un des rares à avoir tenté l'aventure, Société générale, a depuis cédé son fonds consacré aux entreprises d'Afrique du Nord, Al Kantara Fund, à l'émirati Abraaj Capital... « Les milieux économiques français se sont montrés beaucoup plus réticents par rapport aux marchés émergents et à l'Afrique en particulier », résume Jean-Michel Severino, gérant de I&P.

Écosystème

De fait, c'est tout un écosystème qui reste à construire pour permettre aux flux financiers de se développer entre la France et les entreprises africaines. Comme l'explique Lionel Zinsou, président de PAI Partners, « les marchés anglophones en Afrique sont mieux équipés pour accueillir des fonds : leur base naturelle est à Londres, ils parlent le même langage juridique et partagent les mêmes moeurs d'affaires, ils offrent une porte de sortie pour les fonds, et leurs banques, plus développées, sont prêtes à soutenir ceux-ci dans leurs investissements ». « Les sociétés de gestion sont aussi localisées à Londres parce que la City demeure la première place financière d'Europe et que la notion de risque y est mieux appréhendée », souligne Boris Martor, avocat associé au cabinet Eversheds. Pour Christophe Eck, associé du cabinet Gide Loyrette Nouel, la fiscalité française, comparée à celle d'autres pays européens, n'est pas favorable à l'industrie des fonds et freine leur développement.

Les entreprises montrent l'exemple

Si les pros du capital-investissement français restent timides en Afrique, plusieurs entreprises de l'Hexagone les ont devancés. En 2008, le fonds Danone Communities, fruit d'une coentreprise entre Danone, le géant du lait, et Grameen Bank, la célèbre banque de microcrédit fondée par Muhammad Yunus, a ainsi concrétisé son premier investissement en Afrique en prenant 25 % du capital de la Laiterie du Berger, au Sénégal. Un autre acteur financier de ce type, Grameen Crédit agricole, a également investi dans cette entreprise. Le géant énergétique Schneider Electric a lui aussi mis sur pied son propre fonds. Doté de 10 millions d'euros, ce véhicule solidaire, baptisé Schneider Electric Energy Access, a investi en Afrique subsaharienne dans des entreprises de microréseaux électriques, dont le sénégalais Kayer. Enfin, GDF Suez a tout récemment mis en place GDF Suez Rassembleurs d'énergies, un fonds qui vient de réaliser un investissement de 250 000 euros en Tanzanie. N.T.

Un autre problème refroidirait l'ardeur africaine des grandes maisons françaises. Selon Hakim El Karoui, ancien banquier d'affaires chez Rothschild devenu associé de Roland Berger, ces dernières sont limitées par des « thèses d'investissement » (les règles négociées avec ceux qui ont alimenté les fonds qu'elles gèrent) très strictes, notamment sur le plan géographique. La plupart des fonds existants ont été levés en 2006-2007, une époque à laquelle rares étaient ceux qui avaient compris le potentiel de l'Afrique. En tant que holding investissant ses propres fonds, Wendel n'est par exemple pas soumis à cet impératif, et c'est l'une des raisons qui expliquent ses premiers pas en Afrique.

Hors radar

Malgré tout, le renouveau de l'investissement financier français en Afrique ne serait pas si loin. « Nous constatons, parmi nos clients, un regain d'intérêt pour l'Afrique, explique Rémy Fekete, associé de Gide, chargé de l'Afrique. C'est le cas des grands groupes industriels, mais aussi de nombreux investisseurs de taille moyenne. Il est vrai que, du fait de leurs montants, leurs investissements sont souvent hors radar. Un certain nombre de family offices [des sociétés qui gèrent le patrimoine de familles (très) fortunées, NDLR] nous sollicitent pour des opérations de quelques dizaines de millions d'euros et ne recherchent pas la publicité. » Selon plusieurs professionnels du secteur, Tiaré Groupe, qui rassemble certaines grandes fortunes hexagonales, et Groupe Arnault, du nom de son principal actionnaire Bernard Arnault (première fortune de France), auraient ainsi développé une stratégie africaine. Contactés à ce propos, ils n'ont pas souhaité faire de commentaire.

Du côté des gestionnaires professionnels, les choses pourraient également commencer à bouger. Lionel Zinsou, le Franco-Béninois à la tête de PAI Partners, la plus importante société de capital-investissement en Europe continentale, nous a ainsi confirmé la levée d'un fonds destiné au continent en 2014 ou 2015. Et la proximité culturelle et géographique de la France avec l'Afrique pourrait finir par prendre le dessus. « La pente naturelle des gros fonds français sera d'investir en Afrique », prédit Yannick Itoua, de la banque d'affaires Bryan, Garnier & Co.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Finances

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Le dynamisme de la place boursière et du secteur bancaire structuré et efficace de Port louis, capitale de Maurice, inspirent de plus en plus confiance aux investisseurs.

Lire la suite

Infrastructures

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars),...

Lire la suite

Énergie

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Safi Energy a récolté 2,6 milliards de dollars de financement pour construire une centrale électrique au charbon de 1 386 mégawatts dans le sud-ouest du Maroc. Les banques marocaines ont...

Lire la suite

TV

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Port d'Abidjan, poivre du Penja au Cameroun, Sole Rebels en Ethiopie... La nouvelle édition de Réussite, le magazine de "l'Afrique qui gagne", sera diffusée ce vendredi 19 septembre au soir...

Lire la suite

Télécoms

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Trois ans après le départ de Ben Ali, Orange Tunisie est toujours pertubé dans son développement par le contentieux entre l'État tunisien et Marwane Mabrouk, le gendre de l'ex-président et...

Lire la suite

Tunisie

Hakim Ben Hammouda : "Le grand défi reste la relance de l'investissement"

Hakim Ben Hammouda :

Pour le ministre de l'Économie et des Finances tunisien Hakim Ben Hammouda, les prochaines échéances électorales ne doivent pas faire perdre de vue l'objectif de la relance de l'économie par...

Lire la suite

Cameroun

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Douala International Terminal (DIT), le gestionnaire du terminal à conteneurs, vient de mettre ces engins en service au port de Douala pour améliorer les livraisons. En trois mois, la filiale...

Lire la suite

Analyse

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Début septembre bailleurs et investisseurs se sont réunis à Tunis pour tracer les perspectives d'avenir du pays. Son présent, las, n'est guère brillant. Presque tous les indicateurs sont au rouge. La...

Lire la suite

Santé

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Ebola : la Banque mondiale craint

Pour la Banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie d'Ebola (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "réaction de...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Oryx Gaz Côte d’Ivoire a inauguré le 16 septembre un terminal de stockage de gaz d’une capacité de 4 000 mètres cubes à Abidjan. Cette infrastructure, qui a permis de...

Lire la suite

Transport

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

La compagnie de transport luxembourgeoise Cargolux a annoncé une augmentation du tarif appliqué aux livraisons vers et depuis l'Afrique. En cause : l'épidémie d'Ebola, qui imposerait à l'entreprise de déployer...

Lire la suite

Coopération

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La Banque africaine de développement et le Japon ont conclu un prêt concessionnel de 300 millions de dollars pour soutenir le secteur privé africain.

Lire la suite

Finance

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Dans le cadre de ce partenariat entre Orange et Bank of Africa, les clients d'Orange Money et du groupe bancaire panafricain pourront réaliser des mouvements de fonds de leur compte...

Lire la suite

Finance

Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

 Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

Huit ans après son entrée à la Bourse de Casablanca, le fournisseur de services de manutention Mediaco Maroc a déposé une Offre publique de retrait. Une décision qui intervient après...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Total tente à nouveau de vendre ses parts dans le gisement de Usan

Nigeria : Total tente à nouveau de vendre ses parts dans le gisement de Usan

Total a annoncé qu'il mettait de nouveau en vente sa participation dans le gisement pétrolier d'Usan, situé au sein du bloc OML 138 au large du Nigeria. L'accord de cession...

Lire la suite

Mines

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

Scandale de surfacturation, ingérence de l'État, explosion des coûts... Rien ne va plus à la Gécamines, la grande entreprise minière publique du Katanga, qui attend la nomination d'un nouveau dirigeant.  

Lire la suite

Aérien

Air Mauritius au pied du mur

Air Mauritius au pied du mur

Après de sérieuses difficultés financières, Air Mauritius a renoué avec les bénéfices. Sa recette : réduire la voilure vers l'Europe en crise et davantage de liaisons vers l'Inde et la...

Lire la suite

Transparence

Avec Global Witness, les miniers sont sous surveillance

Avec Global Witness, les miniers sont sous surveillance

Depuis Londres, l'ONG fondée en 1993 traque la corruption et met au jour les liens entre filières extractives et conflits meurtriers. La RD Congo est l'un de ses principaux terrains...

Lire la suite

Étude

Les Marocains avides de nouvelles technologies

Les Marocains avides de nouvelles technologies

Les résultats de l'étude menée pour le fabricant américain de microprocesseurs Intel sur le comportement digital des Marocains révèle que plus de 80% d'entre eux possèdent un appareil informatique.

Lire la suite

Burkina-Faso

2iE : les chantiers d'Amadou Maiga

2iE : les chantiers d'Amadou Maiga

À 58 ans, le Malien Amadou Hama Maiga, qui a pris les commandes de l'Institut international de l'ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE) à la suite d'une crise aiguë,...

Lire la suite

Santé

Ebola : la mobilisation des bailleurs de fonds s'accélère

Ebola : la mobilisation des bailleurs de fonds s'accélère

La Banque mondiale annonce un don de 105 millions de dollars à destination de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone, les trois pays les plus touchés par...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags