Obligations : la Côte d'Ivoire s'apprête à lever 160 milliards de F CFA (300 millions de dollars).
Ryal Air Maroc réceptionne son premier Embraer 190.
Hydrocarbures : le Ghana donne son feu vert au projet d'exploration d'Eni. Coût : 6 milliards de dollars.

Philippe Mellier : "Nos diamants sont des produits rares"

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Philippe Mellier, directeur général de De Beers. © Kalpesh LathigraDésormais majoritairement contrôlé par Anglo American, De Beers est le leader incontesté du secteur diamantifère. Son patron détaille ses activités en Afrique australe.

Bien que français, Philippe Mellier est parfaitement à l'aise à la tête de De Beers, vieille dame anglo-saxonne de 125 ans. Nicky Oppenheimer, président du leader mondial du diamant, a fait appel en mai 2011 à cet ingénieur passé par Ford, Renault, Volvo puis Alstom. Le profil d'industriel de ce familier des négociations musclées avec les États y est pour beaucoup.

Jeune Afrique : Quelles sont les conséquences de la prise de participation majoritaire d'Anglo American au sein de De Beers ?

Cliquez sur l'image.Philippe Mellier : Concrètement, la marche de nos affaires a été peu affectée par notre intégration dans le groupe, que je considère comme naturelle. Anglo American était auparavant le premier actionnaire de De Beers, avec 40 % des parts. La famille Oppenheimer a fondé nos deux compagnies. Je connais bien Cynthia Carroll, l'ex-directrice générale d'Anglo American, qui était déjà parfaitement au courant de nos activités en tant que membre de notre conseil d'administration. Depuis le bouclage de l'opération, en août 2012, nous avons mutualisé certaines fonctions comme la logistique et notre gestion des ressources humaines. Mais pour le reste, De Beers fonctionne comme avant, car notre métier est bien différent de celui des autres filiales d'Anglo American, qui se consacrent aux métaux précieux ou de base.

Comment réagissez-vous à la nomination de Mark Cutifani à la tête d'Anglo American, annoncée le 8 janvier ?

À ce moment-là, j'étais à New York pour y rencontrer des partenaires commerciaux. Je ne le connais pas encore personnellement, mais je sais qu'il était un excellent candidat pour succéder à Cynthia Carroll, du fait de sa crédibilité acquise à la tête d'AngloGold Ashanti en Afrique du Sud. Nous aurons bien besoin de lui pour nos opérations là-bas, essentielles pour le groupe. Il ne connaît pas le monde du diamant, mais je ne me fais pas de soucis : il va apprendre !

Quelle est votre stratégie industrielle ?

D'abord, il faut comprendre que le diamant n'est pas une commodité [matière première ayant un cours international, NDLR]. Nos pierres sont des produits rares, chacune d'entre elles a son propre prix. Nous pouvons attendre avant de vendre : notre stratégie extractive ne dépend pas uniquement du marché. Notre niveau actuel de production minière, 27 millions de carats en 2012, demeure inférieur à celui de 2007. Il n'y a pas eu de grande découverte de gisement de diamants depuis près de vingt ans et nombre de mines existantes sont vieillissantes... Il ne faut donc pas s'attendre à un bond de la production en 2013.

Les prix du diamant ont augmenté de 65 % entre 2008 et 2011... Peut-on dire qu'il est devenu une valeur refuge ?

Le diamant n'est pas une matière première liquide sur les places boursières, comme l'or ou le platine. Il n'est donc pas une valeur refuge au sens strict du terme. Quand on offre un diamant de joaillerie, on veut donner une élégance intemporelle à quelqu'un. Globalement, depuis des années, le prix du diamant de joaillerie ne fait qu'augmenter, même s'il y a eu des baisses passagères. On sait qu'un jour on peut revendre un diamant, mais ce n'est certainement pas un achat spéculatif.

Quelle est la place de l'Afrique dans la stratégie de De Beers ?

Nous sommes bien implantés au Botswana, en Namibie et en Afrique du Sud. Dans ces trois pays, nous sommes à chaque fois associés avec les États. Au Botswana, Debswana, présidé par Eric Molale et basé à Gaborone, est une coentreprise à parts égales avec les autorités.

Au Botswana, 15 % des pierres appartiennent à l'État, qui les distribue pour son propre compte.

Nous comptons deux filiales en Namibie, elles aussi en coentreprises : Namdeb Coastal Mines, consacrée aux diamants terrestres, et Debmarine Namibia, qui extrait les pierres en mer. Enfin, en Afrique du Sud, Ponahalo Holdings, propriété d'actionnaires noirs, détient 26 % de nos opérations dans le pays, conformément à la politique du Black Economic Empowerment.

Comment évoluent les relations avec vos partenaires locaux ? On sait que les négociations minières peuvent être musclées, notamment en Afrique...

En réalité, dans le monde du diamant, le plus dur à négocier, ce n'est pas l'organisation de la production minière, mais plutôt la répartition des diamants produits. Au Botswana, on peut dire que nous avons atteint un bon équilibre en la matière. Aujourd'hui, 15 % des pierres botswanaises sont la propriété de l'État, qui en assure la distribution pour son propre compte, alors qu'il y a dix ans, il ne percevait que des taxes et royalties.

Où en est le transfert des activités de tri, de taille et de commercialisation des diamants au Botswana ?

Cliquez sur l'image.Pour des raisons économiques et de traçabilité, nous cherchons à ce que la taille des diamants soit effectuée au plus près des mines par des partenaires locaux sérieux, et non pas par De Beers. Contrairement à ce que l'on croit, Anvers, New York et Tel-Aviv ne sont plus les centres de la taille de diamant dans le monde, même si les pierres exceptionnelles y sont encore travaillées. Désormais, c'est l'Inde qui est en pointe en la matière. Au Botswana, nous nous sommes lancés dans une organisation originale : nous avons transféré à Gaborone nos activités de tri, d'agrégation et de vente des diamants du pays. Cela représente une équipe de 150 personnes, composée à 40 % d'expatriés venus de nos bureaux de Londres. Mais, à terme, cette proportion diminuera. En comparaison, nos mines ont beaucoup plus d'impact sur l'emploi.

Vous menez des activités d'exploration en Afrique pour trouver de nouvelles pierres. Êtes-vous prêt à ouvrir de nouvelles mines sur le continent ?

De Beers a découvert la majorité des mines de diamants du globe et dispose de la meilleure expertise. Le processus d'exploration est complexe ; il prend souvent plus de douze ans. Nous recherchons le diamant dans les parties les plus anciennes de la couche terrestre. Sur le continent africain, nous explorons d'abord des zones situées autour de nos mines existantes, en Namibie et au Botswana notamment. Depuis plusieurs années, nous réalisons aussi des sondages en Angola, mais pour le moment je ne peux pas dire si nous pourrons un jour y ouvrir une mine. À plus court terme, nous sommes davantage focalisés sur le Canada.

Pourquoi n'explorez-vous pas les possibilités de développement en Sierra Leone, en RD Congo, en Centrafrique et au Zimbabwe, des pays où l'on sait qu'il y a du diamant ?

Notre principe est d'aller là où l'on pense pouvoir ouvrir une mine. L'exploration coûte excessivement cher, et notre budget, de plusieurs dizaines de millions de dollars, est restreint. C'est vrai, les s ous-sols des pays que vous évoquez recèlent de bons potentiels, mais pour des raisons économiques nous préférons nous concentrer sur les pays où nous sommes déjà présents et où il existe une certaine stabilité politique. Quand nous ouvrons une mine, nous voulons que la traçabilité et le bon fonctionnement de nos opérations soient garantis.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Actu

Cette semaine dans "Jeune Afrique"

Cette semaine dans

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur la stratégie du réseau social mondial Facebook sur le continent.

Lire la suite

Finance

Mauritanie : une BIM en plein boom

Mauritanie : une BIM en plein boom

Elle n'a que trois années d'existence. Mais déjà, la Banque islamique de Mauritanie s'est fait une place dans le paysage bancaire national. Sa recette ? Des services pratiques et, surtout,...

Lire la suite

Étude

Moody's : "L'Afrique subsaharienne est vulnérable au ralentissement de la croissance chinoise"

Moody's :

Les pays d'Afrique subsaharienne ont bénéficié de l'accroissement des liens commerciaux avec la Chine. Selon l'agence de notation Moody's, ils se retrouvent par conséquent plus exposés au ralentissement de la...

Lire la suite

Agroalimentaire

Le Cameroun en quête d’un investisseur pour développer une nouvelle sucrerie

Le Cameroun en quête d’un investisseur pour développer une nouvelle sucrerie

Après avoir éliminé la co-entreprise indo-camerounaise Justin Sugar Mills, le gouvernement invite les firmes intéressées à la mise sur pied d'un complexe sucrier à l'est du pays à se manifester...

Lire la suite

Automobile

Renault passe la première en Algérie

Renault passe la première en Algérie

L'usine d'Oued Tlelat, qui vient d'être inaugurée en grande pompe, doit permettre au constructeur de rester en pole position dans le pays. Reportage sous le feu des projecteurs.

Lire la suite

Décideurs

Afrique du Sud : Irene Charnley, celle par qui la 4G arriva

Afrique du Sud : Irene Charnley, celle par qui la 4G arriva

Femme métisse issue d'un milieu pauvre, la fondatrice de Smile Telecoms est un symbole de la réussite postapartheid.

Lire la suite

Événement

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du Global Entrepreneurship Summit a connu un franc succès. Plus de 6 000 participants ont pris part à l'événement,...

Lire la suite

Finances publiques

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une portion de ces ressources pourrait servir à régler la...

Lire la suite

Finance

Maroc : CGI entame son retrait de la Bourse de Casa

Maroc : CGI entame son retrait de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers...

Lire la suite

Private equity

Carlyle investit dans la banque nigériane Diamond Bank

Carlyle investit dans la banque nigériane Diamond Bank

Carlyle investit 147 millions de dollars dans Diamond Bank, l'une des principales banques du Nigeria. C'est le troisième investissement au sud du Sahara annoncé par le géant américain du capital-investissement.

Lire la suite

Aérien

Royal Air Maroc réceptionne son premier Embraer 190

Royal Air Maroc réceptionne son premier Embraer 190

Royal Air Maroc a reçu son premier Embraer 190. La livraison de trois autres appareils du constructeur brésilien devrait avoir lieu d'ici au 15 décembre.

Lire la suite

Taxes

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose question.

Lire la suite

Conso & Distribution

Accra voit le shopping en version XXL

Accra voit le shopping en version XXL

Le Ghana, nouvel eldorado pour les marques internationales ? Ce pays, où le pouvoir d'achat des ménages ne cesse de croître, s'apprête à accueillir le plus grand mall d'Afrique de...

Lire la suite

Forum

À Marrakech, les professionnels de l'engrais repensent leur stratégie

À Marrakech, les professionnels de l'engrais repensent leur stratégie

L'Association internationale de l'industrie des fertilisants s'est réunie à Marrakech pour son premier forum stratégique. L'occasion pour le marocain OCP de présenter son plan de développement qui prévoit le démarrage...

Lire la suite

Infrastructures

Ghana : APM Terminals et Bolloré vont investir un milliard de dollars à Tema

Ghana : APM Terminals et Bolloré vont investir un milliard de dollars à Tema

APM Terminals et Bolloré Africa Logistics vont investir un milliard de dollars pour l'extension du port de Tema, au Ghana. Ce projet devrait accroître ses capacités à 3,5 millions de...

Lire la suite

Conflit

Télécoms : Orange fait condamner la Guinée équatoriale

Télécoms : Orange fait condamner la Guinée équatoriale

Exclusif. Orange a fait condamner l'État équato-guinéen, son partenaire au sein de l'opérateur historique Getesa, en raison de son impossibilité à exercer le droit de sortie négocié en 2011.

Lire la suite

Banques

Atlas Mara poursuit son envolée

Atlas Mara poursuit son envolée

Déjà actif dans six pays, le groupe souhaite en couvrir une dizaine d'autres rapidement. Tout en menant une véritable révolution technologique dans les services financiers.

Lire la suite

Sénégal

Macky Sall voyage éco

Macky Sall voyage éco

Invité au sommet du G20 à Brisbane (Australie), les 15 et 16 novembre, le président sénégalais a choisi une option originale pour son déplacement.

Lire la suite

Spécial avocats d'affaires

Donia Hedda Ellouze plaide pour la Tunisie

Donia Hedda Ellouze plaide pour la Tunisie

Face aux nouveaux défis apportés par la révolution, cette figure locale du droit, spécialisée dans l'accompagnement d'investisseurs étrangers, a dû diversifier son expertise.

Lire la suite

Spécial avocats d'affaires

Les cabinets africains reprennent la barre

Les cabinets africains reprennent la barre

De plus en plus sollicités, les avocats-conseils du continent ont entamé leur mue. Mais les marchés restent étroits, et les cabinets locaux doivent se mesurer dans leur propre cour aux...

Lire la suite

Spécial avocats d'affaires

Ces avocats qui ont marqué 2014

Ces avocats qui ont marqué 2014

Pour la troisième année consécutive, "Jeune Afrique" dresse la liste des avocats d'affaires qui ont marqué l'actualité économique récente en Afrique francophone.

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags