Publicis rachète l'agence de communication sud-africaine Epic.

Africa Re, sans pertes ni dégâts

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le Printemps arabe (ici en Égypte) a peu affecté le groupe : l’Afrique du Nord ne représente que 17 % de son activité. © Khaled-Desouki/AFPAprès une année 2011 favorable, le numéro un du continent conserve la confiance des agences de notation. Il peut donc poursuivre son développement sur un marché africain où tout reste à faire.

Comme en 2011, la Société africaine de réassurance (Africa Re) a passé avec succès le test de confiance des agences de notation. Corneille Karekezi, directeur général, savoure le A– obtenu récemment auprès d’A.M. Best et de Standard & Poor’s. « Nous sommes le seul réassureur aussi bien noté, tant en Afrique qu’au Moyen-Orient. Cela valide le fait que nous gérons sainement nos risques », se réjouit-il. Pour Africa Re, cette bonne note signifie une capacité à emprunter à des taux moins élevés que ses concurrents, à attirer davantage de clients… et donc à améliorer les résultats.

Alors que l’assureur des assureurs – il compte parmi ses clients la Compagnie malgache d’assurances et de réassurance, la Compagnie algérienne d’assurance totale, la Société nationale d’assurances (RD Congo)… – a achevé le 22 juin dernier à Rabat son assemblée générale, son directeur peut s’enorgueillir d’une belle rentabilité. « Je ne connais pas une seule autre société de réassurance, même un géant comme l’allemand Munich Re ou le français Scor, qui peut comme nous réaliser 17 % de retour sur fonds propres », s’exclame ce Rwandais, arrivé à la tête de l’entreprise en juillet 2011 (lire encadré).

« La succession s'est faite en douceur »

Pas facile de prendre la suite du Mauritanien Bakary Kamara, emblématique directeur général d’Africa Re de 1993 à 2011. Pourtant, un an après l’avoir remplacé, le Rwandais Corneille Karekezi, 46 ans, discret mais efficace, toujours habile à dégager des consensus, s’est fait un nom au sein d’une institution où sont représentés 41 États africains et 98 compagnies d’assurances. L’ancien directeur général de la Société nouvelle d’assurances du Rwanda (Sonarwa, de 2008 à 2009), qui est né, a grandi et a étudié en exil au Burundi, a eu le temps de faire ses preuves. « Africa Re a organisé la succession en douceur. Après mon recrutement, on m’a d’abord nommé directeur général adjoint pendant deux ans aux côtés de Bakary Kamara », raconte Corneille Karekezi, qui manie aussi bien l’anglais que le français, mais avoue préférer la langue de Molière et de Senghor. C.L.B.

Créé en 1976 à l’instigation de l’Union africaine pour soutenir l’essor des compagnies d’assurances du continent, Africa Re a perçu 631 millions de dollars de primes en 2011 (487 millions d’euros).C’est huit fois plus qu’en 2000 et 0,6 % demieux qu’en 2010. Une belle résistance, notamment face aux dépréciations du naira et du rand, devises cruciales pour une firme dirigée depuis Lagos et dont la filiale sud africaine pèse 35% de l’activité. Quant aux sinistres réassurés par Africa Re, ils lui ont coûté 284 millions de dollars en 2011, soit 12 % de moins qu’en 2010. « Nous gardons toujours un oeil sur la rentabilité et sommes extrêmement prudents. Cela paie », affirme Corneille Karekezi qui, parmi ses concurrents africains, compte notamment Cica-Re (341 millions de dollarsde chiffre d’affaires, noté BB+).

Zéro en Libye

L’Afrique du Nord représentant seulement 17% de son activité, le groupe a été peu affecté par le Printemps arabe. « C’est une zone où les grands réassureurs européens comme Munich Re et Partner Re dominent, en raison de la forte présence des compagnies d’assurances françaises et anglaises qui leur sont liées », explique Corneille Karekezi. En Libye, Africa Re a vu son activité réduite à zéro, mais il n’y réalisait que 6 millions de dollars de primes avant la guerre. « Quant à l’Égypte, nous avions déjà décidé avant la révolution de ne pas croître sur cemarché, car les marges y sont réduites. Par conséquent, nous avons peu souffert, avec une baisse du volume de primes d’environ 5 millions de dollars [sur un total de 38,5 millions de dollars en Égypte, NDLR] après les événements », explique-t-il.

A.M. Best et Standard & Poor's lui ont décerné la note A-.

L’Afrique subsaharienne concentre l’essentiel de l’activité. « Nos clients sont surtout des assureurs 100 % africains, notamment en Afrique anglophone [67 % de l’activité]. Beaucoup d’entre eux ont un volume d’affaires trop petit pour pouvoir se réassurer auprès des sociétés occidentales. Chez nous, ils savent qu’ils peuvent le faire facilement, et ils nous font d’autant plus confiance que nous bénéficions d’une bonne notation auprès des agences », poursuit Corneille Karekezi.

Cliquez sur l'image.Mais tout reste encore à faire pour développer le secteur des assurances en Afrique… et avec lui le chiffre d’affaires d’Africa Re. « Au sud du Sahara, en dehors du Rwanda et de l’Afrique du Sud, le taux de pénétration de l’assurance [rapport primes/PIB] oscille entre 1 % et 2 % [il est de 10 % en France et de 14 % en Afrique du Sud]. Dans la plupart des pays, des lois rendent obligatoires l’assurance des véhicules ou des bâtiments. Mais en vérité, la part de la population qui souscrit des polices reste infime », regrette le directeur général.

Conscient de l’importance de la bancarisation pour son secteur, Corneille Karekezi se félicite de travailler «en bonne intelligence » avec des banques panafricaines comme Ecobank et Afreximbank. « Il nous faut faire progresser la microassurance, notamment pour lesagriculteurs, et proposer des produits plus complexes pour les entreprises et contre les catastrophes naturelles », indique-t-il,soulignant la faible protection des Africains contre ce type de sinistre.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Algérie

Gaz de schiste : Sonatrach contre-attaque

Gaz de schiste : Sonatrach contre-attaque

Pour contrer les arguments des anti-gaz de schiste en Algérie, Sonatrach a invité des experts étrangers pour rassurer l'opinion quant aux dangers représentés par l'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels.

Lire la suite

Agro-industrie

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar, leader marocain du sucre, plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Il bat lors de l'appel d'offres le groupe...

Lire la suite

Conjoncture

Afrique du Sud : la croissance ralentit à 1,5 % en 2014

Afrique du Sud : la croissance ralentit à 1,5 % en 2014

L'économie sud-africaine a crû de 1,5 % en 2014. Une contreperformance due en partie aux grèves dans les mines et l'industrie, qui ont fortement perturbé l'activité économique. 

Lire la suite

Évènement

La Côte d'Ivoire relance son Salon de l'agriculture

La Côte d'Ivoire relance son Salon de l'agriculture

La Côte d'Ivoire relance son Salon de l'agriculture, après seize ans d'interruption, dans l'espoir d'attirer des investisseurs étrangers. Pour cet événement, prévu en avril prochain à Abidjan, le gouvernement ivoirien...

Lire la suite

Innovation

E-paiement : le nigérian Interswitch lance un fonds d'investissement spécialisé

E-paiement : le nigérian Interswitch lance un fonds d'investissement spécialisé

Le nigérian Interswitch a lancé un fonds d'investissement de 10 millions de dollars. Le spécialiste des systèmes de paiement compte investir dans des start-ups africaines présentes sur ce segment.

Lire la suite

Finances publiques

Le FMI va accorder une aide de près d'un milliard de dollars au Ghana

Le FMI va accorder une aide de près d'un milliard de dollars au Ghana

Le Ghana et le Fonds monétaire internationale ont trouvé un accord sur un programme de soutien d'une valeur de près d'un milliard de dollars et d'une durée de trois ans,...

Lire la suite

Électricité

Après les délestages, le Sénégal voit enfin le bout du tunnel

Après les délestages, le Sénégal voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.

Lire la suite

Interview

Julien Lefilleur : "Nous voulons donner la parole aux acteurs du secteur privé"

Julien Lefilleur :

Julien Lefilleur, rédacteur en chef du nouveau blog "Secteur privé & développement" lancé par Proparco (filiale de l'AFD), a répondu aux questions de "Jeune Afrique".

Lire la suite

Bourse

Maroc : report de la vente aux enchères des actions de la SNEP

Maroc : report de la vente aux enchères des actions de la SNEP

Prévue le 25 février, la vente aux enchères des parts de Ynna Holding dans le pétrochimiste marocain SNEP, cotée à Casablanca, a été reportée suite à une requête du gendarme...

Lire la suite

Finance

Coopération : la BERD dévoile sa stratégie-pays pour le Maroc

Coopération : la BERD dévoile sa stratégie-pays pour le Maroc

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) vient de dévoiler sa première "stratégie-pays" pour le Maroc, axée sur le développement du marché des capitaux et le soutien...

Lire la suite

Finances publiques

Dette extérieure : l'Angola à la recherche de 10 milliards de dollars

Dette extérieure : l'Angola à la recherche de 10 milliards de dollars

L'Angola prévoit de solliciter 10 milliards de dollars de ressources extérieures cette année, rapporte l'agence "Reuters". Luanda, confrontée à la forte chute des cours du pétrole, devrait se tourner vers...

Lire la suite

Législation

Assurances obligatoires : les États africains hésitent

Assurances obligatoires : les États africains hésitent

Alors que la généralisation des contrats obligatoires pourrait stimuler le développement du secteur, la plupart des États africains et les principaux assureurs restent frileux.

Lire la suite

Hydrocarbures

Algérie : aucun signe d'apaisement chez les opposants au gaz de schiste

Algérie : aucun signe d'apaisement chez les opposants au gaz de schiste

Le bras de fer entre les opposants au gaz de schiste et l'État algérien rentrera bientôt dans son deuxième mois, sans laisser entrevoir de signe d'apaisement. Au contraire, le dialogue...

Lire la suite

Finances publiques

La Côte d'Ivoire lève 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux

La Côte d'Ivoire lève 1 milliard de dollars sur les marchés internationaux

Au terme d'un roadshow débuté le 16 février, la Côte d'Ivoire a finalisé le 24 février son eurobond de 1 milliard de dollars. La demande des investisseurs a dépassé les...

Lire la suite

Marchés

Métaux précieux : soupçons de manipulations chez dix grandes banques

Métaux précieux : soupçons de manipulations chez dix grandes banques

Des enquêtes sont actuellement menées aux États-Unis sur d'éventuelles manipulations des cours des métaux précieux par plusieurs banques internationales parmi lesquelles HSBC, Barclays, UBS et Deutsche Bank, affirme le Wall Street...

Lire la suite

Partenariat

Le Burundi à Paris, en mode business

Le Burundi à Paris, en mode business

De passage à Paris, Gervais Rufyiriki, deuxième vice-président du Burundi chargé des questions économiques, a enchaîné les rencontres avec les entrepreneurs français, à la recherche d'investisseurs intéressés par plusieurs secteurs de...

Lire la suite

Industries extractives

Zambie : le nouveau président veut apaiser les miniers

Zambie : le nouveau président veut apaiser les miniers

Élu à la tête du pays en janvier dernier, Edgar Lungu, le nouveau président zambien tente de calmer la grogne des producteurs miniers, en révolte contre la hausse des redevances...

Lire la suite

Banque

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première au Cameroun...

Lire la suite

Huiles

Sénégal : Suneor et Avril créent un nouveau leader de l'huile

Sénégal : Suneor et Avril créent un nouveau leader de l'huile

Exclusif : Selon les informations de "Jeune Afrique", Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole d'accord...

Lire la suite

Réussite

L'Ivoirien qui a sauvé Librairie de France

L'Ivoirien qui a sauvé Librairie de France

En 2005, René Yédieti prend le contrôle du groupe Librairie de France, en grandes difficultés. Dix ans plus tard, l'entreprise est redressée. Les caméras de Réussite vous expliquent comment.

Lire la suite

Distribution

Résultats annuels : CFAO limite la casse

Résultats annuels : CFAO limite la casse

Malgré un net repli de ses ventes automobiles, le groupe panafricain de distribution spécialisée CFAO n'a vu ses revenus reculer que de 1,9 % en 2014. Grâce à la bonne...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags