Bailleurs de fonds et capital-investisseurs : une alliance contre-nature ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Drôle de couple que celui que forment les fonds de capital-investissement et les agences de développement. Pour certains, rentabilité et réduction de la pauvreté sont des objectifs compatibles. Pour d'autres, cela ne va pas de soi...

Mi-2012, l'américain KKR a commencé à prospecter en Afrique. Suivant les traces de son alter ego Carlyle, qui a ouvert deux bureaux sur le continent l'an dernier, cet autre géant mondial de l'investissement en fonds propres rappelle à sa manière l'intérêt croissant des investisseurs institutionnels mondiaux pour l'Afrique. Alors qu'on ne compte plus les conférences sur cette « nouvelle frontière » organisées dans les grandes capitales occidentales, le capital-investissement africain affiche désormais un niveau d'activité largement comparable à ceux des autres marchés émergents.

Maurice, l'allié fiscal

Siège de la quasi-totalité des fonds d'investissement opérant en Afrique, Maurice a choisi de se positionner comme la « porte d'entrée vers l'Afrique ». En 2009, le Fonds monétaire international (FMI) a calculé que, sur 150 milliards de dollars (105 milliards d'euros) d'investissements étrangers en Afrique, 8 milliards étaient passés par l'île, à égalité avec le Royaume-Uni. Pour les défenseurs de Maurice, le pays n'est pas un paradis fiscal, et son succès s'expliquerait plus par des avantages techniques que par un bas niveau d'imposition. « En plus d'avoir mis au point un environnement juridique sophistiqué, Maurice a établi des conventions fiscales avec de nombreux pays d'Afrique, un élément très attractif pour les investisseurs », explique Barthélémy Faye, avocat associé chez Cleary Gottlieb, un cabinet américain. L'île de l'océan Indien, protégée des troubles politiques, regorge également d'intervenants compétents en matière de droit des affaires et de conseil financier. N.T.

Ce succès doit beaucoup aux subsides des grandes agences de développement : selon une étude du club de capital-investisseurs Kusuntu Partners, 80 % des fonds levés par les firmes de private equity actives en Afrique en 2011 provenaient des bailleurs de fonds internationaux, bilatéraux et panafricains. À elles seules, la Commonwealth Development Corporation (CDC, Royaume-Uni) et la Société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale) ont investi environ 250 millions de dollars (environ 193 millions d'euros) dans de tels fonds cette même année. Le très médiatique fonds 8 Miles, auquel le rockeur irlandais Bob Geldof est associé, a bénéficié de 110 millions de dollars (sur 200 millions levés début 2012) amenés par la Banque africaine de développement (BAD) et la SFI.

Crédibilité

Cette alliance entre le développement et la finance ne gêne pas les gestionnaires, loin de là. Les capital-investisseurs se félicitent notamment de la crédibilité que les agences de développement donnent à leurs fonds, une sorte de police d'assurance pour investisseurs internationaux. « C'est un attelage qui marche bien », confirme Barthélémy Faye, avocat associé chez Cleary Gottlieb, un cabinet d'affaires américain. Un banquier d'affaires qui a conseillé plusieurs chefs d'entreprise africains ne voit pas les choses du même oeil : « Les agences de développement sponsorisent ces fonds en pariant sur le fait qu'ils vont faire du capital-risque, mais il ne faut pas se leurrer : leur objectif final reste la bottom line [les profits, NDLR] », s'emporte-t-il. « Les bailleurs de fonds se trompent en sous-traitant leur mission de développement à des intermédiaires financiers », confirme un autre observateur du monde économique.

Selon l'avocat d'affaires Barthélémy Faye, « c'est un attelage qui marche bien ».

L'objectif de rentabilité de 20 % souvent annoncé par les capital-investisseurs est-il conciliable avec un objectif de développement ? Du côté des professionnels du capital-investissement, la seule croissance du continent permettrait d'atteindre de tels niveaux. Sans forcément mettre une pression énorme sur les manageurs, notamment en termes de maîtrise des coûts. Mais tout le monde ne partage pas cet avis.

Blanchiment

La dernière victime de cette controverse se nomme CDC. L'agence britannique de développement a pendant plusieurs années totalement « sous-traité » aux capital-investisseurs le soin d'investir dans les entreprises africaines. La révélation d'un scandale impliquant l'un des fonds gérés par ECP (dans lequel la CDC avait investi) a fait l'effet d'une bombe.

D'une part, ECP aurait investi dans des grandes entreprises ayant indirectement servi à James Ibori, l'ancien gouverneur de la région pétrolière du Delta (Nigeria) condamné à treize ans de prison, pour blanchir de l'argent. En déléguant à des financiers le métier d'investisseur en fonds propres, les agences de développement s'exposent souvent à ce type de risques... « Les capital-investisseurs font des enquêtes sur les entreprises dans lesquelles ils investissent et sur les grands actionnaires de celles-ci, mais il n'est pas possible de s'intéresser à tous ceux qui détiennent moins de 10 % des parts quand les entreprises en question possèdent des milliers d'actionnaires », commente le patron d'une grande agence financière de développement.

Cliquez sur l'image.Plus inquiétant, ECP aurait mis sous surveillance rapprochée Dotun Oloko, un militant anticorruption nigérian qui avait exposé par courrier à la CDC les agissements de James Ibori et l'implication d'ECP. À la suite de cette affaire et, il faut le souligner, d'un scandale lié à son importante rémunération, Richard Laing, directeur de l'institution britannique depuis onze ans, a perdu son poste. Mais pour le Royaume-Uni cette affaire a été l'occasion de lancer une réflexion sur la meilleure manière pour les agences d'aide au développement d'investir pour maximiser leur effet sur la pauvreté.

De fait, seule une poignée de pays profitent des sommes investies. Selon l'Emerging Markets Private Equity Association (Empea), 90 % des flux africains sont orientés vers quatre pays : l'Afrique du Sud (57 %), le Nigeria (15 %), le Kenya et le Ghana. En outre, une part très minoritaire arrive jusqu'aux petits et moyens entrepreneurs, talon d'Achille des économies africaines. En 2009-2010, toujours selon Empea, environ 26 % des fonds de private equity ont ainsi été investis dans les infrastructures, près de 20 % dans les services financiers et environ 10 % dans les industries extractives.

« Impact investment », quèsaco ?

Avec 320 millions de dollars (250 millions d'euros) de fonds sous gestion, le britannique GroFin est l'une des plus importantes sociétés d'impact investment du continent. Il mise uniquement sur de petites PME, qui réalisent un chiffre d'affaires compris entre 50 000 et 1,5 million de dollars, et son originalité consiste à mesurer sa performance selon quatre critères : résultat économique, impacts environ­nementaux et sociaux, gouvernance. Son taux de rentabilité interne (TRI) recherché tourne autour de 10 %, moitié moins que les grands capital-investisseurs. L'objectif de TRI d'Investisseur & Partenaire pour le développement (I&P) se situe également à ce niveau. Si la performance reste en deçà des normes de la profession, le risque paraît contenu à condition que la sélection soit réalisée avec soin. « Sur 30 start-up, une seule est en situation possible de faillite. Toutes sont rentables », affirme Jean-Michel Severino, directeur de I&P. N.T.

 

Pour un nombre croissant d'observateurs, les agences de développement doivent réévaluer à la baisse une partie de leurs objectifs de taux de rentabilité interne (TRI, mesure de la rentabilité des investissements) et rééquilibrer leur portefeuille en faveur des PME. « Trop d'agences publiques soutenant le secteur privé continuent à avoir des exigences financières excessives vis-à-vis de ce compartiment », estime Jean-Michel Severino, ancien directeur de l'Agence française de développement (AFD), qui a repris la direction d'Investisseur & Partenaire pour le développement (I&P), une société qui s'inspire de l'impact investment (lire encadré). Dans son rapport d'enquête, la commission parlementaire britannique préconise que la CDC soit scindée en deux parties. L'activité d'investissement dans les fonds de private equity serait conservée, mais l'agence devrait réinvestir une part significative des profits qu'elle réalise dans un véhicule séparé dévolu aux PME, baptisé CDC Frontier.

Asphyxie

« Le segment des PME n'est pas rentable pour les capital-investisseurs, rappelle un investisseur. Cela demande trop de travail de due diligence [audit préalable] et de suivi pour des tickets d'investissement très faibles. Dans ce domaine, les agences de développement ont du coup un grand rôle à jouer. » Aujourd'hui, les entrepreneurs africains sont asphyxiés par l'absence d'acteurs financiers à part entière, capables de proposer des prêts à moyen ou à long terme ou bien de monter des arrangements plus sophistiqués. Hormis les bailleurs de fonds, peu sont susceptibles d'apporter à la fois du capital et de la dette de long terme. Selon ce schéma, les agences de développement abandonneraient progressivement les secteurs les plus profitables aux fonds privés et ouvriraient la voie dans le financement des PME. Enfin, peut-être...

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Sylviculture

Gabon : Olam, l'ami venu d'Asie

Gabon : Olam, l'ami venu d'Asie

Le groupe singapourien Olam, spécialisé dans le négoce et le courtage de denrées alimentaires, est devenu un acteur incontournable au Gabon. Et représente le tropisme asiatique des nouvelles élites gabonaises. 

Lire la suite

Justice

La Somalie demande à l'ONU de fixer sa frontière maritime avec le Kenya

La Somalie demande à l'ONU de fixer sa frontière maritime avec le Kenya

La Somalie a porté le conflit qui l'oppose au Kenya, au sujet du tracé de leurs frontières maritimes, devant la Cour internationale de justice de l'ONU. La décision de la...

Lire la suite

Banque

BNP Paribas réorganise son pôle Afrique

BNP Paribas réorganise son pôle Afrique

Le groupe bancaire français a réorganisé son état-major sur le continent. Philippe Tartelin, directeur Afrique pour la partie banque de détail, dirigera une équipe d'une quarantaine de personnes basée à...

Lire la suite

Innovation

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles technologies et de...

Lire la suite

Institutions

Emploi : la Banque mondiale débloque 100 millions de dollars pour le Maroc

Emploi : la Banque mondiale débloque 100 millions de dollars pour le Maroc

La Banque mondiale va débloquer un prêt de 100 millions de dollars pour le Maroc afin de soutenir le pays dans sa réforme du marché du travail. Objectif : améliorer...

Lire la suite

Innovation

Rania Belkahia : "La diaspora veut contrôler l'usage des fonds qu'elle envoie"

Rania Belkahia :

Lancé il y a moins d'un an par trois jeunes diplômés, Afrimarket compte déjà 25 000 clients et dessert 15 villes dans trois pays (Bénin, Côte d'Ivoire, Sénégal). Sa présidente, Rania...

Lire la suite

Innovation

Eleni Gabre-Madhin : "Mes idées sont nées sur le terrain"

Eleni Gabre-Madhin :

L'économiste éthiopienne a créé en 2013 la société Eleni, spécialisée dans la conception et la mise en place de Bourses de matières premières.

Lire la suite

Immobilier

Des solutions pour loger le plus grand nombre

Des solutions pour loger le plus grand nombre

Avec le dynamisme démographique que connaît l'Afrique, la problématique du logement sera au coeur des grands défis de demain pour le continent. Au Maghreb et en Afrique subsaharienne, des idées...

Lire la suite

Innovation

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara :

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de...

Lire la suite

Industrie

Gabon : Port-Gentil retrouve la pêche

Gabon : Port-Gentil retrouve la pêche

Dans le cadre de la diversification de l'économie, le gouvernement a décidé en 2012 de reprendre en main le secteur de la pêche hauturière. Objectif ? Développer une véritable filière...

Lire la suite

Conjoncture

La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance pour le Rwanda

La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance pour le Rwanda

Dans une note publiée ce jeudi 28 août, la Banque mondiale a revu à la baisse les prévisions de croissance du Rwanda pour l'année 2014, de 7,2 % à 5,7...

Lire la suite

Télécoms

Algérie : le conseil d'administration de GTH approuve la cession de Djezzy au FNI

Algérie : le conseil d'administration de GTH approuve la cession de Djezzy au FNI

Le conseil d'administration de GTH a approuvé la vente de 51 % de l'opérateur Djezzy à l'État algérien, donnant ainsi son aval à une opération qui clôt des années de...

Lire la suite

Réussite

Vidéo : Reportage à Kibali, dans la plus grande mine d'or d'Afrique

Vidéo : Reportage à Kibali, dans la plus grande mine d'or d'Afrique

Les caméras de Réussite vous font découvrir de l'intérieur la mine de Kibali, en RD Congo. Un projet aurifère colossal, qui aura nécessité plus de deux ans de travaux, 2,5...

Lire la suite

Pétrole

Shell, Total et Eni vont céder 5 milliards de dollars d’actifs au Nigeria

Shell, Total et Eni vont céder 5 milliards de dollars d’actifs au Nigeria

Royal Dutch Shell, à la tête d'un consortium de compagnies pétrolières occidentales, s'apprête à céder quatre champs de pétrole au Nigeria pour 5 milliards de dollars.

Lire la suite

Business

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.

Lire la suite

Finances publiques

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une "économie productive...

Lire la suite

RD Congo

Tiger Resources va racheter les parts de la Gécamines dans la mine de cuivre de Kipoi

Tiger Resources va racheter les parts de la Gécamines dans la mine de cuivre de Kipoi

Le groupe minier australien Tiger Resources Limited devrait mobiliser 110 millions de dollars pour finaliser le rachat des parts (40 %) de la Gécamines dans le projet de Kipoi, en...

Lire la suite

Décryptage

Portrait d'une famille de classe moyenne "type" en Afrique subsaharienne

Portrait d'une  famille de classe moyenne

Dans "Comprendre la classe moyenne africaine", la banque sud-africaine Standard Bank montre l'essor du nombre de ménages appartenant à cette catégorie en Afrique, mais fournit également un aperçu de leurs...

Lire la suite

Interview

Nicolas Pyrgos : "Les grandes fortunes africaines sont plus prudentes qu'on ne le pense"

Nicolas Pyrgos :

Patron d'Émeraude Suisse Capital, Nicolas Pyrgos l'assure : ses clients africains sont très prudents dans la manière de placer leur argent. Il faut dire que leur terrain d'exercice est déjà...

Lire la suite

Santé

Pour S&P, Ebola est sans conséquences immédiates sur la notation des pays africains

Pour S&P, Ebola est sans conséquences immédiates sur la notation des pays africains

Pour Standard & Poor's, l'épidémie d'Ebola, qui a entraîné plus de 1400 décès en Afrique subsaharienne depuis décembre 2013, n'a aucun "impact immédiat" sur la notation des 20 pays africains...

Lire la suite

Agroalimentaire

Zambeef, Fan Milk, Brookside Dairy... Les secrets d'une adaptation africaine

Zambeef, Fan Milk, Brookside Dairy... Les secrets d'une adaptation africaine

Plusieurs sociétés agroalimentaires africaines semblent avoir trouvé la bonne formule pour rationnaliser la chaîne logistique, du producteur au consommateur. Et leur succès ne se dément pas.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags