Dossier électricité : le paradoxe africain

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print
Mots clés:

Gilgel Gibe III sur la rivière Omo en Ethiopie. © AFPAlors que son potentiel énergétique est immense, le continent souffre toujours d'un manque d'infrastructures. Un frein au développement que les États tentent de surmonter en misant sur les énergies renouvelables.

C'est toute la contradiction africaine. Alors que la croissance annuelle moyenne avoisine les 5 %, que les ressources énergétiques, fossiles et renouvelables, y sont abondantes, le continent accuse un déficit énergétique préjudiciable à sa population ainsi qu'à son développement économique. Une tendance qu'exacerbe le boom démographique en cours : la population africaine doublera d'ici à 2050 pour atteindre 2 milliards d'âmes, dont 40 % vivront en zone rurale. Dans un rapport publié en janvier, l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) indique : « En 2010, 590 millions d'Africains (57 % de la population) n'avaient pas accès à l'électricité. Si les tendances actuelles relatives à l'énergie ne se modifient pas, l'Afrique comptera, en 2030, 655 millions de personnes (42 % de la population) dans le même cas. »

Si la tendance ne change pas, l'Afrique comptera, en 2030, 655 millions de personnes sans accès à l'électricité.

Un tableau sombre, qu'il convient de nuancer. « On ne peut pas parler d'un seul et même marché, mais de trois marchés, indique Lynn Nahmani, conseillère indépendante en financements de projets énergétiques : l'Afrique du Nord, l'Afrique du Sud et le reste du continent. Ils se distinguent non seulement sur le plan des capacités installées, mais aussi sur celui des infrastructures de transport et de distribution. » Dans les régions non électrifiées d'Afrique subsaharienne, le recours à des générateurs indépendants, à moteur fioul ou diesel, induit un effort financier très lourd, lié à l'importation des équipements et des combustibles. Dans les pays maghrébins et en Afrique du Sud, les infrastructures existent bel et bien, mais souffrent d'un déficit chronique de maintenance. « On estime à 12 milliards de dollars [9 milliards d'euros] par an le montant des investissements nécessaires aux pays du continent pour rattraper leur retard en termes de transport d'électricité », indique Latsoucabé Fall, directeur régional du Conseil mondial de l'énergie pour l'Afrique.

Lire aussi : 

Denham Capital annonce la formation de Endeavor Energy
Afrique du Sud : GDF Suez investit 780 millions d'euros dans la production d'électricité

Au final, des maux d'origines différentes, mais un même résultat : l'Irena estimait en 2011 que les délestages ainsi que le recours à des générateurs « off-grid » (déconnectés des réseaux de distribution d'électricité) à base de fioul et de diesel se traduisaient par une perte annuelle de 1 à 5 points du PIB.

Volontarisme politique

La situation est pourtant loin d'être insurmontable. L'Irena indique en effet qu'« étendre l'accès à l'électricité à l'ensemble de la population africaine ne requiert que 900 térawattheures (un téra signifie mille milliards) supplémentaires sur vingt ans ». De plus, nombre d'États africains ont pris conscience du caractère non durable d'une production basée sur l'importation de produits pétroliers - ces derniers ont coûté 18 milliards de dollars pour l'ensemble du continent en 2010.

Signe des temps, plusieurs pays ont affiché des objectifs de production d'électricité à partir d'énergies renouvelables. Le Maghreb est la région la plus emblématique en la matière, en classant l'énergie solaire en tête de ses priorités. À lui seul, le Plan solaire marocain prévoit d'installer, d'ici à 2020, une capacité de production en solaire thermique à concentration (concentrating solar power, CSP) de 2 GW, tandis que son équivalent algérien vise un total de 22 GW en 2030 - en CSP et en photovoltaïque. « Peu importe si ces objectifs s'avèrent très ambitieux, estime Lynn Nahmani. L'important est qu'ils manifestent une réelle volonté politique. »

Dans une moindre mesure, l'Afrique du Sud se montre également bien engagée dans le solaire (sa feuille de route prévoit 8,4 GW en photovoltaïque et 1,2 GW en CSP en 2030), comme dans l'éolien (8,4 GW en 2030). De façon plus éparse, d'autres pays, moins fortunés, misent sur l'hydroélectricité. « Outre qu'elle est la moins chère des énergies renouvelables et qu'elle induit des coûts de maintenance négligeables, elle offre l'avantage de s'inscrire dans des projets à vocation régionale ou sous-régionale », note Latsoucabé Fall. La production des futurs barrages, tel le pharaonique Grand Inga (40 000 MW) en RD Congo, pourrait ainsi être mutualisée entre plusieurs pays. D'autres projets hydroélectriques, de moindre envergure, sont en gestation : en RD Congo, toujours avec Inga III (4 500 MW), mais aussi en Éthiopie avec Renaissance (6 000 MW), en Angola (Medio Kwanza, 6 000 MW) ou encore au Mozambique (Mphanda Nkuwa, 1 500 MW).

La production des futurs barrages tels que le pharaonique Grand Inga pourra être mutualisée.

Garanties

De leur côté, les bailleurs de fonds tels que la Banque africaine de développement (BAD) ou la Banque européenne d'investissement (BEI) ouvrent régulièrement des lignes de crédit aux États africains pour financer des infrastructures énergétiques - ce fut le cas pour le projet d'installation solaire de 160 MW à Ouarzazate, au Maroc, qui devrait être opérationnel en 2015. Mais pour attirer les investisseurs privés, il faut leur offrir des garanties. Surtout en termes de sécurité, la prise d'otages sur le site d'In Amenas, en Algérie, ayant marqué les esprits. Plus globalement, proposer un cadre propice aux affaires rendra les économies africaines attrayantes, comme le souligne Édouard Dahomé, directeur Afrique d'EDF. « Prenons l'exemple de la Côte d'Ivoire : ce pays a traversé des périodes extrêmement difficiles. Pourtant, nous savons par des sociétés exerçant dans le secteur de l'électricité que, dans ce pays, un contrat est un contrat, et qu'il est toujours respecté. »

Mais la stabilité politique et le climat des affaires ne font pas tout. « Plus qu'une question de solvabilité des États se pose le problème de l'appréhension des risques de la part des investisseurs privés étrangers, souligne Lynn Nahmani. Les pays du Maghreb ainsi que l'Afrique du Sud sont les économies les plus riches et, de fait, représentent des contreparties plus solvables. De plus, les marchés de l'électricité y sont bien établis, et l'accès aux réseaux de transport et de distribution y est bien meilleur qu'en Afrique centrale. » C'est d'ailleurs ce qui conduit EDF, dans sa stratégie commerciale, à vouloir s'allier à un ou plusieurs acteurs locaux - une compagnie nationale d'électricité par exemple - afin d'accroître ses chances de remporter des marchés.

Pour l'heure, la division Afrique de la société française prospecte le continent et s'intéresse de près au projet de barrage de Nachtigal, au Cameroun (400 MW). Selon Lynn Nahmani, certaines banques africaines pourraient également remplir ce rôle d'acteur de proximité : « Elles ont une approche des risques liés au pays différente de celle des banques étrangères et seront donc capables d'en assumer certains pour permettre l'octroi de financements. Mais toutes ne bénéficient pas forcément du savoir-faire adéquat en termes d'ingénierie financière et de techniques de financement de projet. Il faudrait là aussi un transfert de compétences, ce que les banques internationales ne sont pas enclines à faire. » C'est pourtant à ce prix que l'Afrique pourra enfin voir la lumière.

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Autres articles

Mines

Burkina Faso : Bissa Gold voit son permis d'exploitation étendu

Burkina Faso : Bissa Gold voit son permis d'exploitation étendu

Bissa Gold voit la superficie de son permis d'exploitation étendue de 42 kilomètres carrés. Cette extension est fondée sur la découverte d'un gisement aux réserves estimées à 4,3 tonnes d'or.

Lire la suite

Technologie

Le Rwanda devient le 3e pays africain à passer entièrement à la télévision numérique

Le Rwanda devient le 3e pays africain à passer entièrement à la télévision numérique

Alors que tous les pays africains s'étaient engagés en 2006 à réaliser cette transition avant 2015, le Rwanda n'est que le troisième pays du continent à compléter le passage à...

Lire la suite

Commerce international

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

OMC : l'Inde fait capoter l'accord de Bali

New Delhi vient de dire "non" à l'adoption de l'accord de Bali, difficilement approuvé en décembre 2013 et qui visait à poursuivre la libéralisation des échanges commerciaux.

Lire la suite

Investissement

Comment le fond souverain du Gabon mène sa stratégie ?

Comment le fond souverain du Gabon mène sa stratégie ?

Pêche, tourisme, énergie... Le fonds souverain du Gabon conclut des partenariats dans des secteurs clés. Mais sa priorité reste la constitution d'un portefeuille rentable, surtout à l'étranger.

Lire la suite

Accords commerciaux

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

Pêche : l'UE et la Mauritanie jouent les prolongations

L'Union européenne (UE) et la Mauritanie se sont accordées sur la prolongation jusqu'en décembre de l'accord de pêche qui les lie. Un arrangement à l'amiable qui ouvre la voie à...

Lire la suite

Maroc

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Rabat et Salé, réconciliation capitale

Depuis 2005, un vaste plan d'urbanisme a métamorphosé les rives du fleuve qui sépare Rabat et Salé, au Maroc. Un chantier qui vise à résorber les fractures géographiques, mais aussi...

Lire la suite

Mines

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Bolloré et Timis vont investir près de 670 millions d'euros pour la ligne ferroviaire Abidjan-Tambao

Pan-African Minerals, exploitant de la mine de manganèse de Tambao, a signé un protocole d'accord avec Bolloré pour la construction d'un chemin de fer permettant le transport du minerai jusqu'au...

Lire la suite

Affaires publiques

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali fait le ménage dans son secteur minier

Le Mali a procédé à l'annulation de 130 permis de recherche et autorisations d'exploitation de carrière, a annoncé Boubou Cissé, le ministre des Mines malien. Ce grand nettoyage ne concerne...

Lire la suite

Décryptage

Notation : 10 pays africains passés au crible

Notation : 10 pays africains passés au crible

Le Rwanda a été noté B+ par l'agence Fitch Ratings. Comment expliquer que ce pays, avec un PIB de 7,5 milliards de dollars, soit mieux noté que le Ghana (48...

Lire la suite

Hydrocarbures

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

Nigeria : Oando rejoint le club des grands producteurs de pétrole locaux

La société pétrolière nigériane Oando concrétise ses plans de transformation en s'emparant définitivement des actifs pétroliers de la major américaine ConocoPhillips pour un total de 1,5 milliard de dollars.

Lire la suite

Télévision

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance une chaîne consacrée aux contenus afro-lusophones

Trace TV lance en Angola et au Mozambique une chaîne dédiée à la musique et à la culture lusophones. Avec plus de 50 millions de locuteurs en Afrique, le marché dispose...

Lire la suite

Sucre

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Cameroun : le lobbying de Somdiaa porte ses fruits

Après avoir tiré la sonnette d'alarme auprès du président camerounais au sujet de la concurrence déloyale, la Société sucrière du Cameroun, filiale du groupe français Somdiaa, a vu ses craintes...

Lire la suite

Audiovisuel

Nawfel Raghay : "Au Maroc, il faudrait investir 110 millions de dollars dans la TNT avant juin 2015"

Nawfel Raghay :

Nawfel Raghay, ancien directeur général de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) du Maroc, revient pour "Jeune Afrique" sur la préparation du royaume chérifien au passage à la...

Lire la suite

Médias

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Sénégal : la TNT, le jackpot contesté de Sidy Diagne

Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l’événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le Sénégal. La transition de l'analogique vers le numérique...

Lire la suite

Médias

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

La TNT, une menace pour les chaînes africaines ?

À quelques mois du passage à la diffusion numérique de ses télévisions, le continent redouble d'efforts. Un bouleversement audiovisuel où le pire comme le meilleur peuvent encore survenir.

Lire la suite

Industrie

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto se débarrasse de ses mines de charbon au Mozambique

Rio Tinto va céder ses mines de charbon au Mozambique à une entreprise indienne pour 50 millions de dollars. Le groupe australien les avait acquises en 2011 lors du rachat...

Lire la suite

Maroc

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Groupe Addoha : Saad Sefrioui, le neveu qui monte

Promu directeur général délégué du groupe Addoha en 2011, Saad Sefrioui est devenu l'un des piliers de l'expansion panafricaine du géant marocain de l'immobilier.

Lire la suite

Notation

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Fitch augmente d'un cran la note du Rwanda à B+

Grâce à son dynamisme économique et à des réformes structurelles, le Rwanda voit sa note améliorée par l'agence Fitch, passant de B à B+ et assortie d'une perspective stable. Kigali...

Lire la suite

Logistique

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Togo : le guichet unique entre en phase pilote

Le guichet unique du Togo est entré en phase pilote depuis fin juin. Réservé pour le moment à quelques acteurs de l'import maritime, il devrait progressivement être étendu à toutes...

Lire la suite

Finances publiques

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur...

Lire la suite

Mines

First Quantum, zambien mais pas trop

First Quantum, zambien mais pas trop

Alors qu'il tire les deux tiers de ses bénéfices de l'État d'Afrique australe, le producteur de cuivre canadien chasse sur d'autres terres africaines. La raison ? Des relations tendues avec...

Lire la suite

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags