Africa Re, sans pertes ni dégâts

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le Printemps arabe (ici en Égypte) a peu affecté le groupe : l’Afrique du Nord ne représente que 17 % de son activité. © Khaled-Desouki/AFPAprès une année 2011 favorable, le numéro un du continent conserve la confiance des agences de notation. Il peut donc poursuivre son développement sur un marché africain où tout reste à faire.

Comme en 2011, la Société africaine de réassurance (Africa Re) a passé avec succès le test de confiance des agences de notation. Corneille Karekezi, directeur général, savoure le A– obtenu récemment auprès d’A.M. Best et de Standard & Poor’s. « Nous sommes le seul réassureur aussi bien noté, tant en Afrique qu’au Moyen-Orient. Cela valide le fait que nous gérons sainement nos risques », se réjouit-il. Pour Africa Re, cette bonne note signifie une capacité à emprunter à des taux moins élevés que ses concurrents, à attirer davantage de clients… et donc à améliorer les résultats.

Alors que l’assureur des assureurs – il compte parmi ses clients la Compagnie malgache d’assurances et de réassurance, la Compagnie algérienne d’assurance totale, la Société nationale d’assurances (RD Congo)… – a achevé le 22 juin dernier à Rabat son assemblée générale, son directeur peut s’enorgueillir d’une belle rentabilité. « Je ne connais pas une seule autre société de réassurance, même un géant comme l’allemand Munich Re ou le français Scor, qui peut comme nous réaliser 17 % de retour sur fonds propres », s’exclame ce Rwandais, arrivé à la tête de l’entreprise en juillet 2011 (lire encadré).

« La succession s'est faite en douceur »

Pas facile de prendre la suite du Mauritanien Bakary Kamara, emblématique directeur général d’Africa Re de 1993 à 2011. Pourtant, un an après l’avoir remplacé, le Rwandais Corneille Karekezi, 46 ans, discret mais efficace, toujours habile à dégager des consensus, s’est fait un nom au sein d’une institution où sont représentés 41 États africains et 98 compagnies d’assurances. L’ancien directeur général de la Société nouvelle d’assurances du Rwanda (Sonarwa, de 2008 à 2009), qui est né, a grandi et a étudié en exil au Burundi, a eu le temps de faire ses preuves. « Africa Re a organisé la succession en douceur. Après mon recrutement, on m’a d’abord nommé directeur général adjoint pendant deux ans aux côtés de Bakary Kamara », raconte Corneille Karekezi, qui manie aussi bien l’anglais que le français, mais avoue préférer la langue de Molière et de Senghor. C.L.B.

Créé en 1976 à l’instigation de l’Union africaine pour soutenir l’essor des compagnies d’assurances du continent, Africa Re a perçu 631 millions de dollars de primes en 2011 (487 millions d’euros).C’est huit fois plus qu’en 2000 et 0,6 % demieux qu’en 2010. Une belle résistance, notamment face aux dépréciations du naira et du rand, devises cruciales pour une firme dirigée depuis Lagos et dont la filiale sud africaine pèse 35% de l’activité. Quant aux sinistres réassurés par Africa Re, ils lui ont coûté 284 millions de dollars en 2011, soit 12 % de moins qu’en 2010. « Nous gardons toujours un oeil sur la rentabilité et sommes extrêmement prudents. Cela paie », affirme Corneille Karekezi qui, parmi ses concurrents africains, compte notamment Cica-Re (341 millions de dollarsde chiffre d’affaires, noté BB+).

Zéro en Libye

L’Afrique du Nord représentant seulement 17% de son activité, le groupe a été peu affecté par le Printemps arabe. « C’est une zone où les grands réassureurs européens comme Munich Re et Partner Re dominent, en raison de la forte présence des compagnies d’assurances françaises et anglaises qui leur sont liées », explique Corneille Karekezi. En Libye, Africa Re a vu son activité réduite à zéro, mais il n’y réalisait que 6 millions de dollars de primes avant la guerre. « Quant à l’Égypte, nous avions déjà décidé avant la révolution de ne pas croître sur cemarché, car les marges y sont réduites. Par conséquent, nous avons peu souffert, avec une baisse du volume de primes d’environ 5 millions de dollars [sur un total de 38,5 millions de dollars en Égypte, NDLR] après les événements », explique-t-il.

A.M. Best et Standard & Poor's lui ont décerné la note A-.

L’Afrique subsaharienne concentre l’essentiel de l’activité. « Nos clients sont surtout des assureurs 100 % africains, notamment en Afrique anglophone [67 % de l’activité]. Beaucoup d’entre eux ont un volume d’affaires trop petit pour pouvoir se réassurer auprès des sociétés occidentales. Chez nous, ils savent qu’ils peuvent le faire facilement, et ils nous font d’autant plus confiance que nous bénéficions d’une bonne notation auprès des agences », poursuit Corneille Karekezi.

Cliquez sur l'image.Mais tout reste encore à faire pour développer le secteur des assurances en Afrique… et avec lui le chiffre d’affaires d’Africa Re. « Au sud du Sahara, en dehors du Rwanda et de l’Afrique du Sud, le taux de pénétration de l’assurance [rapport primes/PIB] oscille entre 1 % et 2 % [il est de 10 % en France et de 14 % en Afrique du Sud]. Dans la plupart des pays, des lois rendent obligatoires l’assurance des véhicules ou des bâtiments. Mais en vérité, la part de la population qui souscrit des polices reste infime », regrette le directeur général.

Conscient de l’importance de la bancarisation pour son secteur, Corneille Karekezi se félicite de travailler «en bonne intelligence » avec des banques panafricaines comme Ecobank et Afreximbank. « Il nous faut faire progresser la microassurance, notamment pour lesagriculteurs, et proposer des produits plus complexes pour les entreprises et contre les catastrophes naturelles », indique-t-il,soulignant la faible protection des Africains contre ce type de sinistre.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Agroalimentaire

Zambeef, Fan Milk, Brookside Dairy... Les secrets d'une adaptation africaine

Zambeef, Fan Milk, Brookside Dairy... Les secrets d'une adaptation africaine

Plusieurs sociétés agroalimentaires africaines semblent avoir trouvé la bonne formule pour rationnaliser la chaîne logistique, du producteur au consommateur. Et leur succès ne se dément pas.

Lire la suite

Innovation

Erik Hersman et Mbwana Alliy, business angels de Nairobi

Erik Hersman et Mbwana Alliy, business angels de Nairobi

C'est à Nairobi que que les fondateurs de iHub ont posé leurs valises il y a quatre ans. Après le succès de leur pépinière qui compte désormais plus de 150...

Lire la suite

Finance

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.

Lire la suite

Aérien

Royal Air Maroc se renforce en Amérique latine avec le brésilien GOL

Royal Air Maroc se renforce en Amérique latine avec le brésilien GOL

La compagnie nationale marocaine Royal Air Maroc a signé avec le brésilien GOL un accord d'interligne permettant aux clients des deux opérateurs d'exploiter leurs réseaux respectifs.

Lire la suite

Stratégie

La deuxième banque malgache s'ouvre aux PME

La deuxième banque malgache s'ouvre aux PME

Reprise par le groupe mauricien Ciel, associé à l'homme d'affaires Hassanein Hiridjee, la BNI Madagascar veut mieux répondre aux besoins des sociétés locales et développer les services par téléphone.

Lire la suite

Santé

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de développement (BAD) va...

Lire la suite

Entrepreneurs

À Brazzaville, Romaric Nkendzo copie et... décolle !

À Brazzaville, Romaric Nkendzo copie et... décolle !

En faisant baisser les prix de la photocopie, Romaric Nkendzo, un jeune Brazzavillois, est devenu patron. Success-story.

Lire la suite

Immobilier

Le port d'Abidjan et Piemme Côte d'Ivoire lancent un programme de 1 600 logements

Le port d'Abidjan et Piemme Côte d'Ivoire lancent un programme de 1 600 logements

Une convention pour la construction de 1664 logements à destination des agents du Port autonome d'Abidjan a été signée entre le PAA et l'entreprise de construction Piemme-CI. Un investissement qui...

Lire la suite

Avis d'experts

Coton : "Pékin importe moins"

Coton :

Michael Edwards, directeur du site d'information spécialisé Cotton Outlook, revient pour "Jeune Afrique", sur la chute des cours du coton, enregistrée cette année.

Lire la suite

Hydrocarbures

Le Royaume-Uni impose à l'industrie extractive de divulguer ses paiements

Le Royaume-Uni impose à l'industrie extractive de divulguer ses paiements

La Grande-Bretagne a annoncé que les groupes énergétiques et miniers devraient, à partir de l'année prochaine, révéler tous les paiements effectués aux gouvernements des pays dans lesquels ils opèrent. Cette...

Lire la suite

Agro-industrie

Quand les mouches nourriront le bétail

Quand les mouches nourriront le bétail

La start-up AgriProtein a mis au point une méthode surprenante à base de larves de mouches pour produire des aliments pour bétail  Un concept qui pourrait bien révolutionner l'alimentation animale...

Lire la suite

Banque

Afrique subsaharienne : ces étonnants banquiers qui aiment le risque

Afrique subsaharienne : ces étonnants banquiers qui aiment le risque

D'un bout à l'autre du continent, des banques rivalisent d'ingéniosité pour offrir aux Africains des services financiers adaptés à leurs besoins.

Lire la suite

Notation

Standard & Poor's maintient la note de la RD Congo

Standard & Poor's maintient la note de la RD Congo

Standard & Poor's a maintenu à "B-" la note attribuée aux émissions souveraines de long-terme de la RD Congo en monnaie locale et en devises étrangères. L'agence américaine livre toutefois...

Lire la suite

Hydrocarbures

Alger accueillera l'édition 2014 du sommet nord-africain du pétrole et du gaz

Alger accueillera l'édition 2014 du sommet nord-africain du pétrole et du gaz

Le neuvième sommet nord-africain du pétrole et du gaz se tiendra dans la capitale algérienne du 7 au 9 décembre. Au programme : la sécurité des approvisionnements et les hydrocarbures...

Lire la suite

Banque

Le nigérian Tony Elumelu de retour à UBA

Le nigérian Tony Elumelu de retour à UBA

Tony Elumelu a été nommé le 25 août président du conseil d'administration de United Bank for Africa. L'homme d'affaires nigérian connaît bien le groupe bancaire, qu'il a largement contribué à...

Lire la suite

Portrait

Strive Masiyiwa, le pionnier des télécoms à l'assaut de la banque mobile

Strive Masiyiwa, le pionnier des télécoms à l'assaut de la banque mobile

L'homme d'affaires zimbabwéen Strive Masiyiwa est un entrepreneur discret qui a su, au fil du temps, imprimer sa marque dans le secteur des télécoms.

Lire la suite

Innovation

Les Africains marquent des points dans les jeux vidéo

Les Africains marquent des points dans les jeux vidéo

Les jeux vidéo ont la côte en Afrique et les studios du continent ne sont pas en reste. Au Nigeria, au Ghana ou au Kenya, les start-ups se lancent à...

Lire la suite

Interview

Alphonse Missengui : "On observe un bouillonnement entrepreneurial au Congo Brazzaville"

Alphonse Missengui :

Conscient du manque d'esprit d'entreprise dans le pays, le vice-président d'Unicongo, la principale organisation patronale de la République du Congo, en explique les raisons. Et comment y remédier.

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique"  lève le voile sur Frank Timis. L'homme d'affaires australo-roumain, arrivé il y a dix ans en Afrique de l'Ouest, a bâti un véritable empire sur le...

Lire la suite

Cameroun

Joël Nana Kontchou, de l'énergie à revendre

Joël Nana Kontchou, de l'énergie à revendre

À 52 ans, cet ingénieur prend les rênes de l'électricien Sonel, au Cameroun. Ses talents de meneur d'hommes, acquis chez Schlumberger, lui seront utiles pour remettre de l'ordre dans l'ancienne compagnie...

Lire la suite

Capital-investissement

Immobilier : OPIC injecte 80 millions de dollars dans le sud-africain IHS Fund II

Immobilier : OPIC injecte 80 millions de dollars dans le sud-africain IHS Fund II

Le sud-africain International Housing Solutions (IHS) a obtenu un financement de 80 millions de dollars de la part de l'américain OPIC. Au programme : la construction de plusieurs milliers de...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags