Philippe Mellier : "Nos diamants sont des produits rares"

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Philippe Mellier, directeur général de De Beers. © Kalpesh LathigraDésormais majoritairement contrôlé par Anglo American, De Beers est le leader incontesté du secteur diamantifère. Son patron détaille ses activités en Afrique australe.

Bien que français, Philippe Mellier est parfaitement à l'aise à la tête de De Beers, vieille dame anglo-saxonne de 125 ans. Nicky Oppenheimer, président du leader mondial du diamant, a fait appel en mai 2011 à cet ingénieur passé par Ford, Renault, Volvo puis Alstom. Le profil d'industriel de ce familier des négociations musclées avec les États y est pour beaucoup.

Jeune Afrique : Quelles sont les conséquences de la prise de participation majoritaire d'Anglo American au sein de De Beers ?

Cliquez sur l'image.Philippe Mellier : Concrètement, la marche de nos affaires a été peu affectée par notre intégration dans le groupe, que je considère comme naturelle. Anglo American était auparavant le premier actionnaire de De Beers, avec 40 % des parts. La famille Oppenheimer a fondé nos deux compagnies. Je connais bien Cynthia Carroll, l'ex-directrice générale d'Anglo American, qui était déjà parfaitement au courant de nos activités en tant que membre de notre conseil d'administration. Depuis le bouclage de l'opération, en août 2012, nous avons mutualisé certaines fonctions comme la logistique et notre gestion des ressources humaines. Mais pour le reste, De Beers fonctionne comme avant, car notre métier est bien différent de celui des autres filiales d'Anglo American, qui se consacrent aux métaux précieux ou de base.

Comment réagissez-vous à la nomination de Mark Cutifani à la tête d'Anglo American, annoncée le 8 janvier ?

À ce moment-là, j'étais à New York pour y rencontrer des partenaires commerciaux. Je ne le connais pas encore personnellement, mais je sais qu'il était un excellent candidat pour succéder à Cynthia Carroll, du fait de sa crédibilité acquise à la tête d'AngloGold Ashanti en Afrique du Sud. Nous aurons bien besoin de lui pour nos opérations là-bas, essentielles pour le groupe. Il ne connaît pas le monde du diamant, mais je ne me fais pas de soucis : il va apprendre !

Quelle est votre stratégie industrielle ?

D'abord, il faut comprendre que le diamant n'est pas une commodité [matière première ayant un cours international, NDLR]. Nos pierres sont des produits rares, chacune d'entre elles a son propre prix. Nous pouvons attendre avant de vendre : notre stratégie extractive ne dépend pas uniquement du marché. Notre niveau actuel de production minière, 27 millions de carats en 2012, demeure inférieur à celui de 2007. Il n'y a pas eu de grande découverte de gisement de diamants depuis près de vingt ans et nombre de mines existantes sont vieillissantes... Il ne faut donc pas s'attendre à un bond de la production en 2013.

Les prix du diamant ont augmenté de 65 % entre 2008 et 2011... Peut-on dire qu'il est devenu une valeur refuge ?

Le diamant n'est pas une matière première liquide sur les places boursières, comme l'or ou le platine. Il n'est donc pas une valeur refuge au sens strict du terme. Quand on offre un diamant de joaillerie, on veut donner une élégance intemporelle à quelqu'un. Globalement, depuis des années, le prix du diamant de joaillerie ne fait qu'augmenter, même s'il y a eu des baisses passagères. On sait qu'un jour on peut revendre un diamant, mais ce n'est certainement pas un achat spéculatif.

Quelle est la place de l'Afrique dans la stratégie de De Beers ?

Nous sommes bien implantés au Botswana, en Namibie et en Afrique du Sud. Dans ces trois pays, nous sommes à chaque fois associés avec les États. Au Botswana, Debswana, présidé par Eric Molale et basé à Gaborone, est une coentreprise à parts égales avec les autorités.

Au Botswana, 15 % des pierres appartiennent à l'État, qui les distribue pour son propre compte.

Nous comptons deux filiales en Namibie, elles aussi en coentreprises : Namdeb Coastal Mines, consacrée aux diamants terrestres, et Debmarine Namibia, qui extrait les pierres en mer. Enfin, en Afrique du Sud, Ponahalo Holdings, propriété d'actionnaires noirs, détient 26 % de nos opérations dans le pays, conformément à la politique du Black Economic Empowerment.

Comment évoluent les relations avec vos partenaires locaux ? On sait que les négociations minières peuvent être musclées, notamment en Afrique...

En réalité, dans le monde du diamant, le plus dur à négocier, ce n'est pas l'organisation de la production minière, mais plutôt la répartition des diamants produits. Au Botswana, on peut dire que nous avons atteint un bon équilibre en la matière. Aujourd'hui, 15 % des pierres botswanaises sont la propriété de l'État, qui en assure la distribution pour son propre compte, alors qu'il y a dix ans, il ne percevait que des taxes et royalties.

Où en est le transfert des activités de tri, de taille et de commercialisation des diamants au Botswana ?

Cliquez sur l'image.Pour des raisons économiques et de traçabilité, nous cherchons à ce que la taille des diamants soit effectuée au plus près des mines par des partenaires locaux sérieux, et non pas par De Beers. Contrairement à ce que l'on croit, Anvers, New York et Tel-Aviv ne sont plus les centres de la taille de diamant dans le monde, même si les pierres exceptionnelles y sont encore travaillées. Désormais, c'est l'Inde qui est en pointe en la matière. Au Botswana, nous nous sommes lancés dans une organisation originale : nous avons transféré à Gaborone nos activités de tri, d'agrégation et de vente des diamants du pays. Cela représente une équipe de 150 personnes, composée à 40 % d'expatriés venus de nos bureaux de Londres. Mais, à terme, cette proportion diminuera. En comparaison, nos mines ont beaucoup plus d'impact sur l'emploi.

Vous menez des activités d'exploration en Afrique pour trouver de nouvelles pierres. Êtes-vous prêt à ouvrir de nouvelles mines sur le continent ?

De Beers a découvert la majorité des mines de diamants du globe et dispose de la meilleure expertise. Le processus d'exploration est complexe ; il prend souvent plus de douze ans. Nous recherchons le diamant dans les parties les plus anciennes de la couche terrestre. Sur le continent africain, nous explorons d'abord des zones situées autour de nos mines existantes, en Namibie et au Botswana notamment. Depuis plusieurs années, nous réalisons aussi des sondages en Angola, mais pour le moment je ne peux pas dire si nous pourrons un jour y ouvrir une mine. À plus court terme, nous sommes davantage focalisés sur le Canada.

Pourquoi n'explorez-vous pas les possibilités de développement en Sierra Leone, en RD Congo, en Centrafrique et au Zimbabwe, des pays où l'on sait qu'il y a du diamant ?

Notre principe est d'aller là où l'on pense pouvoir ouvrir une mine. L'exploration coûte excessivement cher, et notre budget, de plusieurs dizaines de millions de dollars, est restreint. C'est vrai, les s ous-sols des pays que vous évoquez recèlent de bons potentiels, mais pour des raisons économiques nous préférons nous concentrer sur les pays où nous sommes déjà présents et où il existe une certaine stabilité politique. Quand nous ouvrons une mine, nous voulons que la traçabilité et le bon fonctionnement de nos opérations soient garantis.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Banque

Le FMO bloqué dans Afriland

Le FMO bloqué dans Afriland

L'agence de développement FMO est décidée à vendre ses parts dans Afriland First Group. Plusieurs investisseurs ont commencé à se pencher sur ce dossier... compliqué. 

Lire la suite

Tribune

Slim Dali : "Nigeria, une croissance non-inclusive ?"

Slim Dali :

Slim Dali est économiste à l’Agence Française de Développement.

Lire la suite

Boissons

Comment Castel a mis K.-O. les Brasseries ivoiriennes

Comment Castel a mis K.-O. les Brasseries ivoiriennes

Lancée en 2013, la filiale d'Eurofind avait rapidement fait vaciller le groupe français, leader de la bière en Côte d'Ivoire. Mais deux ans et quelques difficultés plus tard, elle a...

Lire la suite

Formation

Bridge Academies : le Kenya à l'école digitale

Bridge Academies : le Kenya à l'école digitale

Au Kenya, Bridge International Academies a ouvert 359 écoles privées où les professeurs utilisent des tablettes reliées à internet pour dispenser leurs cours et organiser leurs journées. Reportage vidéo.

Lire la suite

Candidats à la présidence de la BAD

Cristina Duarte : "Je connais aussi bien la banque que le monde du développement"

Cristina Duarte :

Elle est la seule femme à briguer la présidence de la Banque africaine de développement. Mais c'est par son expérience que cette ex-dirigeante de Citibank, ministre depuis 2006, compte se...

Lire la suite

Agro-industrie

Cevital change ses plans en Côte d'Ivoire

Cevital change ses plans en Côte d'Ivoire

San Pedro, le deuxième port ivoirien, n'intéresse plus Cevital, qui voulait y développer un projet agro-industriel. D'après les informations de Jeune Afrique, le conglomérat dirigé par Issad Rebrab veut faire...

Lire la suite

Technologie

100 milliards de F CFA pour les TIC ivoiriennes

100 milliards de F CFA pour les TIC ivoiriennes

La Côte d'Ivoire a levé 100 milliards de F CFA (152 millions d'euros) pour financer l'installation de milliers de kilomètres de fibre optique, la construction de cybercentres ruraux et l'opération...

Lire la suite

Interview

Laurent Fayat, Razel-Bec : "Rester sur le long terme, voilà ce qui récompense les entreprises"

Laurent Fayat, Razel-Bec :

Déjà solidement implanté au Cameroun, le groupe de BTP français Razel-Bec ne cesse de gagner du terrain sur le continent. Objectif : y réaliser 40 % de son chiffre d'affaires...

Lire la suite

Hévéa

Sifca enregistre des pertes de plusieurs dizaines de millions d'euros dans le caoutchouc

Sifca enregistre des pertes de plusieurs dizaines de millions d'euros dans le caoutchouc

SIPH, filiale du groupe agro-industriel ivoirien Sifca, a annoncé pour 2014 un chiffre d'affaires en recul de 30,5% et une perte opérationnelle de 77,3 millions d'euros. En cause : la...

Lire la suite

Grande distribution

Burkina Faso : IFC va investir 800 000 euros dans l'expansion de Marina Market

Burkina Faso : IFC va investir 800 000 euros dans l'expansion de Marina Market

Marina Market, principale chaîne de supermarchés au Burkina, va bénéficier d'un prêt de 800 000 euros octroyé par IFC, membre du groupe de la Banque mondiale. Ce soutien permettra au...

Lire la suite

Bourse

Après Londres, la BRVM ira à New York

Après Londres, la BRVM ira à New York

La bourse régionale a organisé le 28 avril ses BRVM Investment Days à Londres. Elle prépare actuellement un autre roadshow, qui se tiendra à New York d'ici la fin de...

Lire la suite

Litiges

Affaire Tanoh : Ecobank contre-attaque à Londres

Affaire Tanoh : Ecobank contre-attaque à Londres

La Haute Cour de justice britannique a intimé à l'ancien dirigeant d'Ecobank de ne pas demander le versement des 13,2 milliards de F CFA (environ 20 millions d'euros) auxquels la...

Lire la suite

Energie

Le Cameroun inaugure une "centrale électrique d'urgence" de 50 MW

Le Cameroun inaugure une

L'énergéticien camerounais Eneo, majoritairement détenu par le fonds britannique Actis, a inauguré, le 28 avril à Douala, une centrale électrique d'urgence, installée en quelques mois pour répondre à l'augmentation rapide...

Lire la suite

Energie

Jeff Immelt, l'homme de terrain de General Electric

Jeff Immelt, l'homme de terrain de General Electric

Présent depuis des décennies en Afrique, le conglomérat industriel ne s'y est jamais solidement ancré. Le PDG du géant américain veut désormais y imprimer sa marque, grâce à des partenariats...

Lire la suite

Transport ferroviaire

Cameroun : Camrail se dote de deux locomotives

Cameroun : Camrail se dote de deux locomotives

La Cameroon Railway (Camrail) a fait l’acquisition de deux locomotives CC 3000 auprès du Sud-africain Grindrod, pour 3 milliards de F CFA. Six autres locomotives sont attendues par la compagnie,...

Lire la suite

Education

Éducation : le sénégalais ISM ouvre son capital à ECP

Éducation : le sénégalais ISM ouvre son capital à ECP

Le groupe sénégalais ISM ouvre son capital pour accélérer son développement à Emerging Capital Partners (ECP).

Lire la suite

Infrastructures

La Chine remporte deux contrats de 5,5 milliards de dollars en Afrique

La Chine remporte deux contrats de 5,5 milliards de dollars en Afrique

Deux contrats portant sur la construction d’infrastructures au Nigeria et au Zimbabwe viennent d’être remportés par le géant ferroviaire chinois China Railway Contruction, le tout pour un montant global de...

Lire la suite

Tunisie

Chedly Ayari : "Pas besoin de nous inonder de capitaux"

Chedly Ayari :

Pour le gouverneur de la banque centrale de Tunisie, le redémarrage de l'économie se fera en 2016. Il vise une croissance durable comprise entre 5 % et 6,5 %.

Lire la suite

Croissance

Coup de mou pour l’Afrique subsaharienne

Coup de mou pour l’Afrique subsaharienne

La baisse des cours de matières premières a eu raison de la superbe croissance que connaît l’Afrique subsaharienne depuis plus de dix ans. Selon les perspectives économiques régionales que vient...

Lire la suite

Magazine Réussite

Automobile : ce Nigérian qui produit sur place

Automobile : ce Nigérian qui produit sur place

Au Nigeria, la marque IVM détonne dans le paysage automobile: son patron, Innocent Chukwuma, a en effet décidé de miser sur le "Made in Nigeria". Tous ses véhicules sont réalisés...

Lire la suite

Banque

Rwanda : Atlas Mara est sur le point d'acquérir la BPR

Rwanda : Atlas Mara est sur le point d'acquérir la BPR

Atlas Mara est actuellement en négociation pour l'acquisition d'une participation dans la Banque populaire du Rwanda (BPR). La transaction, dont le montant est estimé à 22,5 millions de dollars, pourrait...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags