Pétrole : quand les juniors taquinent les majors

Dossier pétrole : quand les juniors taquinent les majors

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Le britannique Tullow Oil a mis au jour de nombreux gisements, notamment sur le lac Albert, en Ouganda. © Ho/ReutersDepuis une dizaine d'années, les sociétés indépendantes sont à l'origine de la plupart des découvertes de pétrole en Afrique. Poussant parfois les multinationales bien installées à se remettre en question.

Difficile d'admettre ouvertement s'être fait bousculer par plus petit que soi. C'est pourtant un peu le sentiment des supermajors pétrolières à l'évocation du succès, depuis une dizaine d'années et particulièrement en Afrique, des compagnies indépendantes - ou juniors. Tullow Oil, Afren, Maurel & Prom, Kosmos Energy, African Petroleum... Elles seraient plus de 700 à s'activer dans les contrées inexplorées du continent.

« L'arrivée massive des indépendants a été un facteur important pour le développement du secteur pétrolier en Afrique », explique Duncan Clarke, consultant et écrivain spécialiste des questions pétrolières en Afrique. « Ils ont ouvert de nouvelles frontières, augmenté le flux d'affaires et sont devenus les partenaires des grands groupes pétroliers et des entreprises d'État. Leur empreinte a augmenté au cours de la décennie et continuera d'augmenter dans les dix années à venir », poursuit-il. Un phénomène pas uniquement africain : en Guyane française, le britannique Tullow Oil est ainsi à l'origine d'une mise au jour qui devrait dépasser les 500 millions de barils de réserve.

Les grands groupes pétroliers sont arrivés après la bataille... et l'ont payé cher.

Sensation

Parmi les succès africains de ces dernières années, le champ Jubilee, découvert au large du Ghana en 2007 par Tullow Oil et l'américain Kosmos Energy, est resté dans toutes les mémoires avec ses 1,5 milliard de barils de réserve. Aidan Heavey, directeur exécutif de Tullow Oil, marquera une fois de plus les esprits, en 2010, avec l'annonce d'une nouvelle découverte de taille, en Ouganda, sur le lac Albert, avec son compatriote Heritage Oil. Au final, ce sont 2,5 milliards de barils qui ont été mis au jour sur le lac. En 2001, déjà, le français Maurel & Prom avait fait sensation, avec les 250 millions de barils de brut découverts au Congo sur le permis de M'Boundi, alors que la société cotée à Paris démarrait tout juste ses activités dans le secteur de l'exploration-production. Des succès significatifs, bien qu'ils restent rares. « Les risques pris ne sont pas toujours payants », tempère Jean-François Hénin, patron de Maurel & Prom.

Reste que les grandes découvertes se font plus rares du côté des majors. Il y a bien l'Angola, avec les champs Girasol, Dalia ou Pazflor du français Total, ou encore les réserves de gaz considérables découvertes au large du Mozambique par l'italien Eni depuis 2011. Mais, pour la plupart, les majors sont arrivées après la bataille et l'ont payé cher : 1,1 milliard d'euros pour Eni pour acquérir M'Boundi, 2,1 milliards d'euros pour Total et le chinois Cnooc pour s'octroyer deux tiers des blocs en Ouganda... « Cela nous coûte évidemment plus cher d'entrer sur un permis déjà exploré que de le faire nous-mêmes », avoue un cadre d'une grande société du secteur.

Course

Ces coups de boutoir ont-ils suffi à bousculer la stratégie du moindre risque adoptée depuis plusieurs années par les majors ? « Certaines supermajors ont remarqué l'accroissement rapide des actifs des juniors et leur ont emboîté le pas pour devenir plus actives dans les zones frontalières », remarque Duncan Clarke. Total a ainsi décidé de tenter sa chance en Côte d'Ivoire sur le prolongement de Jubilee. Eni, dont la stratégie, dans la foulée de Jubilee, fut de frapper partout, a finalement rencontré le succès au Mozambique. « Les supermajors se rendent compte qu'elles ne doivent pas seulement se regarder, mais aussi entrer dans la course avec les petites. On a pu également remarquer une augmentation des partenariats entre supermajors et petites entreprises », relève encore Duncan Clarke.

Cliquez sur l'image.Dans l'organisation même des majors, la transformation est palpable. Alors que Tullow Oil a récemment mis la main sur un géologue d'ExxonMobil, il devenait urgent pour les leaders de se moderniser. Les services exploration ont repris leur place d'antan, au coeur de leur stratégie. « Dans les juniors, les géologues sont intéressés aux résultats, raconte un cadre de l'industrie pétrolière. On leur fait confiance, ils ont la possibilité d'explorer de nouveaux horizons... C'est beaucoup plus excitant et, si ça marche, très gratifiant. » Chez les indépendants, le recours à d'anciens géologues qui connaissent bien le terrain est monnaie courante, alors que les majors ont tendance à trop déplacer leur matière grise. Certaines régions africaines (l'Afrique de l'Est notamment), aujourd'hui en plein boom, avaient d'ailleurs été explorées il y a une trentaine d'années par les grandes...

Dans le discours aussi, on évolue. Christophe de Margerie, PDG de Total, aime ainsi dire et redire depuis deux ou trois ans que « Total va de nouveau prendre des risques », tout en avouant à mots couverts qu'il « préfère un forage positif à un forage sec ». Prendre des risques, mais pas trop... « Il y aura d'autres Jubilee ! » prédisait déjà Paolo Scaroni, le patron d'Eni, avant d'être à l'origine du succès mozambicain. « Nous avons changé la vision des majors sur l'exploration pétrolière, nous en sommes sûrs », estime pour sa part George Cazenove, le porte-parole de Tullow Oil.

Long terme

Y a-t-il pour autant une recette ? « La réussite n'est possible que grâce à une stratégie de long terme », poursuit George Cazenove, rappelant que Tullow Oil, coté à Londres, travaille depuis vingt-sept ans d'arrache-pied : « Il est important de connaître la géologie des pays : au Kenya où de premières découvertes ont été réalisées, NDLR], nous avions remarqué des thèmes géologiques similaires à ceux du lac Albert, en Ouganda. Nous nous appuyons aussi beaucoup sur les sociétés locales et les populations. » Pour d'autres habitués des dossiers pétroliers africains, la réalité est parfois plus abrupte : « Dans certains pays, comme en Guinée, au Liberia ou en Sierra Leone, les juniors peuvent avoir accès plus facilement au domaine minier que les majors, qui les rejoignent ensuite par acquisition de licence », affirme un spécialiste, évoquant des soupçons de corruption.

Cliquez sur l'image.Mais la réponse se trouve aussi du côté de « l'imagination », selon Jean-François Hénin. Les juniors, qui ciblent principalement de petits gisements, tombent parfois sur de grosses découvertes, mettant en évidence des pièges stratigraphiques inexplorés jusqu'alors. Exemple avec Kosmos, au Ghana : les dirigeants étaient d'anciens cadres de Triton Energy, une société à l'origine de la découverte, en 1999, du champ de Ceiba, en Guinée équatoriale. Lorsqu'ils sont tombés sur Jubilee, ils cherchaient le même thème géologique...

Reste que peu s'aventurent dans la production : souvent meilleurs explorateurs que développeurs, les indépendants préfèrent généralement vendre leurs actifs aux plus offrants (Heritage Oil en Ouganda, Cove Energy au Mozambique...). Les quelques tentatives d'exploitation ont d'ailleurs été assez décevantes, comme en Mauritanie, où le champ de Chinguetti (découvert par l'australien Woodside) n'aura jamais tenu ses promesses en termes de volume de production. Au Ghana aussi, l'objectif de 120 000 barils par jour se fait toujours attendre. « Nous allons régler le problème, c'est évident », assure le porte-parole de Tullow Oil. Sur la question de leur dépendance technique et financière par rapport aux majors, George Cazenove est catégorique : « Nous n'avons pas besoin des majors pour développer nos champs. Mais, dans certains cas, comme en Ouganda, où il faudra une raffinerie et un pipeline de plusieurs milliers de kilomètres, leur expertise est nécessaire. » Ainsi que leurs fonds...

Les exemples de juniors devenues « super-indépendantes » comme Tullow Oil - qui ne supporte plus d'être qualifiée de junior - sont rares. « Il y en a d'autres, comme Afren [cotée à Londres]. Mais seules quelques-unes suivront le mouvement dans les années à venir », précise Duncan Clarke. Beaucoup, au contraire, disparaissent, et d'autres encore disparaîtront. Enfin, elles seront de plus en plus locales : quelque 120 juniors africaines, déjà actives sur le continent, pourraient bien à terme bousculer leurs grandes sœurs.

 

Increase font sizeDecrease font siz | Email | Print

Nos offres

Top 500
nosOffresTop500

Découvrez le classement exclusif des 500 premières entreprises africaines.

Découvrir le Hors-série

Top 200
nosOffresTop200

Découvrez le classement exclusif des 200 premières banques africaines.

Découvrir le Hors-série

L'État de l'Afrique
nosOffresEaf

Toutes les clés pour comprendre les (r)évolutions africaines.

Découvrir le Hors-série

  1. LogoSIFIJA
  2. LogoJA_off
  3. LogoTAR_off
  4. LogoRVI_off
  5. LogoJAG_off
  6. LogoBoutique_off
© Jeune Afrique Économie 2012 - Mentions légales | Charte d'utilisation des espaces de dialogue | Contact | Tags