Social et environnement : les multinationales ont-elles changé ?

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Les pratiques sociales et environnementales des géants miniers et pétroliers n’ont jamais été autant passées au crible. Les dérapages sont-ils pour autant terminés ?

Le Delta du Niger aurait subi plus de 7000 marées noires en 30 ans.Le delta du Niger aurait subi plus de 7000 marées noires en 30 ans.© Afolabi Sotunde/Reuters

Alors que les multinationales minières, pétrolières et forestières ne cessent de mettre en avant leur implication sur les questions sociales et environnementales, les actions menées contre elles en Afrique se multiplient !

Les ONG locales et internationales, les syndicats ou les élus africains, auteurs de nombreux rapports sur l’impact néfaste des géants du secteur privé sur les populations ou l’écosystème, n’hésitent plus à aller en justice. Dernier exemple retentissant : le 12 avril, cinq ONG (une zambienne et quatre occidentales) ont déposé une plainte auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) contre Glencore et First Quantum, pour manipulations comptables dans le but de minimiser leurs taxes en Zambie.

À Libreville, c’est l’association gabonaise Brainforest qui est passée à l’attaque : le 28 février, elle a porté plainte contre la Comilog (filiale d’Eramet), demandant 747 millions d’euros pour indemniser les populations du plateau Bangombe, affectées par la pollution des rivières et la violation des droits de l’homme autour de la mine de Moanda. Plus à l’ouest, les représentants des populations pygmées pourraient aussi demander réparation pour les dommages causés par l’installation de l’oléoduc Tchad-Cameroun par ExxonMobil.

Dans le même temps, les États mettent aussi la pression sur les multinationales, à l’instar de la Guinée, qui vient d’obtenir de l’australien Rio Tinto le paiement de 494 millions d’euros pour la pérennisation de ses droits sur les gisements de fer du Simandou. Conakry considérait qu’ils avaient été obtenus dans des conditions désavantageuses pour le pays.

Une mue revendiquée

Ces exemples défraient la chronique, mais la plupart des observateurs interrogés reconnaissent que les multinationales, plus exposées qu’avant au feu des projecteurs, ont dans l’ensemble plutôt amélioré leurs pratiques. Selon Rachel Kyte, vice-présidente de la Société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale), « le greenwashing, c’est-à-dire le décalage entre une communication bien huilée sur les questions environnementales et la pratique sur le terrain, est en régression au sein des grandes sociétés, qui ont compris où se situait leur intérêt à long terme : le coût d’un scandale médiatique ou, pis, d’un procès, est bien supérieur à celui d’une prise en compte des sujets en amont ». « Des groupes comme Areva ou même Total sont plus ouverts aujourd’hui, à l’inverse de sociétés plus petites ou non cotées », reconnaît même Marc Ona Essangui, président de Brainforest.

Dans les entreprises, on revendique cette mue. Shell Nigeria, mis en cause par un rapport accablant d’Amnesty International en 2009, annonce des dépenses non obligatoires d’aide au développement local de 50 millions d’euros, en plus de ses contributions contractuelles aux autorités locales. Chez Areva, même son de cloche : « Notre groupe assume toutes ses responsabilités, y compris sur nos sites qui ont fermé, ce qui nous coûte environ 25 millions d’euros chaque année », revendique Didier Fohlen, responsable de ces sujets au sein du pôle minier du groupe français. « L’installation d’observatoires de santé sur nos sites gabonais et nigériens, assurant un niveau de protection maximal identique à ce que nous faisons en France, est une belle illustration de notre implication », indique-t-il. Cette opération a mis fin à des années de conflit avec les travailleurs africains d’Areva, qui jugeaient être moins protégés que leurs collègues français.

« Le vieil adage qui dit “pour vivre heureux vivons cachés” ne vaut plus », estime Stéphane Brabant, avocat associé chez Herbert Smith, qui accompagne des compagnies extractives en Afrique. Désormais, les entreprises savent que leurs mauvaises pratiques pèsent sur leur cours boursier, car les investisseurs sont devenus sensibles à ces questions.

Le risque encouru est aussi judiciaire. « Les législations nationales sont devenues plus contraignantes, en raison de l’insertion dans la loi de principes environnementaux et sociaux tirés de conventions internationales. Et au niveau mondial, les grandes sociétés sont également exposées ; en témoigne la loi Dodd-Frank, qui oblige les groupes cotés aux États-Unis à donner des informations sur ce qu’ils font en dehors du territoire américain », détaille Stéphane Brabant. De même, à Bruxelles, une directive européenne instaurant la transparence dans les industries extractives et forestières devrait être adoptée avant la fin de l’année.

L’adhésion volontaire de multinationales à l’élaboration de règles internationales avec les États et sociétés civiles témoigne aussi d’un progrès, même si elles n’ont pas force de loi. Une cinquantaine de grandes sociétés participent à l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), et une centaine travaillent à la construction de la grille de critères sociaux et environnementaux des Nations unies, dite de John Ruggie, qui vise à établir les responsabilités des États et des sociétés en matière de protection des droits de l’homme.

Pression des bailleurs

Les bailleurs de fonds internationaux, qui financent des partenariats public-privé, jouent aussi un rôle positif. « Pour l’élaboration d’un programme de réinstallation des populations vivant sur le site de notre mine mozambicaine, nous avons scrupuleusement suivi les recommandations de la SFI pour le secteur minier », indique Liesel Filgueiras, du brésilien Vale, qui précise que ces règles sont suivies sur tous les sites du groupe, y compris là où la SFI n’est pas un partenaire financier.

Géraud Magrin, chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), constate au Tchad un impact durable des standards de la Banque mondiale : « En imposant aux acteurs publics et privés de respecter un nouveau cadre de régulation environnementale, elle a installé durablement de bonnes pratiques sur le premier projet d’extraction pétrolière tchadien piloté par Esso à Doba, même si elle s’en est retirée en 2008. Les personnes formées à Doba sur les questions environnementales ont par la suite été recrutées par le chinois CNPC, qui exploite le nouveau gisement de Rônier, et elles y perpétuent les mêmes méthodes. »

Si les multinationales ont donc changé, il ne convient tout de même pas de leur signer un chèque en blanc : « Ce qu’il faut maintenant améliorer, c’est leur audit social et environnemental par des cabinets véritablement indépendants », affirme Rachel Kyte, qui précise que les « Big Four », les grands cabinets d’audit américains, planchent actuellement sur le sujet avec le concours de la SFI. Reste que, sans le renforcement de l’autorité des États et de la société civile, il est vain d’attendre une amélioration des comportements des multinationales de leur seul fait. La vigilance reste de mise. Surtout que des milliers d’entreprises plus petites passent toujours à travers les mailles du filet. 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Mise à jour le mercredi 21 décembre 2011 12:33

Autres articles

Décideurs

Maroc : Hassan Ouriagli remplace Hassan Bouhemou à la tête du holding royal SNI

Maroc : Hassan Ouriagli remplace Hassan Bouhemou à la tête du holding royal SNI

Le départ de Hassan Bouhemou de la tête de la Société nationale d'investissement a été acté le mardi 30 septembre. Son remplaçant est Hassan Ouriagli, actuel PDG d'Optorg. S'il est...

Lire la suite

Énergie

Hydrocarbures : l'Algérie attribue ses premières concessions d'exploration depuis 2011

Hydrocarbures : l'Algérie attribue ses premières concessions d'exploration depuis 2011

L'Agence nationale de valorisation des hydrocarbures d'Algérie (Alnaft) a attribué seulement quatre concessions parmi les 31 "périmètres d'hydrocarbures" proposés aux investisseurs nationaux et internationaux en janvier dernier. Aucun des périmètres...

Lire la suite

Analyse

Agriculture : 2014, année de tous les records en Côte d'Ivoire

Agriculture : 2014, année de tous les records en Côte d'Ivoire

Cette année, des récoltes record ont été annoncées dans les secteurs du cacao et de la noix de cajou en Côte d'Ivoire. Des résultats qui montrent, selon les autorités ivoiriennes, l'impact...

Lire la suite

Statistiques nationales

Recalculé, le PIB du Kenya bondit de 25 %

Recalculé, le PIB du Kenya bondit de 25 %

Le PIB du Kenya a été revu à la hausse, il s'établit désormais à environ 53,3 milliards de dollars pour l'année 2013 contre 42,6 milliards auparavant, soit une progression de...

Lire la suite

Mali

Agro-industrie : Malô fait le plein de vitamines

Agro-industrie : Malô fait le plein de vitamines

Malô, une entreprise créée il y a deux ans par les frères Niang au Mali, produit du riz enrichi en micronutriments. Une première en Afrique, sur un marché en pleine...

Lire la suite

Publicité

Mesure d'audience, le maillon faible des télévisions subsahariennes

Mesure d'audience, le maillon faible des télévisions subsahariennes

Alors que médias et annonceurs témoignent d'un intérêt croissant pour l'Afrique, les enquêtes d'audience sont régulièrement critiquées pour leur périodicité et leur méthodologie.

Lire la suite

Médias

Pure players, des challengers en quête d’équilibre

Pure players, des challengers en quête d’équilibre

Les sites internet d'information sont de plus en plus nombreux dans le paysage médiatique africain. Peu d'entre eux parviennent néanmoins à développer un modèle économique viable.

Lire la suite

Stratégie

Le marketing digital étend sa toile en Afrique

Le marketing digital étend sa toile en Afrique

Facebook, internet, les marques jouent une partie de leur avenir en ligne. Les entreprises africaines réagissent en misant de plus en plus sur une communication 2.0. A l'occasion de l'ouverture...

Lire la suite

Industrie

Eurofind réorganise son management

Eurofind réorganise son management

Le groupe industriel Eurofind, propriétaire notamment des Brasseries ivoiriennes, va réorganiser son management suite au décès, il y a quelques mois, de son fondateur, Moustapha Khalil. Décryptage

Lire la suite

Finances publiques

Sénégal : le FMI appelle à accélérer les réformes structurelles

Sénégal : le FMI appelle à accélérer les réformes structurelles

Le FMI a légèrement baissé ses prévisions de croissance, désormais évaluée à 4,5 % pour cette année contre 4,9 % en avril, mais juge "satisfaisant" le premier semestre 2014 de...

Lire la suite

Décideurs

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'institut Choiseul classe ses

L'Institut Choiseul vient de publier "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains choix opérés...

Lire la suite

Actu

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine dans Jeune Afrique

Cette semaine, "Jeune Afrique" se penche sur l'Angola. En une décennie seulement, le pays s'est relevé de trente années de guerre fratricide. Grâce au pétrole, il a atteint la plus...

Lire la suite

Bourse

Le tunisien Délice Holding assume son goût du risque

Le tunisien Délice Holding assume son goût du risque

Le groupe laitier s'apprête à introduire 15 % de son capital sur la place locale dans un contexte économique morose. Qu'importe : selon ses dirigeants, deux ans après sa restructuration, c'est le...

Lire la suite

Gouvernance

Finances publiques : c'est le grand nettoyage à Bamako

Finances publiques : c'est le grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces des bailleurs de fonds, le Mali n'a eu d'autre choix que de faire le ménage. Le 17 septembre, le directeur des finances du ministère de...

Lire la suite

Fibre optique

Liquid Telecom se renforce au Rwanda

Liquid Telecom se renforce au Rwanda

L’opérateur panafricain de fibre optique Liquid Telecom va investir 34 millions de dollars dans le développement de sa filiale rwandaise. Un pays dont le meilleur atout est sa position géographique-clé,...

Lire la suite

Innovation

Alcatel-Lucent va construire une plateforme "G-Cloud" au Burkina Faso

Alcatel-Lucent va construire une plateforme

Le gouvernement burkinabè a confié la réalisation d'une plateforme "G-Cloud" à l'équipementier telecoms Alcatel-Lucent pour un montant d'environ 47 milliards de FCFA (environ 7 millions d'euros). Cette technologie va offrir...

Lire la suite

Indice Mo Ibrahim

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme...

Lire la suite

Agro-industrie

Côte d'Ivoire : coup de mou pour l'hévéa

Côte d'Ivoire : coup de mou pour l'hévéa

Alors que le cours du caoutchouc ne cesse de baisser depuis trois ans, les producteurs font le dos rond en attendant des jours meilleurs. Et demandent au gouvernement de moins...

Lire la suite

Panorama

Maurice fait le pari du mix énergétique

Maurice fait le pari du mix énergétique

L'objectif du plan Maurice île durable ? Accroître la part du renouvelable dans la consommation nationale.

Lire la suite

Téléphonie

Cameroun : Camtel revient dans le mobile

Cameroun : Camtel revient dans le mobile

L'opérateur historique camerounais s'est vu attribuer une licence 3G le 26 septembre, quatorze ans après avoir cédé sa licence 2G au sud-africain MTN. Camtel devient le quatrième acteur de la...

Lire la suite

Électricité

Région des Grands Lacs : accord de financement pour la centrale hydroélectrique Ruzizi III

Région des Grands Lacs : accord de financement pour la centrale hydroélectrique Ruzizi III

Un accord de financement a été conclu pour le développement du projet hydroélectrique Ruzizi III. D'un coût de 650 millions de dollars et d'une capacité de 147 mégawatts, ce barrage...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags