Bailleurs de fonds et capital-investisseurs : une alliance contre-nature ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Drôle de couple que celui que forment les fonds de capital-investissement et les agences de développement. Pour certains, rentabilité et réduction de la pauvreté sont des objectifs compatibles. Pour d'autres, cela ne va pas de soi...

Mi-2012, l'américain KKR a commencé à prospecter en Afrique. Suivant les traces de son alter ego Carlyle, qui a ouvert deux bureaux sur le continent l'an dernier, cet autre géant mondial de l'investissement en fonds propres rappelle à sa manière l'intérêt croissant des investisseurs institutionnels mondiaux pour l'Afrique. Alors qu'on ne compte plus les conférences sur cette « nouvelle frontière » organisées dans les grandes capitales occidentales, le capital-investissement africain affiche désormais un niveau d'activité largement comparable à ceux des autres marchés émergents.

Maurice, l'allié fiscal

Siège de la quasi-totalité des fonds d'investissement opérant en Afrique, Maurice a choisi de se positionner comme la « porte d'entrée vers l'Afrique ». En 2009, le Fonds monétaire international (FMI) a calculé que, sur 150 milliards de dollars (105 milliards d'euros) d'investissements étrangers en Afrique, 8 milliards étaient passés par l'île, à égalité avec le Royaume-Uni. Pour les défenseurs de Maurice, le pays n'est pas un paradis fiscal, et son succès s'expliquerait plus par des avantages techniques que par un bas niveau d'imposition. « En plus d'avoir mis au point un environnement juridique sophistiqué, Maurice a établi des conventions fiscales avec de nombreux pays d'Afrique, un élément très attractif pour les investisseurs », explique Barthélémy Faye, avocat associé chez Cleary Gottlieb, un cabinet américain. L'île de l'océan Indien, protégée des troubles politiques, regorge également d'intervenants compétents en matière de droit des affaires et de conseil financier. N.T.

Ce succès doit beaucoup aux subsides des grandes agences de développement : selon une étude du club de capital-investisseurs Kusuntu Partners, 80 % des fonds levés par les firmes de private equity actives en Afrique en 2011 provenaient des bailleurs de fonds internationaux, bilatéraux et panafricains. À elles seules, la Commonwealth Development Corporation (CDC, Royaume-Uni) et la Société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale) ont investi environ 250 millions de dollars (environ 193 millions d'euros) dans de tels fonds cette même année. Le très médiatique fonds 8 Miles, auquel le rockeur irlandais Bob Geldof est associé, a bénéficié de 110 millions de dollars (sur 200 millions levés début 2012) amenés par la Banque africaine de développement (BAD) et la SFI.

Crédibilité

Cette alliance entre le développement et la finance ne gêne pas les gestionnaires, loin de là. Les capital-investisseurs se félicitent notamment de la crédibilité que les agences de développement donnent à leurs fonds, une sorte de police d'assurance pour investisseurs internationaux. « C'est un attelage qui marche bien », confirme Barthélémy Faye, avocat associé chez Cleary Gottlieb, un cabinet d'affaires américain. Un banquier d'affaires qui a conseillé plusieurs chefs d'entreprise africains ne voit pas les choses du même oeil : « Les agences de développement sponsorisent ces fonds en pariant sur le fait qu'ils vont faire du capital-risque, mais il ne faut pas se leurrer : leur objectif final reste la bottom line [les profits, NDLR] », s'emporte-t-il. « Les bailleurs de fonds se trompent en sous-traitant leur mission de développement à des intermédiaires financiers », confirme un autre observateur du monde économique.

Selon l'avocat d'affaires Barthélémy Faye, « c'est un attelage qui marche bien ».

L'objectif de rentabilité de 20 % souvent annoncé par les capital-investisseurs est-il conciliable avec un objectif de développement ? Du côté des professionnels du capital-investissement, la seule croissance du continent permettrait d'atteindre de tels niveaux. Sans forcément mettre une pression énorme sur les manageurs, notamment en termes de maîtrise des coûts. Mais tout le monde ne partage pas cet avis.

Blanchiment

La dernière victime de cette controverse se nomme CDC. L'agence britannique de développement a pendant plusieurs années totalement « sous-traité » aux capital-investisseurs le soin d'investir dans les entreprises africaines. La révélation d'un scandale impliquant l'un des fonds gérés par ECP (dans lequel la CDC avait investi) a fait l'effet d'une bombe.

D'une part, ECP aurait investi dans des grandes entreprises ayant indirectement servi à James Ibori, l'ancien gouverneur de la région pétrolière du Delta (Nigeria) condamné à treize ans de prison, pour blanchir de l'argent. En déléguant à des financiers le métier d'investisseur en fonds propres, les agences de développement s'exposent souvent à ce type de risques... « Les capital-investisseurs font des enquêtes sur les entreprises dans lesquelles ils investissent et sur les grands actionnaires de celles-ci, mais il n'est pas possible de s'intéresser à tous ceux qui détiennent moins de 10 % des parts quand les entreprises en question possèdent des milliers d'actionnaires », commente le patron d'une grande agence financière de développement.

Cliquez sur l'image.Plus inquiétant, ECP aurait mis sous surveillance rapprochée Dotun Oloko, un militant anticorruption nigérian qui avait exposé par courrier à la CDC les agissements de James Ibori et l'implication d'ECP. À la suite de cette affaire et, il faut le souligner, d'un scandale lié à son importante rémunération, Richard Laing, directeur de l'institution britannique depuis onze ans, a perdu son poste. Mais pour le Royaume-Uni cette affaire a été l'occasion de lancer une réflexion sur la meilleure manière pour les agences d'aide au développement d'investir pour maximiser leur effet sur la pauvreté.

De fait, seule une poignée de pays profitent des sommes investies. Selon l'Emerging Markets Private Equity Association (Empea), 90 % des flux africains sont orientés vers quatre pays : l'Afrique du Sud (57 %), le Nigeria (15 %), le Kenya et le Ghana. En outre, une part très minoritaire arrive jusqu'aux petits et moyens entrepreneurs, talon d'Achille des économies africaines. En 2009-2010, toujours selon Empea, environ 26 % des fonds de private equity ont ainsi été investis dans les infrastructures, près de 20 % dans les services financiers et environ 10 % dans les industries extractives.

« Impact investment », quèsaco ?

Avec 320 millions de dollars (250 millions d'euros) de fonds sous gestion, le britannique GroFin est l'une des plus importantes sociétés d'impact investment du continent. Il mise uniquement sur de petites PME, qui réalisent un chiffre d'affaires compris entre 50 000 et 1,5 million de dollars, et son originalité consiste à mesurer sa performance selon quatre critères : résultat économique, impacts environ­nementaux et sociaux, gouvernance. Son taux de rentabilité interne (TRI) recherché tourne autour de 10 %, moitié moins que les grands capital-investisseurs. L'objectif de TRI d'Investisseur & Partenaire pour le développement (I&P) se situe également à ce niveau. Si la performance reste en deçà des normes de la profession, le risque paraît contenu à condition que la sélection soit réalisée avec soin. « Sur 30 start-up, une seule est en situation possible de faillite. Toutes sont rentables », affirme Jean-Michel Severino, directeur de I&P. N.T.

 

Pour un nombre croissant d'observateurs, les agences de développement doivent réévaluer à la baisse une partie de leurs objectifs de taux de rentabilité interne (TRI, mesure de la rentabilité des investissements) et rééquilibrer leur portefeuille en faveur des PME. « Trop d'agences publiques soutenant le secteur privé continuent à avoir des exigences financières excessives vis-à-vis de ce compartiment », estime Jean-Michel Severino, ancien directeur de l'Agence française de développement (AFD), qui a repris la direction d'Investisseur & Partenaire pour le développement (I&P), une société qui s'inspire de l'impact investment (lire encadré). Dans son rapport d'enquête, la commission parlementaire britannique préconise que la CDC soit scindée en deux parties. L'activité d'investissement dans les fonds de private equity serait conservée, mais l'agence devrait réinvestir une part significative des profits qu'elle réalise dans un véhicule séparé dévolu aux PME, baptisé CDC Frontier.

Asphyxie

« Le segment des PME n'est pas rentable pour les capital-investisseurs, rappelle un investisseur. Cela demande trop de travail de due diligence [audit préalable] et de suivi pour des tickets d'investissement très faibles. Dans ce domaine, les agences de développement ont du coup un grand rôle à jouer. » Aujourd'hui, les entrepreneurs africains sont asphyxiés par l'absence d'acteurs financiers à part entière, capables de proposer des prêts à moyen ou à long terme ou bien de monter des arrangements plus sophistiqués. Hormis les bailleurs de fonds, peu sont susceptibles d'apporter à la fois du capital et de la dette de long terme. Selon ce schéma, les agences de développement abandonneraient progressivement les secteurs les plus profitables aux fonds privés et ouvriraient la voie dans le financement des PME. Enfin, peut-être...

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Justice

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

États-Unis : enquête sur Goldman Sachs pour ses liens avec l'ex-régime de Kadhafi

Le gendarme boursier américain enquête sur des avantages que la banque d'affaires Goldman Sachs aurait offerts à des dignitaires libyens pour s'attirer les faveurs du fonds souverain Libyan Investment Authority...

Lire la suite

Agro-industrie

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Bois : qu'est-ce que le label FSC a apporté à Rougier ?

Pour attester de ses bonnes pratiques, le forestier français Rougier a entamé une certification de ses sites en Afrique centrale. Un sésame indispensable pour accéder à certains marchés. Mais ce...

Lire la suite

Entreprise

Le pari gabonais du mauricien IBL

Le pari gabonais du mauricien IBL

Après s'être hissé au rang de deuxième holding du pays, le groupe a fait escale chez ses voisins insulaires, puis mis le cap sur le continent. Destination Kampala et Libreville.

Lire la suite

Capital-investissement

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.

Lire la suite

Gouvernance

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à...

Lire la suite

Automobile

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.

Lire la suite

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il conseille grands patrons et hommes...

Lire la suite

Finances

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Maurice : Port Louis gagne du crédit

Le dynamisme de la place boursière et du secteur bancaire structuré et efficace de Port louis, capitale de Maurice, inspirent de plus en plus confiance aux investisseurs.

Lire la suite

Infrastructures

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars),...

Lire la suite

Énergie

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Maroc : Safi Energy mobilise 2,6 milliards de dollars pour sa centrale électrique

Safi Energy a récolté 2,6 milliards de dollars de financement pour construire une centrale électrique au charbon de 1 386 mégawatts dans le sud-ouest du Maroc. Les banques marocaines ont...

Lire la suite

TV

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Réussite : au sommaire ce vendredi soir !

Port d'Abidjan, poivre du Penja au Cameroun, Sole Rebels en Ethiopie... La nouvelle édition de Réussite, le magazine de "l'Afrique qui gagne", sera diffusée ce vendredi 19 septembre au soir...

Lire la suite

Télécoms

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Orange Tunisie : difficile ménage à trois

Trois ans après le départ de Ben Ali, Orange Tunisie est toujours pertubé dans son développement par le contentieux entre l'État tunisien et Marwane Mabrouk, le gendre de l'ex-président et...

Lire la suite

Tunisie

Hakim Ben Hammouda : "Le grand défi reste la relance de l'investissement"

Hakim Ben Hammouda :

Pour le ministre de l'Économie et des Finances tunisien Hakim Ben Hammouda, les prochaines échéances électorales ne doivent pas faire perdre de vue l'objectif de la relance de l'économie par...

Lire la suite

Cameroun

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Douala International Terminal (DIT), le gestionnaire du terminal à conteneurs, vient de mettre ces engins en service au port de Douala pour améliorer les livraisons. En trois mois, la filiale...

Lire la suite

Analyse

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Tunisie : comment retrouver le succès économique ?

Début septembre bailleurs et investisseurs se sont réunis à Tunis pour tracer les perspectives d'avenir du pays. Son présent, las, n'est guère brillant. Presque tous les indicateurs sont au rouge. La...

Lire la suite

Santé

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Ebola : la Banque mondiale craint

Pour la Banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie d'Ebola (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "réaction de...

Lire la suite

Hydrocarbures

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Côte d’Ivoire : Oryx investit 6,5 milliards de F CFA dans un terminal gazier

Oryx Gaz Côte d’Ivoire a inauguré le 16 septembre un terminal de stockage de gaz d’une capacité de 4 000 mètres cubes à Abidjan. Cette infrastructure, qui a permis de...

Lire la suite

Transport

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

Ebola : Cargolux augmente ses tarifs en Afrique

La compagnie de transport luxembourgeoise Cargolux a annoncé une augmentation du tarif appliqué aux livraisons vers et depuis l'Afrique. En cause : l'épidémie d'Ebola, qui imposerait à l'entreprise de déployer...

Lire la suite

Coopération

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La BAD et le Japon mobilisent 300 millions de dollars pour le secteur privé africain

La Banque africaine de développement et le Japon ont conclu un prêt concessionnel de 300 millions de dollars pour soutenir le secteur privé africain.

Lire la suite

Finance

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Mobile money : Orange et Bank of Africa s'allient

Dans le cadre de ce partenariat entre Orange et Bank of Africa, les clients d'Orange Money et du groupe bancaire panafricain pourront réaliser des mouvements de fonds de leur compte...

Lire la suite

Finance

Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

 Mediaco Maroc se retire de la Bourse de Casablanca

Huit ans après son entrée à la Bourse de Casablanca, le fournisseur de services de manutention Mediaco Maroc a déposé une Offre publique de retrait. Une décision qui intervient après...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags