Maroc : en Europe, BMCE Bank sur le chemin de la raison

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le groupe veut offrir des services, notamment de transfert d'argent, aux Marocains résidant à l'étranger. DRPlombé par ses activités de banque d'affaires à Londres, le groupe marocain a choisi de revoir sa stratégie au Royaume-Uni, en France et en Espagne. Avec plus de modestie.

« La fermeture du bureau de Londres n'a jamais été une hypothèse sérieuse. » Six ans après le lancement calamiteux de la filiale britannique de BMCE Bank, Mohammed Agoumi, le tout nouveau directeur général des activités internationales, est clair. Chargé de piloter à la fois les antennes du groupe à Londres, Paris et Madrid pour mettre un peu d'ordre dans une maison au fonctionnement interne réputé complexe, le banquier affirme : « Mon mandat est explicite. Il s'agit de restructurer les activités en Europe de manière générale et de remettre à flot l'exploitation à Londres. »

Cliquez sur l'image.Créé quelques mois avant la crise financière internationale débutée mi-2007 et censé faire le pont entre les marchés financiers internationaux et le Maroc, l'ex-MediCapital Bank (devenu BMCE Bank International) aura fait perdre 725 millions de dirhams (environ 65 millions d'euros) à sa maison mère. Réduction drastique des charges - avec un effectif passé de 90 à 45 personnes en deux ans -, diminution des créances à risque et, finalement, abandon total des activités liées aux marchés de capitaux : la restructuration, entamée il y a deux ans, a enfin abouti. Au premier semestre 2012, BMCE Bank International a enregistré pour la première fois de son histoire un modeste bénéfice (environ 625 000 euros).

Soulagement

Au dernier étage du siège de BMCE Bank à Casablanca, celui de la présidence, on a dû pousser un ouf de soulagement après ces longues années de galère. Des trois grandes banques marocaines, la filiale du groupe d'Othman Benjelloun aura été la seule à se lancer dans l'aventure de la banque d'affaires internationale. C'est peu de dire que l'échec aura été total. « Depuis le 1er septembre, BMCE Bank International a été recentré sur trois activités, souligne Mohammed Agoumi. La commodity trade finance, notamment dans les produits alimentaires et l'énergie ; les projets de financements structurés ; et l'activité de market maker sur les changes afin de donner enfin un prix de marché intéressant pour les clients africains du groupe. »

Le premier pôle ne chôme pas, dans un contexte de raréfaction des flux de financement du commerce. Les équipes parisiennes de BMCE Bank y jouent le premier rôle, avec comme objectif de devenir un des interlocuteurs des entreprises commerçant avec l'Afrique. Le second pôle se met en place doucement : BMCE Bank International a ainsi brillé ces derniers mois en participant au financement du troisième pont d'Abidjan, à hauteur de 12 millions d'euros.

« Mais son développement reste dépendant de la coordination avec les entités du groupe sur place, qui seront à l'origine des flux de projets », précise Mohammed Agoumi. Pour alimenter Londres et Paris en deals potentiels, la création d'un réseau de banques d'affaires en Afrique subsaharienne, baptisé BOA Capital et dépendant de Bank of Africa, la filiale de BMCE Bank au sud du Sahara, est en marche, avec un démarrage prévu des activités en 2013.

Tout en oeuvrant dans les mêmes métiers, Madrid, troisième antenne européenne des activités de banque d'affaires du groupe marocain, se spécialise davantage sur les relations commerciales entre le Maroc et l'Espagne, désormais l'un des tout premiers partenaires du royaume. À terme, la volonté est de fusionner les deux entités londonienne et madrilène de banque d'affaires.

Lire aussi :

Maroc : BMCE Bank veut lever un autre milliard
Maroc : BMCE Bank et CDM dégradées par Moody's
BMCE Bank : plus d'un tiers des bénéfices réalisés hors du Maroc

Reste la banque de détail en Europe. Sur ce point, la deuxième banque privée marocaine n'est guère en avance et s'est même fait, depuis une décennie, littéralement distancer par ses deux principales concurrentes. Sa part de marché n'excède pas 10 %, quand celles d'Attijariwafa Bank et de Banque populaire s'élèvent respectivement à 27 % et 53 %. Si la dernière bénéficie d'un positionnement historique auprès des Marocains résidant à l'étranger - avantage qu'elle a transformé en succès avec la création de la filiale européenne Chaabi Bank -, Attijariwafa Bank a investi massivement ces dernières années pour rattraper son retard et prendre la première place. Pour BMCE Bank, hors de question aujourd'hui de relancer la stratégie de banque de détail en Europe. « Nous ne voulons pas y gérer de réseau bancaire », assure Mohammed Agoumi.

Expérimentation

Pour limiter les coûts et les besoins en fonds propres, le groupe marocain a simplement créé, début 2012, BMCE Euroservices, agréé par la Banque centrale espagnole comme établissement de paiement et pouvant exercer dans d'autres pays européens. L'entité a été rattachée, fonctionnellement, à la direction du réseau de BMCE Bank au Maroc, l'objectif étant d'offrir des services simples, notamment de transfert d'argent, à la clientèle marocaine établie en Europe. La structure a récupéré les quelques agences du groupe - un peu délaissées ces dernières années - en France et en Espagne et vise quelques ouvertures au Benelux dans les années à venir.

Le français Crédit mutuel-CIC, actionnaire de référence du groupe marocain, a accepté d'ouvrir des espaces réservés à BMCE Bank dans certaines de ses agences. Le dispositif est actuellement en phase d'expérimentation. S'il est confirmé, il pourrait permettre à la banque de disposer potentiellement de relais dans plus de 4 500 points de vente en France, Crédit mutuel-CIC étant l'un des plus importants réseaux de proximité dans le pays. 

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Commerce international

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

New Delhi vient de dire "non" à l'adoption d'un accord entre les pays membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Une décision qui vient bloquer le processus d'adoption de ce...

Lire la suite

Investissement

Comment le fond souverain du gabon mène sa stratégie ?

Comment le fond souverain du gabon mène sa stratégie ?

Pêche, tourisme, énergie... Le fonds souverain du Gabon conclut des partenariats dans des secteurs clés. Mais sa priorité reste la constitution d'un portefeuille rentable, surtout à l'étranger.

Lire la suite

Accords commerciaux

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

L'Union européenne (UE) et la Mauritanie se sont accordées sur la prolongation jusqu'en décembre de l'accord de pêche qui les lie. Un arrangement à l'amiable qui ouvre la voie à...

Lire la suite

Maroc

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Depuis 2005, un vaste plan d'urbanisme a métamorphosé les rives du fleuve qui sépare Rabat et Salé, au Maroc. Un chantier qui vise à résorber les fractures géographiques, mais aussi...

Lire la suite

Mines

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Pan-African Minerals, exploitant de la mine de manganèse de Tambao, a signé un protocole d'accord avec Bolloré pour la construction d'un chemin de fer permettant le transport du minerai jusqu'au...

Lire la suite

Affaires publiques

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali a procédé à l'annulation de 130 permis de recherche et autorisations d'exploitation de carrière, a annoncé Boubou Cissé, le ministre des Mines malien. Ce grand nettoyage concerne des...

Lire la suite

Décryptage

Notation : 10 pays africains passés au crible

Notation : 10 pays africains passés au crible

Le Rwanda a été noté B+ par l'agence Fitch Ratings. Comment expliquer que ce pays, avec un PIB de 7,5 milliards de dollars, soit mieux noté que le Ghana (48...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

La société pétrolière nigériane Oando concrétise ses plans de transformation en s'emparant définitivement des actifs pétroliers de la major américaine ConocoPhillips pour un total de 1,5 milliard de dollars.

Lire la suite

Télévision

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance en Angola et au Mozambique une chaîne dédiée à la musique et à la culture lusophones. Avec plus de 50 millions de locuteurs en Afrique, le marché dispose...

Lire la suite

Sucre

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Après avoir tiré la sonnette d'alarme auprès du président camerounais au sujet de la concurrence déloyale, la Société sucrière du Cameroun, filiale du groupe français Somdiaa, a vu ses craintes...

Lire la suite

Audiovisuel

Nawfel Raghay : "Au Maroc, il faudrait investir 110 millions de dollars dans la TNT avant juin 2015"

Nawfel Raghay :

Nawfel Raghay, ancien directeur général de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) du Maroc, revient pour "Jeune Afrique" sur la préparation du royaume chérifien au passage à la...

Lire la suite

Médias

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l’événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le Sénégal. La transition de l'analogique vers le numérique...

Lire la suite

Médias

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

À quelques mois du passage à la diffusion numérique de ses télévisions, le continent redouble d'efforts. Un bouleversement audiovisuel où le pire comme le meilleur peuvent encore survenir.

Lire la suite

Industrie

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto va céder ses mines de charbon au Mozambique à une entreprise indienne pour 50 millions de dollars. Le groupe australien les avait acquises en 2011 lors du rachat...

Lire la suite

Maroc

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Promu directeur général délégué du groupe Addoha en 2011, Saad Sefrioui est devenu l'un des piliers de l'expansion panafricaine du géant marocain de l'immobilier.

Lire la suite

Notation

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Grâce à son dynamisme économique et à des réformes structurelles, le Rwanda voit sa note améliorée par l'agence Fitch, passant de B à B+ et assortie d'une perspective stable. Kigali...

Lire la suite

Logistique

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Le guichet unique du Togo est entré en phase pilote depuis fin juin. Réservé pour le moment à quelques acteurs de l'import maritime, il devrait progressivement être étendu à toutes...

Lire la suite

Finances publiques

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur...

Lire la suite

Mines

First Quantum, zambien mais pas trop

First Quantum, zambien mais pas trop

Alors qu'il tire les deux tiers de ses bénéfices de l'État d'Afrique australe, le producteur de cuivre canadien chasse sur d'autres terres africaines. La raison ? Des relations tendues avec...

Lire la suite

Finances publiques

Le Kenya envisage d'emprunter en yens

Le Kenya envisage d'emprunter en yens

Après la levée de 2 milliards de dollars sur les marchés internationaux en juin dernier, le Kenya envisage d'émettre des obligations en yens. Nairobi, qui souhaite diversifier ses sources de...

Lire la suite

Industrie

Afrique du Sud : le principal syndicat des métallurgistes appelle à la fin de la grève

Afrique du Sud : le principal syndicat des métallurgistes appelle à la fin de la grève

Le syndicat des métallos sud-africains Numsa a appelé à la fin de la grève menée depuis début juillet, après avoir obtenu une hausse de 10 % des salaires. Le constructeur...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags