Télécoms : l'État algérien acquiert 51% de Djezzy pour 2,64 milliards de dollars.
Turkish Airlines va desservir trois nouvelles destinations africaines : Bamako, Cotonou et Conakry

Comment l'État peut-il améliorer le financement des PME ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Confection textile au Kenya. Le continent compte 65 millions de PME. © Tony Karumba/AFPAu coeur du tissu économique africain, les petites et moyennes entreprises restent les parents pauvres du financement. Entre création de banques spécialisées et amélioration du climat des affaires, que peut-on attendre de l'État ?

Faut-il le rappeler ? L'Afrique compte 65 millions de PME. En Afrique du Sud, en Égypte et au Maroc, elles contribuent selon la Banque mondiale à hauteur de 50 % à 60 % de la création de richesses nationales et à plus de la moitié de l'emploi. Sur l'ensemble du continent, elles représenteraient les trois quarts des emplois créés, selon la Banque africaine de développement (BAD). Elles restent néanmoins les parents pauvres du financement africain et, plus largement, des politiques économiques.

Peu à peu, la plupart des États semblent tout de même prendre conscience des efforts à faire en vue de favoriser l'accès aux financements pour les PME. « Le b.a.-ba serait déjà qu'ils apurent leurs dettes intérieures et paient ce qu'ils doivent aux PME », souligne d'emblée Stanislas Zeze, PDG de Bloomfield Investment Corporation, une agence de notation basée à Abidjan qui propose également de la gestion du risque-crédit aux PME. C'est ce qu'a fait, par exemple, le Gabon, en août 2012 : une décision saluée par les PME locales. Car régler les arriérés, parfois très importants, dus au secteur privé local est une étape bien trop souvent négligée par des États mauvais payeurs.

Les pouvoirs publics ont un rôle fondamental à jouer en matière d'assainissement de l'environnement des affaires.

« Les pouvoirs publics ont ensuite un rôle fondamental à jouer en matière d'assainissement de l'environnement des affaires », poursuit Stanislas Zeze. L'État peut ainsi créer les conditions d'un exercice simplifié du métier d'entrepreneur, débarrassé des risques de corruption et des pesanteurs des décisions administratives. Ou encore garantir l'accès à l'énergie électrique, entre autres besoins d'infrastructures...

Initiatives

Malgré ces immenses besoins souvent non satisfaits, certains États continuent de vouloir s'impliquer directement dans le financement des PME. « Le Cameroun est en train de créer une banque des PME. Le décret est passé en 2011, et nous attendons la mise en place de cette institution financière dévolue au financement des PME », explique Fabrice Kom Tchuente, directeur exécutif de FinAfrique, un cabinet de conseil partenaire de la Société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale) pour le déploiement d'une « boîte à outils pour les PME ». Au Gabon voisin, quelques initiatives ont également été prises par un établissement contrôlé par l'État. « La Banque gabonaise de développement propose BGD Advance +, une offre de crédit de 50 millions de F CFA [76 200 euros, NDLR] avec un taux d'intérêt allégé et bénéficiant d'un traitement rapide », détaille Fabrice Kom Tchuente.

Choix habituel des États africains pour soutenir les PME, la création d'une banque spécialisée est loin de recueillir l'assentiment de la communauté financière. Par le passé, gestion publique a trop souvent rimé avec mauvaise gestion. « Au Cameroun, le Fogape [Fonds d'aide et de garantie aux petites et moyennes entreprises], né dans les années 1980, accordait directement des crédits aux PME tout en garantissant les prêts consentis par les autres établissements financiers. Il a fait faillite au milieu des années 1990 car de nombreux prêts accordés de façon abusive n'ont pas été remboursés », souligne un banquier camerounais.

Marche forcée

Pourtant, d'autres structures du même type ont fait leurs preuves, comme le Fonds de garantie des investissements privés en Afrique de l'Ouest (Fonds Gari). De manière générale, estime Daouda Coulibaly, directeur général de la Société ivoirienne de banque (groupe Attijariwafa Bank), « la création de fonds de garantie pour les PME semble être une idée pertinente, qui a été mise en place en Europe après la guerre avec un réel succès ». En Afrique, les grandes banques (et agences) de développement étendent à marche forcée ce système. La BAD a ainsi créé en 2012 l'African Guarantee Fund (AGF). La SFI assume une partie du risque sur un portefeuille de prêts aux PME accordés par des banques locales, telles que BNP Paribas en Côte d'Ivoire. L'Agence française de développement (AFD) pratique la même politique.

Le règlement des arriérés dus au secteur privé est une étape bien trop souvent négligée.

Mais du côté des États, rien ou pas grand-chose. « Ce n'est pas leur rôle de faciliter l'accès au financement des PME, lâche Félix Adahi Bikpo, patron de l'AGF. Ils doivent se financer et ont déjà du mal à le faire ; comment pourraient-ils financer des banques dévolues aux PME ou des fonds de garantie ? Ils ont déjà tant à faire en matière d'infrastructures, de sécurité des affaires... Tout cela est plutôt du ressort du secteur privé et des bailleurs de fonds. »

L'idée germe ainsi, dans certains esprits, de créer une véritable banque de développement panafricaine des PME détenue non par un État mais plutôt, à l'instar de la BAD, par plusieurs États africains mais aussi internationaux. Cette structure, bien notée par les agences de notation et indépendante dans sa gestion, pourrait accéder à peu de frais à des financements longs et les prêter ensuite aux PME, directement ou indirectement. Ce n'est là qu'un projet, certes, mais cela permettrait de sortir des errements habituels des banques publiques.

Les banques elles-mêmes commencent à changer leur fusil d'épaule et, pression concurrentielle oblige, regardent peu à peu vers le marché des PME, avec l'aide des agences de développement. La période est donc propice aux États pour faciliter le financement des PME. À condition de ne pas se tromper, une fois de plus, de méthode.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Transparence

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, il est désormais possible d'apporter des réponses. Jeune Afrique s'y attèle...

Lire la suite

Finance

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Gari : jeune fonds, 20 ans, cherche repreneur

Le Fonds Gari, structure de garantie des crédits, doit faire face au départ de ses actionnaires historiques, qui cèdent 80,56 % du capital. Avis aux repreneurs potentiels : les amateurs sont...

Lire la suite

Agriculture

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Agro-industrie : portraits d'hommes de cultures

Ils produisent de l'arachide, des olives ou du coton. Ils viennent du Sénégal, de la Tunisie et du Burkina Faso. Leur point commun : ils promeuvent les savoir-faire locaux. Et...

Lire la suite

Télécoms

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

L'État algérien rachète 51% de Djezzy

Après des années de bataille juridique, VimpelCom annonce la cession de 51% du capital de Djezzy au Fonds national d'investissement pour 2,643 milliards de dollars. L'actionnaire russe conserve toutefois le...

Lire la suite

Banque

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Le Maroc cède ses parts dans le capital de BCP

Un accord de cession des parts de l'État marocain dans le capital de BCP a été conclu avec le groupe bancaire. L'État, qui détenait près de 6% des parts, les...

Lire la suite

Finance

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

OCP lève 1,55 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Le géant marocain des phosphates OCP a levé 1,55 milliard de dollars pour sa première émission obligataire sur les marchés internationaux. L'entreprise publique cherche à financer un plan d'investissement de...

Lire la suite

Interview

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Moulay Hafid Elalamy :

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée et l'export. "Jeune...

Lire la suite

Engrais

Agriculture africaine : place aux intrants !

Agriculture africaine : place aux intrants !

Trop cher, mal distribué, l'engrais n'est pas entré dans les habitudes des cultivateurs du continent. Mais les industriels du monde entier, en quête de débouchés, comptent bien y remédier.

Lire la suite

Télécoms

Orange Horizons va tester de nouveaux "concept stores" en Afrique

Orange Horizons va tester de nouveaux

Orange poursuit le développement de la marque Horizons à travers le continent. La multinationale teste des concepts stores dans plusieurs villes africaines, l'objectif étant d'y ouvrir des franchises fin 2014. 

Lire la suite

Agro-industrie

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Côte d'Ivoire : vers un rebond dans le coton ?

Utilisation de nouvelles semences, formation des cultivateurs, réorganisation des coopératives : la filière coton en Côte d'Ivoire tente de sortir du marasme. Avec un certain succès.

Lire la suite

Maroc

Kool Food finance sa croissance

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolat fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.

Lire la suite

Télécoms

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Orange Money a passé le cap des 10 millions d'utilisateurs dans les 13 pays de la zone Afrique-Moyen-Orient où ce service est disponible. En 2013, 2,2 milliards d'euros de transactions...

Lire la suite

Énergie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Après le Kenya, Aldwych va construire un complexe éolien en Tanzanie

Les travaux de la première ferme éolienne de Tanzanie vont être lancés au second semestre 2014 à Singida (Ouest du pays). Le projet - d'un coût total de 285 millions...

Lire la suite

Bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Maroc : Bensalah et Elalamy règlent leurs comptes... en bourse

Miriem Bensalah, la patronne des patrons marocains, et Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l'Industrie et du Commerce, sont en froid. Selon les analystes du marché casablancais, c'est là qu'il...

Lire la suite

Transfert d'argent

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

Aïda Diarra,

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du continent.

Lire la suite

Sénégal

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Hôtellerie : Mangalis dit Yaas à Dakar

Mangalis lance Yaas, son enseigne économique, à Dakar. Le premier établissement de la filiale de Teyliom à revêtir la nouvelle marque du groupe devrait ouvrir ses portes au deuxième trimestre 2015.

Lire la suite

Hydrocarbures

Pétrole : Total fait une découverte "prometteuse" en Côte d'Ivoire

Pétrole : Total fait une découverte

Total a annoncé la découverte de pétrole dans l'offshore profond au large de San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. C'est la première découverte de ce type pour...

Lire la suite

Ostréiculture

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

Pêche : Dakhla, perle méconnue du Maroc

La ville  de Dakhla est devenue le principal centre ostréicole du Maroc. Mais les volumes restent modestes, et les débouchés limités.

Lire la suite

Élevage

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Agro-alimentaire : la révolution sera bien élevée

Plus de viande, plus de produits laitiers : avec l'amélioration du niveau de vie, la demande d'aliments d'origine animale devrait tripler sur le continent d'ici à 2050. Une occasion unique...

Lire la suite

Maroc

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Pêche : le port de Safi veut retrouver la cote

Autrefois sacré capitale mondiale de la sardine, le port marocain de Safi fait face à une diminution des prises. Comment sauvegarder son industrie de transformation ? Les entrepreneurs étudient toutes...

Lire la suite

Équipement

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Mahindra creuse son sillon en Afrique

Le constructeur indien Mahindra connaît une forte croissance sur le continent, tirée par ses ventes de tracteurs.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags