Philippe Mellier : "Nos diamants sont des produits rares"

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Philippe Mellier, directeur général de De Beers. © Kalpesh LathigraDésormais majoritairement contrôlé par Anglo American, De Beers est le leader incontesté du secteur diamantifère. Son patron détaille ses activités en Afrique australe.

Bien que français, Philippe Mellier est parfaitement à l'aise à la tête de De Beers, vieille dame anglo-saxonne de 125 ans. Nicky Oppenheimer, président du leader mondial du diamant, a fait appel en mai 2011 à cet ingénieur passé par Ford, Renault, Volvo puis Alstom. Le profil d'industriel de ce familier des négociations musclées avec les États y est pour beaucoup.

Jeune Afrique : Quelles sont les conséquences de la prise de participation majoritaire d'Anglo American au sein de De Beers ?

Cliquez sur l'image.Philippe Mellier : Concrètement, la marche de nos affaires a été peu affectée par notre intégration dans le groupe, que je considère comme naturelle. Anglo American était auparavant le premier actionnaire de De Beers, avec 40 % des parts. La famille Oppenheimer a fondé nos deux compagnies. Je connais bien Cynthia Carroll, l'ex-directrice générale d'Anglo American, qui était déjà parfaitement au courant de nos activités en tant que membre de notre conseil d'administration. Depuis le bouclage de l'opération, en août 2012, nous avons mutualisé certaines fonctions comme la logistique et notre gestion des ressources humaines. Mais pour le reste, De Beers fonctionne comme avant, car notre métier est bien différent de celui des autres filiales d'Anglo American, qui se consacrent aux métaux précieux ou de base.

Comment réagissez-vous à la nomination de Mark Cutifani à la tête d'Anglo American, annoncée le 8 janvier ?

À ce moment-là, j'étais à New York pour y rencontrer des partenaires commerciaux. Je ne le connais pas encore personnellement, mais je sais qu'il était un excellent candidat pour succéder à Cynthia Carroll, du fait de sa crédibilité acquise à la tête d'AngloGold Ashanti en Afrique du Sud. Nous aurons bien besoin de lui pour nos opérations là-bas, essentielles pour le groupe. Il ne connaît pas le monde du diamant, mais je ne me fais pas de soucis : il va apprendre !

Quelle est votre stratégie industrielle ?

D'abord, il faut comprendre que le diamant n'est pas une commodité [matière première ayant un cours international, NDLR]. Nos pierres sont des produits rares, chacune d'entre elles a son propre prix. Nous pouvons attendre avant de vendre : notre stratégie extractive ne dépend pas uniquement du marché. Notre niveau actuel de production minière, 27 millions de carats en 2012, demeure inférieur à celui de 2007. Il n'y a pas eu de grande découverte de gisement de diamants depuis près de vingt ans et nombre de mines existantes sont vieillissantes... Il ne faut donc pas s'attendre à un bond de la production en 2013.

Les prix du diamant ont augmenté de 65 % entre 2008 et 2011... Peut-on dire qu'il est devenu une valeur refuge ?

Le diamant n'est pas une matière première liquide sur les places boursières, comme l'or ou le platine. Il n'est donc pas une valeur refuge au sens strict du terme. Quand on offre un diamant de joaillerie, on veut donner une élégance intemporelle à quelqu'un. Globalement, depuis des années, le prix du diamant de joaillerie ne fait qu'augmenter, même s'il y a eu des baisses passagères. On sait qu'un jour on peut revendre un diamant, mais ce n'est certainement pas un achat spéculatif.

Quelle est la place de l'Afrique dans la stratégie de De Beers ?

Nous sommes bien implantés au Botswana, en Namibie et en Afrique du Sud. Dans ces trois pays, nous sommes à chaque fois associés avec les États. Au Botswana, Debswana, présidé par Eric Molale et basé à Gaborone, est une coentreprise à parts égales avec les autorités.

Au Botswana, 15 % des pierres appartiennent à l'État, qui les distribue pour son propre compte.

Nous comptons deux filiales en Namibie, elles aussi en coentreprises : Namdeb Coastal Mines, consacrée aux diamants terrestres, et Debmarine Namibia, qui extrait les pierres en mer. Enfin, en Afrique du Sud, Ponahalo Holdings, propriété d'actionnaires noirs, détient 26 % de nos opérations dans le pays, conformément à la politique du Black Economic Empowerment.

Comment évoluent les relations avec vos partenaires locaux ? On sait que les négociations minières peuvent être musclées, notamment en Afrique...

En réalité, dans le monde du diamant, le plus dur à négocier, ce n'est pas l'organisation de la production minière, mais plutôt la répartition des diamants produits. Au Botswana, on peut dire que nous avons atteint un bon équilibre en la matière. Aujourd'hui, 15 % des pierres botswanaises sont la propriété de l'État, qui en assure la distribution pour son propre compte, alors qu'il y a dix ans, il ne percevait que des taxes et royalties.

Où en est le transfert des activités de tri, de taille et de commercialisation des diamants au Botswana ?

Cliquez sur l'image.Pour des raisons économiques et de traçabilité, nous cherchons à ce que la taille des diamants soit effectuée au plus près des mines par des partenaires locaux sérieux, et non pas par De Beers. Contrairement à ce que l'on croit, Anvers, New York et Tel-Aviv ne sont plus les centres de la taille de diamant dans le monde, même si les pierres exceptionnelles y sont encore travaillées. Désormais, c'est l'Inde qui est en pointe en la matière. Au Botswana, nous nous sommes lancés dans une organisation originale : nous avons transféré à Gaborone nos activités de tri, d'agrégation et de vente des diamants du pays. Cela représente une équipe de 150 personnes, composée à 40 % d'expatriés venus de nos bureaux de Londres. Mais, à terme, cette proportion diminuera. En comparaison, nos mines ont beaucoup plus d'impact sur l'emploi.

Vous menez des activités d'exploration en Afrique pour trouver de nouvelles pierres. Êtes-vous prêt à ouvrir de nouvelles mines sur le continent ?

De Beers a découvert la majorité des mines de diamants du globe et dispose de la meilleure expertise. Le processus d'exploration est complexe ; il prend souvent plus de douze ans. Nous recherchons le diamant dans les parties les plus anciennes de la couche terrestre. Sur le continent africain, nous explorons d'abord des zones situées autour de nos mines existantes, en Namibie et au Botswana notamment. Depuis plusieurs années, nous réalisons aussi des sondages en Angola, mais pour le moment je ne peux pas dire si nous pourrons un jour y ouvrir une mine. À plus court terme, nous sommes davantage focalisés sur le Canada.

Pourquoi n'explorez-vous pas les possibilités de développement en Sierra Leone, en RD Congo, en Centrafrique et au Zimbabwe, des pays où l'on sait qu'il y a du diamant ?

Notre principe est d'aller là où l'on pense pouvoir ouvrir une mine. L'exploration coûte excessivement cher, et notre budget, de plusieurs dizaines de millions de dollars, est restreint. C'est vrai, les s ous-sols des pays que vous évoquez recèlent de bons potentiels, mais pour des raisons économiques nous préférons nous concentrer sur les pays où nous sommes déjà présents et où il existe une certaine stabilité politique. Quand nous ouvrons une mine, nous voulons que la traçabilité et le bon fonctionnement de nos opérations soient garantis.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Environnement

Afrique centrale : création d'un fonds pour une économie verte

Afrique centrale : création d'un fonds pour une économie verte

Les ministres de l'Environnement et des Finances d'Afrique centrale ont adopté un texte portant sur la création du Fonds régional pour l'économie verte. Il est axé principalement sur le secteur...

Lire la suite

Grandes Écoles

Madiba University : à Dakar, l'union fait la force

Madiba University : à Dakar, l'union fait la force

L'Institut africain de management (IAM) et l'Institut supérieur de management (ISM) ont décidé de créer une nouvelle entité : Madiba University à Dakar. Une première en Afrique francophone.

Lire la suite

Décideurs

Elyès Jouini : Dauphine-Tunis, c'est lui

Elyès Jouini : Dauphine-Tunis, c'est lui

Elyès Jouini compte parmi les figures incontournables de l'enseignement supérieur français. Ce Franco-Tunisien, spécialiste de l'économie financière, est devenu, en 2004, vice-président de l'université Paris-Dauphine chargé de la recherche. Portrait.

Lire la suite

Brasseries

Heineken va fusionner ses deux filiales au Nigeria

Heineken va fusionner ses deux filiales au Nigeria

Heineken va fusionner ses deux filiales Nigerian Breweries et Consolidated Breweries au Nigeria. La nouvelle entité, qui conservera le nom Nigeria Breweries, détiendra à elle seule 70 % du marché...

Lire la suite

Notation

Burkina Faso : Wara met sous surveillance les notes de Coris Bank et Onatel

Burkina Faso : Wara met sous surveillance les notes de Coris Bank et Onatel

Suite aux événements ayant mené à la dissolution du gouvernement burkinabè le 30 octobre, l'agence de notation WARA a mis sous surveillance négative l'opérateur télécoms Onatel et Coris Bank International....

Lire la suite

Conseil juridique

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Dans une déclaration écrite, le bâtonnier du barreau de Côte d'Ivoire critique le recours par Orrick au statut de conseiller juridique. Le secrétaire de l'Ordre des avocats demande au cabinet...

Lire la suite

Conjoncture

Zone Cemac : la Banque centrale abaisse ses prévisions de croissance

Zone Cemac : la Banque centrale abaisse ses prévisions de croissance

La Banque des États de l'Afrique centrale a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la région Cemac de 6,1 % à 5,7 % en 2014. Une décision...

Lire la suite

Télécoms

Quel partenaire pour Camtel ?

Quel partenaire pour Camtel ?

Avec l'obtention surprise d'une licence globale, l'opérateur public camerounais fait son retour dans la téléphonie mobile. Mais sans alliance stratégique, il aura bien du mal à percer.

Lire la suite

Portrait

Léonard Wantchékon, du cachot à l'Académie

Léonard Wantchékon, du cachot à l'Académie

Léonard Wantchékon a été élu à l'Académie américaine des arts et des sciences en 2013. Découvrez le surprenant parcours de cet universitaire béninois de 58 ans.

Lire la suite

Téléphonie

Maroc Telecom renoue avec la croissance dans le royaume chérifien

Maroc Telecom renoue avec la croissance dans le royaume chérifien

Au troisième semestre 2014, l'opérateur Maroc Télécoms a engrangé un chiffre d'affaires de 7,3 milliards de dirhams (+ 4,3 % par rapport à la même période en 2013). Une performance...

Lire la suite

Finance

Bourse : Casablanca et Londres renforcent leur partenariat

Bourse : Casablanca et Londres renforcent leur partenariat

Après avoir conclu un partenariat avec la Bourse de Casablanca, le London Stock Exchange vient de signer un accord avec la société Maroclear, visant à l'attribution d'un identifiant unique aux...

Lire la suite

Conseil juridique

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à Johannesburg. Un pari assumé.

Lire la suite

Innovation

Millicom lance sa fondation pour les innovateurs africains

Millicom lance sa fondation pour les innovateurs africains

Millicom-Tigo a lancé officiellement au cours d'une session sur internet sa fondation pour les entrepreneurs sociaux innovants, dotée d'un budget annuel de 10 millions de dollars. Le Tchad, la RD...

Lire la suite

Éducation

À Tlemcen, un institut dédié aux sciences de l’eau et de l'énergie ouvre ses portes

À Tlemcen, un institut dédié aux sciences de l’eau et de l'énergie ouvre ses portes

Après le Kenya, le Nigéria, le Cameroun et Maurice, c'est au tour de l'Algérie d'accueillir un des instituts de l'université panafricaine

Lire la suite

Hydrocarbures

L'Algérie signe ses premiers contrats pétroliers depuis l'attaque d'In Amenas

L'Algérie signe ses premiers contrats pétroliers depuis l'attaque d'In Amenas

Les compagnies pétrolières Statoil, Shell, Repsol, Enel et Dragon ont signé ce mercredi cinq contrats d'exploitation pétrolière en Algérie, les premiers depuis l'attaque du champ d'In Amenas en 2013.

Lire la suite

Reportage TV

Gabon : à Angondjé, un nouveau quartier sort de terre

Gabon : à Angondjé, un nouveau quartier sort de terre

Au nord de Libreville, à proximité immédiate du stade de l'Amitié, la ville nouvelle d'Angondjé sort de terre. 1 800 logements censés favoriser la mixité sociale sont sur le point...

Lire la suite

Télécoms

Viettel va investir un milliard de dollars en Tanzanie

Viettel va investir un milliard de dollars en Tanzanie

Après avoir obtenu sa licence, mi-octobre, Viettel a annoncé vouloir investir un milliard de dollars en Tanzanie. L'opérateur télécoms espère pouvoir lancer ses opérations en juillet 2015, sur un marché déjà...

Lire la suite

Rapport

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

Selon le rapport Doing Business 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui...

Lire la suite

Automobile

Johan Van Zyl : "Pour rester leader en Afrique, Toyota doit être présent sur toute la gamme"

Johan Van Zyl :

Vendre des citadines en plus des 4×4 ? Afin que Toyota reste la plus vendue du continent, son patron sud-africain sait qu'il doit s'adapter aux nouveaux modes de consommation.

Lire la suite

Agroalimentaire

NCA-Rouiba débarque au Bénin

NCA-Rouiba débarque au Bénin

Le n°1 algérien de la production de boissons à base de fruits va signer un protocole d'accord avec les autorités béninoises en vue d'exploiter des usines dans la région de...

Lire la suite

Cameroun

Notation : la situation financière de Camtel stable à court terme

Notation : la situation financière de Camtel stable à court terme

Bloomfield attribue pour la première fois la note "BBB" avec une perspective positive à long terme et "A3" sur le court terme à Camtel. Si l'agence de notation reconnaît une...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags